Au procès en appel de Bygmalion, l'ex-directeur de campagne de Sarkozy dit avoir été «trompé»

L'ancien président français Nicolas Sarkozy arrive au palais de justice de Paris pour son procès en appel dans l'affaire dite Bygmalion, qui l'a vu condamné à un an de prison en première instance, le 8 novembre 2023 (Photo de Thomas SAMSON / AFP).
L'ancien président français Nicolas Sarkozy arrive au palais de justice de Paris pour son procès en appel dans l'affaire dite Bygmalion, qui l'a vu condamné à un an de prison en première instance, le 8 novembre 2023 (Photo de Thomas SAMSON / AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 16 novembre 2023

Au procès en appel de Bygmalion, l'ex-directeur de campagne de Sarkozy dit avoir été «trompé»

  • «J'ai été attentif dès le début de la campagne à la nécessité absolue de respecter le plafond de dépenses», martèle à la barre Guillaume Lambert, haut fonctionnaire
  • Guillaume Lambert convient qu'en tant que directeur de campagne

PARIS: A cette époque, "je n'ai aucune idée de l'envers du décor": le directeur de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 a affirmé mercredi, au procès en appel sur les dépenses excessives de cette dernière, avoir été "trompé" et ne pas avoir été informé du système de fausses factures.

"J'ai été attentif dès le début de la campagne à la nécessité absolue de respecter le plafond de dépenses", martèle à la barre Guillaume Lambert, haut fonctionnaire.

Il a été condamné en première instance, en septembre 2021, à trois ans et six mois de prison, dont deux ans avec sursis, pour escroquerie et complicité de financement illégal de campagne, dans le dossier dit "Bygmalion".

Ayant fait appel de cette condamnation, il comparaît depuis le 8 novembre au côté de 10 autres personnes, parmi lesquelles figurent l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, condamné pour sa part à un an de prison ferme pour avoir dépassé le plafond légal de dépenses de sa campagne.

Guillaume Lambert convient qu'en tant que directeur de campagne, il avait un "rôle de supervision des dépenses" de cette dernière. Mais l'UMP (aujourd'hui Les Républicains) avait de son côté un rôle "absolument central" dans la "préparation et l'exécution de la campagne", souligne-t-il.

Dans cette affaire, "j'ai été doublement trompé", lance M. Lambert. D'une part, "par le système de fausses factures" mis en place pour masquer l'explosion des dépenses, dont il affirme ne pas avoir eu conscience, et d'autre part, par un "reporting budgétaire" qui "n'était pas fiable".

Interrogé par la cour d'appel sur un "manque de rigueur" de sa part pour surveiller de près les dépenses, il dit n'avoir eu "aucun indice, aucun soupçon" qui le mettrait sur la voie des escroqueries.

"A l'époque, j'ai 41 ans", et pas d'expérience politique, rappelle-t-il. "Je m'appuie sur les sachants".

Mais "je suis celui dans la campagne qui dès le départ réagit à des éléments budgétaires qui semblent anormaux", insiste M. Lambert.

Le 7 mars 2012, une note d'experts-comptables lui est remise, alertant sur un risque de dépassement des dépenses. Lors d'une réunion qu'il organise le même jour, "on trace l'ensemble des actions qui doivent être suivies d'effets pour maîtriser les risques et lever l'alerte", relate-t-il.

Six jours plus tard, lors d'une nouvelle réunion, "on voit qu'on est repassés en dessous du plafond des dépenses en termes de budgétisation".

Finalement, les dépenses de la campagne atteindront au moins 42,8 millions d'euros, près du double du plafond légal de l'époque, de 22,5 millions d'euros.


Gironde: un homme arrêté pour message inquiétant avant le passage de la flamme olympique

Jeux Olympiques-France arrête une personne planifiant une « action violente » lors du relais de la flamme olympique. (AFP)
Jeux Olympiques-France arrête une personne planifiant une « action violente » lors du relais de la flamme olympique. (AFP)
Short Url
  • L'individu, Alex G., qui vit en Gironde et n'a aucun antécédent judiciaire, doit être déféré jeudi matin et présenté à un magistrat pour «apologie de crime et association de malfaiteurs»
  • L'enquête avait été ouverte le 17 mai «après un signalement de la plateforme PHAROS» qui avait détecté un message inquiétant pouvant correspondre à une apologie de crime

BORDEAUX: Un homme de 26 ans a été interpellé mardi près de Bordeaux, deux jours avant le passage du relais de la flamme olympique, après avoir diffusé un "message inquiétant" sur les réseaux sociaux, a annoncé jeudi le parquet.

