Des vidéos de soldats israéliens offrent un aperçu «impuni» de la guerre à Gaza: analyse du New York Times

Israël aurait procédé à au moins 33 démolitions contrôlées à Gaza, rasant des infrastructures civiles. (AFP)
Israël aurait procédé à au moins 33 démolitions contrôlées à Gaza, rasant des infrastructures civiles. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 08 février 2024

Des vidéos de soldats israéliens offrent un aperçu «impuni» de la guerre à Gaza: analyse du New York Times

  • Le quotidien américain a évalué et vérifié des centaines de vidéos sur les réseaux sociaux montrant des soldats israéliens vandalisant des structures civiles
  • Ces soldats utilisent par ailleurs des propos désobligeants envers les Palestiniens et appellent à l’établissement de colonies israéliennes à Gaza

LONDRES: Depuis le début de l’offensive à Gaza, les soldats israéliens ont partagé, sur les réseaux sociaux, des vidéos de l’enclave palestinienne assiégée, offrant ce que le New York Times décrit comme un «aperçu impuni des opérations sur le terrain».

Le quotidien américain a évalué et vérifié des centaines de vidéos sur les réseaux sociaux montrant des soldats israéliens vandalisant des structures civiles, utilisant des propos désobligeants envers les Palestiniens et appelant à l’établissement de colonies israéliennes à Gaza.

Au moins 50 de ces vidéos ont été attribuées aux unités de combat militaires israéliennes, qui ont mené des opérations visant des bâtiments civils avec des explosifs, des bulldozers et des excavatrices. Fin janvier, une conférence d’extrême droite en Israël a appelé à la construction de nouvelles colonies juives dans la bande de Gaza, malgré la pression internationale exercée sur Israël pour qu’il respecte l’État palestinien.

Depuis le 7 octobre, après que le Hamas a mené une attaque surprise dans le sud d’Israël, l’armée israélienne a lancé une campagne de bombardements dans la bande assiégée, tuant plus de 27 700 personnes et détruisant des pans entiers du paysage urbain et agricole.

Dans l’affaire portée devant la Cour internationale de justice par l’Afrique du Sud, accusant Israël de «génocide», l’une des vidéos partagées par les soldats israéliens sur les réseaux sociaux a été projetée tandis que cinq autres ont été mentionnées.

L’une des vidéos TikTok, analysées par le New York Times montre un soldat israélien levant le pouce vers la caméra alors qu’il démolit une maison à Beit Lahia, au nord de Gaza. Le militaire a partagé la vidéo sur son compte personnel avec, en légende: «Je ne compte plus le nombre de quartiers que j’ai anéantis.»

En partageant ce type de contenu sur les réseaux sociaux, les soldats israéliens auraient violé les réglementations de l’armée israélienne, qui interdisent à son personnel de publier en ligne afin de ne pas «porter atteinte à l’image de Tsahal aux yeux du public».

L’armée israélienne a condamné, dans un communiqué de presse, les vidéos présentées dans l’article du New York Times.

Cependant, cela n’a pas empêché la publication de vidéos similaires, vues par des milliers de personnes en ligne, suscitant une vague de colère et alimentant les critiques à l’égard de l’armée israélienne.

Selon le quotidien, Nova Beach, le lieu où l’armée israélienne a établi des bases le long de la côte nord de Gaza, est «la toile de fond de nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux». Cette zone abritait de nombreux Palestiniens avant les attaques en cours.

Une maison palestinienne détruite a été utilisée dans une vidéo publiée en novembre. On y voit un soldat israélien faisant comme chez lui, tandis qu’une version parodique de la chanson israélienne This Was My Home résonne. Il désigne les ruines à travers la fenêtre de la maison.

Qualifiant cet acte de «déchirant» et d’«inhumain», Basel al-Sourani, avocat international spécialiste des droits de l’homme au Centre palestinien pour les droits de l’homme, déclare au NY Times: «Ce comportement prouve que les Israéliens veulent vous chasser de chez vous, dans la bande de Gaza.»

