Initiatives vertes saoudiennes: le soutien au développement durable d'un Moyen-Orient en manque d'eau

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a annoncé en septembre dernier le projet du Royaume de créer une organisation mondiale de l'eau basée à Riyad (Photo, AFP).
Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a annoncé en septembre dernier le projet du Royaume de créer une organisation mondiale de l'eau basée à Riyad (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 08 décembre 2023

Initiatives vertes saoudiennes: le soutien au développement durable d'un Moyen-Orient en manque d'eau

  • Jusqu'à 83% de la population de la région MENA est confrontée à une pénurie d'eau en raison de l'impact du changement climatique
  • La plupart des consommateurs saoudiens considèrent que les dirigeants gouvernementaux sont plus préoccupés que leurs homologues du monde des affaires par la pénurie d'eau et le changement climatique

DUBAÏ: Bien qu'elle soit considérée comme le pays le plus riche du monde en termes de ressources naturelles, l'Arabie saoudite est l'un des pays du monde où l'eau est la plus rare. Alors que la référence mondiale en matière de pénurie absolue d'eau est de 500 mètres cubes par habitant et par an, l'Arabie saoudite ne dispose que de 89,5 mètres cubes.

Alors que l'évolution à long terme des températures et des conditions météorologiques entraîne l'assèchement des masses d'eau, l'Arabie saoudite et ses voisins sont confrontés à un défi commun: assurer à leurs citoyens et à leurs résidents un niveau de vie raisonnablement bon dans la région la plus aride du monde.

Pour favoriser le changement, l'Arabie saoudite joue un rôle de premier plan dans les forums mondiaux, tirant parti de son influence au sein du forum intergouvernemental du G20 et de la réunion ministérielle sur l'énergie propre pour mettre en avant non seulement les préoccupations environnementales, mais aussi l'expertise régionale.

Cela n'est nulle part plus évident que lors de la conférence des Nations unies sur le changement climatique, ou la COP28, qui se tient actuellement à Dubaï, où Jean-François Gagne, chef du secrétariat de la conférence ministérielle sur l'énergie propre, a souligné l'importance de la coordination régionale afin de faire progresser les ambitions en matière de lutte contre le changement climatique.

Environ 53% des consommateurs saoudiens ont mentionné l'eau propre et salubre comme une préoccupation environnementale importante (Photo, AFP).

«L'Arabie saoudite a l'avantage d'être à la table du G20, ce qui lui permet de jouer un rôle de premier plan en apportant les connaissances régionales et les préoccupations environnementales à la table internationale. C'est essentiel, car nous avons besoin que toutes les régions du monde progressent ensemble», a déclaré Gagne à Arab News.

«Lorsque vous avez des champions régionaux, cela permet vraiment de s'assurer que personne n'est laissé de côté pour faire avancer nos objectifs en matière d'énergie propre», a-t-il précisé.

Parallèlement, la perception qu'a le public saoudien des défis posés par le changement climatique a sensiblement évolué ces derniers temps.

L'étude Watermark d'Ecolab, une enquête mondiale qui mesure la perception de l'eau par les consommateurs dans 15 pays, indique que les consommateurs saoudiens sont très sensibilisés et qu'ils sont à la fois inquiets et optimistes quant à la possibilité de relever les défis climatiques.

Selon l'étude, qui a été lancée en 2023, environ 53% des consommateurs saoudiens ont mentionné l'eau propre et salubre comme une préoccupation environnementale importante, tandis que 80% ont reconnu que la pénurie d'eau peut être traitée de manière efficace.

L'Arabie saoudite dépend actuellement fortement des eaux souterraines et des usines de dessalement pour répondre à ses besoins en eau (Photo, AFP).

«Les consommateurs saoudiens ont raison, et avec une combinaison de stratégies entre le gouvernement, les entreprises et l'industrie, et l'adoption de technologies intelligentes de l'eau, la gestion, la conservation et la sécurité de l'eau peuvent être abordées de manière significative», a déclaré Stefan Umiastowski, vice-président senior d'Ecolab et responsable du marché de l'Inde, du Moyen-Orient et de l'Afrique.

L'Arabie saoudite dépend actuellement fortement des eaux souterraines et des usines de dessalement pour répondre à ses besoins en eau, et avec la croissance rapide de sa population et de son industrie, la demande ne cesse d'augmenter.

