Colère au Yémen à la suite de l’enlèvement par les Houthis d’un juge réputé

Trois véhicules militaires houthis ont pris d’assaut la maison du juge Abdel Wahab Qatran, dans le quartier d’Al-Qaa à Sanaa, avant de détenir le juge et ses enfants (Photo fournie).
Trois véhicules militaires houthis ont pris d’assaut la maison du juge Abdel Wahab Qatran, dans le quartier d’Al-Qaa à Sanaa, avant de détenir le juge et ses enfants (Photo fournie).
Short Url
Publié le Vendredi 05 janvier 2024

Colère au Yémen à la suite de l’enlèvement par les Houthis d’un juge réputé

  • Lundi, trois personnes soupçonnées d'être affiliées aux Houthis ont agressé le directeur de la radio Voice of Yemen, devant son domicile
  • Ces deux agressions sont les dernières d'une série d'attaques des Houthis contre des militants indépendants et des journalistes dans les zones sous leur contrôle

AL-MUKALLA: La milice houthie du Yémen a enlevé mardi à Sanaa un juge militant connu pour son franc-parler, un jour après avoir battu un journaliste qui avait contesté une décision judiciaire dans la même ville, ont déclaré des membres de la famille et des militants à Sanaa.

Ces deux agressions sont les dernières d’une série d’attaques des Houthis contre des militants indépendants, des journalistes et des médias, dans les zones du Yémen sous leur contrôle.

Trois véhicules militaires transportant des Houthis armés et masqués ont encerclé et pris d'assaut la maison du juge Abdel Wahab Qatran, dans le quartier d'Al-Qaa, à Sanaa, avant de détenir le juge et ses enfants.

Mohammed, le fils du juge Qatran, a déclaré dans une vidéo que les Houthis armés avaient défoncé la porte et pénétré dans la maison avant de la saccager pendant des heures, cassant des meubles et éparpillant des livres et des documents.

«Ils ne nous ont pas laissé suffisamment de temps pour leur ouvrir la porte. Ils nous ont menottés et nous ont détenus pendant des heures dans un véhicule militaire sans air, sans nourriture ni eau», rappelle Mohammed, ajoutant qu'ils ont finalement été libérés, tandis que leur père restait kidnappé.

Après sa libération, Mohammed a affirmé avoir vu les Houthis avec des caméras photographiant un véhicule transportant des bouteilles d'alcool, dans une tentative d’accuser le juge de consommer du vin. 

«Ils nous ont dit “Regardez! Votre père aime le vin.” Ils ont apporté plusieurs types de vins que je n’avais jamais vus auparavant», a-t-il indiqué.

Le Club des juges, basé à Sanaa, a vivement critiqué le raid des Houthis contre la maison de M. Qatran, ainsi que l’horreur causée à sa famille, et a instamment demandé qu’il soit libéré immédiatement.

«Nous sommes très inquiets pour la sécurité du juge Qatran et nous voulons que tout le monde sache qu’il est toujours détenu par les services de sécurité et de renseignement des Houthis à Sanaa», a déclaré mercredi le club dans un communiqué.

Lundi, trois personnes soupçonnées d'être affiliées aux Houthis ont agressé Majili al-Samadi, directeur de la radio Voice of Yemen, devant son domicile, et ont brisé les vitres de sa voiture.

Les Houthis face à la pression populaire

Peu de temps après l'attaque, M. Al-Samadi a publié des photos de lui présentant des contusions au visage et aux genoux, ainsi que des vitres brisées de son véhicule. L'incident s'est produit quelques heures après que M. Al-Samadi a reproché à un tribunal dirigé par les Houthis à Sanaa d’avoir rejeté sa demande d'ouverture d’une station privée.

M. Qatran a ensuite sévèrement critiqué les Houthis pour avoir attaqué le journaliste Al-Samadi, dans un article publié lundi, les accusant de vouloir réprimer quiconque s'oppose à leur régime ou revendique ses droits.

«Que la malédiction de Dieu tombe sur les dictateurs tyranniques et oppressifs qui vous ont attaqué, vous ont pris vos droits, votre radio, vos moyens de subsistance et ont porté atteinte à deux reprises à votre sécurité et à votre personne», a écrit M. Qatran sur le réseau X, provoquant la colère des Houthis qui l’ont insulté et menacé de l'assassiner.

Depuis avril 2022, les Houthis font face à d'intenses pressions populaires pour rétablir les services publics et payer les fonctionnaires dans les zones sous leur contrôle, après avoir engrangé des milliards de riyals de revenus grâce à l'afflux de navires pétroliers et de marchandises dans le port de Hodeidah depuis le début de la trêve négociée par l'ONU.

