Jérusalem-Est : Israël maintient sa position, la communauté internationale s'inquiète

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, affirme qu'Israël refuse catégoriquement de se soustraire aux pressions qui visent à lui interdire de poursuivre les constructions à Jérusalem. (Dossier/AFP)
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, affirme qu'Israël refuse catégoriquement de se soustraire aux pressions qui visent à lui interdire de poursuivre les constructions à Jérusalem. (Dossier/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 10 mai 2021

Jérusalem-Est : Israël maintient sa position, la communauté internationale s'inquiète

  • Le pape François appelle, lui aussi, à mettre un terme à la violence dans la ville de Jérusalem
  • Seul membre arabe du Conseil de sécurité des Nations unies, la Tunisie a appelé, en concertation avec la Palestine, à une session qui se tiendrait ce lundi afin d’évoquer cette escalade inquiétante de la violence

LONDRES: Israël «refuse catégoriquement» de se soustraire aux pressions qui visent à lui interdire de poursuivre ses activités de construction à Jérusalem, a fait savoir dimanche le Premier ministre, Benjamin Netanyahou. Cette déclaration intervient après la condamnation généralisée, par la communauté internationale, de l'expulsion des Palestiniens des maisons de la ville, revendiquée par les colons juifs.

«Nous refusons catégoriquement de nous soustraire aux pressions qui visent à nous interdire de construire à Jérusalem. Je regrette de constater que cette pression s'est intensifiée récemment», déclare Netanyahou lors d'une allocution télévisée qui précédait les commémorations nationales du contrôle de Jérusalem-Est par Israël lors de la guerre de 1967.

«Je dis aussi à nos meilleurs amis: Jérusalem est la capitale d'Israël. Comme toute nation construit dans sa capitale et construit sa capitale, nous avons également le droit de construire à Jérusalem et de construire Jérusalem. Voilà ce que nous avons fait et ce que nous continuerons à faire», affirme M. Netanyahou.

Ces paroles sont prononcées alors que le ministère israélien de la Justice a annoncé que l’audience décisive de lundi, qui concerne la possible expulsion de familles palestiniennes à Jérusalem pour céder la place à des colons juifs, serait reportée.

«Compte tenu des circonstances et à la demande du procureur général, l'audience ordinaire prévue pour demain, 10 mai 2021 [...], est annulée», annonce la Cour dans un communiqué, ajoutant qu'une nouvelle audience aurait lieu dans un délai de trente jours.

En effet, ce report survient au terme de plusieurs jours d'affrontements entre manifestants palestiniens et forces de sécurité israéliennes, attisés en partie par le différend survenu dans le quartier de Sheikh Jarrah.

Dans le même temps, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a exhorté les autorités israéliennes à renoncer à la violence contre les enfants et à libérer tous les détenus. En effet, trente-sept enfants palestiniens ont été blessés et arrêtés à Jérusalem-Est au cours des deux derniers jours.

«Au cours de ces deux derniers jours, vingt-neuf enfants palestiniens ont été blessés à Jérusalem-Est, notamment dans la vieille ville et le quartier de Sheikh Jarrah, [et] huit autres ont été arrêtés.»

«Un enfant d'un an fait partie des blessés. Les hôpitaux ont accueilli des enfants blessés à la tête et à la colonne vertébrale», rapporte l’Unicef, qui affirme avoir reçu des informations selon lesquelles on aurait empêché les ambulances de se rendre sur place pour secourir et évacuer les blessés. L’organisme indique en outre qu’une clinique installée sur place aurait été attaquée et fouillée.

«Il convient de préserver tous les enfants de la violence et de les tenir à l'abri du danger à tout moment. Il faut garantir le droit des familles à accéder aux lieux de culte ainsi que le droit des personnes blessées à être secourues sans aucune restriction», indique l'Unicef dans un communiqué.

Pour sa part, le pape François a exprimé son inquiétude face aux événements que connaît Jérusalem. Il souligne que «la violence n’engendre que la violence», ajoutant: «Mettons fin à ces affrontements.»

«Je prie pour que [Jérusalem] soit un lieu de rencontre et non d'affrontements violents, un lieu de prière et de paix. J'invite chacun à rechercher des solutions communes afin que l'identité multi-religieuse et multiculturelle de la Ville Sainte soit respectée et que la fraternité prévale», déclare-t-il après la prière du Regina Cæli.

