Paris sur la voie de l'apaisement avec le Maroc après des mois de crispations

Après des mois de "crise silencieuse", le chef d'Etat français et Mohammed VI ont repris contact le 1er novembre en vue d'une prochaine visite du président français. (AFP).
Après des mois de "crise silencieuse", le chef d'Etat français et Mohammed VI ont repris contact le 1er novembre en vue d'une prochaine visite du président français. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 05 décembre 2022

Paris sur la voie de l'apaisement avec le Maroc après des mois de crispations

  • La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna devrait se rendre mi-décembre à Rabat pour préparer une visite du président Emmanuel Macron prévue en janvier, ont indiqué des sources diplomatiques
  • Prévue depuis des mois, la visite d'Etat d'Emmanuel Macron a peiné jusqu'alors à se concrétiser en raison d'une série de sujets qui empoisonnent les relations bilatérales

PARIS : La France cherche à mettre fin à une crise latente avec le Maroc et s'emploie à trouver des gestes d'apaisement susceptibles de retisser les liens avec son partenaire historique au Maghreb, sans trop froisser pour autant le rival algérien.

La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna devrait se rendre mi-décembre à Rabat pour préparer une visite du président Emmanuel Macron prévue en janvier, ont indiqué des sources diplomatiques.

"Tout est encore en mouvement, il peut toujours y avoir un report du voyage à l'amiable", a toutefois noté une de ces sources.

Prévue depuis des mois, la visite d'Etat d'Emmanuel Macron a peiné jusqu'alors à se concrétiser en raison d'une série de sujets qui empoisonnent les relations bilatérales.

Première pomme de discorde: la "guerre des visas" liée à la décision de Paris en septembre 2021 de réduire de moitié les permis d'entrée accordés aux Marocains, arguant de la réticence du royaume à réadmettre ses ressortissants en situation irrégulière dans l'Hexagone.

Une mesure qualifiée d'"injustifiée" par Rabat, d'"humiliante" par les ONG humanitaires et de "grande maladresse" dans les milieux francophones marocains.

Sahara occidental

En outre, Paris est jugée trop attentiste sur la question du Sahara occidental - "cause nationale" du Maroc - et sa nouvelle lune de miel avec l'Algérie, rivale régionale, a fait grincer des dents.

Côté français, on n'a guère apprécié les révélations du consortium de médias Forbidden Stories, selon lesquelles des numéros de téléphone d'Emmanuel Macron et de ministres, entre autres, ont été ciblés en 2019 par le Maroc, utilisateur du logiciel espion israélien Pegasus. Rabat a démenti.

Toutefois, après des mois de "crise silencieuse", le chef d'Etat français et Mohammed VI ont repris contact le 1er novembre en vue d'une prochaine visite du président français.

"Ce voyage est périlleux", estime Emmanuel Dupuy, président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe. "Symboliquement, il vise à remettre au diapason les relations diplomatiques entre les deux pays, mais à condition que la question du Sahara ne soit pas évoquée".

Le conflit du Sahara occidental oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par Alger. Le Polisario réclame un référendum d'autodétermination tandis que Rabat promeut une autonomie sous sa souveraineté.

Dans le cadre d'un accord négocié par l'ex-président Donald Trump, les Etats-Unis ont reconnu en décembre 2020 la souveraineté marocaine sur l'ex-colonie espagnole, en contrepartie d'une reprise des liens diplomatiques entre le Maroc et Israël.

Depuis, Rabat pousse avec insistance la France, qui a toujours soutenu le Maroc dans ce conflit, à reconnaître à son tour la "marocanité du Sahara", comme l'a fait l'Espagne.

C'est ignorer que "la France ne veut pas qu'on lui dicte sa diplomatie sur le Sahara", souligne la politologue Khadija Mohsen-Finan, spécialiste du Maghreb. "La France entend montrer qu'elle peut avoir des liens diplomatiques, économiques et commerciaux mais qu’elle décide seule de sa politique sur le Sahara occidental".

L'universitaire s'attend ainsi à ce que le voyage présidentiel ne fasse pas bouger les lignes sur ce dossier épineux. Né après la décolonisation, "Emmanuel Macron est le premier président de la Ve République à vouloir extraire les relations entre la France et les pays du Maghreb de cet héritage historique très lourd", explique Mme Mohsen-Finan.

