Les banques libanaises sous le feu des critiques alors que Mikati promet un audit

Le Premier ministre libanais Najib Mikati s'adresse à la presse au palais présidentiel de Baabda. (Photo, Reuters/Archives)
Le Premier ministre libanais Najib Mikati s'adresse à la presse au palais présidentiel de Baabda. (Photo, Reuters/Archives)
Short Url
Publié le Mercredi 22 septembre 2021

Les banques libanaises sous le feu des critiques alors que Mikati promet un audit

  • Il y a 63 banques opérant au Liban avec plus de 1000 succursales et 25000 employés
  • Le Liban a fait défaut sur sa dette extérieure en mars 2020, le laissant incapable d'assurer le service d'une dette qui valait alors plus de 170% de son PIB

BEYROUTH : La conduite des banques libanaises au milieu de l'aggravation de la crise économique du pays a été défendue mardi par Salim Sfeir, chef de l'Association des Banques du Liban, en répondant aux critiques des députés des blocs du Hezbollah et du Mouvement patriotique libre.

La condamnation des banques du pays est intervenue lors du vote de confiance de lundi.

Dans une déclaration, Sfeir a déclaré : «Les banques ont investi leur excédent de liquidités dans la Banque centrale libanaise. Les banques ont exigé l'adoption d'une loi qui instaure des contrôles de capitaux au moment où les multiples formules proposées par d'autres visent à légiférer sur les retraits d'espèces et les transferts internationaux».

Le Liban a été frappé par une crise économique sans précédent en 2019, entraînant l'effondrement de sa monnaie et une incapacité à payer ses dettes. La classe politique du pays a été accusée de piller les richesses du pays, de détourner les richesses de la classe moyenne et d'exercer une autorité sans responsabilité.

Dans sa déclaration, l’Association des Banques du Liban (ABL) a exhorté le Parlement libanais «à accélérer les réformes requises par la communauté internationale», et a appelé le nouveau gouvernement à «commencer un travail sérieux» dans le but de lancer des programmes d'aide internationale et mettre à nouveau le pays sur la scène internationale «en améliorant la communication avec les amis du Liban des États arabes et étrangers».

L’ABL a souligné : «Il est urgent d'arrêter l'effondrement. Par conséquent, le gouvernement doit s'engager immédiatement à respecter ses obligations conformément à sa déclaration ministérielle qui a constaté une reprise rapide des pourparlers avec le Fonds monétaire international pour faire face aux impacts négatifs des politiques précédentes».

Elle a ajouté que le gouvernement doit entamer des pourparlers avec les débiteurs, réformer le secteur bancaire et approuver le budget, «autant de clauses que l'ABL a exigées depuis le début de la crise».

Il y a 63 banques opérant au Liban avec plus de 1000 succursales et 25000 employés.

Selon Sfeir, le secteur bancaire a constitué «un moteur de croissance dans le pays grâce à des prêts qui dépassaient la taille de l'économie. Il a ajouté : «Les impôts du secteur bancaire formel sont parmi les principaux éléments de revenu du trésor public».

Un groupe de porteurs d'obligations libanaises, qui comprend certains des plus grands fonds d'investissement au monde, a également incité le nouveau gouvernement «à entamer des pourparlers afin de restructurer les dettes du pays le plus tôt possible de manière à faire face à la crise économique écrasante dans le pays».

Le Liban a fait défaut sur sa dette extérieure en mars 2020, le laissant incapable d'assurer le service d'une dette qui valait alors plus de 170% de son produit intérieur brut.

Le groupe a annoncé qu'il « espère et attend du nouveau gouvernement qu'il développe un processus rapide de restructuration de la dette, qui sera transparent et équitable. Un tel processus nécessitera que le gouvernement s'engage de manière claire avec le FMI ainsi qu'avec les créanciers internationaux du Liban».

À l'issue du vote de confiance, le Premier ministre Najib Mikati a affirmé : «Les discussions avec le FMI ont commencé. Les discussions ne sont pas un pique-nique et le fonds n'est pas une association caritative. Cette question n'est pas un choix mais un passage obligatoire qu’on doit réussir afin de servir de premier fondement vers le sauvetage et la bonne voie pour la relance économique du Liban».

Mikati a pressé le Parlement libanais à agir rapidement pour approuver une loi sur le contrôle des capitaux, en promettant de procéder à «une expertise comptable judiciaire de toutes les institutions et ministères sans aucune exception».

Mikati n'a pas tardé à remarquer l'importance du secteur bancaire dans toute reprise économique : «J'aimerais qu'il reste des banques au Liban pour nous aider. Connaissez-vous la réalité du secteur bancaire ? Il n'y aura certainement pas de reprise économique sans banques».