Les Houthis ont réduit au silence de manière oppressive d’importants activistes qui exprimaient leur soutien aux revendications salariales dans la fonction publique, et ont même kidnappé le chef du syndicat des enseignants.

La milice a fermé six stations de radio, dont Voice of Yemen de M. Al-Samadi, en janvier 2022, car ce dernier avait refusé de diffuser des messages de propagande incitant la population à rejoindre les Houthis dans les combats.

Le 23 août, et devant son lieu de résidence, Majili Al-Samadi a été sauvagement agressé pour la première fois pour avoir reproché aux Houthis d'avoir fermé sa station de radio et de ne pas avoir payé les salaires des employés du gouvernement.

Les Houthis ont également fermé une station de radio de musique à Sanaa le mois dernier, pour avoir violé les restrictions imposées par la milice sur la diffusion de chansons ou de programmes de divertissement, en guise de solidarité avec la population de Gaza.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Beyrouth défend son aéroport après des allégations de stockage d'armes du Hezbollah

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Short Url
  • De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes
  • Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah

BEYROUTH: De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes.

Le mouvement armé et financé par l'Iran a ouvert le front contre Israël le 8 octobre 2023 en soutien à son allié du Hamas palestinien à Gaza.

Dans un article publié en ligne dimanche, The Telegraph a affirmé que le Hezbollah stockait missiles et explosifs iraniens à l'aéroport, situé au sud de la capitale, dans une zone où le Hezbollah est prépondérant.

Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah.

Les responsables libanais ont immédiatement démenti ces allégations.

Des diplomates représentant l'Egypte, l'Allemagne ou l'Union européenne entre autres, ainsi que des journalistes, ont participé à la visite chaotique du seul aéroport international du Liban.

Ils ont notamment pénétré dans un entrepôt où des cartons de marchandises étaient empilés sur des palettes, dans lequel sont placées les marchandises en provenance d'Iran et d'autres destinations.

Les visiteurs sont ensuite entrés dans un immense entrepôt adjacent au tarmac, où davantage de marchandises étaient stockées.

"L'aéroport respecte les normes internationales", a assuré le ministre des Transports Ali Hamié, qui a dirigé la visite.

Il a ajouté que l'article du Telegraph s'inscrivait dans le cadre d'une "guerre psychologique" contre le Liban et constituait une "atteinte à la réputation" de l'aéroport.

"Notre présence est un message de soutien" au Liban et "un message à toutes les parties pour dire que le calme est nécessaire", a déclaré l'ambassadeur égyptien Alaa Moussa, même si selon lui, inspecter l'aéroport n'est pas du ressort des diplomates.

« Eté prometteur »

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens.

Il a indiqué que les arrivées à Beyrouth étaient en augmentation et que "les passagers arrivés au Liban depuis début juin ont dépassé les 300.000 -- c'est un très bon chiffre".

"Si Dieu le veut, on s'attend à un été prometteur", a-t-il déclaré, les expatriés ayant pour habitude de revenir en grand nombre pour passer l'été au Liban.

Dans le hall des arrivées, des familles attendaient leurs proches, certaines portant des bouquets de fleurs, tandis que les détails des vols en provenance notamment de Chypre, de Turquie, d'Égypte et du Qatar apparaissaient sur les écrans d'affichage.

Rola Qassem, une femme au foyer d'une cinquantaine d'années qui venait d'arriver de Côte d'Ivoire pour passer l'été dans le sud du Liban avec sa famille, a affirmé ne pas croire aux informations faisant état d'armes stockées à l'aéroport.

"Ce sont des mensonges pour que les gens aient peur d'aller au Liban, pour arrêter le tourisme", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le Hezbollah n'a pas commenté les informations du quotidien britannique.

Israël accuse depuis plusieurs années le Hezbollah, de convertir des roquettes en missiles de précision, notamment sur un site près de l'aéroport international de Beyrouth, ce que le mouvement chiite avait démenti en 2020.

La rhétorique belliqueuse et l'intensification des échanges de tirs transfrontaliers entre le Hezbollah et Israël ces derniers jours font craindre une extension du conflit.

Israël a bombardé l'aéroport de Beyrouth lors de ses conflits par le Liban par le passé, dont la dernière guerre contre le Hezbollah en 2006.