"Un individu planifiant une action violente lors du passage du relais de la flamme olympique à Bordeaux a été interpellé", avait précédemment affirmé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sur X.

"En garde à vue, l'intéressé a admis avoir envisagé un passage à l'acte, sans lieu déterminé, suite à une agression subie. Aucune référence à la flamme olympique n'a été évoquée", a cependant souligné la procureure de la République à Bordeaux, Frédérique Porterie, dans une communication à la presse.

L'individu, Alex G., qui vit en Gironde et n'a aucun antécédent judiciaire, doit être déféré jeudi matin et présenté à un magistrat, selon le parquet qui a requis l'ouverture d'une information judiciaire pour "apologie de crime et association de malfaiteurs", ainsi que son placement en détention provisoire.

Le relais de la flamme olympique passe jeudi en Gironde entre les alentours viticoles de Libourne et l'agglomération de Bordeaux, où le parcours s'achèvera place des Quinconces au centre-ville.

L'enquête avait été ouverte le 17 mai "après un signalement de la plateforme PHAROS "qui avait détecté un message inquiétant pouvant correspondre à une apologie de crime et faisant référence à la tuerie de masse survenue en Californie le 23 mai 2014", a détaillé la magistrate.

Selon une source policière, le signalement mentionnait un clip vidéo faisant référence à Elliot Rodger, auteur de la tuerie d'Isla Vista il y a dix ans, accompagné du mot: "Tu nous manques Elliot".

Un "revolver +gom-cogne+ (pistolet non létal destiné à tirer des projectiles en caoutchouc, NDLR), plusieurs téléphones portables et un ordinateur" ont été saisis par la police lors d'une perquisition au domicile du mis en cause, arrêté à Eysines, une commune de l'agglomération bordelaise.

"Selon ses proches, il serait très fragile psychologiquement. Toutefois, l'expert psychiatre désigné n'a révélé aucun trouble particulier", a poursuivi la procureure, ajoutant que les premières investigations mettent en évidence son intérêt pour la mouvance Incel (contraction de "Involuntary celibate" pour "célibataire involontaire").


Au milieu du chaos des émeutes en Nouvelle-Calédonie, la population se serre les coudes

Un homme passe devant un véhicule incendié à un barrage routier indépendantiste du quartier Magenta Tour à Nouméa, dans le territoire français du Pacifique de la Nouvelle-Calédonie, le 22 mai 2024. (AFP)
Un homme passe devant un véhicule incendié à un barrage routier indépendantiste du quartier Magenta Tour à Nouméa, dans le territoire français du Pacifique de la Nouvelle-Calédonie, le 22 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Sur tout le territoire, de nombreuses structures associatives se sont fédérées pour coordonner leurs actions, en lien avec les institutions
  • Le gouvernement local vient de mettre en place un numéro vert pour recenser les besoins des plus vulnérables en aide alimentaire d'urgence

NOUMEA: C'est une petite histoire de solidarité au cœur du chaos comme, les ONG l'assurent, il y en a tant depuis le début des émeutes en Nouvelle-Calédonie. Un exemple des liens qui se nouent au quotidien dans la population pour surmonter la crise.

A 75 ans, Julia souffre d'une maladie chronique qui lui impose un traitement quotidien.

Barrages routiers, infrastructures et commerces pillés ou détruits, la crise causée par une réforme électorale rejetée par les indépendantistes a sérieusement perturbé le ravitaillement des habitants de Nouméa.

Pendant sept jours, la septuagénaire est restée cloîtrée chez elle. Jusqu'à l'épuisement de son stock de médicaments. "Alors j'ai pris mon courage à deux mains", raconte à l'AFP Julia, qui préfère taire son nom par discrétion. "Je suis sortie mais au bout de 20 mètres je me suis écroulée".

