Les relations turco-israéliennes mises à l’épreuve après la dernière dispute au sujet du Hamas

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, (à droite) et le ministre turc de la Santé, Fahrettin Koca, (à gauche) s'entretenant avec une patiente palestinienne atteinte d'un cancer, qui a passé la frontière de Gaza pour se rendre en Égypte et a été transportée en Turquie pour y être soignée, au Bilkent City Hospital, à Ankara. (AFP)
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, (à droite) et le ministre turc de la Santé, Fahrettin Koca, (à gauche) s'entretenant avec une patiente palestinienne atteinte d'un cancer, qui a passé la frontière de Gaza pour se rendre en Égypte et a été transportée en Turquie pour y être soignée, au Bilkent City Hospital, à Ankara. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 08 décembre 2023

Les relations turco-israéliennes mises à l’épreuve après la dernière dispute au sujet du Hamas

  • Dans un enregistrement diffusé dimanche à la télévision israélienne, Ronen Bar, le chef du Shin Bet, a déclaré qu’Israël avait l’intention d’éliminer les dirigeants du Hamas au Qatar, au Liban et en Turquie
  • Les relations bilatérales entre la Turquie et Israël n'ont jamais été à l'abri des acteurs mondiaux ou régionaux, affirme l’analyste Betul Dogan-Akkas à Arab News

ANKARA: À la suite de l’engagement du directeur du Service de sécurité intérieure israélien, Ronen Bar, de poursuivre les dirigeants du Hamas à l’étranger, tous les regards sont désormais tournés vers la Turquie pour savoir si cette évolution va encore aggraver les tensions entre les deux pays.

Dans un enregistrement diffusé dimanche sur la chaîne publique israélienne Kan, Ronen Bar, le chef du Shin Bet, a déclaré qu’Israël avait l’intention d’éliminer les dirigeants du Hamas au Qatar, au Liban et en Turquie.

«C'est notre Munich. Cela prendra quelques années, mais nous serons là pour le faire», a-t-il signalé, faisant allusion à l’attaque de 1972 au cours de laquelle des hommes armés palestiniens de Septembre noir avaient tué 11 membres de l’équipe olympique israélienne lors des jeux de Munich.

Israël avait ensuite mené des opérations en guise de représailles contre les membres de Septembre Noir dans différents pays, pendant plusieurs années.

 

CONTEXTE

L’analyste politique Gokhan Cinkara estime que l’appartenance de la Turquie à l’Otan, ainsi que son importante puissance régionale, décourageraient Israël de passer à l’action sur le sol turc

Le contenu de l’enregistrement de Ronen Bar a suscité la réprobation d’Ankara, l’agence officielle Anadolu rapportant que les autorités israéliennes avaient été averties des graves conséquences que généreraient «des opérations illégales sur le territoire turc».

Cette évolution va à l’encontre de la tendance à la réconciliation diplomatique entre la Turquie et Israël, basée en grande partie sur l’étroite collaboration entre les services de renseignement des deux pays.

Cette coopération a permis d'éviter plusieurs attaques visant des citoyens israéliens en Turquie.

De plus, la Turquie a révélé que des réseaux d’espionnage israéliens avaient opéré dans le pays, recueillant des informations sur les résidents palestiniens.

La Turquie aurait demandé à tous les dirigeants politiques du Hamas de quitter le pays le 7 octobre, à la suite de l'attaque du groupe contre Israël, bien que la présidence turque ait réfuté cette affirmation.

Les responsables du Hamas qui résidaient en Turquie y seraient arrivés après l'échange de prisonniers contre Gilad Shalit en 2011. De hauts responsables du Hamas, dont Ismaël Haniyeh, se sont également rendus en toute transparence en Turquie, et ont régulièrement séjourné à Istanbul.

Mercredi, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti que la Turquie ne tolérerait pas les opérations de sécurité israéliennes sur son sol, et a prévenu que cela pourrait avoir de graves conséquences sur les relations bilatérales. «Si Israël ose franchir de tels pas sur le sol turc, il paiera un prix tellement élevé qu’il ne pourra pas s’en remettre», a-t-il déclaré.

