La Syrie entre crise humanitaire et divergences au Conseil de sécurité

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a annoncé mercredi 20 janvier 2021 que la prochaine série de pourparlers en vue de la révision de la constitution du pays ravagé par la guerre débutera à Genève le 25 janvier. Il a exhorté les parties à passer à la rédaction de cette constitution. (Photo, AP/Archives)
L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a annoncé mercredi 20 janvier 2021 que la prochaine série de pourparlers en vue de la révision de la constitution du pays ravagé par la guerre débutera à Genève le 25 janvier. Il a exhorté les parties à passer à la rédaction de cette constitution. (Photo, AP/Archives)
Short Url
Publié le Jeudi 21 janvier 2021

La Syrie entre crise humanitaire et divergences au Conseil de sécurité

  • «Jaafari n'est pas un représentant légitime du peuple syrien»
  • Dans sa déclaration finale au conseil, Kelly Craft, l'ambassadrice américaine sortante auprès de l'ONU, a refoulé ses larmes en partageant des histoires tragiques sur les camps de réfugiés syriens

NEW YORK: Les émotions étaient à fleur de peau lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU mercredi, pendant que les membres permanents échangeaient attaques et accusations.

Cela s'est produit au moment où Geir Pedersen, Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, et Mark Lowcock, sous-Secrétaire général aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence, ont lancé les derniers avertissements sur le sort du peuple syrien, après une décennie de tuerie et de destruction causée par la guerre civile.

Ils ont exhorté la communauté internationale à ne pas tourner le dos aux Syriens et à la crise humanitaire à laquelle ils sont confrontés.

Bashar Jaafari, ancien représentant syrien à l’ONU et vice-ministre des Affaires étrangères du pays, a attribué la situation alarmante aux pays occidentaux.

Il les a accusés de «piller les richesses de la Syrie» et de lancer des «accusations non-fondées» contre le régime du président syrien Bashar Assad, tout en indiquant que l’Occident ne fait que promouvoir la violence et la haine et transmettre la propagation du «terrorisme sans frontières».

Jaafari a également accusé les pays occidentaux d’adopter une approche de deux poids deux mesures. Il affirme que si l'attaque du Capitole américain le 6 janvier par une foule de droite s'était produite dans un pays non occidental, elle aurait été qualifiée de «printemps», ou de «Révolution orange» ou une quelconque expression de liberté. Mais «comme ça s'est produit dans une capitale occidentale, l’incident a été condamné par le monde entier», a-t-il souligné.

Jaafari s’est ensuite adressé à son homologue turc pour accuser Ankara de «terrorisme». Ce dernier a refusé de répondre, puisque «Jaafari n'est pas un représentant légitime du peuple syrien».

La réunion a été convoquée à la demande de Tarek Ladeb, le Représentant permanent de la Tunisie auprès des Nations Unies , et qui assure la présidence du Conseil de sécurité pour le mois en cours.

La réunion a eu lieu alors que le Comité constitutionnel syrien se prépare à se réunir pour une cinquième série de pourparlers à Genève la semaine prochaine sous l’égide de Pedersen.

Le comité fait partie d'un processus facilité par l'ONU qui vise une réconciliation entre le régime d'Assad et l'opposition en modifiant la constitution existante ou en rédigeant une nouvelle.

Dix ans de guerre ont laissé des millions de Syriens «avec un traumatisme profond, une pauvreté extrême, une insécurité personnelle et un manque d'espoir pour l'avenir», a confié Pedersen au Conseil de sécurité. «Pour la plupart des syriens, la lutte quotidienne pour survivre éclipse la majorité des autres problèmes».

Pour Pedersen, la pandémie de la Covid-19, les retombées de la crise au Liban et des facteurs internes tels que les économies de guerre, la corruption et la mauvaise gestion créent ensemble «un tsunami lent qui frappe la Syrie toute entière».

Il a de plus insisté sur la nécessité de veiller à ce que toute sanction supplémentaire imposée au régime syrien ne rajoute pas à la détresse du peuple syrien. Et si les dix derniers mois ont été les plus calmes depuis le début du conflit, l’escalade des violences escalades dans le nord-est du pays continuent de perturber cette paix relative, tout comme les frappes israéliennes, les attaques continues de Daech, les bombardements et les frappes aériennes mutuels à Idlib et les turbulences dans le sud-ouest.