Des voisins accourent: des "mélanésiens" tient à préciser cette femme d'origine européenne.

L'un d'eux enregistre alors une vidéo qu'il diffuse sur les réseaux sociaux. Et quelques minutes plus tard, une ambulance et plusieurs véhicules se présentent à son domicile. Un homme s'empare de son ordonnance et, une heure et demi plus tard, lui livre pour quatre semaines de médicaments.

"J'ai reçu une centaine d'appels de toute la Nouvelle-Calédonie et même de la Martinique. C'est un mouvement de solidarité incroyable", s'émerveille encore Julia.

Ces derniers jours, les pages des réseaux sociaux regorgent d'exemples de ces coups de main spontanés.

Même si la vague de violences a commencé à refluer, même si la circulation s'est améliorée sur les axes routiers secondaires, de nombreux barrages demeurent et le réapprovisionnement des commerces reste très difficile, en particulier dans les quartiers Nord de l'agglomération.

Sollicitées de toutes part, les institutions se sont concentrées sur les seules urgences absolues, au point de nourrir un sentiment d'abandon parmi les habitants des quartiers populaires.

«baume au cœur»

ONG et associations ont été vite dépassées. Sitôt passée la première nuit de barrages et de violences, la Croix-Rouge a activé sa cellule de crise. Mais, face aux difficultés, notamment de circulation, elle a vite dû suspendre ses activités.

"Une organisation un peu improvisée s'est mise en place pour s'assurer que les réserves de nourriture étaient suffisantes dans les résidences pour personnes âgées que nous gérons et pour les étudiants", explique Thomas Lebreuil, son directeur pour la Nouvelle-Calédonie.

L'ONG a aussi fourni à l'hôpital des lits et des kits d'hygiène.

"Nous essayons de faire ce que nous pouvons mais les problèmes d'accès limitent considérablement nos interventions", déplore Thomas Lebreuil. "La gestion et la coordination sont très compliquées, mais il y a heureusement énormément de solidarité dans les quartiers".

Le principal bailleur social de l'archipel français du Pacifique Sud, la Société immobilière de la Nouvelle-Calédonie (SIC) a connu les mêmes difficultés avec ses deux maisons de retraite.

"Dans ce moment très sombre, il y a eu une importante solidarité auto-gérée autour de ces établissements", se réjouit son directeur, Benoît Naturel. "Un cuisinier, une infirmière et un médecin ont été trouvés et ça met du baume au cœur".

Sur tout le territoire, de nombreuses structures associatives se sont fédérées pour coordonner leurs actions, en lien avec les institutions. Le gouvernement local vient ainsi de mettre en place un numéro vert pour recenser les besoins des plus vulnérables en aide alimentaire d'urgence.

En plus d'assurer les besoins les plus immédiats, ces efforts visent à rompre l'isolement social qui menace.

Aux Tours de Magenta, un des quartiers les plus touchés par les émeutes, des habitants ont ainsi accueilli des étudiants vanuatais, illustre le patron de la SIC.

"On parle beaucoup des questions alimentaires mais c'est l'isolement qui m'inquiète le plus", confie Benoît Naturel. "Il y a des gens qui ont peur de sortir. Après la crise, cela sera dur de répondre à ce mal calédonien plus profond".


A Mayotte, le défi de l'insertion pour sortir de la misère

Un jeune garçon marche dans une rue lors d'une patrouille citoyenne organisée par des habitants pour assurer la sécurité dans le quartier Kaweni de Mamoudzou, sur l'île française de Mayotte, dans l'océan Indien, le 18 février 2024. (AFP)
Un jeune garçon marche dans une rue lors d'une patrouille citoyenne organisée par des habitants pour assurer la sécurité dans le quartier Kaweni de Mamoudzou, sur l'île française de Mayotte, dans l'océan Indien, le 18 février 2024. (AFP)
Short Url
  • La moitié des habitants de Mayotte a moins de 18 ans, selon l'Insee, et quatre jeunes sur 10 âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi ni en formation
  • Ces associations permettent à ces jeunes de reprendre confiance et d'apaiser les tensions entre des villages parfois ennemis

MAMOUDZOU: Dans la petite cour séparant les bâtiments de l'association mahoraise Kaja Kaona, oeuvrant pour l'insertion dans ce territoire particulièrement pauvre, deux jeunes hommes assemblent des tuyaux. "C'est le futur décor de la pièce de théâtre", indique Fataoui, animateur de l'atelier, avant de récupérer du matériel.

