À la découverte des trésors cachés de Diriyah, joyau de l'Arabie saoudite

Remplie d'histoires et de légendes, Diriyah offre un aperçu du passé avec ses sites et ses merveilles architecturales bien préservés. (Fourni)
Remplie d'histoires et de légendes, Diriyah offre un aperçu du passé avec ses sites et ses merveilles architecturales bien préservés. (Fourni)
Short Url
Publié le Jeudi 22 février 2024

À la découverte des trésors cachés de Diriyah, joyau de l'Arabie saoudite

  • Diriyah est en train de devenir un pôle culturel et touristique mettant en valeur le meilleur du patrimoine et de l’innovation saoudiens
  • Il existe plusieurs musées à Diriyah, notamment le musée de l'architecture traditionnelle, le musée militaire, le musée du Trésor ou le musée du cheval

RIYAD: Riche d'une importance historique et culturelle, Diriyah éveille l'imagination et suscite la curiosité des voyageurs et des amateurs d'Histoire.

At-Turaif, quartier historique de Diriyah, au nord-ouest de Riyad, est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, Diriyah revêtant une grande importance en tant que lieu de naissance du premier État saoudien.

Pleine d'histoires et de légendes, Diriyah offre un regard sur le passé, avec ses monuments bien conservés et ses merveilles architecturales.

Lors d’un voyage, Sara Hamed, de nationalité égyptienne, a visité la région d'At-Turaif et Diriyah par une nuit d'hiver. «J’ai appris que l’Arabie saoudite était née ici, c’est donc un site fantastique pour commencer le voyage à travers le passé du pays», confie-t-elle à Arab News.

«J'ai été fascinée par la partie présentant des vêtements traditionnels, puisque je m'intéresse à la mode, et j'ai vraiment apprécié le magnifique musée qui expose des objets historiques et d’usage courant, appartenant à des personnalités bien connues, tel l'imam Mohammed Ibn Saoud.»

img 1
Remplie d'histoires et de légendes, Diriyah offre un aperçu du passé avec ses sites et ses merveilles architecturales bien préservés. (Fourni)

Grâce aux mesures continues vers un renouveau, Diriyah est en train de devenir un pôle culturel et touristique mettant en valeur le meilleur du patrimoine et de l’innovation saoudiens.

Eyup Yurtseven, originaire de Turquie, indique pour sa part que «Diriyah murmure l'Histoire à chaque coin de rue. Les rues pavées résonnent de souvenirs de rires partagés entre amis autour d'un café fumant, nichés dans des bâtiments de style ancien. Pour moi, c’est plus qu’un endroit, c'est un baume pour l'âme».

«Chaque fois que le stress me prend, je m’échappe dans les bras de Diriyah. Les palmiers se balancent doucement, offrant de l’ombre et des secrets murmurés au vent. L’air riche en oxygène élimine les soucis, remplacés par la paix prodiguée par les lieux», raconte-t-il. «J'ai hâte de voir se déployer la magie, tout en aimant à jamais le havre qu'elle est déjà», ajoute-t-il.

Lorsque Kenda Nabeel, de Djeddah, a visité Diriyah pour la première fois, elle a été captivée par l’utilisation de la technologie par le musée, et par la manière dont le passé était relié au présent. «Tout le séjour a été aussi simple que merveilleux. J’ai visité le palais de Salwa, un site historique qui retrace une période importante de l’histoire du Royaume, faisant office de fenêtre ouverte sur la fondation du premier État saoudien», affirme-t-elle.

«Tout est très facilement accessible, et j’aime découvrir le passé. J'ai particulièrement apprécié la manière dont les informations étaient transmises au moyen de technologies non conventionnelles, comme des vidéos diffusées sur un vidéoprojecteur. C’était la meilleure chose que j’ai découverte à Riyad, mêlant des éléments historiques avec l’époque contemporaine.»