Les attaques continuent de faucher des vies, et les Syriens font face à beaucoup d'autres dangers. Parmi ceux-là on compte des enlèvements, des détentions arbitraires, des activité criminelles ainsi que l'amplification des attaques terroristes.

«Cela n’est qu’un calme fragile qui pourrait basculer dans la violence à tout moment», a avoué Pedersen.

L’Envoyé reconnaît que le processus politique n’a pas encore abouti à des changements évidents, ni à aucune vision réelle de l'avenir des Syriens, mais il souligne la nécessité de persister avec des mesures pour renforcer la confiance. Il cite à titre d’exemple l’accès humanitaire complet et sans entrave, un cessez-le-feu durable à l'échelle nationale, et le droit de visite aux détenus.

Lowcock a pour sa part brossé un tableau sombre de la crise humanitaire en Syrie. Il a déclaré au conseil de sécurité que les Syriens sont confrontés à des niveaux sévères d'insécurité alimentaire, à des pénuries de carburant et à des coupures d'électricité pendant cet hiver rigoureux, ainsi qu’à une dépendance croissante au travail des enfants.

Le mauvais temps oblige les gens à «passer des nuits entières debout dans leurs tentes en raison de la crue des eaux», se désole Lowcock, et il avertit qu'une nouvelle vague d'infections à la Covid-19 est imminente.

Lowcock a souligné les conditions désespérées dans le célèbre camp de réfugiés d'Al-Hol, qui abrite des milliers de femmes et d'enfants d'anciens militants de Daech. Malgré la recrudescence des incidents violents là-bas ces derniers mois, il insiste que des mesures de sécurité doivent être prises sans mettre en danger les résidents, violer leurs droits ou restreindre l'accès humanitaire. La plupart des 62 000 des résidents du camp ont moins de 12 ans, et ils «grandissent dans des conditions inacceptables», rappelle-t-il.

Lowcock a réitéré l'engagement de l'ONU à fournir une aide humanitaire, mais ceci nécessite «un financement adéquat, un accès amélioré aux camps et la fin de la violence qui tourmente les Syriens depuis près d'une décennie».

Dans sa déclaration finale au conseil, Kelly Craft, l'ambassadrice américaine sortante auprès de l'ONU, a refoulé ses larmes en partageant des histoires tragiques sur les camps de réfugiés syriens qu'elle a visités en Turquie. Elle a imploré le monde de ne jamais abandonner le peuple syrien.

«Ouvrez les yeux devant les horreurs de ce conflit» et faite ce qu’il faut pour instaurer la paix, a-t-elle signalé.

«Bombardés, affamés, déplacés et tourmentés par le régime d'Assad et ses partisans, ces victimes dont la majorité sont des femmes et des enfants, qui nous ont chargé dans ce conseil pour assurer leur sécurité et pour les maintenir en vie,» elle a ajouté.

Craft a condamné «la dynamique politique qui afflige ce conseil et continue de refuser au peuple syrien un chemin vers la paix, la stabilité et l'espoir. Ce conseil échoue chaque fois dans sa mission pour exaucer le rêve des millions de civils syriens, pas seulement aujourd'hui mais depuis plus d'une décennie. Cela est vraiment épouvantable.

Elle a ainsi accusé le régime d'Assad de bloquer intentionnellement les progrès du comité constitutionnel dans le but de détourner l'attention de la communauté internationale des milliers de civils tués ou blessés par le régime «et les attaques barbares de ses alliés lâches», pendant qu'il se prépare à «des fausses élections présidentielles cette année.

Elle ajoute: « de telles élections seraient illégitimes que les États-Unis ne les reconnaîtront jamais».

Craft a déclaré que toute élection doit garantir la participation des Syriens qui sont des réfugiés, des déplacés internes ou qui font partie de la diaspora, tout en réitérant que les États-Unis retiendraient le financement de la reconstruction jusqu'à ce que le processus politique de l'ONU en Syrie soit terminé.

L’ambassadrice a fustigé ses collègues russes qui «relatent une histoire très différente (sur la Syrie) à ce Conseil, une histoire insupportable par sa malhonnêteté et son cynisme».

Après avoir souhaité bonne chance à Craft pour l’avenir, Vasily Nebenzya, ambassadeur de Russie auprès de l’ONU, a déclaré: «Je vais maintenant passer à la version de la Russie sur la Syrie».

Il a reproché à l’ONU de «se taire» pendant que les revenus des ressources naturelles de la Syrie «ne coulent pas dans les coffres de la Syrie». Il a également défendu le régime d'Assad, affirmant que «Damas fait tout ce qu'il peut pour maintenir l'économie à flot» tandis que les sanctions internationales la font s'effondrer.