Un cinquième de la population de Gaza passe des jours sans manger, selon un rapport de l’ONU

641 mots La famille palestinienne Al-Naji partage le repas de l’iftar, la rupture du jeûne, au milieu des ruines de leur maison familiale.
641 mots La famille palestinienne Al-Naji partage le repas de l’iftar, la rupture du jeûne, au milieu des ruines de leur maison familiale.
Short Url
  • Plus de 495 000 habitants de Gaza sont actuellement confrontés à des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire aiguë
  • Bien que le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire n’ait pas officiellement déclaré l’état de famine, qui nécessite un ensemble de conditions strictes, la situation à Gaza est désastreuse

LONDRES: Plus de 495 000 habitants de Gaza, représentant un cinquième de la population de l’enclave, sont actuellement confrontés à des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire aiguë, caractérisés par un manque extrême de nourriture, la famine et l’épuisement, selon un rapport de l’ONU qui sera bientôt publié.

Le dernier «Aperçu spécial» sur la bande de Gaza, réalisé par le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), sera publié aujourd’hui, selon le quotidien The Guardian.

Le rapport de l’ONU révélera également que plus de la moitié des ménages de Gaza ont dû vendre ou échanger des vêtements pour acheter de la nourriture, alors que le risque de famine reste élevé dans le territoire à la suite des récentes violences.

Les autorités israéliennes contrôlent étroitement l’entrée à Gaza, et tout déplacement doit être autorisé par l’armée. De plus, les décombres abîment les routes, le carburant se fait rare et les réseaux d’électricité et de communication fonctionnent à peine.

Au début de la guerre, Israël a imposé un siège complet de la bande de Gaza, qui n’a été que progressivement allégé sous la pression des États-Unis. La guerre a considérablement réduit la capacité de Gaza à produire sa propre nourriture.

D’après l’IPC, les livraisons de nourriture et les services nutritionnels dans le nord de Gaza se sont considérablement accrus en mars et en avril, permettant d’éviter la famine et d’améliorer les conditions dans le sud du territoire. Cependant, la situation s’est à nouveau détériorée en raison de la recrudescence des hostilités, et la bande de Gaza reste exposée au risque de famine tant que le conflit se poursuit et que l’accès à l’aide humanitaire est limité, indique une ébauche du rapport obtenue par The Guardian.

Plus de la moitié des ménages ont rapporté qu’ils manquaient souvent de nourriture à la maison, et plus de 20% passent des jours et des nuits entiers sans manger, précise The Guardian. La tendance la plus récente est négative et très instable. Si elle se poursuit, l’amélioration observée en avril pourrait rapidement s’inverser.

Les agences de l’ONU et les organisations humanitaires affirment qu’il est difficile de se rendre au poste-frontière de Kerem Shalom en raison des combats en cours, des restrictions israéliennes, des problèmes de coordination avec l’armée et de l’effondrement de l’ordre public.

Bien que l’IPC n’ait pas officiellement déclaré l’état de famine, qui nécessite un ensemble de conditions strictes, la situation à Gaza est désastreuse. Le stade 5 de l’IPC, le stade extrême de la faim qui touche 22% de la population de Gaza, se rapproche d’une situation de famine.

Pour qu’une famine soit officiellement déclarée, il faut que 20% des ménages souffrent d’un manque extrême de nourriture, que 30% des enfants souffrent de malnutrition aiguë et qu’au moins 2 adultes ou 4 enfants sur 10 000 personnes meurent chaque jour.

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a rappelé que le fait qu’Israël affame délibérément la population par les restrictions qu’il impose à l’acheminement de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza pouvait constituer un crime de guerre. Le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont prévenu que d’ici à la mi-juillet, plus d’un million de personnes pourraient être mortes ou affamées.

Un communiqué conjoint du haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, et du commissaire européen à l’Aide humanitaire et à la Réaction aux crises, Janez Lenarcic, indique que «la crise à Gaza a atteint un nouveau point de non-retour. L’acheminement d’une aide humanitaire importante à l’intérieur de Gaza est devenu quasiment impossible et le tissu même de la société civile est en train de se défaire.»

Avant la publication du rapport de l’IPC sur Gaza, Kate Phillips-Barrasso, vice-présidente de la politique mondiale et du plaidoyer pour Mercy Corps, a souligné que «les habitants de Gaza sont confrontés à des conditions inhumaines et recourent à des mesures désespérées comme faire bouillir des herbes, manger de la nourriture pour animaux et échanger des vêtements contre de l’argent pour lutter contre la faim et garder leurs enfants en vie».