Concession sur les visas ?

Pour autant, la volonté de traiter de la même manière le Maroc, la Tunisie et l'Algérie se télescope avec la crise de l'énergie consécutive à la guerre en Ukraine, qui a poussé la France à se rapprocher d'Alger. Et l'Algérie est un partenaire clé dans la lutte anti-terroriste au Sahel, en souffrance depuis le départ des troupes françaises du Mali.

Mais le Maroc offre, de son côté, une porte d'entrée en Afrique subsaharienne, où il exerce activement son "soft-power" économique depuis les années 2010. Il est le premier partenaire commercial de la France en Afrique.

Dans un effort pour réchauffer les relations bilatérales, Paris pourrait assouplir sa politique sur les visas qui a provoqué colère et indignation des Marocains, en particulier de la classe moyenne francophile.

A l'Elysée, on souligne ainsi que le durcissement des conditions d'obtention des visas "n'est pas irréversible" d'autant qu'Emmanuel Macron a récemment signalé que cette politique commençait à porter ses fruits.

Autre marque de dégel, après plusieurs mois de vacance, un nouvel ambassadeur de France n'attend plus que l'agrément de Rabat pour prendre son poste. Le fait que le directeur général de Business France, Christophe Lecourtier, soit pressenti est "un signe", opine Emmanuel Dupuy.

La France est le premier partenaire économique du Maroc et, de loin, le principal investisseur étranger. "Le roi pourrait faire une exception en ne focalisant pas la visite d'Etat sur la question du Sahara", avance l'analyste.


Blinken achève sa visite au Moyen-Orient sans parvenir à mettre fin à la violence

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, accueille le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 31 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, accueille le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 31 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Blinken a rencontré Abbas, mais il n'y a eu aucun signe de progrès, même sur l'objectif modeste de mettre fin à la dernière escalade
  • Mahmoud al-Aloul, leader du Fatah, a déclaré que les dirigeants palestiniens n'avaient plus confiance dans la politique américaine