L'ambassadeur du Royaume-Uni, James Paul Roscoe, a rejeté cette suggestion en affirmant que la véritable cause de la tragédie en Syrie était «le népotisme, la corruption et les attaques brutales du régime contre son peuple». Il a également demandé que ce régime soit tenu responsable de ses crimes.

Pedersen a réitéré que la résolution de l'ONU sur la Syrie stipule que le processus politique dans le pays «doit être préservé et dirigé par les Syriens, mais le conflit est extrêmement internationalisé, avec cinq armées étrangères actives en Syrie».

Le monde ne peut donc pas «prétendre que les solutions sont uniquement entre les mains des Syriens, ou que l'ONU peut le faire seule», a-t-il ajouté. Bien que des élections libres et transparentes, fondées sur les dispositions de la résolution 2254 du Conseil de sécurité, «semblent encore loin», Pedersen assure qu'une «diplomatie internationale plus sérieuse et plus coopérative «pourrait permettre de véritables progrès, comme elle pourrait tracer une voie sûre et sécurisée afin de sortir de cette crise qui anéanti l’ensemble de la Syrie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A La Mecque, les commerçants misent sur le hajj pour se refaire une santé

Short Url
  • «Nous avons eu peu de clients» pendant les deux dernières saisons, mais aujourd'hui, «c'est comme avant, et même mieux», dit M. Mekhlafi
  • Un million de fidèles, dont 850 000 venus de l'étranger, sont attendus cette année pour le grand pèlerinage musulman, alors que les autorités saoudiennes n'en avaient admis que 60 000 en 2021

LA MECQUE : "Les affaires reprennent, grâce à Dieu", se félicite Abdallah Mekhlafi dans son magasin de tapis de prière à La Mecque, ville sainte de l'ouest de l'Arabie saoudite qui accueille son plus grand nombre de pèlerins depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Deux ans de restrictions drastiques ont vidé les magasins et les hôtels de la région, mais en voyant les pèlerins affluer cette semaine pour le hajj, les commerçants espèrent bien se rattraper.

"Nous avons eu peu de clients" pendant les deux dernières saisons, mais aujourd'hui, "c'est comme avant, et même mieux", dit M. Mekhlafi.

Un million de fidèles, dont 850 000 venus de l'étranger, sont attendus cette année pour le grand pèlerinage musulman, alors que les autorités saoudiennes n'en avaient admis que 60 000 en 2021, tous résidant en Arabie saoudite, et à peine un millier l'année précédente.

On reste toutefois loin des 2,5 millions de pèlerins venus en 2019 pour accomplir le hajj qui se déroule pendant cinq jours à La Mecque et dans la région avoisinante.

''
Des fidèles musulmans se rassemblent devant la Kaaba de la Grande Mosquée de La Mecque, la ville sainte d'Arabie saoudite, le 2 juillet 2022. (AFP).

Le pèlerinage annuel à La Mecque est l'un des cinq piliers de l'islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie, s'il en a les moyens.

Une «différence énorme»

Le hajj, qui coûte au moins 4 800 euros, et la "omra" (petit pèlerinage, qui peut être effectué tout au long de l'année), sont une manne pour les compagnies aériennes et les agences de voyage.

Avec des revenus annuels estimés à 10,3 milliards d'euros en temps normal, ils soutiennent les objectifs de diversification du royaume, qui cherche à réduire sa dépendance au pétrole, et font tourner l'économie de La Mecque.

Après un boom de la construction, avec une multiplication des centres commerciaux, appartements et hôtels de luxe, la Mecque a connu un ralentissement depuis le début de la pandémie.

Mais aujourd'hui, le quartier proche de la Grande Mosquée où se situe le principal centre commercial de la ville et de nombreux hôtels, grouille à nouveau de pèlerins passant d'un magasin de souvenirs à l'autre ou partageant leurs repas sous des palmiers.

"Il y a une énorme différence entre cette année et les précédentes. Cette année, nous voyons beaucoup de pèlerins qui redonnent sa gloire à la Grande Mosquée", souligne Amine, un parfumeur de 32 ans.

"Les pertes étaient importantes, mais les choses vont mieux".

40% des niveaux de 2019

Durant la pandémie, la baisse des prix du pétrole a poussé l'Arabie saoudite à adopter des mesures d'austérité, augmentant la taxe sur la valeur ajoutée et réduisant les allocations aux fonctionnaires.

