Les Arabes israéliens déçus par les mauvais résultats de leurs partis

Le président de la Liste arabe unie, Mansour Abbas, arrive avec sa famille à un bureau de vote dans le village de Maghar, dans le nord d’Israël, le 1er novembre 2022. (AFP)
Le président de la Liste arabe unie, Mansour Abbas, arrive avec sa famille à un bureau de vote dans le village de Maghar, dans le nord d’Israël, le 1er novembre 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 04 novembre 2022

Les Arabes israéliens déçus par les mauvais résultats de leurs partis

  • Les résultats des élections ont montré que le rôle des députés arabes dans le prochain Parlement israélien serait insignifiant
  • Les dirigeants arabes s’accusent mutuellement de la défaite électorale

RAMALLAH: Plus d’1,8 millions de citoyens palestiniens ont fait part de leur profonde angoisse et leur déception face aux mauvais résultats de leurs quatre partis lors des élections du 1er novembre.

Alors que les dirigeants ont reproché aux citoyens de ne pas voter, ces derniers ont rejeté la faute sur les premiers, qui ont préféré se rendre aux urnes divisés après avoir rejeté les appels à unir leurs rangs. Les résultats ont montré que le rôle des députés arabes dans le prochain Parlement israélien serait insignifiant.

L’analyste politique Faleh Habib, originaire de la région israélienne de Tayibe, a déclaré à Arab News que les résultats avaient déçu à la fois les dirigeants des partis arabes et la communauté arabe en Israël, qui souhaitaient écarter du pouvoir le leader du Likoud, Benjamin Netanyahou, mais dont la division et le manque d’unité lors des élections ont conduit à son retour.

«Les partis arabes constitueront une opposition faible et effondrée à la Knesset (Parlement israélien), ce qui permettra à M. Netanyahou de mettre plus facilement en œuvre son programme et ses plans sans obstruction», a expliqué M. Habib à Arab News, ajoutant que tous les partis arabes ont perdu leur influence, car M. Netanyahou n’aura pas besoin de leurs votes de confiance pour former son gouvernement.

Les dirigeants arabes s’accusent mutuellement, certains pointant du doigt la Liste unifiée (Tajamu), dirigée par Sami Abou Shehadeh, qu’ils tiennent pour responsable de la perte de 130 000 voix, un nombre important permettant à Netanyahou de former une coalition stable.

Bien que Tajamu n’ait pas atteint le seuil électoral, M. Habib estime que si la liste était restée avec le parti Al-Jabha, elle aurait pu renforcer la représentation arabe à la Knesset.

Quant à la Liste arabe unie, présidée par Mansour Abbas, elle a remporté cinq sièges. Le Mouvement islamique en Israël, dirigé par Raëd Salah et Kamal Khatib, avait appelé les citoyens palestiniens d’Israël à ne pas participer aux élections pour des raisons religieuses, ce qui a contribué à réduire le pourcentage de vote parmi les Palestiniens à 55-58%. En revanche, le taux de participation électorale dans la société israélienne a atteint 71,3%.

La Jordanie avait exhorté les dirigeants du Mouvement islamique à revenir sur sa décision, craignant qu’il ne favorise le retour de Netanyahou. Il y a deux mois, le général de division Majed Faraj, chef des services de renseignement de l’Autorité palestinienne, a organisé une réunion des chefs de partis arabes à Ramallah pour les unifier, mais ses efforts ont échoué.

Jalal Bana, un analyste politique de la ville israélienne d’Acre, a expliqué à Arab News que l’échec des dirigeants des partis arabes aurait un impact négatif sur leur avenir politique, la déception des électeurs arabes étant susceptible d’entraîner une baisse significative de la participation aux prochaines élections.

Lorsque les Arabes espéraient une représentation authentique à la Knesset, ils ont largement voté pour la Liste unifiée, ce qui leur a permis d’obtenir 15 sièges en 2019, a rappelé M. Bana. «Lors de ces élections, les partis arabes n’ont pas présenté de projet, de vision ou de programme clair; ils ont plutôt eu recours à l’intimidation des électeurs concernant le retour potentiel de Netanyahou, et c’est une stratégie qui a échoué», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, les forces israéliennes ont tué au moins quatre Palestiniens dans des incidents séparés jeudi, dont un qui avait poignardé un policier à Jérusalem-Est et trois autres lors de frappes israéliennes en Cisjordanie occupée.

