En Cisjordanie, la peur des «vengeances» de colons et de soldats israéliens

Un jeune Palestinien brandit le drapeau national lors d'affrontements avec les forces israéliennes à l'entrée nord de la ville de Ramallah, près de la colonie israélienne de Beit El, en Cisjordanie occupée, le 16 octobre 2023. (AFP)
Un jeune Palestinien brandit le drapeau national lors d'affrontements avec les forces israéliennes à l'entrée nord de la ville de Ramallah, près de la colonie israélienne de Beit El, en Cisjordanie occupée, le 16 octobre 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 17 octobre 2023

En Cisjordanie, la peur des «vengeances» de colons et de soldats israéliens

  • Depuis le 7 octobre, la mort a aussi frappé dans le territoire palestinien de Cisjordanie, occupé par Israël depuis 1967
  • Au moins 58 Palestiniens ont été tués et plus de 1 200 blessés dans ce petit territoire quadrillé par les check-points israéliens et les colonies qui surplombent une bonne part des villes et villages palestiniens

RAMALLAH: "Les soldats israéliens et les colons ouvrent facilement le feu pour se venger de ce qui se passe à Gaza", lâche Faraj Beitaoui: dans son village, comme partout en Cisjordanie occupée, les Palestiniens vivent désormais dans la peur constante.

Les hostilités déclenchées entre Israël et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, ont fait des milliers de morts des deux côtés depuis l'attaque sans précédent lancée le 7 octobre par le mouvement palestinien sur le sol israélien.

Depuis le 7 octobre, la mort a aussi frappé dans le territoire palestinien de Cisjordanie, occupé par Israël depuis 1967.

Au moins 58 Palestiniens ont été tués et plus de 1 200 blessés dans ce petit territoire quadrillé par les check-points israéliens et les colonies qui surplombent une bonne part des villes et villages palestiniens, selon le ministère palestinien de la Santé.

A Beita, le village de Faraj Beitaoui proche de Naplouse, la grande ville du nord de la Cisjordanie, un jeune a été tué dimanche par l'armée israélienne. Sur une vidéo, on voit un soldat tirer de loin sur lui, aux abords de son village.

Routes dangereuses

A Qousra, autre village du nord de la Cisjordanie, d'abord quatre habitants ont été tués par des colons. Puis, le lendemain, lors de leurs funérailles, un père et son fils ont été fauchés par des balles tirées par des colons.

Zeid al-Chouaïbi, de l'ONG al-Haq, surveille de près cette montée des violences. Mais pas d'aussi près qu'il le voudrait parce que, raconte-t-il à l'AFP, les déplacements se sont encore compliqués ces derniers jours.

"Nous n'avons aucun chiffre précis" du nombre d'attaques de colons ou de soldats israéliens sur des Palestiniens, "nos équipes de chercheurs ne pouvant plus emprunter les routes, car c'est là où les attaques et les intimidations contre les habitants ont lieu", affirme-t-il.

Les routes ont toujours été une ligne de friction. Partagées parfois par les Palestiniens et les colons israéliens, certaines sont réservées uniquement aux colons dont les plaques d'immatriculation sont jaunes comme en Israël.

Il n'est pas rare que des colons postés sur des collines jettent des pierres sur les voitures des Palestiniens, reconnaissables, elles, à leurs plaques blanches et vertes. Et inversement, que de jeunes Palestiniens attaquent des véhicules de colons.

Mais depuis le début de la guerre actuelle, aux "attaques contre les voitures", s'ajoutent "le saccage de magasins, les tags menaçants de colons, les meurtres et tentatives d'attaques sur les villages", qui ne sont pas sans rappeler la descente des colons sur la bourgade de Huwara l'hiver dernier, poursuit M. Chouaïbi.

Fin février, après la mort de deux colons israéliens non loin de Huwara, des dizaines de colons avaient déferlé sur ce village et incendié de nombreux bâtiments et véhicules.

Les images du village en feu avaient fait le tour du monde, provoquant une vague d'indignation.

Rondes de nuit

Elles avaient attiré tous les regards sur la situation des près de trois millions de Palestiniens de Cisjordanie occupée, où vivent aujourd'hui près d'un demi-million de colons juifs. Tous dans des colonies considérées par l'ONU comme illégales au regard du droit international --et certains dans des colonies dites "sauvages" que même Israël considère comme illégales.

Lundi, tous les magasins étaient fermés à Huwara. "On a tous peur de nouvelles attaques de colons après les événements de Gaza", affirme Moïn Damidi, son maire, à l'AFP.

Le village de Deir Jarir, près de Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne, lui, vit à l'ombre d'une colonie sauvage montée aux marges de la grande colonie d'Ofra, dans le nord de la Cisjordanie.