RAMALLAH: Alors qu'il achevait mardi une visite de deux jours en Israël et en Cisjordanie occupée, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a rencontré le président palestinien, Mahmoud Abbas, à Ramallah et a appelé à une désescalade des tensions, mais n'a proposé aucune nouvelle initiative américaine pour y parvenir.
Rien n'indique qu'il ait fait des progrès, même dans le modeste objectif d'arrêter la dernière vague de violence, et encore moins qu'il ait abordé les questions plus larges concernant d'éventuels pourparlers de paix.
Abbas a rejeté toute la responsabilité de la flambée de violence sur Israël et a reproché à la communauté internationale de ne pas faire plus de pression sur les autorités israéliennes.
Blinken et William Burns, le chef de la CIA qui a rencontré Abbas le 29 janvier, l'ont exhorté à prendre des mesures contre les groupes militaires palestiniens et à réduire les niveaux de violence contre Israël.
Blinken a appelé au calme des deux côtés après l'incident de la semaine dernière, au cours duquel un Palestinien armé a tué sept personnes à l'extérieur d'une synagogue à Jérusalem, et dans un contexte de colère des Palestiniens face aux opérations des forces israéliennes et des colons en Cisjordanie occupée.
Il a transmis ce message lors de sa rencontre avec Abbas et a mis en garde toutes les parties contre toute action susceptible de menacer une solution à deux États aboutissant à la création d'un État palestinien indépendant aux côtés d'Israël.
Blinken a critiqué Israël pour ses actions qui, selon Washington, créent des obstacles à la solution à deux États. Il a notamment souligné «l'expansion des colonies, la légalisation des avant-postes de colonisation, les démolitions et les expulsions, les perturbations du statut historique des lieux saints et, bien sûr, l'incitation à la violence et son adoption».
Après la rencontre avec Abbas, Blinken a déclaré que les États-Unis allaient fournir 50 millions de dollars supplémentaires (1 dollar américain = 0,92 euro) à l'agence des Nations unies pour les Palestiniens et a annoncé qu'il avait conclu un accord avec le gouvernement israélien pour fournir des services de télécommunications 4G au peuple palestinien.
De son côté, Abbas a appelé à «l'arrêt complet des actions unilatérales israéliennes, qui violent les accords signés et le droit international». Il a réitéré la demande de longue date des Palestiniens pour qu'Israël mette fin à son occupation de leur territoire.
«Nous sommes maintenant prêts à travailler avec l'administration américaine et la communauté internationale pour rétablir le dialogue politique afin de mettre fin à l'occupation israélienne des terres de l'État de Palestine sur les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale», a-t-il signalé.
«L'opposition continue aux efforts du peuple palestinien pour défendre son existence et ses droits légitimes dans les forums et tribunaux internationaux est une politique qui encourage l'occupant israélien à commettre davantage de crimes et viole le droit international.
«Notre peuple n'acceptera pas la poursuite de l'occupation pour toujours, et la sécurité régionale ne sera pas renforcée en violant le caractère sacré des lieux saints, en piétinant la dignité du peuple palestinien et en ignorant ses droits légitimes à la liberté, à la dignité et à l'indépendance», a-t-il prévenu.
La direction palestinienne a déclaré à Blinken que, pour rétablir le calme, Israël doit cesser ses mesures unilatérales, arrêter la construction de colonies en Cisjordanie, mettre fin aux incursions de l'armée israélienne dans les villes palestiniennes et empêcher les attaques et les violences des colons israéliens contre les Palestiniens en Cisjordanie.
Les Palestiniens exigent également qu'Israël débloque les recettes fiscales pour l'Autorité palestinienne et qu'il offre un horizon politique pour la résolution du conflit.
Des sources palestiniennes de haut niveau ont indiqué que la compréhension et le soutien des États-Unis à l'égard des demandes palestiniennes pourraient empêcher une nouvelle escalade et renforcer la confiance, ce qui pourrait persuader Abbas de reprendre la coordination sécuritaire avec Israël, qu'il a interrompue le 26 janvier après le meurtre de neuf Palestiniens à Jénine.
Mahmoud al-Aloul, un dirigeant du Fatah, a déclaré que la direction palestinienne n'a plus aucune confiance ni aucun espoir dans la politique américaine, car elle est uniquement préoccupée par la protection et le soutien de l'occupation israélienne.
Il a ajouté que la visite de Blinken est intervenue après que les Palestiniens ont décidé de faire face aux «crimes et attaques de l'occupation et de ses colons, qui se sont récemment intensifiés».
L'analyste politique Majdi Halabi a déclaré à Arab News que la visite de Blinken était cruciale car elle contribuerait aux efforts visant à apaiser la situation et à réduire les tensions entre Palestiniens et Israéliens.
«Abbas ne peut pas empêcher les attaques individuelles des Palestiniens contre des cibles israéliennes», a affirmé Halabi. «Il peut influencer le groupe palestinien armé La Tanière des Lions car il comprend des éléments de l'organisation Fatah qu'il dirige.»
Halabi a ajouté que les États-Unis peuvent également faire pression sur Israël pour qu'il mette fin aux démolitions de maisons palestiniennes en Cisjordanie et à Jérusalem, réduise le nombre d'arrestations de Palestiniens et limite l'expansion des colonies. Washington pourrait faire cela, s'il le souhaite, car Israël a besoin de l'aide financière américaine et de son assistance pour affronter l'Iran, a-t-il ajouté.
Pour l'analyste politique palestinien Nabil Amr, les Américains ne peuvent que donner des conseils aux deux parties et parler de la nécessité du calme et de la préservation de la solution à deux États. En attendant, «la pression est inévitablement du côté palestinien», a-t-il précisé.
Les Américains «ne sont plus en mesure d'influencer le gouvernement israélien, et les Israéliens ne les écoutent pas et profitent de leur soutien afin d’alimenter leur guerre contre les Palestiniens», a indiqué Amr.
Washington «formule des exigences que les Palestiniens ne peuvent pas satisfaire même s'ils les acceptent, comme empêcher les opérations individuelles contre les Israéliens. Ceux qui ont mené les récentes attaques contre des cibles israéliennes n'avaient aucun lien avec les organisations palestiniennes mais étaient des individus, alors comment l'Autorité palestinienne peut-elle les  empêcher?» s’est -il demandé.
Amr a vivement critiqué la politique américaine actuelle sur le conflit, «gérant des crises sans vision politique» à long terme.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Comment la région MENA use de technologies modernes pour préserver ses ressources en eau

