Biden appelé à «profiter de sa visite pour reconstruire les liens saoudo-américains»

Pour la journaliste et auteure Karen Elliot House, la relation entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite doit être restaurée dans l’intérêt de leur sécurité commune (Photo, AFP/SPA).
Pour la journaliste et auteure Karen Elliot House, la relation entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite doit être restaurée dans l’intérêt de leur sécurité commune (Photo, AFP/SPA).
Short Url
Publié le Samedi 16 juillet 2022

Biden appelé à «profiter de sa visite pour reconstruire les liens saoudo-américains»

  • Les observateurs s’attendent à ce que la question de la production de pétrole soit en tête de l’ordre du jour
  • Karen Elliott House est bien placée pour parler de l’évolution des mentalités en Arabie saoudite, ayant suivi de près la progression du pays lors de visites fréquentes au Royaume

NEW YORK: Le président américain, Joe Biden devrait se promener sur le Riyadh City Boulevard, le centre de divertissement florissant de la ville, afin de prendre conscience de la transformation sociale massive qui est en cours au sein du Royaume, selon la journaliste américaine lauréate du prix Pulitzer Karen Elliott House.

Auteure du livre Sur l’Arabie saoudite: son peuple, son passé, sa religion, ses lignes de faille et son avenir, publié en 2012, la journaliste qui a été éditrice du Wall Street Journal et présidente de Dow Jones International – entretient une relation de longue date avec le Royaume. Elle retrace son évolution du début des années 1970 à nos jours.

«J’ai du mal à mesurer à quel point la situation a changé pour les femmes et les jeunes», déclare-t-elle à Arab News avant la visite de M. Biden, ajoutant que la transformation du Royaume au cours de la dernière décennie, ne serait-ce qu’en matière de droits individuels, est tout simplement «époustouflante».

«La meilleure chose que le président Biden puisse faire, franchement, est de se promener sur le Riyadh City Boulevard pour voir ce qui se passe réellement dans le pays», dit-elle, précisant qu’il doit également se pencher sur les réformes économiques et sociales du Royaume.

«Tous ces hommes, ces femmes et ces enfants sont détendus et s’amusent. Les femmes ne sont plus  assises dans une partie de la maison et les hommes dans l’autre, les jeunes ne sont plus séparés. Ils sont assis ensemble au Starbucks, comme ici [aux États-Unis], travaillant sur leurs ordinateurs et discutant.»

Bien qu’elle soit très pessimiste quant à la possibilité que le président américain puisse changer son attitude négative envers le Royaume, elle espère qu’il tirera profit de ses rencontres avec les dirigeants saoudiens pour reconstruire la relation historique entre les deux nations.

M. Biden est arrivé au Royaume le 14 juillet pour s’entretenir avec les dirigeants saoudiens et d’autres leaders arabes. Les observateurs s’attendent à ce que la question de la production de pétrole soit en tête de l’ordre du jour, à la lumière de la flambée des prix mondiaux de l’énergie, compte tenu de la guerre en Ukraine et de l’embargo occidental qui en résulte sur le pétrole et le gaz russes.

L’Arabie saoudite et d’autres producteurs de pétrole du Moyen-Orient hésitent à augmenter la production à la demande de Washington. La tournée du président américain dans la région est donc largement considérée comme une offensive de charme pour rétablir les liens brisés avec le Royaume.

Karen Elliot House est l’auteure d’un livre sorti en 2012 sur le peuple saoudien et son futur (Photo fournie).

«Personnellement, je ne m’attends pas à grand-chose parce que je pense que cette rencontre a lieu pour les mauvaises raisons», affirme Karen Elliott House.

«Le président Biden est là pour des raisons égoïstes et agit dans son intérêt personnel. Il essaie d’améliorer sa position désastreuse en tentant de sécuriser le pétrole, ce qui aidera à en réduire les prix. Son véritable objectif n’est pas d’atténuer la douleur nationale.»

«Je ne dis pas qu’il aime que les États-Unis souffrent réellement, mais son plus grand objectif est de s’aider lui-même, pas le pays. Ce voyage sera donc principalement une tournée de propagande et non un voyage politique.»

Malgré ses doutes sur les intentions du président, elle estime qu’il est «extrêmement important que les États-Unis et l’Arabie saoudite reconstruisent la coopération en matière de sécurité pour contenir et dissuader l’Iran au moment où Téhéran aurait suffisamment de matières fissiles pour se doter de l’arme nucléaire». Par ailleurs, les pourparlers pour relancer l’accord de 2015 sur le nucléaire (officiellement connu sous le nom de «Plan d’action global commun») continuent de perdre de leur élan.

«Nous devrions travailler dur pour reconstruire une relation qui est absolument dans notre intérêt, puisque les Iraniens commettent des actes atroces dans la région. De plus, je crois qu’ils ont la ferme intention de produire une arme nucléaire. Si jamais quelque chose se passe là-bas, ce sera un désastre potentiel non seulement pour l’Arabie saoudite, mais pour le monde entier», a-t-elle ajouté.