Dimanche, la Jordanie a elle aussi exhorté Israël à cesser ce qu'elle a qualifié d'attaques «barbares» contre les fidèles de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem. Par ailleurs, elle a fait savoir qu'elle entendait accentuer la pression de la communauté internationale.

La Jordanie, gardienne des sites musulmans et chrétiens de Jérusalem, estime qu'Israël est tenu de respecter les fidèles ainsi que le droit international qui préserve les droits des Arabes.

Le roi Abdallah II a dénoncé ces violations. Il dit refuser les tentatives des autorités israéliennes qui visent à bouleverser la donne démographique à Jérusalem-Est, ainsi que toutes les mesures qui tentent de dénaturer le statut historique et juridique de la ville. En outre, le roi a exhorté Israël à se conformer au droit international ainsi qu’au droit humanitaire international.

Le roi Abdallah s'est entretenu par téléphone avec le président palestinien, Mahmoud Abbas, et il a assuré que la Jordanie continuerait à protéger les Lieux saints islamiques et chrétiens ainsi qu’à préserver leur identité arabe et islamique. Il a également lancé un appel à une coordination entre les pays arabes en faveur de la cessation des violations commises par Israël à Jérusalem-Est et dans la mosquée Al-Aqsa.

«Les violations commises par la police et les forces spéciales israéliennes, qu'il s'agisse de violations contre la mosquée ou d'attaques contre des fidèles, constituent un [comportement] barbare, inacceptable et qu’il faut dénoncer», affirme un communiqué du gouvernement.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, précise que la Jordanie fera de son mieux pour défendre les droits des Palestiniens face aux revendications territoriales des colons juifs.

«En tant que force d'occupation, Israël se doit de garantir les droits des Palestiniens dans leurs foyers», explique M. Safadi dans des commentaires diffusés par les médias officiels.

Seul membre arabe du Conseil de sécurité des Nations unies, la Tunisie a appelé, en concertation avec la Palestine, à une session qui se tiendrait ce lundi afin d’évoquer cette escalade inquiétante de la violence et les pratiques israéliennes agressives dans les territoires palestiniens.

Par ailleurs, cette demande est appuyée par le Niger, la Norvège, l'Irlande, le Vietnam, Saint-Vincent-et-les-Grenadines ainsi que par la Chine, actuelle présidente du Conseil de sécurité.

La session en question abordera non seulement les agressions israéliennes contre les Palestiniens, mais aussi leur obstination à pratiquer des politiques expansionnistes, notamment en ce qui concerne les projets de colonisation, la démolition et la dépossession de maisons, le déplacement de familles palestiniennes, la saisie de terres ainsi que la dénaturation de l'identité historique et civilisationnelle de la ville de Jérusalem, fait savoir le ministère tunisien des Affaires étrangères.


«Ces pratiques constituent une violation flagrante du droit international, une menace pour la paix et la sécurité internationales, et elles sapent les efforts qui sont entrepris en faveur d’une paix juste et globale dans la région», ajoute le ministère.


Les ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe ont annoncé qu’une réunion d'urgence se tiendrait mardi à la demande de la Palestine; cette demande est soutenue par plusieurs pays.

Dans un communiqué, le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Hossam Zaki, précise que «la réunion portera sur les crimes et les agressions israéliennes qui visent la ville occupée de Jérusalem ainsi que les sanctuaires islamiques et chrétiens, en particulier la mosquée Al-Aqsa. Elle évoquera également les attaques brutales d'Israël et ses projets qui consistent à confisquer les maisons des familles palestiniennes dans le quartier de Sheikh Jarrah en vue de dépeupler la ville et de déplacer ses habitants».

Selon M. Zaki, il a été décidé que cette rencontre réunirait des ministres plutôt que des ambassadeurs, en raison de la «gravité des attaques israéliennes». En effet, «[ces dernières] relèvent de la politique systématique du régime sioniste, qui entend judaïser Jérusalem et altérer son actuel statut juridique et historique, ainsi que celui de ses lieux de culte».