Les besoins en eau du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord stimulent l'innovation dans les technologies et d'autres secteurs (Photo, AFP).
Les besoins en eau du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord stimulent l'innovation dans les technologies et d'autres secteurs (Photo, AFP).
Short Url
  • L'identification des moyens d'atténuer les pressions climatiques et de s'y adapter est devenue une priorité absolue pour les pays de la région MENA
  • Les innovations peuvent aider à conserver l'eau douce, à recycler les eaux usées et à réduire les effets néfastes du dessalement de l'eau de mer

DUBAÏ: Depuis des décennies, la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord a du mal à répondre à ses besoins croissants en eau. Avec une population en plein essor et des sources naturelles d'eau douce qui s'épuisent rapidement, il est désormais urgent de trouver des solutions durables afin de remédier à l'état précaire de la sécurité de l'eau dans la région.
L'insécurité de l'eau a aggravé les conflits et les tensions politiques dans de nombreux pays arabes, affectant considérablement la santé et le bien-être de la population. Dans des pays comme l'Irak, la Jordanie, le Liban, la Syrie, le Yémen et même plusieurs pays du Golfe, de nombreuses communautés n'ont pas accès à une eau propre et abondante.
Alors qu'environ 40% de la population mondiale est confrontée à la pénurie d'eau, la région MENA est considérée comme l'une des régions du monde où l'insécurité hydrique est la plus grande, avec environ 90% des enfants vivant dans des zones de stress hydrique élevé ou extrêmement élevé. Selon l'Unicef, la région MENA abrite 11 des 17 pays les plus touchés par le stress hydrique dans le monde.

Les marais de Chibayich, dans le sud de l'Irak, présumés abriter le jardin d'Eden biblique, ont été frappés par la sécheresse ainsi que par la réduction du débit des rivières provenant de la Turquie et de l'Iran voisins (Photo, AFP).

«Les pays qui connaissent une croissance démographique rapide, un climat aride et des activités agricoles fortement consommatrices d'eau courent un risque beaucoup plus élevé d'être confrontés à une pénurie d'eau importante avant 2050. Ces pays auront donc besoin de contre-opérations plus importantes afin d'annuler l'impact attendu», a déclaré à Arab News Walid Saad, PDG et cofondateur de World of Farming.
«C'est un défi qui nécessite une approche collaborative entre les organisations des secteurs public et privé, et la mise en œuvre de technologies et de solutions innovantes dans tous les secteurs, afin de contribuer à assurer une plus grande efficacité et sécurité de l'eau pour les générations futures.»
Selon un rapport publié en 2020 par Orient Planet Research, les besoins en eau de la zone du Conseil de coopération du Golfe atteindront 33 733 mètres cubes par an d'ici 2050. Cependant, le stockage futur prévu dans la région n'est que de 25 855 mètres cubes.
Illustration par l'Orient Planet Reseach
Cela signifie que la région doit augmenter ses stocks d'eau de 77% pour répondre aux besoins de sa population dans les 30 prochaines années.
Identifier les moyens d'atténuer les pressions climatiques et de s'y adapter est devenu une priorité absolue pour les gouvernements régionaux. L'année prochaine devrait être l'une des plus chaudes jamais enregistrées, avec des phénomènes météorologiques extrêmes dont l'ampleur et la fréquence risquent de s'accroître et, ce faisant, d'aggraver les problèmes existants de la région en proie au stress hydrique.