«Nous devons nous préoccuper de la sécurité à travers le monde, certes, mais au Moyen-Orient et en mer de Chine méridionale en particulier, parce que si nous ne sommes pas prêts à coopérer avec des pays comme l’Arabie saoudite, la jeune génération saoudienne du prince héritier Mohammed ben Salmane est bien plus disposée à coopérer avec la Russie et la Chine.»

«Leurs parents, étant anticommunistes, étaient beaucoup moins disposés à le faire. Mais l’état d’esprit est différent maintenant en Arabie saoudite. Nous ne pouvons tout simplement pas malmener les Saoudiens et nous attendre à ce qu’ils nous tendent la main quand nous en avons besoin.»

Le président américain Roosevelt converse avec le souverain saoudien Abdelaziz en 1945 (Photo, Getty Images).

Les relations américano-saoudiennes n’ont pas toujours été ainsi. Après que le président américain Franklin D. Roosevelt a rencontré le roi Abdelaziz, en 1945 sur le croiseur américain USS Quincy, dans le canal de Suez, un lien étroit s’est tissé entre leurs pays.

Les deux dirigeants ont eu beaucoup d’effet l’un sur l’autre. Le roi Abdelaziz a déclaré que Roosevelt et lui étaient en quelque sorte des «jumeaux». Tous deux avaient à peu près le même âge; en plus d’être des chefs d’État aux lourdes responsabilités, ils étaient des agriculteurs dans l’âme et avaient une santé fragile.

Malgré leurs divergences sur l’avenir de la Palestine, l’atmosphère amicale qui régnait lors de cette réunion sur le grand lac Amer a posé les bases d’une relation bilatérale qui a duré des décennies, malgré les conflits et les catastrophes.

En effet, les relations personnelles entre les présidents américains successifs et les monarques saoudiens ont été un facteur déterminant qui a donné le ton aux relations entre les deux pays.

Dans les décennies qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et l’Arabie saoudite étaient étroitement alliés dans leur opposition à la propagation du communisme et dans leur soutien à la stabilité des prix du pétrole ainsi qu’à la sécurité des champs pétrolifères et des routes maritimes.

Les nations ont fait front commun face à l’invasion soviétique de l’Afghanistan, en 1979, et pendant la guerre du Golfe afin d’expulser les forces du dictateur irakien Saddam Hussein du Koweït, en 1991.

Néanmoins, cette relation a été menacée par de nombreux obstacles en cours de route. Elle a été mise à rude épreuve lors de l’embargo pétrolier de 1973, puis en 2001, à la suite des attentats terroristes du 11-Septembre contre Washington et New York.

«À cette époque, le public américain était très en colère contre l’Arabie saoudite, ce qui n’est pas le cas habituellement», poursuit-elle. «Mais, lors de ces deux occasions, le gouvernement américain a travaillé très dur pour maintenir une relation aussi saine que possible malgré la colère du public. Bien sûr, ce n’est plus le cas aujourd’hui.»

Au cours de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2020, M. Biden s’est engagé à faire de l’Arabie saoudite un «État paria», tant à Washington qu’à l’étranger, pour couper tout soutien à la coalition destinée à restaurer la légitimité au Yémen dans la guerre contre les Houthis, soutenus par l’Iran.

Il a également rompu ses liens personnels avec l’héritier saoudien, le prince Mohammed, à la suite du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi le 2 octobre 2018 à l’intérieur du consulat du Royaume à Istanbul. En septembre 2020, le procureur général d’Arabie saoudite a prononcé le verdict définitif contre huit personnes reconnues coupables du meurtre; cinq d’entre elles ont été condamnées à vingt ans de prison, une sixième à dix ans et les deux dernières à sept ans.

«Le président Biden a personnellement dirigé la campagne d’incitation contre l’Arabie saoudite. Je ne pense pas que le public soit aussi perturbé par l’Arabie saoudite que le président lui-même», renchérit Karen Elliott House.

L’auteure, entourée d’une famille saoudienne dans les montagnes de Jizan, une province reculée à la frontière avec le Yémen (Photo, Blog de Karen Elliot-House).

«C’est la grande différence, pour moi, avec les hauts et les bas du passé. L’embargo pétrolier et le 11-Septembre sont de gros revers. Mais ce bas est bien pire et n’est pas motivé par une action commise par l’Arabie saoudite, mais plutôt par une raison sur laquelle le président choisit de se concentrer en accusant principalement le prince héritier, puis en sanctionnant tout le pays.»

Elle considère le fait que le président Biden boude le prince héritier comme une insulte à tous les Saoudiens.

«Si le roi saoudien refusait de parler au président Biden, je pense que de nombreux Américains se sentiraient insultés», souligne-t-elle. «Dans l’autre sens, c’est encore plus important, parce que l’Arabie saoudite s’identifie à son dirigeant plus que les Américains.»