Toutes les nuits, les jeunes veillent et font des rondes, rapporte à l'AFP Haidar Makho, 52 ans. "Et il y a un groupe où on s'échange les informations et où on se tient les uns les autres au courant des mouvements des colons", ajoute-t-il.

Mais parfois, les habitants sont pris par surprise: dimanche encore, une femme a été tuée par une balle de l'armée israélienne et son mari et son fils ont été blessés, alors qu'ils rentraient chez eux.

D'autre part, "environ 470 Palestiniens de Cisjordanie, pour la plupart des gens du Hamas, ont été mis en détention administrative", rapporte le Club des prisonniers palestiniens, alors qu'Israël a promis de "liquider" le Hamas.

Ce régime permet à Israël d'incarcérer des personnes sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elles.

"On n'avait pas vu une campagne d'arrestations de cette ampleur depuis des années en Cisjordanie", assure à l'AFP la porte-parole de cette association, Amani Sarahneh.


L’éducation en crise: les écoles de Gaza détruites par les attaques israéliennes

Des enfants marchent avec d’autres Palestiniens déplacés qui empruntent la route côtière de Rachid pour retourner dans la ville de Gaza, en passant par le camp de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza. (Photo, AFP)
Des enfants marchent avec d’autres Palestiniens déplacés qui empruntent la route côtière de Rachid pour retourner dans la ville de Gaza, en passant par le camp de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon un rapport publié en mars, 87,7% des établissements scolaires de Gaza ont été endommagés ou détruits
  • Save the Children exige que le gouvernement israélien mette un terme aux attaques illégales contre les établissements d’enseignement et mette pleinement en œuvre la déclaration sur la sécurité dans les écoles

LONDRES: La guerre entre Israël et le Hamas menace gravement le potentiel à long terme des enfants de Gaza et les possibilités qui s’offrent à eux, déclare l’organisation caritative Save the Children.

Toutes les écoles de Gaza sont fermées depuis le début de l’offensive israélienne en octobre, ce qui a affecté 625 000 élèves. Par ailleurs, des frappes aériennes incessantes ont détruit toutes les universités de la bande de Gaza.

Ahmed, un père déplacé à Rafah, a fait part de son désespoir quant à l’avenir de ses trois enfants. «Je ne vois plus de vie pour eux», confie-t-il.

Pour Ahmed et d’innombrables autres parents, l’objectif premier est de garder leurs enfants en vie.

Cependant, selon Save the Children, nombreux sont ceux qui sont conscients que même si leurs enfants survivent aux menaces immédiates des bombardements et de la famine, leur éducation et leur développement seront gravement affectés.

Selon un rapport publié en mars, 87,7% des établissements scolaires de Gaza ont été endommagés ou détruits. Au total, 212 bâtiments scolaires ont été directement touchés, tandis que 282 autres ont subi des dommages plus ou moins importants.

Les difficultés d'accès, en particulier dans les gouvernorats du nord de Gaza, ont conduit le secteur de l’éducation à procéder à une évaluation des dommages par satellite afin de confirmer l’état des établissements d’enseignement.

Selon le droit humanitaire international, les écoles ne devraient généralement pas être prises pour cible et de telles attaques constituent de graves violations à l’encontre des enfants. D’après Save the Children, une absence prolongée de l’école entraîne non seulement une interruption de l’apprentissage, mais aussi une régression des progrès.

Les expériences passées montrent que plus les enfants s’absentent de l’école, moins ils ont de chances d’y retourner, ce qui compromet leurs perspectives de bien-être économique et de santé mentale et physique. Ils sont également plus exposés à la violence et aux abus.

«Les enfants ne peuvent pas échapper à la réalité de la guerre, n’ont pas de routine stable, n’ont pas la possibilité d’apprendre ou de jouer, et nombre d’entre eux n’ont pas de famille. Ce sont des facteurs de protection essentiels dont les enfants ont besoin pour atténuer le risque de dommages mentaux durables», indique un communiqué de Save the Children.

Les enfants de Gaza expriment régulièrement leur profond désir de retourner à l’école, qu’ils considèrent comme l’une de leurs priorités pour rétablir un sentiment de normalité et poursuivre leur développement éducatif et social.

«Il y a quelques jours, l’un de mes enfants m’a dit : “Je veux manger de la nourriture saine. Je veux vraiment aller à l’école et vivre ma vie d’avant, ma vie normale, et je veux jouer”», raconte Maher, un père de famille de Gaza.

Save the Children appelle à un cessez-le-feu immédiat et complet et à la fin du siège de Gaza.