Des ambassadeurs de l'UE de retour à Aden pour soutenir le gouvernement yéménite

Une délégation de l'UE, dirigée par Gabriel Munuera Vinals, a rencontré Rachad al-Alimi (Photo, Twitter).
Une délégation de l'UE, dirigée par Gabriel Munuera Vinals, a rencontré Rachad al-Alimi (Photo, Twitter).
Short Url
  • La délégation s'est entretenue mardi avec le président du Conseil présidentiel
  • Trois agents d'Al-Qaïda auraient été tués lundi dans une frappe américaine présumée de drone sur leur voiture à Marib

AL-MUKALLÂ: Un groupe d'envoyés de l'UE au Yémen est retourné dans la ville portuaire méridionale d'Aden, la capitale temporaire du pays, en soutien au gouvernement internationalement reconnu et à ses efforts pour unir les forces combattantes du pays, stabiliser l'économie et faciliter un accord de paix afin de mettre fin à la guerre, ont déclaré des responsables yéménites.
La délégation, dirigée par Gabriel Munuera Vinals, s'est entretenue mardi avec Rachad al-Alimi, président du Conseil présidentiel. Durant cette rencontre ils auraient discuté des moyens de promouvoir la paix, des politiques économiques du gouvernement visant à alléger les souffrances du peuple yéménite et des efforts du Conseil pour unifier les forces militaires et sécuritaires, ainsi que les autres groupes armés sous son commandement.
Lors d'une réunion séparée avec le ministre de la Défense, le lieutenant-général Mohsen al-Daeri, les ambassadeurs ont salué l'engagement du gouvernement en faveur du processus de paix et ses efforts pour unir les forces de la nation. Ils ont également discuté avec le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Awadh ben Moubarak, des efforts visant à rétablir la trêve négociée par les Nations unies.
Un responsable du gouvernement yéménite, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré à Arab News que les envoyés se sont rendus à Aden dans le but de montrer leur soutien au gouvernement mais qu'aucune nouvelle proposition pour mettre fin au conflit n'a été discutée.
«Les envoyés de l'UE n'ont rien de nouveau à apporter à la paix, mais sont plutôt venus pour réaffirmer le soutien de la communauté internationale au Conseil présidentiel et au gouvernement après leur retour à Aden» a-t-il expliqué.
L'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, Hans Grundberg, devrait se rendre à Aden la semaine prochaine, a ajouté le responsable.
La dernière visite des ambassadeurs de l'UE à Aden fait suite à celle de début décembre, au cours de laquelle ils ont également exprimé leur soutien au gouvernement yéménite, tandis que des médiateurs internationaux se déplaçaient entre Sanaa, Aden et d'autres villes pour tenter de persuader les factions belligérantes de relancer la trêve négociée par les Nations unies, qui a expiré en octobre, mais en vain.
Par ailleurs, trois agents d'Al-Qaïda ont été tués lundi dans une frappe présumée d'un drone américain sur la voiture dans laquelle ils se trouvaient dans la province centrale de Marib, selon les médias locaux.
Les trois agents se trouvaient dans la zone reculée d'Al-Samada, dans la région de Wadi Abeda, à Marib, lorsqu'un missile du drone a touché leur véhicule, a rapporté Al-Masdar Online. «La frappe a été précise et les occupants de la voiture ont été tués sur le coup», a-t-il ajouté.
D'autres médias locaux ont indiqué qu'Abou Hassan al-Hadrami, un fabricant de bombes d'Al-Qaïda qui avait échappé à une précédente attaque de drone dans la même zone près de Marib en décembre, figurait parmi les morts.
Elisabeth Kendall, experte en terrorisme et professeure au Girton College de l'université de Cambridge, a déclaré à Arab News qu'Al-Qaïda dans la péninsule arabique n'a pas confirmé la mort d'Al-Hadrami, ni celle d'aucun autre membre récemment tué.
«Ni les canaux officiels d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP) ni ses principaux canaux de partisans n'ont confirmé la mort d'un agent de ce nom», a-t-elle affirmé. «Cependant, l'annonce des martyrs par le groupe a généralement tendance à être en retard sur les événements en temps réel. L’AQAP n'a pas annoncé de nouveaux martyrs depuis le 7 janvier.»
Le nombre de frappes de drones américaines visant des combattants d'Al-Qaïda au Yémen a diminué de façon considérable au cours des six dernières années, les forces militaires sécuritaires yéménites ayant régulièrement expulsé les extrémistes de leurs principaux bastions urbains à Abyan, Aden, Chabwa, Hadramaout et Lahji. Plus récemment, ils ont été chassés de leurs cachettes de longue date dans les vastes montagnes et vallées accidentées d'Abyan et de Chabwa.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com