Toutefois, le Premier ministre a ajouté : « Plus de $10 milliards ont été dépensés dans le passé en subventions aux banques, de l'argent qui aurait pu être utilisé pour construire des centrales électriques, traiter les déchets et construire des routes».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La branche armée du Hamas dit avoir visé Tel-Aviv avec un «important barrage de roquettes»

Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Short Url
  • "Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam
  • L'armée israélienne a affirmé que "certaines des roquettes ont été interceptées"

TEL AVIV:  La branche armée du Hamas palestinien a dit dimanche avoir visé Tel-Aviv avec un "important barrage de roquettes" dans un message publié sur Telegram après que l'armée israélienne ait affirmé qu'au moins 8 roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël.

"Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam dans leur message mis en ligne quelques minutes après que des sirènes d'alerte aient retenti dans le centre d'Israël selon des journalistes de l'AFP.

Auparavant, l'armée israélienne avait déclaré dans un communiqué que huit roquettes avaient été tirées vers le centre du pays depuis la "région de Rafah", dans l'extrême sud de la bande de Gaza, où d'intenses combats l'opposent actuellement aux mouvement armés palestiniens.

L'armée a précisé qu'"un certain nombre" de roquettes avaient été interceptées par le système de défense aérienne, sans donner plus de détails. Un journaliste de l'AFP a entendu au moins trois explosions dans l'air.

Sirènes  

Une correspondante de l'AFP dans la bande de Gaza a dit avoir vu des roquettes tirées depuis Rafah.

Des sirènes d'alerte ont retenti en début d'après-midi à Tel-Aviv et dans le centre d'Israël pour que les habitants se mettent à l'abri après des tirs de roquettes.

Les services de secours israéliens, le Magen David Adom (MDA), ont fait savoir que leurs équipes n'avaient identifié qu'un patient qui s'était légèrement blessé en se rendant dans un abri.

La guerre a été déclenchée par l'attaque du Hamas le 7 octobre qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Sur les 252 personnes alors emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes selon l'armée.

Israël a juré de détruire le Hamas et lancé en représailles une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, entraînant la mort d'au moins 35.984 personnes, pour la plupart des civils, selon des données du ministère de la Santé du Hamas à Gaza.


Plusieurs navires américains échoués près du port artificiel pour l'aide à Gaza

Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué
  • Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel»

WASHINGTON : Quatre embarcations de l'armée américaine utilisées pour la jetée provisoire pour l'aide à Gaza se sont échouées samedi matin à cause d'une «mer agitée», a fait savoir le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

«Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué.

Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel».

Il ajoute que l'armée israélienne aide les Américains à remettre à flots les navires et insiste: «Aucun (militaire) américain n'entrera dans Gaza».

Les Etats-Unis ont achevé la semaine dernière cette jetée dont la construction avait été annoncée en mars par le président Joe Biden. Il s'agit de pallier les restrictions imposées par Israël à l'acheminement terrestre de l'aide vers la bande de Gaza, ravagée par sept mois d'une guerre déclenchée par l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Vendredi, l'ONU a fait savoir que l'installation a permis le débarquement en une semaine de 97 camions d'aide humanitaire.

Le Centcom a précisé que 1.005 tonnes d'aide avait été débarquées en date de vendredi, dont 903 acheminées vers l’entrepôt de l'ONU.

Le port artificiel, d'un coût d'au moins 320 millions de dollars, à l'instar d'autres initiatives alternatives, ne peuvent se substituer à un afflux d'aide par voie terrestre, préviennent l'ONU et les organisations humanitaires.

Selon les Nations unies, la quasi-totalité des 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza ont été déplacés par les combats et les bombardements, et se trouvent en situation d'insécurité alimentaire, avec un risque de famine à grande échelle.

 


Le premier groupe de pèlerins marocains arrive en Arabie saoudite grâce à l'initiative de la route de La Mecque

Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la nécessité de créer une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj
  • Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque

RIYAD : Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed ben Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca.

Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque.

Cette initiative vise à faciliter autant que possible le voyage des pèlerins pour accomplir le Hajj, grâce à l'enregistrement électronique dans leur pays d'origine, y compris en ce qui concerne l'immigration, la santé, les bagages, le voyage et le logement à La Mecque et à Médine.

Ils sont transportés par bus sur des itinéraires désignés, et des agences de service livrent leurs bagages sur leurs lieux de séjour, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L'IAM fait partie du programme d'expérience des pèlerins (PEP) du ministère de l'Intérieur, un pilier de la Vision 2030 du Royaume.

Cette initiative, qui en est à sa sixième année, est menée en coopération avec un grand nombre d'autorités publiques et semi-gouvernementales, notamment les ministères des Affaires étrangères, de la Santé, du Hajj et de la Omra, des Médias, de l'Aviation civile, de la Zakat, de l'Impôt et des Douanes, de la SDAIA et du Programme d'expérience du pèlerin.

Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la création d'une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj.

Les pèlerins qui sont arrivés ces derniers jours ont exprimé leur « gratitude au gouvernement du Royaume pour les services et les facilités qui ont été fournis, et rendu leur pèlerinage sûr et tranquillisant », a déclaré l'agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com