Une autre vidéo du même soldat, qui est également DJ, a fait le tour des réseaux sociaux. On y entend un remix intitulé Two, Three, Launch pendant qu’un groupe de soldats dansent devant la caméra. Lorsque le mot «Launch» est entendu, la caméra montre un bâtiment en train d’exploser.

Ces vidéos, déclare le quotidien, ont été supprimées de TikTok peu de temps après que le journal a interrogé la plate-forme à leur sujet. TikTok a expliqué que les vidéos en question violaient ses directives et politiques concernant les discours de haine.

Dans l’une des vidéos des unités de combat militaires, un membre de l’armée israélienne dédie la destruction par un bulldozer d’un bâtiment à Khan Younès à Eyal Golan, un chanteur israélien partisan de la destruction complète de Gaza. Mentionnant cette vidéo lors de l’audience de la CIJ à La Haye, l’Afrique du Sud a estimé qu’il s’agissait d’une preuve de «propos génocidaires tenus par les soldats».

Israël aurait procédé à au moins 33 démolitions contrôlées à Gaza, rasant des centaines de bâtiments, notamment des écoles, des blocs résidentiels et des mosquées, selon une analyse du New York Times d’images militaires israéliennes, de vidéos publiées sur les réseaux sociaux et d’images satellite.

Un porte-parole de l’armée israélienne affirme que Tsahal «localise et détruit les infrastructures terroristes intégrées à l’intérieur des bâtiments» dans les zones civiles. Il déclare au NY Times que des quartiers entiers servent parfois de «complexes de combat» pour les combattants du Hamas.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La réunion de Riyad se concentre sur les questions de la charia moderne

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants des pays islamiques se réunissent pour discuter de la jurisprudence et des défis auxquels le monde islamique est confronté
  • M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia,

Riyad : Le grand mufti d’Arabie saoudite, le cheikh Abdulaziz Al-Asheikh, et des érudits du monde islamique sont à Riyad pour la 23e session du Conseil islamique Fiqh pour discuter des défis de la jurisprudence contemporaine.

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la session, qui se déroule du 20 au 22 avril.

Le Conseil islamique Fiqh a pour objectif de clarifier les décisions de la charia pour les musulmans sur un éventail de questions, de montrer l’adaptabilité de la jurisprudence islamique et de promouvoir son patrimoine. Le conseil cherche également à expliquer sa terminologie dans un langage contemporain.

Al-Asheikh a souligné que la jurisprudence islamique, avec ses principes généraux, ses règles complètes, son éventail de branches jurisprudentielles, ses fatwas et ses recherches diverses sur divers sujets, offre une flexibilité et des perspectives larges aux chercheurs contemporains.

Il a également remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed ben Salmane pour leurs efforts au service des deux mosquées saintes et de leurs visiteurs, ainsi que pour le soutien apporté aux érudits.

M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia, sur la base d’enquêtes approfondies menées par des chercheurs éminents.

Hissein Brahim Taha, secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, a déclaré que la session se déroulait pendant une période critique pour le monde islamique, remplie de défis intellectuels et politiques importants.

Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)
Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)

Le président de l’Académie islamique internationale Fiqh, le Dr. Saleh bin Abdullah bin Humaid, a mentionné que les sujets discutés par les comités et les conseils de l’académie englobent la charia, la famille, les politiques médicales, économiques, financières et intellectuelles, tout ce qui intéresse la nation islamique.

Le secrétaire général de l’académie, M. Koutoub Moustapha Sano, a déclaré : « Nous sommes tous tenus de travailler pour unifier les décisions dans les pays islamiques dans toutes les questions de la vie, conformément aux dispositions de la charia islamique. C’est la seule façon d’accomplir l’unité islamique parmi les peuples islamiques. »

La session comprendra plusieurs sessions scientifiques consacrées aux questions et défis jurisprudentiels contemporains.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


Des experts discuteront des avancées du Web3, de l’IA et de la croissance de l’écosystème des jeux en Arabie saoudite

Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Short Url
  • Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.
  • Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité

RIYADH : Outer Edge Riyadh, le forum d’innovation Web3, réunira mardi au Garage de la capitale saoudienne certains des plus grands noms de la blockchain, de l’intelligence artificielle et des écosystèmes de jeux du monde entier.

Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.

La société Outer Edge, basée à Los Angeles, est réputée pour organiser des événements qui offrent des opportunités de réseautage inestimables pour les fondateurs, les constructeurs et les investisseurs en capital-risque dans les technologies émergentes.

Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nous nous engageons à faire progresser les frontières de la recherche et développement dans les jeux et les technologies immersives.

« Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité, l’avancement technologique et la diversification économique.

« En menant des projets qui tirent parti du Web3, de l’IA et des expériences immersives, nous visons à avoir un impact sur le paysage technologique mondial et à doter notre pays des compétences et des opportunités nécessaires pour exceller dans ces domaines.

« Notre engagement est d’obtenir des résultats tangibles qui contribuent à la position du Royaume en tant que leader dans les économies futures - un domaine prioritaire pour le Royaume - assurant un avenir durable et prospère pour tous. »

Joshua Kriger, cofondateur de Outer Edge et co-animateur des podcasts « Edge of NFT » et « Edge of AI », a déclaré que lors du lancement de Outer Edge à Los Angeles, l’intention était toujours de catalyser l’innovation à l’échelle mondiale.

« Nous sommes ravis d’apporter le concept de co-création, de connexion et de communauté en Arabie saoudite et d’unir les leaders régionaux et mondiaux du Web3, de l’IA et du gaming. Notre format unique favorise les possibilités de collaboration à long terme à l’intersection de la culture, du divertissement et de la technologie. »

Yat Siu, cofondateur et président exécutif d’Animoca Brands, a déclaré : « Grâce à notre partenariat avec Outer Edge Riyadh, nous sommes honorés de soutenir les progrès de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) vers l’exploitation complète de la puissance de Web3 et de la blockchain.

« Les dirigeants mondiaux d’Outer Edge Riyadh se réuniront pour participer à des discussions animées, forger des partenariats précieux, créer de nouvelles opportunités et se mobiliser sur divers sujets allant de la révolution des villes intelligentes à la redéfinition de la finance et du divertissement. »

Les sujets abordés au sommet comprendront les villes intelligentes, les jeux, l’e-sport, l’art, la culture et plus encore. Pour plus d’informations sur le Sommet de l’innovation Outer Edge à Riyad, visitez https://www.outeredge.live/en-us/riyadh

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le projet saoudien Masam a déminé 857 mines Houthi au Yémen

Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Short Url

RIYAD : Le projet Masam de l’Arabie saoudite a déminé 857 mines au Yémen — qui avaient été plantées par les milices Houthis — entre le 13 et le 19 avril, selon un rapport récent.

Supervisées par l’agence d’aide KSrelief du Royaume, les équipes spéciales du projet ont détruit 782 munitions non explosées et 75 mines antichars.

Les explosifs, qui ont été placés sans discrimination par les Houthis à travers le Yémen, représentaient une menace pour les civils, y compris les enfants, les femmes et les personnes âgées.

Le projet Masam est l’une des nombreuses initiatives entreprises par l’Arabie saoudite à la demande du roi Salmane, qui a dégagé des routes pour l’aide humanitaire afin d’atteindre les citoyens du pays.

Les opérations de déminage ont eu lieu à Marib, Aden, Jouf, Shabwa, Taiz, Hodeidah, Lahij, Sanaa, Al-Bayda, Al-Dhale et Saada.

Au total, 437616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018, selon Ousama Al-Gosaibi, directeur général du projet.

Il s’agit notamment de 279002 articles de munitions non explosées, de 144 101 mines antichars, de 8 018 engins explosifs improvisés et de 6 495 mines antipersonnel.

L’initiative forme des ingénieurs démineurs locaux et leur fournit des équipements modernes. Elle offre également un soutien aux Yéménites blessés par les dispositifs.

Environ 5 millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer depuis le début du conflit au Yémen, dont beaucoup ont été déplacées par la présence de mines terrestres.

Les équipes de Masam sont chargées de nettoyer les villages, les routes et les écoles pour faciliter la circulation sécuritaire des civils et la livraison de l’aide humanitaire.

Le contrat du projet a été prolongé d’un an en juin 2023 pour un coût de 33,29 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com