Mais avec la reprise des cours, notamment depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février dernier, la situation a totalement changé.

L'économie saoudienne a connu au premier trimestre son taux de croissance le plus important en dix ans, frôlant les 10%, tirée par l'essor du secteur pétrolier.

"Les pertes au cours des deux dernières années ont été importantes, mais nous commençons à voir une reprise, et le (hajj) cette année est une bonne nouvelle", affirme Salem Ali Shahran, directeur des opérations de la plus grande chaîne d'hôtels de La Mecque.

"Nous sommes à 40% des niveaux de 2019. Nous espérons des chiffres plus importants dans les années à venir.", indique-t-il.

Le Fonds monétaire international prévoit une croissance de 7,6% dans le royaume en 2022.

Le prince héritier Mohamed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume, cherche depuis 2017 à accélérer la diversification de l'économie saoudienne, en misant notamment sur le tourisme.

L'Arabie saoudite veut accueillir cette année trois fois plus de visiteurs étrangers qu'en 2021, soit 12 millions, a indiqué le ministre du Tourisme Ahmed al-Khatib à l'AFP en juin.

Le royaume vise 100 millions de touristes, étrangers et locaux, à l'horizon 2030, dont 30 millions à La Mecque et à Médine, les deux sites les plus sacrés de l'islam.


Au Caire, la famille qui habillait d'or La Mecque

A partir de 1927, la production a commencé à se délocaliser vers La Mecque, dans le royaume naissant d'Arabie saoudite. Depuis 1962, la Kiswa est confectionnée dans la ville sainte. (AFP).
A partir de 1927, la production a commencé à se délocaliser vers La Mecque, dans le royaume naissant d'Arabie saoudite. Depuis 1962, la Kiswa est confectionnée dans la ville sainte. (AFP).
Short Url
  • En 1924, le grand-père de M. Othmane a eu l'honneur suprême de broder la «kiswa», le drapé noir recouvrant la Kaaba qui abrite en son angle oriental la Pierre noire, un bétyle vénéré depuis l'Arabie préislamique et aujourd'hui relique sacrée des musulmans
  • Cette étoffe de 658 m2 en soie naturelle brodée de métaux précieux est changée chaque année pour le hajj, le grand pèlerinage de La Mecque

LE CAIRE : Sous un ventilateur dans le Vieux Caire, Ahmed Othmane brode une épaisse étoffe noire de versets coraniques avec des fils d'or, à l'image de celles que ses aïeuls confectionnaient pour La Mecque, ville la plus sainte de l'islam.

Il y a 100 ans, les créations de la famille Othmane étaient envoyées vers La Mecque en grande pompe pour y recouvrir la Kaaba, l'édifice cubique vers lequel se tournent les musulmans du monde entier pour prier.

Aujourd'hui, dans son atelier du Khan el-Khalili, le marché touristique du Caire, comme tous ses collègues, cet artisan de 51 ans doit faire face à la flambée des prix des matières premières, la baisse drastique du tourisme, un pouvoir d'achat des Egyptiens en chute libre et une jeunesse peu encline à travailler dans l'artisanat.

En 1924, le grand-père de M. Othmane a eu l'honneur suprême de broder la "kiswa", le drapé noir recouvrant la Kaaba qui abrite en son angle oriental la Pierre noire, un bétyle vénéré depuis l'Arabie préislamique et aujourd'hui relique sacrée des musulmans.

Cette étoffe de 658 m2 en soie naturelle brodée de métaux précieux --or ou argent-- est changée chaque année pour le hajj, le grand pèlerinage de La Mecque.

"C'était un rituel sacré", se souvient M. Othmane. "D'une année à l'autre, dix artisans cousaient la kiswa avec des fils d'argent", si délicats, dit-il, qu'il faut compter une journée pour 10 à 20 cm de broderies.

La Mecque, Nasser et Poutine

Cette étoffe a longtemps été offerte par divers pays musulmans. A partir du 13e siècle, les artisans égyptiens se sont réparti sa fabrication et ses broderies. Elle était acheminée ensuite vers La Mecque par les autorités. Le cortège de gardes et de religieux était acclamé tout au long du trajet par des Egyptiens en liesse qui l'aspergeaient d'eau de rose depuis leurs balcons.

A partir de 1927, la production a commencé à se délocaliser vers La Mecque, dans le royaume naissant d'Arabie saoudite. Depuis 1962, la Kiswa est confectionnée dans la ville sainte.