Il existe plusieurs musées à Diriyah, et notamment le musée de l'architecture traditionnelle, le musée militaire, le musée du Trésor (Beit al-Maal), et le musée du cheval.

Le musée de l'architecture traditionnelle présente des peintures qui racontent l'histoire de l'utilisation de l'argile dans la construction, ainsi que l'histoire de l'architecture et de la construction dans la région du Najd, couvrant toutes les phases de construction et leurs méthodes.

Le musée du Trésor présente différentes monnaies, des techniques de commerce, ainsi que des exemples d’actes de générosité au cours de l’histoire du premier État saoudien, et différents types de dotations. Il existe également des expositions sur le système économique utilisé pour gérer les affaires de Beit al-Maal.

Les récits des batailles et des techniques défensives à Diriyah tout au long de l’existence du premier État saoudien sont concrétisés dans le musée militaire. Au milieu de bâtiments en terre battue, il présente des armes de combat et du matériel qui y est lié.

img 1
La tenue de l'imam Mohammed Ibn Saoud au musée de Diriyah. (Fourni)

Le siège de la troupe de l’Ardah, situé sur la place nord du palais Thunayan ben Saoud, fait également partie du musée.

Certaines des habitations en terre battue du premier État saoudien sont désormais disponibles pour la location, permettant aux visiteurs de découvrir la complexité du passé de Diriyah. Le musée de la vie sociale offre un aperçu détaillé de la vie communautaire à cette époque.

Le cheval arabe possède une valeur culturelle importante dans la région, et le musée présente ainsi l'histoire des chevaux arabes à l’époque du premier État saoudien, dont des informations sur leur élevage, leurs origines, ainsi que des objets antiques ayant appartenu aux anciens chevaliers.

La meilleure période pour visiter Diriyah est l’hiver, d’octobre à mars, en évitant ainsi la chaleur de l’été. Elle devient cependant une destination touristique ouverte toute l’année, avec un calendrier complet d’événements et d’attractions.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Vanity Fair France s’excuse d’avoir retiré l’épinglette palestinienne de Guy Pearce à Cannes

Une image remaniée de l’acteur australien Guy Pearce sans son épinglette du drapeau palestinien publiée par Vanity Fair France (à droite) et la version originale de la photo (à gauche). (Vanity Fair)
Une image remaniée de l’acteur australien Guy Pearce sans son épinglette du drapeau palestinien publiée par Vanity Fair France (à droite) et la version originale de la photo (à gauche). (Vanity Fair)
Short Url
  • Pearce faisait partie des nombreuses célébrités présentes à ce prestigieux festival qui ont exprimé leur solidarité envers la Palestine
  • Parmi les autres personnalités célèbres figurent les actrices Cate Blanchett et Pascale Kann, le mannequin Bella Hadid et la comédienne française Leïla Bekhti

​​​​​​LONDRES: Le magazine Vanity Fair France a été contraint de présenter ses excuses pour avoir retiré une épinglette palestinienne portée par l’acteur Guy Pearce au Festival de Cannes.

Le 21 mai, Vanity Fair a publié un article qui présentait plusieurs photographies de célébrités participant au festival, parmi lesquelles figure Pearce en smoking noir Yves Saint Laurent.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont rapidement remarqué qu’une épinglette du drapeau palestinien visible sur son revers gauche sur d’autres images avait été supprimée.

Le journaliste Ahmed Hathout a été l’un des premiers à remarquer ce remaniement de photo. Il écrit sur X: «Guy Pearce montre sa solidarité envers la Palestine à Cannes en portant une épinglette et Vanity Fair décide de la photoshoper. Ils ne savaient pas que le bracelet était également aux couleurs du drapeau palestinien.»

La filiale française du magazine américain a fait l’objet de nombreuses réactions négatives sur les réseaux sociaux pour ce qui semble être une tentative de censure de la solidarité propalestinienne.

Une utilisatrice, @DarkSkyLady, écrit sur X: «Pouvons-nous enfin admettre que nombre de ces médias sont des outils de propagande du colonialisme et de la suprématie blanche?»