Ces derniers jours, Erdogan a sévèrement critiqué le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, et l'a qualifié de «criminel de guerre» et de «boucher de Gaza» – des propos qui ont été rapidement contestés par le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, qui s'est directement adressé au compte en anglais de la présidence turque, indiquant: «Vous pourrez accueillir dans votre pays les terroristes du Hamas qui n’ont pas éliminés et qui ont fui Gaza.»

Gokhan Cinkara, analyste politique et fondateur de l’Ankara Center for Global Politics, estime que les liens de la Turquie avec les dirigeants du Hamas découlent d’une tendance en politique étrangère façonnée par le Printemps arabe.

«Le succès du Hamas aux élections palestiniennes de 2006 a poussé de nombreux acteurs, notamment les États-Unis, à communiquer avec lui. Cependant, les développements ultérieurs, notamment après l’expulsion du Fatah de Gaza et la perte d’influence du Printemps arabe, ont conduit à leur exclusion par les acteurs régionaux», a-t-il indiqué à Arab News.

Gokhan Cinkara pense que l’appartenance de la Turquie à l’Otan, ainsi que son importante puissance régionale décourageraient Israël de passer à l’action sur le sol turc.

Selon Betul Dogan-Akkas, professeure adjointe de relations internationales au département de relations internationales de l’université d’Ankara, les relations turco-israéliennes connaissent des fluctuations depuis des décennies et n’ont jamais été à l’abri des acteurs mondiaux ou régionaux.

«Bien que le Qatar et la Turquie soient également mentionnés dans les communiqués du Shin Bet, je ne considère pas ce scénario comme un acte réaliste ou judicieux pour Israël. Le point le plus faible ici est le Liban. Ni le Qatar ni la Turquie ne réagiront de façon modérée une fois qu’une opération israélienne sur leur sol menacera leur sécurité intérieure», a indiqué Dogan-Akkas à Arab News.

«Quant au Qatar, cela pourrait même saper son rôle de médiateur et ne ferait que le pousser plus loin dans la résistance palestinienne», a-t-elle ajouté.

«Concernant la Turquie, nous ne disposons pas d’informations fiables et officielles sur les noms des dirigeants résidant à Istanbul, mais il est admis de facto qu’il y a des membres du Hamas ou des responsables politiques du Hamas en Turquie. Ces noms ne proviennent pas de la sphère militaire puisque la collaboration de la Turquie avec le Hamas est avant tout idéologique plutôt que basée sur une coopération militaire, comme c’est le cas avec l’Iran», a soutenu Betul Dogan-Akkas.

Les experts mettent en garde contre les effets potentiels de toute attaque israélienne sur les pays où résident des membres du Hamas, pouvant transformer la guerre actuelle en un conflit régional.

«Cela ne signifie pas que ces pays vont rapidement déclarer la guerre à Israël, mais cela anéantira un cessez-le-feu rapide, ou les tentatives visant à trouver une solution à Gaza», a indiqué Dogan-Akkas.

Cependant, on ne sait toujours pas quelle était l’intention derrière les propos de Ronen Bar, les experts demeurant sceptiques sur l’éventualité que la Turquie modifie sa politique à l’égard du Hamas.

Gokhan Cinkara ne s’attend pour l’instant à aucun changement dans les relations de la Turquie avec le Hamas dans le contexte régional actuel.

Mais pour Dogan-Akkas, les propos de Ronen Bar sont avant tout une stratégie tactique visant à montrer au monde la supériorité du renseignement israélien, notamment en réponse aux critiques persistantes concernant les défaillances lors de l’attaque du 7 octobre.

«Ils pourraient prendre en otage des membres du Hamas à l’étranger, mais ce ne serait pas d’Istanbul ou de Doha. En attendant, je ne pense pas que le président Erdogan expulsera purement les personnalités politiques affiliées au Hamas, dans la mesure où ces dernières font déjà profil bas, en ne se prononçant pas de façon publique, mais seulement au sein de leurs petites communautés», a-t-elle déclaré.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit un représentant français à Riyad

Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Short Url
  • Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a reçu, lundi à Riyad, Olivier Cadic, vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées et président du Groupe d’amitié France-Pays du Golfe.

Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines. Ils se sont également concentrés sur l’actualité internationale, rapporte le ministère sur X.

Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ahmed Aboul Gheit: refuser une aide essentielle aux Palestiniens équivaut à une condamnation à mort

Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Short Url
  • Sigrid Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours
  • Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza

LE CAIRE: Refuser aux Palestiniens une aide vitale équivaut à une condamnation à mort et à une punition collective, déclare le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit.