Umiastowski a souligné qu'avec la baisse continue du niveau des nappes phréatiques et la pression accrue sur les ressources existantes, une éventuelle crise de l'eau ne peut être exclue.

«La bonne nouvelle, c'est que des pratiques et des solutions de gestion durable de l'eau sont disponibles et peuvent être mises en œuvre rapidement et efficacement», a-t-il expliqué à Arab News.

L'étude d'Ecolab a révélé que, bien qu'une grande majorité de consommateurs pense qu'il est possible de remédier à la pénurie d'eau, environ 74% d'entre eux estiment que les entreprises et les fabricants ont besoin d'orientations et de plans plus clairs.

En fait, environ trois quarts des consommateurs saoudiens considèrent que les dirigeants gouvernementaux sont plus préoccupés que les dirigeants d'entreprises et d'organisations à but non lucratif par la nécessité d'économiser l'eau et le changement climatique.

«Cette perception de la gestion de l'eau du point de vue des consommateurs montre la nécessité d'une action à la fois urgente et plus visible de la part des entreprises et de l'industrie afin de renforcer les mesures de durabilité», a déclaré Umiastowski.

Batoul Almutab, experte en matière environnementale, sociale et de gouvernance et fondatrice d'Incora Consultancy, affirme qu'il y a des signes de changement dans la façon dont les consommateurs saoudiens perçoivent le changement climatique, car le Royaume travaille activement à la sensibilisation et à la promotion de comportements durables.

Selon Almutab, cet engagement est évident dans le système éducatif, où les enfants apprennent les pratiques durables dans le cadre du programme scolaire national. Elle estime également que la jeune génération de Saoudiens est beaucoup plus encline à acheter des articles provenant de marques qui accordent la priorité à la durabilité.

«En fait, 62% des acheteurs de la génération Z optent pour des marques durables, et 73% d'entre eux sont prêts à dépenser plus pour des produits durables», a-t-elle signalé à Arab News.

«Alors que nous n'avons pas encore eu de réveil culturel collectif, les générations futures seront le fer de lance de ce changement», a-t-elle estimé.

Malgré les nombreuses initiatives visant à résoudre le problème de la pénurie d'eau en Arabie saoudite, Almutab estime qu'il y a encore des progrès à faire.

Une gestion efficace et durable de l'eau et des déchets constituera une avancée significative dans la résolution des principaux problèmes environnementaux, a souligné Daymion Jenkins (Photo, AFP).

«Le pays est l'un de ceux qui manquent le plus d'eau dans le monde. Ses ressources en eau douce sont limitées et ses taux de consommation sont élevés», a-t-elle spécifié.

Elle énumère les principales causes de la pénurie d'eau en Arabie saoudite: la croissance rapide de la population, l'urbanisation accrue et les activités agricoles extensives, qui ont toutes mis à rude épreuve les sources disponibles.

Heureusement, selon Umiastowski, il est possible de réduire la consommation d'eau, de la réutiliser, de la rendre plus efficace et de mieux la sécuriser.

«Du consommateur à l'entreprise, en passant par l'industrie et le gouvernement, des actions et des solutions sont possibles. La prise de conscience est certainement en hausse, et la mise en œuvre a commencé, mais elle doit être accélérée rapidement», a-t-il indiqué.

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a annoncé en septembre dernier que le Royaume prévoyait de créer une organisation mondiale de l'eau basée à Riyad.

Cette initiative témoigne de l'engagement de l’Arabie saoudite en faveur d'une coopération mondiale pour résoudre les problèmes de pénurie d'eau et plaider en faveur de pratiques de gestion responsables.

L'Arabie saoudite a également pris des engagements importants pour relever les défis mondiaux en matière d'approvisionnement en eau. L'Autorité saoudienne pour les villes industrielles et les zones technologiques a lancé l'initiative «Voluntary Commitment to Water Sustainability» («Engagement volontaire en faveur de la durabilité de l'eau»), qui s'inscrit dans le cadre de la priorité accordée par le pays à l'amélioration de la sécurité de l'eau pour un progrès économique et social.

«Ces initiatives montrent clairement que l'Arabie saoudite est déterminée à relever les défis de la sécurité de l'eau au niveau national et à s'appuyer sur les enseignements tirés au niveau mondial sur la manière de gérer efficacement la source et la qualité des réserves d'eau souterraine, afin de garantir la résilience dans une période de croissance sociale et économique rapide», a déclaré à Arab News Daymion Jenkins, directeur de la pratique sur la Terre et l’Environnement au sein de la branche Moyen-Orient de la société de conseil canadienne WSP.