Un autre utilisateur, @Joey_Oey89, a commenté: «Rappel: se désabonner de Vanity Fair. Ils diffament les célébrités qui prennent position contre le génocide et ont clairement exprimé leur position.»

Répondant aux critiques, Vanity Fair France a publié des excuses sous le Tweet de Hathout: «Bonsoir. Nous avons publié par erreur une version modifiée de cette photo sur le site Internet. La version originale a été publiée sur Instagram le même jour. Nous avons rectifié notre erreur et nous nous en excusons.»

L’article publié sur le site Internet du magazine affiche désormais l’image inchangée.

Pearce faisait partie des nombreuses célébrités présentes à ce prestigieux festival qui ont exprimé leur solidarité envers la Palestine à la lumière de l’attaque brutale et du siège imposé par Israël à Gaza.

Parmi les autres personnalités figurent les actrices Cate Blanchett et Pascale Kann, le mannequin Bella Hadid, l’actrice indienne Kani Kusruti, la comédienne française Leïla Bekhti et la cinéaste marocaine Asmae el-Moudir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Chaque printemps, Lisbonne se pare de bleu et mauve à la floraison des jacarandas

Sur la place du Rossio, centre névralgique du vieux Lisbonne avec ses pavés noir et blancs, ou encore dans les rues donnant sur le rond-point du Marquis de Pombal, la grande place centrale de la capitale, on trouve des jacarandas dans les quartiers les plus touristiques. (AFP).
Sur la place du Rossio, centre névralgique du vieux Lisbonne avec ses pavés noir et blancs, ou encore dans les rues donnant sur le rond-point du Marquis de Pombal, la grande place centrale de la capitale, on trouve des jacarandas dans les quartiers les plus touristiques. (AFP).
Short Url
  • Les jacarandas ont été introduits au Portugal au début du XIXe siècle, alors que la famille royale s'était exilée au Brésil pour fuir les invasions françaises
  • Pendant l'absence du roi, la couleur bleu de cet arbre, associée à la monarchie, en a fait un moyen d'"afficher le pouvoir royal", note l'Office du tourisme de Lisbonne sur son site internet

LISBONNE: A chaque printemps, les rues de Lisbonne se couvrent de tonalités éclatantes de bleu et mauve. L'image des jacarandas en fleur, un arbre exotique introduit au XIXe siècle, s'est ainsi imposée comme l'une des cartes postales de la capitale portugaise.

"On trouve des jacarandas dans tout le pays, mais c'est à Lisbonne qu'ils se sont le mieux adaptés" au climat local, explique à l'AFP Ana Luisa Soares, la directrice du jardin botanique d'Ajuda, où ont été plantés les premiers arbres importés du Brésil, une des anciennes colonies portugaises.

Les jacarandas ont été introduits au Portugal au début du XIXe siècle, alors que la famille royale s'était exilée au Brésil pour fuir les invasions françaises.

Pendant l'absence du roi, la couleur bleu de cet arbre, associée à la monarchie, en a fait un moyen d'"afficher le pouvoir royal", note l'Office du tourisme de Lisbonne sur son site internet.

Les jacarandas se sont répandus grâce à Félix Avelar Botero, considéré comme le père de la botanique au Portugal, qui "a alors commencé à offrir des graines de cet arbre" un peu partout dans la ville, précise Mme Soares.

Cette architecte paysagiste est à la tête d'un jardin botanique fondé au XVIIIe siècle qui rassemble de nombreuses espèces provenant des anciennes colonies portugaises en Afrique, en Amérique du sud et en Asie.

Depuis leur introduction, le nombre de jacarandas n'a cessé de croître dans la capitale.

"C'est un arbre qui ne présente pas beaucoup de problèmes. Il a une grande longévité, il fleurit presque toujours. C'est une espèce qui s'est exceptionnellement bien adaptée", explique l'une des responsables de la direction de l'Environnement à la mairie de Lisbonne, Ana Julia Francisco.