L’organisation exhorte à la réouverture de tous les points de passage afin d’assurer la circulation des biens commerciaux et humanitaires. Elle exige de même que le gouvernement israélien mette un terme aux attaques illégales contre les établissements d’enseignement et mette pleinement en œuvre la déclaration sur la sécurité dans les écoles.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'ONU va lancer un appel aux dons de 2,8 milliards de dollars pour Gaza et Cisjordanie

Les Palestiniens font la queue pour acheter du pain subventionné dans une boulangerie de la ville de Gaza, le 14 avril 2024, dans le cadre du conflit entre Israël et le groupe militant Hamas. (Photo par AFP)
Les Palestiniens font la queue pour acheter du pain subventionné dans une boulangerie de la ville de Gaza, le 14 avril 2024, dans le cadre du conflit entre Israël et le groupe militant Hamas. (Photo par AFP)
Short Url
  • Avec la communauté humanitaire, nous appelons à 2,8 milliards de dollars pour aider 3 millions de personnes identifiées en Cisjordanie et à Gaza», a déclaré Andrea De Domenico
  • Quelques jours après l'attaque du Hamas sans précédent contre Israël du 7 octobre et le début de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza en représailles, l'ONU avait lancé un premier appel aux dons d'urgence de 294 millions de dollars

NATIONS UNIES : L'ONU va lancer mercredi un appel aux dons de 2,8 milliards de dollars pour aider la population palestinienne à Gaza et en Cisjordanie en 2024, a indiqué mardi le patron du bureau humanitaire des Nations unies dans les territoires palestiniens.

«Nous publions demain l'appel aux dons jusqu'à la fin de l'année. Avec la communauté humanitaire, nous appelons à 2,8 milliards de dollars pour aider 3 millions de personnes identifiées en Cisjordanie et à Gaza», a déclaré Andrea De Domenico lors d'une conférence de presse par vidéo.

«Evidemment 90% est pour Gaza», a-t-il précisé, notant qu'au départ, le plan humanitaire pour 2024 avait été chiffré à 4 milliards mais réduit à 2,8 milliards compte tenu des limites à l'accès de l'aide humanitaire.

Quelques jours après l'attaque du Hamas sans précédent contre Israël du 7 octobre et le début de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza en représailles, l'ONU avait lancé un premier appel aux dons d'urgence de 294 millions de dollars.

L'appel avait été modifié début novembre, pour être porté à 1,2 milliard de dollars pour répondre aux besoins les plus urgents de 2,7 millions de personnes dans les territoires palestiniens (2,2 millions à Gaza, 500.000 en Cisjordanie) pour la période allant jusqu'à fin 2023.


Après un an de guerre, des Soudanais se remémorent leurs rêves partis en fumée

Des personnes des États de Khartoum et d'al-Jazira, déplacées par le conflit actuel au Soudan entre l'armée et les paramilitaires, font la queue pour recevoir de l'aide d'une organisation caritative à Gedaref, le 30 décembre 2023. (Photo par AFP)
Des personnes des États de Khartoum et d'al-Jazira, déplacées par le conflit actuel au Soudan entre l'armée et les paramilitaires, font la queue pour recevoir de l'aide d'une organisation caritative à Gedaref, le 30 décembre 2023. (Photo par AFP)
Short Url
  • Les start-up «bourgeonnaient dans tout le pays», rivalisant de solutions «pour répondre aux vrais besoins des Soudanais», témoigne depuis les Etats-Unis l’ancienne employée d’une société d'investissement à Khartoum
  • De nombreux Soudanais de la diaspora avaient investi les économies d'une vie dans la construction d'une maison à Khartoum, pour assister impuissants à la saisie de leurs biens par les FSR

LE CAIRE : Au début, en 2018, de la révolution au Soudan, Omar Ushari n'aurait jamais imaginé être un jour réfugié au Caire, après avoir fui la guerre sanglante qui ravage son pays depuis maintenant un an.

A l'époque, cet avocat de 37 ans était derrière les barreaux, comme de nombreux opposants emprisonnés par le régime islamo-militaire d'Omar el-Béchir et, comme eux, il s'était réjoui de ce soulèvement populaire.

Libéré, dans un Soudan assoiffé de changement après la chute d'Omar el-Béchir en 2019, Omar Ushari a décidé de réaliser son rêve: ouvrir un petit café littéraire qu'il a appelé Rateena, un havre de paix où les militants de Khartoum réfléchissaient collectivement à construire «un meilleur Soudan».

Mais quand le 15 avril 2023, l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo sont entrés en guerre, M. Ushari a vu son projet «peu à peu partir en fumée».