La loi sur l'eau, qui fait partie de la Vision saoudienne 2030, définit également une série d'actions clés pour relever les défis. Il s'agit notamment de centraliser la propriété et l'octroi de licences pour l'utilisation et l'exploitation des ressources en eau, ainsi que de préparer une stratégie nationale et un plan de gestion des situations d'urgence pour l'approvisionnement.

«Au fur et à mesure que ces politiques et ces orientations se développent, il y aura un plan cohérent pour gérer les risques associés à l'intégrité et à l'approvisionnement en eau. Un travail technique important est nécessaire pour développer ces stratégies, qui sont essentielles pour faire face à la pénurie d'eau potentielle en Arabie saoudite» a expliqué Jenkins.

L'Arabie saoudite a également pris des engagements importants pour relever les défis mondiaux en matière d'approvisionnement en eau (Photo, AFP).

Il souligne qu'au moins 40% de l'approvisionnement en eau de l'Arabie saoudite provient des eaux souterraines et que, dans certains cas, la fiabilité de ces sources est essentielle.

En outre, l'extraction excessive des eaux souterraines pourrait diminuer leur rendement, ce qui poserait des problèmes aux régions fortement tributaires de cette ressource rare pour répondre aux besoins des zones urbaines densément peuplées, des terres agricoles et des zones industrielles.

«Les aquifères, qui stockent et alimentent ces sources d'eau souterraine, comprennent des masses d'eau peu profondes qui ont la capacité de se recharger, et des réserves d'eau “fossiles”, qui sont isolées dans des couches géologiques profondes et constituent des ressources limitées», a éclairci Jenkins.

EN CHIFFRES

- 89,5 mètres cubes d'eau disponible en Arabie saoudite par habitant et par an.

- 53% des consommateurs saoudiens considèrent la pénurie d'eau comme une préoccupation.

- 73% des acheteurs de la génération Z sont prêts à dépenser plus pour des marques durables.

Le nord-est de l'Arabie saoudite, où l'approvisionnement en eau provient principalement des nappes phréatiques, constitue un bon exemple.

Une meilleure compréhension de ces systèmes aquifères et la mise en œuvre de pratiques de gestion efficaces contribueront de manière significative à aligner les taux d'extraction sur les taux de recharge des zones élevées. Cet alignement permettrait à son tour de soutenir leur viabilité à long terme et d'avoir un impact positif sur la sécurité globale de l'eau, a-t-il illustré.

Dans ce contexte, Jenkins estime qu'il est important de noter que la gestion des déchets est à la base de nombreuses initiatives environnementales.

80% des Saoudiens estiment qu'il est possible de remédier efficacement à la pénurie d'eau (Photo, AFP).

Les programmes visant la réduction, le recyclage, l'utilisation efficace des déchets pour la production d'énergie verte et la promotion d'une économie circulaire, où les matériaux sont réutilisés de manière bénéfique, sont des éléments cruciaux de ce programme.

«L'Arabie saoudite s'est fixé pour objectif de détourner 82% des déchets du centre d'enfouissement des déchets, avec des objectifs importants en matière de recyclage, de compostage et de valorisation énergétique des déchets. Une gestion efficace et durable de l'eau et des déchets constituera une avancée significative dans la résolution des principaux problèmes environnementaux», a indiqué Jenkins.

Tout bien considéré, il y a peu de doute que le gouvernement de l'Arabie saoudite poursuit activement de multiples mesures et initiatives non conventionnelles pour lutter contre la pénurie d'eau.

Ces efforts englobent des réglementations et des normes strictes régissant l'utilisation, la promotion de technologies et de pratiques applicables, et des investissements substantiels dans la recherche et le développement visant à promouvoir des solutions innovantes pour la gestion de l'eau.