Le père de M. Othmane a alors commencé à broder des insignes militaires parfois pour des clients célèbres, raconte son fils pas peu fier: il a orné les uniformes des présidents égyptiens Gamal Abdel Nasser et Anouar al-Sadate.

Et il aurait même raccommodé l'insigne d'un agent du KGB au Caire, un certain ... Vladimir Poutine.

Mais surtout la famille Othmane s'est mise "à broder des versets coraniques sur des tapisseries" avant de reproduire des éléments de la kiswa, explique M. Othmane à l'AFP.

"Aujourd'hui, la plupart de nos clients veulent une réplique de la kiswa jusque dans les moindres détails", ajoute-t-il.

Pour un pan de l'étoffe, il faut compter plusieurs milliers de dollars, alors que pour de petits formats, 100 livres égyptiennes (environ cinq euros) suffisent, assure-t-il.

Héritage

Depuis le Covid-19, il ne vend plus qu'environ "deux pièces par mois", alors qu'avant, dit-il, il écoulait chaque jour au moins une tapisserie.

Et si les touristes font un timide retour, ils "font plus attention à leur argent parce que personne ne sait ce qui l'attend" entre pandémie mondiale et guerre en Ukraine.

Malgré tout, un fil après l'autre, M. Othmane maintient la tradition familiale dans son atelier où s'amoncellent les tentures foncées délicatement parées de dorures coraniques.

Ici, de père en fils depuis plus d'un siècle, on pratique le "taqsib", l'art de broder des versets du Coran avec du fil en or ou en argent.

Au milieu de ses employés, dos courbé sur leurs métiers à tisser, M. Othmane, qui l'a appris enfant auprès de son père, veut "faire survivre et transmettre fidèlement ce savoir-faire".

Mais recruter des jeunes est une gageure, dit-il, car "ils peuvent gagner 10 à 15 euros en conduisant" un touk-touk ou un minibus, qui transportent une bonne part des 25 millions de Cairotes chaque jour, "plutôt que de se casser le dos dans un atelier de broderie".

Aujourd'hui, pour M. Othmane, il ne reste plus qu'une dizaine de brodeurs "authentiques".

Mais il est déterminé à maintenir cet héritage en Egypte. Car c'est là que son aïeul a décidé de poser ses valises et son métier à tisser après avoir quitté sa Turquie natale il y a un siècle et demi.


Les autorités saoudiennes soignent plus de 43 000 pèlerins à la veille du Hajj

25 000 spécialistes de la santé soigneront les pèlerins tout au long du pèlerinage annuel. (SPA)
25 000 spécialistes de la santé soigneront les pèlerins tout au long du pèlerinage annuel. (SPA)
Short Url
  • Grâce à l'hôpital virtuel mis en place par le ministère de la Santé, quatre crises cardiaques ont été identifiées
  • Le Hajj se déroule pendant l'un des mois les plus chauds de l'année en Arabie saoudite

RIYAD: Les autorités de santé en Arabie saoudite ont soigné 43 425 pèlerins à la veille de la saison du Hajj, qui commence mercredi, a rapporté lundi l'agence de presse saoudienne.

Les chiffres du ministère de la Santé font état de cinq opérations à cœur ouvert, de soixante-six cathétérismes cardiaques, de cent quatre-vingt-deux séances de dialyse, de deux interventions par endoscopie et de quatre-vingt-quinze interventions chirurgicales. Ces soins ont été administrés entre le 31 mai et le 3 juillet.

Au total, les hôpitaux ont accueilli plus de 290 pèlerins et une femme a accouché.

Grâce à l'hôpital virtuel mis en place par le ministère de la Santé, quatre crises cardiaques ont été identifiées et plus de 740 pèlerins ont pu consulter des soignants via l'application Sehhaty.

Les autorités saoudiennes ont aménagé 23 hôpitaux et 147 cliniques répartis entre La Mecque, Médine et les sites de pèlerinage rituels. Ces établissements peuvent accueillir 4 654 patients, dont 1 080 en soins intensifs.  

En effet, le Hajj se déroule pendant l'un des mois les plus chauds de l'année en Arabie saoudite. Ainsi, près de deux cent trente lits accueilleront les pèlerins qui présenteront des signes d'épuisement en raison de la chaleur.

25 000 spécialistes de la santé soigneront les pèlerins tout au long de ce pèlerinage annuel.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com