Pendant des mois, bravant les combats de rue, il s'est rendu à Rateena pour, dit-il, «m'asseoir dans la pénombre, prendre note des pillages survenus depuis ma dernière visite, et me souvenir».

Longtemps, il est resté sidéré, incapable de comprendre «comment la musique, les conférences et les débats avaient disparu au profit des balles perdues éparpillées au sol et l'écho des tirs d'artillerie».

- Une «révolution volée» -

Un an de guerre a dévasté le Soudan et fait des milliers de morts. Le rêve de M. Ushari «n'est qu'un des milliers de rêves qui ont volé en éclat», à l'aune de ce qu'il appelle «une révolution volée».

La transition démocratique enclenchée au départ d'Omar el-Béchir, après 30 ans de pouvoir, a libéré «les espoirs, l'inspiration et l'audace» de la jeunesse, explique à l'AFP Sarah Salmane, qui travaillait à l'époque dans une société d'investissement à Khartoum.

Les start-up «bourgeonnaient dans tout le pays», rivalisant de solutions «pour répondre aux vrais besoins des Soudanais», ajoute-t-elle depuis les Etats-Unis.

A elle seule, Mme Salmane a examiné plus de 50 projets de start-up dans des secteurs variés, allant de la télé-santé à la finance.

Un boom initié par l'«énergie de la révolution», ce moment où «les gens avaient espoir que le Soudan emprunte enfin la bonne voie, sorte des ténèbres et atteigne, via une transition civile, la liberté», se souvient M. Ushari.

Comme nombre de ses compatriotes, l'experte en communication Raghdan Orsud, âgée de 36 ans, a pris part au changement.

Elle a co-fondé la plateforme de lutte contre la désinformation Beam Reports, «convaincue du rôle que les médias peuvent jouer dans une transition démocratique», dit-elle à l'AFP depuis Londres.

Mais deux mois après le lancement de sa plateforme, cette fragile transition a déraillé lorsqu'en octobre 2021, les deux généraux aujourd'hui en guerre ont mené ensemble un coup d'Etat et confisqué le pouvoir aux civils.

«C'était une période douloureuse, des manifestants étaient tués toutes les semaines», se souvient M. Ushari.

Pourtant, malgré la répression, la jeunesse soudanaise a continué à battre le pavé pour exiger le retour des civils au pouvoir.

- Rateena incendié -

Puis un samedi, à la fin du ramadan, les habitants de Khartoum se sont réveillés au son des tirs d'artillerie.

En une nuit, les cadavres d'habitants abattus par des snipers ou fauchés par des balles perdues ont jonché les rues de Khartoum.

Plusieurs millions d'habitants ont fui la capitale. Raghdan Orsud a dû abandonner l'équipement sonore flambant neuf qu'elle venait d'acquérir. «Tout était encore empaqueté» quand les paramilitaires se sont emparés de son immeuble.

Omar Ushari tentait de s'établir au Caire quand il a reçu un message vidéo montrant un immense incendie.

«C'est comme ça que j'ai appris que Rateena avait brûlé». Avec le café, des milliers de livres et d'oeuvres d'art ont été réduits en cendres.

De nombreux Soudanais de la diaspora avaient investi les économies d'une vie dans la construction d'une maison à Khartoum, pour assister impuissants à la saisie de leurs biens par les FSR.

La cheffe pâtissière Chaimaa Adlan, âgée de 29 ans, raconte que son père, qui vit en Arabie saoudite, «priait pour qu'un bombardement touche la maison». «Il aurait préféré la voir détruite plutôt que transformée en base paramilitaire», ajoute-t-elle.

- «Le Soudan est à nous» -

Mme Adlan, qui venait de lancer une activité de traiteur, s'est retrouvée au Caire, déracinée et sans emploi.

Un an plus tard, elle slalome dans une cuisine animée de la capitale égyptienne, hurlant des ordres à ses équipes tout en mettant la touche finale à ses plats mêlant subtilement arômes soudanais et occidentaux.

Sur scène, M. Ushari, qui s'est associé à Mme Adlan et à d'autres pour ouvrir un restaurant éphémère doublé d'un espace culturel, présente un musicien soudanais qui s'apprête à jouer le répertoire classique du pays.

Cette même jeunesse qui organisait les manifestations rêve toujours de démocratie et chapeaute l'entraide à travers le pays, constituant, d'après l'ONU, «la première ligne» de la réponse humanitaire à la guerre.

Malgré l'exil et la douleur, il reste une «étincelle révolutionnaire» vivace dans le «coeur de tous les Soudanais», dit M. Ushari.

«Le Soudan est à nous tous, alors que faire si ce n'est s'atteler à le reconstruire?», ajoute Mme Orsud.