Jeudi également, Israël a annoncé la suppression des points de passage à l’entrée et à la sortie de la ville de Naplouse. Israël avait imposé des restrictions il y a plusieurs semaines, en réponse à un nouveau groupe militant connu sous le nom de «Fosse aux lions». L’armée a mené des opérations répétées dans la ville ces dernières semaines, tuant ou arrêtant les principaux commandants du groupe.

Les économistes affirment que le siège soudain et prolongé de Naplouse a entraîné des pertes s’élevant à des centaines de milliers de dollars. Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, accompagné d’une délégation d’ambassadeurs étrangers, a visité Naplouse jeudi pour déterminer l’impact du siège israélien.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Comment les solutions technologiques façonnent la transition vers une énergie verte en Arabie saoudite

Les participants assistent à la 2e édition de la conférence Leap. (Photo fournie)
Les participants assistent à la 2e édition de la conférence Leap. (Photo fournie)
Short Url
  • Lors de la 2e édition de Leap, les climatologues ont côtoyé les leaders de l’industrie pour explorer les moyens par lesquels la technologie peut atténuer les effets du changement climatique
  • Mettre le monde sur la voie de l’objectif zéro émission nette d’ici à 2050-2060 nécessite une augmentation substantielle des actifs énergétiques verts à forte intensité de capital

RIYAD: La technologie pourrait fournir les solutions durables nécessaires pour lutter contre le changement climatique et favoriser une transition énergétique verte et inclusive. C’est ce qu’ont déclaré lundi dernier des experts en marge de la conférence Leap23, à Riyad.

Les gouvernements et les entreprises du monde entier réagissent à la hausse des températures mondiales en s’engageant à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Cependant, de nombreux experts estiment que ces engagements ne peuvent être mis en place qu’en adoptant de nouvelles technologies.

Lors de la 2e édition de Leap, une convention technologique annuelle de quatre jours, les climatologues ont côtoyé les leaders de l’industrie pour explorer les moyens par lesquels la technologie peut atténuer – voire inverser – les effets du changement climatique.

Le Dr Gasem Fallatah, directeur adjoint du Programme de durabilité dans le secteur pétrolier au ministère saoudien de l’Énergie, estime qu’une transition énergétique équitable peut être réalisée grâce à une approche inclusive grâce à des collaborations entre les gouvernements et l’industrie.

leap
Gasem Fallatah, directeur adjoint du Programme de durabilité dans le secteur pétrolier au sein du ministère de l’Énergie. (Photo AN)

«Le mot clé en termes de transition énergétique est l’inclusion», affirme M. Fallatah dans un entretien accordé à Arab News en marge de Leap23.

«Nous devons en tenir compte lorsque nous optons pour cette transition afin de permettre à chaque nation, géographie et économie de choisir ce qui lui convient le mieux tout en tenant ses engagements.»

«En Arabie saoudite, l’inclusion est vitale, puisque nous répondons aux besoins de toutes les sources d’énergie: nous n’en favorisons pas une par rapport aux autres. Nous faisons preuve d’équilibre lorsqu’il s’agit de fournir de l’énergie dans le cadre de la panoplie énergétique que nous proposons, mais sommes également très attachés à la transition et à sa mise en place.»

«C’est pour cette raison que travailler avec le Programme de durabilité dans le secteur pétrolier nous permet de trouver les moyens nécessaires pour continuer à utiliser nos ressources de manière durable, ce qui garantit que nous puissions en tirer parti. Cependant, nous respectons également nos engagements en faveur d’une transition énergétique vers laquelle le monde évolue.»


Le Jordan Gaming Lab organise des événements consacrés au développement de jeux vidéo à travers la Jordanie

Des candidats conçoivent des jeux vidéo lors du Global Game Jam, en Jordanie. (Petra)
Des candidats conçoivent des jeux vidéo lors du Global Game Jam, en Jordanie. (Petra)
Short Url
  • La mission des candidats consistait à créer un jeu vidéo basé sur un thème qui a été communiqué lors de la cérémonie d'ouverture
  • Jordan Gaming Lab a pour vocation de donner un coup de fouet à l'industrie du jeu vidéo dans le pays

AMMAN: Le Jordan Gaming Lab, un projet initié par le Fonds du roi Abdallah II pour le développement, a organisé la semaine dernière un événement gratuit consacré au développement de jeux vidéo dans plusieurs endroits du pays. Intitulé «Global Game Jam» (GGJ), il s'est déroulé sur deux jours pendant le week-end dans les filiales du groupe situées à Amman, Zarka et Aqaba.

La mission des candidats consistait à créer un jeu vidéo basé sur un thème qui a été communiqué lors de la cérémonie d'ouverture. Seize jeux ont été produits et mis en ligne sur le site Internet du GGJ.