«L'Arabie saoudite dispose des bons outils pour s'attaquer efficacement au problème de la pénurie d'eau», a soutenu Umiastowski. «Grâce à des investissements continus dans la recherche et l'innovation, à la sensibilisation et à l'éducation du public et à la collaboration avec des experts internationaux, elle peut devenir plus sûre en matière d'eau», a-t-il conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Beyrouth: Amos Hochstein fait pression en faveur d’une solution diplomatique au conflit entre Israël et le Hezbollah

L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein (à droite), quitte le palais gouvernemental de Beyrouth, accompagné du responsable libanais du protocole, Lahoud Lahoud (à gauche), après sa rencontre avec le Premier ministre par intérim du Liban. (AFP).
L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein (à droite), quitte le palais gouvernemental de Beyrouth, accompagné du responsable libanais du protocole, Lahoud Lahoud (à gauche), après sa rencontre avec le Premier ministre par intérim du Liban. (AFP).
Short Url
  • Cette visite s’inscrit dans un contexte de menaces israéliennes croissantes d’une guerre contre le Liban pour forcer le Hezbollah à battre en retraite
  • «Une trêve à Gaza ne permettrait pas automatiquement de rétablir la paix au Liban-Sud», précise M. Hochstein

BEYROUTH: L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein, a déclaré lundi, lors d’une visite à Beyrouth, qu’une solution diplomatique est la clé pour mettre fin à près de cinq mois d’affrontements entre le Hezbollah et Israël, qui ont éclaté après le début de la guerre à Gaza.

M. Hochstein, conseiller principal du président, Joe Biden, a rencontré le président du Parlement libanais, Nabih Berri, le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, ainsi que plusieurs autres personnalités politiques.

Cette visite intervient dans un contexte de menaces israéliennes croissantes d’une guerre contre le Liban pour forcer le Hezbollah à battre en retraite et faire pression sur les autorités libanaises afin qu’elles appliquent les dispositions de la résolution 1 701 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée en 2006 dans le but de mettre un terme à la guerre qui a opposé Israël au Hezbollah cette année-là.

Par ailleurs, cette visite intervient au moment où on assiste à une nouvelle escalade des combats au Liban-Sud, notamment des tentatives d’incursion terrestre israélienne en territoire libanais, en plus des affrontements qui en ont résulté avec le Hezbollah.

Le Hezbollah déclare qu’«une force israélienne hostile a tenté de s’infiltrer dans la vallée de Qatamoun, en face de Rmeich, au Liban, dimanche soir, avant d’être prise pour cible au moyen de roquettes».

Une unité israélienne de la brigade Golani aurait tenté d’entrer au Liban depuis Khirbet Zarit, près de la ville libanaise de Ramia. Le Hezbollah a riposté en ciblant l’unité avec un gros engin explosif.

Dans le même temps, le Hezbollah a intensifié ses frappes contre des sites israéliens. Une attaque contre la colonie de Margaliot a fait un mort et dix blessés, dont deux grièvement. Selon le service d’ambulance israélien, un missile antichar a été tiré sur la colonie depuis le Liban. Les médias israéliens ont rapporté que les morts et les blessés étaient des travailleurs étrangers.

De plus, le Hezbollah a déclaré avoir visé, lundi matin, «la caserne de Zarit et ses environs» avec des tirs d’artillerie.

Ailleurs, l’armée israélienne aurait tiré des coups de feu en l’air à proximité d’agriculteurs travaillant sur leurs cultures près de la ville de Wazzani, dans le district de Marjayoun. Les forces israéliennes ont également ciblé les villes de Hula et de Markab, surplombant Wadi Hunayn et la colonie de Margaliot, avec des bombes au phosphore et des fumigènes. En outre, des avions militaires israéliens ont mené des raids à la périphérie de la ville de Chihine.

Amos Hochstein s’était déjà rendu à Beyrouth au mois de janvier dans le cadre des efforts américains visant à négocier un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et au Liban-Sud. Les autorités libanaises lui ont demandé de revenir en février, lors de sa visite à Tel-Aviv, mais cela n’a pas eu lieu.

Entre-temps, il n’y a pas eu de changements spectaculaires dans l’équilibre des forces militaires au Liban-Sud, malgré l’intensité croissante des affrontements et l’expansion des cibles de l’armée israélienne et du Hezbollah.

Les autorités libanaises ont déclaré qu’Israël devait pleinement mettre en œuvre les dispositions de la résolution 1 701 de l’ONU en mettant un terme aux attaques, en s’attaquant aux points frontaliers controversés, en se retirant des fermes de Chebaa et des collines de Kfarchouba occupées et en respectant les frontières internationales. Le Hezbollah affirme également que la fin des hostilités sur le front sud dépend de la fin des attaques israéliennes dans la bande de Gaza.