« Féérique »

Aujourd'hui encore, la municipalité continue de planter des jacarandas en évitant les endroits venteux, où ils ont plus de mal à se développer.

Sur la place du Rossio, centre névralgique du vieux Lisbonne avec ses pavés noir et blancs, ou encore dans les rues donnant sur le rond-point du Marquis de Pombal, la grande place centrale de la capitale, on trouve des jacarandas dans les quartiers les plus touristiques.

A l'heure d'Instagram et des réseaux sociaux, les touristes, qui aiment se prendre en photo devant les arbres en fleur et les tapis de pétales violets recouvrant les trottoirs de la capitale lorsqu'ils commencent à tomber, contribuent à leur popularité.

"C'est magnifique!", s'exclame Cheryl Mitchel, une retraitée de 76 ans originaire d'Atlanta, aux Etats-Unis, qui se plaît à les prendre en photo.

"C'est très printanier. C'est féérique. Je trouve que cela représente bien Lisbonne", estime pour sa part Magali Cirillo, une assistante sociale française de 34 ans, en vacances à Lisbonne.

Egalement très appréciés des Lisboètes, les jacarandas suscitent parfois quelques critiques en raison des inconvénients provoqués par les fleurs qui tombent au sol et se décomposent en recouvrant les trottoirs d’une substance poisseuse.

Lorsqu'elle plante de nouveaux arbres, la municipalité tente d'éviter au maximum les endroits qui pourraient créer des inconvénients pour les riverains.

"Mais leur beauté vaut bien quelques désagréments!", assure Mme Francisco avec un sourire.


Sofia Carson en robe Elie Saab sur le tapis rouge

 Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Short Url
  • Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté
  • À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause

DUBAÏ: L'actrice américaine Sofia Carson a fait le choix d’une robe du créateur libanais Elie Saab lors de la cérémonie de clôture du 77e festival de Cannes.

La star, qui a déjà arboré des marques libanaises sur de nombreux tapis rouges dans le passé, a opté pour un ensemble aux tons olive de la collection couture printemps/été 2024 du créateur.

Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté.

Cette dernière apparition sur le tapis rouge témoigne de l’engouement de Sofia Carson pour les couturiers libanais. En 2022, l'actrice de Purple Hearts a été aperçue à New York portant un ensemble signé Zuhair Murad. Elle a assisté au Global Citizen Festival dans un ensemble coordonné de la collection Resort 2023 de Zuhair Murad. La tenue comprenait un haut court et une minijupe assortie de cuissardes en cuir.

À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause, en mémoire de son ancien partenaire Cameron Boyce, décédé à l'âge de 20 ans des suites d'une crise d'épilepsie.

En 2024, le festival de Cannes, désormais terminé, a vu défiler plusieurs tenues créées par des designers arabes.

carson
La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé Leomie Anderson. (Getty Images).

La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé la mannequin et présentatrice de télévision britannique Leomie Anderson lors du gala 2024 de l'Amfar à Cannes. La tenue se composait d'une minirobe avec une jupe en filet ajustée en dessous.

Plusieurs célébrités ont également opté pour des créations de Zuhair Murad lors de cet événement prestigieux. Parmi elles, on compte la mannequin allemande Toni Garrn, la commentatrice sportive Alex Scott et la mannequin brésilienne Thayna Soares.

La mannequin allemande Kim Dammer a, quant à elle, ébloui le tapis rouge dans une robe noire glamour à col licou, brodée de formes géométriques par le couturier libanais Rami Kadi. L'actrice turque Hande Ercel a arboré une robe noire ornée de perles rouges et bleues, une création du designer libanais Nicolas Jebran.

L'actrice égyptienne Yasmine Sabri a également fait sensation avec une robe argentée éblouissante du créateur libanais Jean Pierre Khoury. La robe était ornée de milliers de perles scintillantes, cousues à la main sur une silhouette corsetée, selon la maison de couture.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com