De son côté, le Parlement arabe a annoncé la tenue d'une session d'urgence le 19 mai au Caire afin d’évoquer ces mêmes problèmes.

Le président du Parlement arabe, Adel ben Abdelrrahman al-Assoumi, souligne qu'Israël doit impérativement mettre un terme aux crimes qu'il commet contre le peuple palestinien et respecter tous ses droits, notamment celui qui consiste à créer un État palestinien indépendant, avec Jérusalem-Est pour capitale.

Pour sa part, l'Organisation de la coopération islamique (OCI) prévoit également de tenir une session d'urgence mardi.

En effet, des dizaines de Palestiniens ainsi que des policiers israéliens ont été blessés ces derniers jours lors des affrontements qui se sont déroulés à Jérusalem-Est, dans le quartier de Sheikh Jarrah, qui fait l'objet d'un conflit foncier de longue date et qui se situe à proximité de Lieux saints particulièrement sensibles.

Le conflit remonte à une époque antérieure à la création de l'État d'Israël, lorsqu'une petite communauté juive vivait à Sheikh Jarrah. Après l'indépendance d'Israël et la guerre de 1948, qui l'a opposé à ses voisins arabes, Jérusalem-Est est passée sous le contrôle de la Jordanie. Ainsi, de nombreux réfugiés se sont installés dans le quartier de Sheikh Jarrah après avoir fui les forces sionistes dans d'autres parties du pays qu’on appelle désormais «Israël». Israël s'est ensuite emparé de Jérusalem-Est lors de la guerre des Six-Jours, en 1967, avant de l'annexer.

Plus tôt cette année, la Cour du district de Jérusalem a statué en faveur des colons juifs qui revendiquaient la propriété de terres dans le quartier de Sheikh Jarrah, où vivent aujourd'hui une trentaine de Palestiniens, qui appartiennent à quatre familles.

Les Palestiniens soutiennent que les lois discriminatoires les empêchent de réclamer leurs propriétés à l'intérieur du territoire qui constitue aujourd'hui Israël.

L'avocat des familles palestiniennes, Hosni Abou Hussein, accuse lui aussi les colons de fraude.

«Les terres ont été inscrites au nom de l'association de colonisation par un procédé frauduleux et trompeur, de connivence avec le commissariat aux biens publics et le registre des terres israéliennes», déclare-t-il à l'AFP.

Le différend concerne un emplacement stratégique proche de la vieille ville de Jérusalem. Il a ravivé les tensions dans les environs de la mosquée Al-Aqsa, la troisième mosquée la plus sacrée de l'islam, pendant le mois sacré du ramadan. 


Dans la bande de Gaza, le Hamas a menacé de lancer des attaques contre Israël si cette affaire très médiatisée ne donnait pas raison aux familles palestiniennes.

 

 

(Avec Reuters et AFP)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Pourquoi l’Irak ne peut subvenir aux besoins de ses jeunes en matière d’emploi

Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole
  • La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs

DUBAÏ: Lorsque des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans les rues de Bagdad et des villes du sud et du centre de l’Irak fin 2019, une revendication fondamentale a résonné plus fort que toutes les autres: les possibilités d’emploi. 

Le pays, qui venait tout juste de sortir de décennies de tyrannie, de blocus, de guerres et d’insurrections, n’a que très peu apporté à la génération de jeunes Irakiens ayant atteint l’âge adulte dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein en 2003. 

Deux ans après ces manifestations, qui se sont essoufflées avec l’apparition de la pandémie de Covid-19 au début de l’année 2020, et face à la répression infligée par les puissantes milices irakiennes, les jeunes Irakiens affirment que rien n’a changé. 

«En réalité, c’est même pire qu’avant», déclare Rachid Mansour, un coiffeur de l’ouest de Bagdad, à Arab News. «Mes cousins et moi ne pouvons nous permettre de rester ici. Nous travaillons tous à temps partiel. Tout comme le reste du pays, nous avons du mal à joindre les deux bouts», poursuit-il. 

Avec peu d’indicateurs de performance qui suggèrent le contraire, l’économie vacillante de l’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole. 

Même si le pays s’est ouvert à l'ensemble de la région et au monde, après avoir assoupli les restrictions de visas pour les visiteurs, il n’existe pas beaucoup de possibilités d’investissement au-delà du secteur pétrolier dans les nombreuses autres industries et entreprises longtemps défendues par ses dirigeants. 