Il a tenu ces propos lors d’une réunion avec Sigrid Kaag, secrétaire générale adjointe de l’ONU et coordonnatrice principale de l’action humanitaire et de la reconstruction pour Gaza, au siège de la Ligue arabe au Caire.

Mme Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours sur le territoire et du blocus qui affecte plus de deux millions de Palestiniens.

Jamal Ruchdi, porte-parole de M. Aboul Gheit, précise que la discussion a porté sur la grave détérioration de la situation humanitaire au cours des dernières semaines et sur les plans proposés pour l’acheminement de l’aide.

Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza en raison de l’approbation tacite accordée à Israël par certaines puissances mondiales importantes. Cette situation a permis aux autorités du pays de se livrer à des actes agressifs pendant leur guerre contre le Hamas de manière répréhensible et déshumanisante.

Sigrid Kaag a discuté avec Ahmed Aboul Gheit de plusieurs idées pour acheminer l’aide et des difficultés rencontrées pour y parvenir en raison de l’intransigeance israélienne.

Tous deux s’accordent pour dire que l’Autorité palestinienne devrait urgemment rétablir son contrôle sur la bande de Gaza pour que la reconstruction puisse commencer, affirme M. Ruchdi.

M. Aboul Gheit réitère que la priorité actuelle est de parvenir à un cessez-le-feu immédiat dans le conflit entre Israël et le Hamas, de mettre un terme à l’effusion de sang et d’éviter la famine au sein de la population palestinienne à Gaza.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Egypte: Huit dirigeants des Frères musulmans, dont leur Guide, condamnés à mort

Un tribunal d'exception du Caire a condamné lundi huit dirigeants des Frères musulmans (Photo, AFP).
Un tribunal d'exception du Caire a condamné lundi huit dirigeants des Frères musulmans (Photo, AFP).
Short Url
  • Tous ces hommes ont déjà été condamnés, parfois à mort, dans d'autres affaires ces dernières années
  • Depuis sa prise de pouvoir, Abdel Fattah al-Sissi a mené une répression féroce contre l'opposition, se concentrant notamment sur les Frères musulmans

LE CAIRE: Un tribunal d'exception du Caire a condamné lundi huit dirigeants des Frères musulmans, dont le guide suprême de la confrérie désormais interdite en Egypte, à la peine de mort pour des violences en 2013 dans la foulée de la destitution de l'islamiste Mohamed Morsi par l'actuel président Abdel Fattah al-Sissi.

La Cour suprême d'urgence de la Sûreté de l'Etat a prononcé la peine capitale pour le Guide Mohammed Badie, aujourd'hui âgé de 80 ans, ainsi que pour plusieurs autres figures du mouvement de M. Morsi, éphémère président démocratiquement élu et aujourd'hui décédé, dont Mahmoud Ezzat, Mohammed El-Beltagy ou Safwat Hegazy.

Tous ces hommes ont déjà été condamnés, parfois à mort, dans d'autres affaires ces dernières années.

La cour a condamné lundi 37 autres accusés dans l'affaire dite "des violences de la route Al-Nasr" à la perpétuité et 13 autres à des peines de 10 à 15 ans de prison, précise le quotidien d'Etat Al-Ahram.

Depuis sa prise de pouvoir, M. Sissi a mené une répression féroce contre l'opposition, se concentrant notamment sur les Frères musulmans dont des milliers de partisans ont été emprisonnés.

Fondée en 1928 en Egypte, la confrérie, désormais interdite dans le pays mais qui a essaimé bien au-delà de ses frontières, a longtemps été le principal mouvement d'opposition en Egypte, malgré la répression rampante, jusqu'à remporter les premières élections libres, dans la foulée du Printemps arabe de 2011.

Le 13 août 2013, un mois après la destitution de M. Morsi, des centaines de ses partisans avaient été tués dans la dispersion de leurs sit-ins au Caire, la police les accusant d'être armés.

Depuis, des milliers de membres des Frères musulmans ont été condamnés à des peines allant de quelques années de prison à la mort, d'autres se sont exilés et plusieurs de leurs dirigeants, dont M. Morsi, sont morts en détention.