Ce concours a non seulement permis aux candidats d'acquérir des connaissances pratiques sur les technologies avancées, mais aussi de recevoir l'aide et les conseils de concepteurs de jeux professionnels venus du monde entier.

C'est en 2011 que le Jordan Gaming Lab a été inauguré. Il a pour vocation de donner un coup de fouet à l'industrie du jeu vidéo dans le pays et d'offrir aux personnes qui désirent faire partie de ce monde la possibilité d’établir des contacts.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Séisme en Syrie: la petite miraculée de Jandairis

Un homme syrien pleure en portant son fils qui a été tué dans un tremblement de terre dans la ville de Jandaris, dans la campagne de la ville d'Afrin, au nord-ouest de la Syrie, dans la partie de la province d'Alep tenue par les rebelles, le 6 février 2023. (AFP).
Un homme syrien pleure en portant son fils qui a été tué dans un tremblement de terre dans la ville de Jandaris, dans la campagne de la ville d'Afrin, au nord-ouest de la Syrie, dans la partie de la province d'Alep tenue par les rebelles, le 6 février 2023. (AFP).
Short Url
  • La petite fille est l'unique survivante d'une famille dont tous les autres membres sont morts dans l'effondrement de leur immeuble de quatre étages
  • Dans cette localité frontalière de la Turquie, les secouristes ont retiré les corps de son père, Abdallah Mleihan, sa mère, Aafra, ses trois soeurs, son frère et sa tante

JANDAIRIS : Dans les décombres d'une maison de Jandairis, une localité de Syrie durement touchée par le séisme de lundi, les secouristes ont découvert un bébé vivant, encore relié par le cordon ombilical à sa mère décédée.

La petite fille est l'unique survivante d'une famille dont tous les autres membres sont morts dans l'effondrement de leur immeuble de quatre étages.

Dans cette localité frontalière de la Turquie, les secouristes ont retiré les corps de son père, Abdallah Mleihan, sa mère, Aafra, ses trois soeurs, son frère et sa tante.

"Nous recherchions Abou Roudayna (surnom d'Abdallah) et sa famille, nous avons d'abord trouvé sa soeur, puis sa femme, puis Abou Roudayna, qui étaient regroupés les uns près des autres", raconte mardi à l'AFP un proche de la famille encore en état de choc, Khalil Sawadi.

"Puis nous avons entendu un bruit alors qu'on creusait (...) nous avons déblayé et avons trouvé cette petite, Dieu soit loué", ajoute-t-il.

Le bébé avait le cordon ombilical encore relié à sa mère. "Nous l'avons coupé et mon cousin a transporté le bébé à l'hôpital", poursuit Khalil Sawadi.

Dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, on voit un homme brandir au milieu des décombres un bébé tout nu, couvert de poussière, le cordon ombilical encore pendant.

Alors que la température avoisine zéro degré Celsius, un autre lui lance une couverture pour couvrir le nouveau-né.

«Le temps presse»

Le bébé a été conduit à l'hôpital de la ville proche d'Afrine.

Les secouristes ont passé des heures avant de pouvoir dégager avec de faibles moyens les corps du reste de la famille, l'un après l'autre.

Ils les ont alignés dans la maison d'un proche, recouverts de draps de couleurs différentes pour les identifier, en attendant les funérailles.

Dans la pièce faiblement éclairée, Khalil Sawadi énumère leurs noms. "Nous sommes des déplacés de Deir Ezzor, Abdallah est mon cousin et je suis marié à sa soeur", dit-il.

La famille avait fui la région instable de Deir Ezzor, plus à l'est, croyant être plus en sécurité à Jandairis, une localité contrôlée depuis 2018 par les forces turques et les groupes rebelles pro-turcs.

Une cinquantaine d'habitations se sont effondrées dans cette localité du nord-ouest de la Syrie, relativement proche de l'épicentre du séisme en Turquie, dont les rues sont jonchées de débris, selon un correspondant de l'AFP.

Le tremblement de terre a fait plus de 5 000 morts en Turquie et en Syrie. Pour les seules zones échappant au contrôle du régime syrien, et où l'aide manque cruellement, on dénombre pour le moment quelque 800 morts.

Selon les Casques blancs, des secouristes qui oeuvrent dans ces régions, plus de 200 bâtiments se sont totalement effondrés dans cette zone.

Ce groupe a supplié mardi les organisations humanitaires internationales de venir en aide à ces régions sinistrées et oubliées. "Le temps presse. Des centaines de personnes sont toujours prises au piège sous les décombres", a-t-elle affirmé.