Les appels à diversifier l’économie du pays sont restés sans réponse, tandis que les autorités continuent de faire la sourde oreille quant aux demandes de rationalisation du secteur public pléthorique. Les efforts d’efficacité sont ouvertement raillés par les citoyens, tout comme les obstacles que les investisseurs doivent franchir pour créer des entreprises privées. 

Près de deux décennies après que l’invasion menée par les États-Unis a renversé le régime baasiste, l’Irak continue d’avoir l’un des plus grands effectifs au sein du secteur public par habitant au monde. Sur le papier, le pays emploie quelque 7 millions de personnes sur une population estimée à 39,3 millions. 

La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs. Aucun n’a osé agir contre un district d’électeurs qui pourrait faire basculer le résultat d’une élection, ou contre un système qui a longtemps été au cœur de la manière dont le pays est dirigé. 

1
Un Irakien fume la chicha sous une peinture murale féministe qui porte le slogan arabe: «Ainsi sont nos femmes.» (Photo, AFP) 

«L’Irak se retrouve dans un cercle vicieux», confie à Arab News Ahmed Tabaqchali, stratège du fonds AFC pour l’Irak et chercheur principal à l’Institut de recherche sur les politiques Iris Mideast. «D’autres pays, à l’image de l’Arabie saoudite, prennent des initiatives comme le projet Vision 2030. C’est une bonne façon de mettre fin à la dépendance au pétrole. Mais en Irak, c’est différent. Il n’existe pas de gouvernement central puissant, mais plutôt de multiples sources de pouvoir.» 

«Les revenus pétroliers jouent un rôle primordial. Ils permettent de payer les retraites et les salaires du secteur public et ils offrent une sécurité sociale. C’est un défi d’en sortir. Il existe un accord tacite entre le gouvernement et le peuple. Les gens s’attendent à recevoir des services en échange de leur acceptation du gouvernement au pouvoir et un emploi dans le secteur public constitue l’un de ces services.» 

«Aucun parti ne veut se lancer seul dans les réformes car cela affaiblirait son pouvoir. L’Irak a besoin d’une classe politique engagée dans des plans à long terme, parce que c’est la seule façon de s’en sortir. Le secteur privé a besoin de temps pour se développer.» 


Début de l’entraînement naval entre l’Arabie saoudite et l’Égypte

Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Short Url
  • Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays»
  • Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées

LE CAIRE: Un entraînement conjoint entre les marines saoudienne et égyptienne a commencé et durera plusieurs jours. 

Les exercices Morgan-17 comprennent «de nombreux séminaires et conférences de formation, et la mise en œuvre de plusieurs activités pratiques, telles que des exercices de tir tactique par les forces spéciales des marines des deux parties avec diverses armes légères, des exercices de tir d’artillerie sol-sol sur une cible, des exercices de tir sol-air sur une cible aérienne, et l’exécution de formations de navigation», précise le porte-parole de l’armée égyptienne, Gharib Abdel Hafez. 

Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays, à unifier leurs concepts opérationnels dans les méthodes d’exécution des tâches navales contre diverses menaces, et à former les équipages aux tâches de diverses guerres navales et à celles des forces spéciales. Cela permet d’accroître l’efficacité au combat des marines des deux pays», ajoute-t-il. 

Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le roi Salmane préside en personne la réunion du Cabinet saoudien

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Short Url
  • Le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis
  • Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume

RIYAD: Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans, en raison de la pandémie de coronavirus. 

Au cours de la réunion, le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU). 

Le Cabinet a souligné l’urgence pour la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité de l'Organisation des nations unies (ONU), d'agir contre la milice houthie en mettant fin à ses agressions contre la paix et la sécurité mondiales. 

Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume, de ses entretiens avec le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ainsi que des accords conclus dans divers domaines. 

Un protocole d'accord entre le Royaume et le Koweït pour une coopération visant à encourager les investissements directs a également été approuvé lors de la réunion. 

Un projet de mémorandum de coopération entre le Royaume et la Malaisie sur la reconnaissance mutuelle des certificats halal pour les produits locaux a également été discuté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com