Lundi, M. Hochstein a noté que les tensions le long de la frontière entre Israël et le Liban s’étaient intensifiées ces dernières semaines.

«L’escalade de la violence n’est dans l’intérêt de personne et il n’existe pas de guerre limitée», déclare-t-il après sa rencontre avec M. Berri, allié du Hezbollah. «Un cessez-le-feu temporaire ne suffit pas. Une guerre limitée ne peut être maîtrisée.»

«Une trêve à Gaza ne permettrait pas automatiquement de rétablir la paix au Liban-Sud», précise-t-il, mais il «garde espoir» quant à la mise en place d’une solution diplomatique pour résoudre le conflit frontalier.

Les États-Unis «restent déterminés à promouvoir des solutions de sécurité durables, obtenues grâce à un processus diplomatique qui permettra à la fois aux résidents libanais et aux Israéliens de rentrer chez eux en toute sécurité», ajoute-t-il.

Le but de sa visite était «de trouver une solution diplomatique pour mettre fin au conflit à la frontière sud», rapporte-t-il. Il poursuit: «Notre position sur les hostilités a été cohérente et demeure claire.»

Washington «estime qu’une solution diplomatique est le seul moyen de mettre fin aux hostilités actuelles le long de la Ligne bleue et de parvenir à un accord de sécurité durable et équitable entre le Liban et Israël», soutient M. Hochstein.

«Les peuples du Liban et d’Israël ont le droit de vivre dans la paix et la prospérité. Permettez-moi de reconnaître l’unité d’une telle position à l’échelle mondiale.»

«Un élément important de tout accord inclura le soutien international au Liban, au peuple libanais et au renforcement de ses institutions militaires, civiles et économiques. Mais cela ne pourra commencer que lorsque nous pourrons définir une voie à suivre.»

«Les États-Unis continuent de travailler avec le gouvernement libanais à la recherche d’une solution diplomatique favorisant la prospérité et la sécurité», insiste Amos Hochstein.

«Ce que nous voulons, c’est une solution diplomatique, ici, à la frontière, afin d’aboutir à une cessation des hostilités. Il faut que des précautions soient prises pour que toutes les personnes déplacées des deux côtés de la ligne puissent rentrer chez elles en toute sécurité et se tourner vers l’avenir sans aucune crainte.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit un représentant français à Riyad

Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Short Url
  • Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a reçu, lundi à Riyad, Olivier Cadic, vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées et président du Groupe d’amitié France-Pays du Golfe.

Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines. Ils se sont également concentrés sur l’actualité internationale, rapporte le ministère sur X.

Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ahmed Aboul Gheit: refuser une aide essentielle aux Palestiniens équivaut à une condamnation à mort

Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Short Url
  • Sigrid Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours
  • Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza

LE CAIRE: Refuser aux Palestiniens une aide vitale équivaut à une condamnation à mort et à une punition collective, déclare le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit.

Il a tenu ces propos lors d’une réunion avec Sigrid Kaag, secrétaire générale adjointe de l’ONU et coordonnatrice principale de l’action humanitaire et de la reconstruction pour Gaza, au siège de la Ligue arabe au Caire.

Mme Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours sur le territoire et du blocus qui affecte plus de deux millions de Palestiniens.

Jamal Ruchdi, porte-parole de M. Aboul Gheit, précise que la discussion a porté sur la grave détérioration de la situation humanitaire au cours des dernières semaines et sur les plans proposés pour l’acheminement de l’aide.

Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza en raison de l’approbation tacite accordée à Israël par certaines puissances mondiales importantes. Cette situation a permis aux autorités du pays de se livrer à des actes agressifs pendant leur guerre contre le Hamas de manière répréhensible et déshumanisante.

Sigrid Kaag a discuté avec Ahmed Aboul Gheit de plusieurs idées pour acheminer l’aide et des difficultés rencontrées pour y parvenir en raison de l’intransigeance israélienne.

Tous deux s’accordent pour dire que l’Autorité palestinienne devrait urgemment rétablir son contrôle sur la bande de Gaza pour que la reconstruction puisse commencer, affirme M. Ruchdi.

M. Aboul Gheit réitère que la priorité actuelle est de parvenir à un cessez-le-feu immédiat dans le conflit entre Israël et le Hamas, de mettre un terme à l’effusion de sang et d’éviter la famine au sein de la population palestinienne à Gaza.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com