«La situation humanitaire se détériore rapidement et le spectre de la famine continue de planer sur Gaza. L’aide humanitaire est limitée. La communauté internationale doit impérativement exercer une pression sans relâche pour obtenir un cessez-le-feu et assurer un accès humanitaire durable. La population ne peut plus supporter cette situation.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


1 personne sur 5 à Gaza passe des jours sans manger, selon un rapport de l'ONU

1 personne sur 5 à Gaza passe des jours sans manger, selon un rapport de l'ONU
Short Url
  • Plus de 495 000 personnes à Gaza font face à des niveaux catastrophiques d'insécurité alimentaire

LONDRES : Plus de 495 000 personnes à Gaza, représentant une personne sur cinq de la population de l'enclave, font maintenant face à des niveaux catastrophiques d'insécurité alimentaire aiguë, caractérisée par un manque extrême de nourriture, la famine et l'épuisement, selon un prochain rapport de l'ONU. 
Le dernier « Aperçu Spécial » de Gaza, issu de la classification intégrée des phases de la sécurité alimentaire (IPC) sera publié mardi, a rapporté The Guardian.
Le rapport de l'ONU révélera également que plus de la moitié des ménages de Gaza ont dû vendre ou échanger des vêtements pour acheter de la nourriture, alors que le risque de famine reste élevé dans tout le territoire à la suite des récentes violences.
Les autorités israéliennes contrôlent strictement l'entrée à Gaza et les déplacements sont soumis à une autorisation militaire. Les débris ont endommagé les routes, le carburant est en quantité limitée, et les réseaux électriques et de communication fonctionnent à peine.
Au début de la guerre, Israël a imposé un siège complet à Gaza, qui n'a été progressivement allégé que sous la pression des États-Unis. La guerre a considérablement réduit la capacité de Gaza à produire sa propre nourriture.
L’IPC a noté que les livraisons de nourriture et les services nutritionnels au nord de Gaza ont considérablement augmenté en mars et en avril, ce qui a permis d'éviter une famine et d'améliorer les conditions dans le sud du territoire. Cependant, la situation s'est à nouveau détériorée en raison de la reprise des hostilités, et le risque de famine demeure dans la bande de Gaza tant que le conflit persiste et que l'accès humanitaire est limité, selon un rapport provisoire obtenu par The Guardian.
Plus de la moitié des ménages ont déclaré manquer fréquemment de nourriture à la maison, et plus de 20 % passent des jours et des nuits entières sans manger, a rapporté le Guardian. La trajectoire la plus récente est négative et très instable. Si cette tendance se poursuit, les améliorations constatées en avril pourraient rapidement s'inverser.
Les agences de l'ONU et les organisations humanitaires signalent des difficultés pour atteindre le poste-frontière de Kerem Shalom en raison des combats en cours, des restrictions israéliennes, des problèmes de coordination avec l'armée et de l'effondrement de la loi et de l'ordre.
Bien que l’IPC n'ait pas officiellement déclaré une famine — ce qui nécessite un ensemble de conditions strictes — la situation à Gaza est désastreuse. Le niveau 5 de la faim, qui touche 22 % de la population de Gaza, est comparable à la famine.
Une déclaration formelle de famine exige que 20 % des ménages aient un manque extrême de nourriture, que 30 % des enfants souffrent de malnutrition aiguë et qu'au moins deux adultes ou quatre enfants sur 10 000 personnes meurent chaque jour.
Volker Türk, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, a déclaré que les restrictions israéliennes sur l'aide humanitaire à Gaza pourraient constituer un crime de guerre de famine délibérée. Le Programme alimentaire mondial et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture ont prévenu que d'ici la mi-juillet, plus d'un million de personnes pourraient être mortes ou affamées.
Dans une déclaration conjointe, Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l'UE, et Janez Lenarčič, le commissaire européen à la gestion des crises, ont déclaré : « La crise à Gaza a atteint un nouveau point de rupture... L'acheminement d'une aide humanitaire significative à l'intérieur de Gaza est devenu quasiment impossible et le tissu même de la société civile est en train de s'effilocher. »
Avant la publication du rapport de l'IPC sur Gaza, Kate Phillips-Barrasso, vice-présidente de la politique mondiale et du plaidoyer pour Mercy Corps, a déclaré : « Les gens endurent des conditions infrahumaines, recourant à des mesures désespérées comme faire bouillir des herbes, manger de la nourriture pour animaux et échanger des vêtements contre de l'argent pour éviter la faim et garder leurs enfants en vie.
« La situation humanitaire se détériore rapidement et le spectre de la famine continue de planer sur Gaza... L'aide humanitaire est limitée... La communauté internationale doit exercer une pression incessante pour parvenir à un cessez-le-feu et assurer un accès humanitaire soutenu dès maintenant. La population ne peut plus supporter ces difficultés. »