Un peu plus loin, quatre jeunes filles sont installées sur des bancs, devant une table basse couverte d'ustensiles de cuisine. Avec une baguette en bois, Anstuya crée des motifs sur les flancs de la planche à découper qu'elle vient de confectionner.

"Je viens ici presque tous les jours", confie la jeune fille de 20 ans qui habite à quelques pas, à Tsoundzou 1, dans le sud de Mamoudzou.

"Ca fait un an que je suis sortie de l'école. J'ai fait un CAP Petite Enfance mais je n'ai pas de papier, je ne peux pas travailler", poursuit la jeune femme, qui vient "pour s'occuper" mais surtout "pour apprendre et découvrir de nouvelles choses".

Kaja Kaona accueille 350 bénéficiaires de 16 à 30 ans, parmi lesquels autant de personnes sans papier que de Mahorais.

"Pour la plupart, c'est trop compliqué de passer de la fin des études au premier emploi. On est là pour les accompagner, valoriser leur savoir-faire et leur donner confiance en eux", confie Aurore Neel, une des co-fondatrices de l'association.

En parallèle, Kaja Kaona met aussi en place des chantiers d'insertion, dans le BTP ou l'agriculture notamment. Les fruits et légumes cultivés servent à alimenter un atelier cuisine qui nourrit chaque jour les bénéficiaires de l'association.

"L'idée est de permettre aux jeunes de monter en compétences. Ils sont généralement extrêmement éloignés de l'emploi. L'enjeu est donc de leur permettre de mettre un pied dans la vie active", reprend Aurore Neel.

Djamardine Mohamed faisait partie de ces jeunes sans perspective jusqu'à ce qu'il co-fonde Kaja Kaona, en 2017.

"En 2015, j'avais fini l'école, je n'avais pas de papier et je tournais en rond", confie-t-il: "Avec des amis, on a décidé de créer cette association. Petit à petit, je suis devenu animateur pour transmettre ce que j'avais appris et depuis novembre 2023, je suis salarié".

Trop de demande

Mais si ces initiatives portent leurs fruits, leur nombre est trop faible au regard des besoins.

"Il pourrait y avoir cinq ou dix Mlezi Maore, ça ne serait pas suffisant", selon Anne Scheuber, directrice générale adjointe de Mlezi Maore, la principale association caritative de Mayotte, qui accueille "2 000 bénéficiaires par an" via des chantiers d'insertion. Avec notamment un garage solidaire, au centre de l'île, où des jeunes apprennent la mécanique.

Car la moitié des habitants de Mayotte a moins de 18 ans, selon l'Insee, et quatre jeunes sur 10 âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi ni en formation. Entre 20 et 29 ans, cette proportion monte même à six sur dix, souligne l'Institut statistique.

Au-delà de l'insertion, ces associations permettent à ces jeunes de reprendre confiance et d'apaiser les tensions entre des villages parfois ennemis.

Nayma, qui lutte contre la prolifération des déchets, emploie ainsi 150 jeunes de Majicavo et Koungou, deux villages du nord de l'île réputés "ennemis", explique Abdou Soilihi Ridhoi, un responsable de l'association.

Pour Mohamed Saïd, 20 ans, impossible d'habitude de mettre un pied à Koungou. "Avec Nayma, il n'y a pas de problème. Et ça permet de créer du lien entre nous, même si on n'habite pas au même endroit", confie le jeune homme originaire de Majicavo, sac poubelle à la main sur une plage de Koungou.

A force de voir des jeunes désœuvrés sur le chemin du travail, Antoy Abdallah a lui aussi créé son association, qui apprend à ceux qui le souhaitent à cultiver des fruits et des légumes pour "offrir des compétences monétisables à ces jeunes sans perspectives".

Son association s'appelle Nari Vouké: "Ca veut dire réussir" en langue shimaoré, précise Antoy Abdallah: "Et c'est ce qu'ils veulent".