Il est temps pour l'Europe d'écouter le peuple iranien

Le diplomate iranien Assadollah Assadi est accusé d'avoir envoyé un explosif puissant dans le but de bombarder un rassemblement de l'opposition iranienne à Paris (Photo, AN)
Short Url
Publié le Dimanche 18 octobre 2020

Il est temps pour l'Europe d'écouter le peuple iranien

  • Les crimes contre l’humanité en cours en Iran ont été passés sous silence par l’UE depuis bien trop longtemps
  • Les gouvernements européens individuels et l'UE dans son ensemble feraient bien d'écouter les voix du peuple iranien

Au cours des quatre dernières décennies, les gouvernements européens ont mis en œuvre diverses politiques à l'égard de l'Iran, mais une chose est sûre, plus ils vont dans le sens du clergé, plus ils renforcent leur programme radical.

En 1992, les puissances européennes ont expérimenté une politique précaire envers l'Iran. Ils ont parié que la négociation avec les dirigeants fondamentalistes de Téhéran pourrait finir par changer leur comportement notoire, en particulier chez eux.

Les atteintes du régime aux droits de l’homme était si épouvantables que l’Europe a tenté de rationaliser son rapprochement risqué en prétendant établir un «dialogue critique». À la fin de cette expérience désastreuse, le régime n'a pas seulement modifié son comportement, il a multiplié les violations des droits de l'homme et mené des attaques terroristes audacieuses sur le sol européen.

La politique de dialogue critique a été suspendue en 1997 après que la justice allemande a inculpé de hauts responsables du régime iranien pour des assassinats terroristes sur son territoire. Même la leçon la plus fondamentale de Realpolitik apprise aurait dû être que l'apaisement enhardit le régime et aggrave la situation.

Dans cette logique, le dialogue aurait dû être remplacé par une responsabilisation du régime pour ses actions passées afin d'éviter de futures provocations. Cependant, les capitales européennes ont opté dans leur démarche pour une approche plus conciliatrice. Elles ont engagé Téhéran dans des négociations encore plus larges à partir du début des années 2000, s'attaquant apparemment au programme nucléaire clandestin de l'Iran.

Quelques années à peine après la conclusion de cette tentative de 2015, la justice belge est en passe de répéter ce que les tribunaux allemands avaient constaté il y a vingt-trois ans, mais à plus grande échelle. Le mois prochain, le diplomate du régime Assadollah Assadi sera jugé dans une affaire stupéfiante qui le voit accusé d'implication directe dans un complot terroriste en France.

Selon les procureurs, en juin 2018, Assadi a livré 500 grammes d’un puissant explosif, le triperoxyde de triacétone, à ses complices dans le but de bombarder un rassemblement de l'opposition iranienne à Paris. Si le complot n'avait pas été découvert à la toute dernière minute, l'acte terroriste aurait pu faire des centaines de morts, dont des dignitaires internationaux et de nombreux parlementaires européens.

Ces parlementaires et nombre de leurs collègues sont maintenant furieux que l’Union européenne (UE) poursuive ses politiques «ratées» contre l’Iran, alors même que les complots terroristes du régime deviennent plus audacieux et que la situation des droits de l’homme s’aggrave de jour en jour. Plus de quarante membres du Parlement européen, ainsi que des députés nationaux de Pologne et d'Allemagne, ont abordé la question la semaine dernière, respectivement à Bruxelles et à Berlin.

Ils ont vivement condamné le terrorisme du régime et ses crimes en cours contre l’humanité. Insistant sur l’action plutôt que sur la parole, ils ont également exhorté leurs gouvernements à respecter les obligations politiques et morales de l’Europe en adoptant une politique ferme à l’égard du régime, notamment par la fermeture de ses ambassades.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) et l’une des principales cibles du terrorisme du régime au cours des deux dernières années, y compris un complot en Albanie et en France, était l’oratrice principale devant le Parlement.

Elle a fait écho aux sentiments des parlementaires et a insisté en précisant qu’il ne devrait y avoir aucun doute sur le fait que le régime est par nature incapable de modérer son comportement et qu’il devrait être renversé par le peuple iranien. Ce qui a mis en évidence la légitimité et la reconnaissance internationale de l'opposition en tant qu'alternative démocratique viable.

Le message du CNRI a eu un impact significatif tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Iran, obligeant les responsables du régime à mettre en garde contre l’augmentation de sa portée et l’attrait de la jeune génération pour son plan démocratique en dix points.

Les crimes contre l’humanité en cours en Iran ont été passés sous silence par l’UE depuis bien trop longtemps. Ils ignorent tout simplement le massacre de 30 000 prisonniers politiques à l'été 1988, dont les bourreaux continuent d'occuper des postes importants au sein du gouvernement iranien. Et, lorsque Téhéran a tué l'année dernière 1 500 manifestants et en a arrêté et torturé 12 000 autres, l'Europe a simplement regardé de loin, se contentant de quelques déclarations de condamnation.

Plus important encore, après plusieurs cycles d'expérimentation dangereuse de politiques d'apaisement et de négociations, qui ont échoué et se sont avérés coûteux, les Européens continuent de faire les mêmes erreurs. Comme l’a dit Albert Einstein: «La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent». Les gouvernements européens individuels et l'UE, dans son ensemble, feraient bien d'écouter les voix du peuple iranien.

Les crimes contre l’humanité en cours en Iran ont été passés sous silence par l’UE depuis bien trop longtemps

Pour arrêter les provocations de Téhéran, en particulier le terrorisme, l’Europe doit tenir le régime responsable de son aventurisme étranger et de sa répression condamnable de la dissidence et des manifestations pacifiques dans son pays.

Quelles sont les mesures fondamentales pour une politique solide? L'UE devrait adopter une législation pour expulser les «diplomates» et les agents de renseignement iraniens comme Assadi, qui pourraient préparer de nouvelles attaques terroristes. Ils devraient envisager de fermer les ambassades iraniennes. Et surtout, ils devraient désigner le Corps des gardiens de la révolution islamique et ses alliés comme «organisations terroristes».

En ce qui concerne les droits de l’homme, l’UE devrait essayer d’envoyer une mission internationale indépendante pour enquêter sur les crimes contre l’humanité perpétrés par l’Iran et pour visiter les prisons du pays. Elle doit inciter Téhéran à cesser ses exécutions avant tout nouvel engagement diplomatique.

Pour une fois, l’Europe doit adopter une politique sensée vis-à-vis de l’Iran: une politique qui détecte mieux la menace de Téhéran tout en écoutant les appels légitimes à la démocratie du peuple iranien. Sinon, la folie européenne continuera à engendrer le terrorisme iranien.

 

Le Dr. Majid Rafizadeh est un politologue irano-américain diplômé de Harvard.

Twitter : @Dr_Rafizadeh.

NDLR : L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com