«Je pense donc que le peuple saoudien a perçu comme une insulte le fait que le président ne parle pas au prince héritier qui dirige le pays au quotidien.»

Elle estime que M. Biden a tenu à réprimander l’Arabie saoudite pour s’attirer la sympathie des membres progressistes du Congrès.

«Je pense personnellement que tout cela fait maintenant partie de ses efforts pour faire appel aux progressistes – les gens qui sont profondément antisaoudiens», soutient-elle.

«Il cherche plus à les courtiser qu’à refléter ses propres opinions innées ou acquises. C’est comme beaucoup d’autres choses qu’il fait. Il a été beaucoup plus progressiste et proavortement qu’il ne l’a jamais été en tant que sénateur ou vice-président.»

Karen Elliott House est bien placée pour parler de l’évolution des mentalités en Arabie saoudite, ayant suivi de près la progression du pays lors de visites fréquentes au Royaume. En particulier, elle considère la décision du roi Salmane de placer le prince héritier à la tête du plan d’affaires de la nation comme un moment décisif que M. Biden serait sage de reconnaître.

L’Arabie saoudite «risquait de finir comme l’ancienne Union soviétique, où des dirigeants âgés et infirmes se succèdent avant de disparaître parce que les vieux frères vieillissaient de plus en plus. Comment auraient-ils pu mettre en place des changements sans s’épuiser?», s’interroge-t-elle.

«La bonne nouvelle est que le roi Salmane a réussi à faire cela. Il a fait venir un jeune chef. Quoi que les gens pensent de ce jeune leader, il est très confiant et très ferme. Il dispose d’une vision et, surtout, de temps pour la mettre en œuvre. C’est ce que les précédents dirigeants saoudiens, y compris le roi Abdallah, ne possédaient pas.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'ONU appelle Israël et Palestiniens à sortir de «l'illogisme de l'escalade»

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Volker Türk s'exprime lors d'une conférence de presse à l'aéroport international Simon Bolivar de Maiquetia, dans l'État de La Guaira, au Venezuela, le 28 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Volker Türk s'exprime lors d'une conférence de presse à l'aéroport international Simon Bolivar de Maiquetia, dans l'État de La Guaira, au Venezuela, le 28 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans un communiqué au ton cinglant, l'ambassade d'Israël auprès de l'ONU à Genève a fustigé M. Türk et l'a accusé de partialité
  • La hausse des violences meurtrières observée depuis le début de l'année jusqu'à atteindre un pic fin janvier fait craindre un nouvel engrenage entre Israéliens et Palestiniens

GENEVE: Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Volker Türk, a appelé vendredi Israéliens et Palestiniens à la désescalade, déplorant de récentes mesures israéliennes, sur le port d'armes notamment, susceptibles de mener à "davantage de violence et d'effusions de sang".

Dans un communiqué au ton cinglant, l'ambassade d'Israël auprès de l'ONU à Genève a fustigé M. Türk et l'a accusé de partialité et de "seulement condamner l'Etat d’Israël".

La hausse des violences meurtrières observée depuis le début de l'année jusqu'à atteindre un pic fin janvier fait craindre un nouvel engrenage entre Israéliens et Palestiniens et a suscité de nombreux appels internationaux au calme, notamment de la part du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui s'est rendu en visite à Jérusalem et Ramallah lundi et mardi.

"J'exhorte toute personne impliquée [dans le conflit] à sortir de l'illogisme de l'escalade, qui n'a produit que des cadavres, des vies brisées et le désespoir absolu", a déclaré M. Türk dans un communiqué.

Le responsable onusien s'est également alarmé de mesures prises par le gouvernement israélien samedi, entre autres pour faciliter l'obtention du permis de port d'armes, après la mort de six Israéliens et une Ukrainienne abattus le 27 janvier par un Palestinien à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la Ville sainte occupé et annexé par Israël.

Cela, "associé à une rhétorique haineuse, ne peut que mener à davantage de violence et d'effusions de sang", a-t-il averti. "Nous savons d'expérience que la prolifération d'armes à feu mènera à des risques accrus de meurtres et de blessures, côté israélien comme palestinien".

Le gouvernement israélien a également adopté samedi des mesures punitives visant des proches d'auteurs d'attentats. Pour M. Türk, ces dispositions s'apparentent à une "punition collective".

Le lendemain de l'attaque du 27 janvier, perpétrée près d'une synagogue, un Palestinien de treize ans a blessé par balles deux Israéliens, également à Jérusalem-Est.

Ces attaques sont survenues après le raid militaire israélien le plus meurtrier depuis des années en Cisjordanie, au cours duquel dix Palestiniens, parmi lesquels des combattants et une civile sexagénaire, ont été tués le 26 janvier à Jénine, dans le nord de ce territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Le communiqué de presse du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme "n'a même pas la décence de décrire les attaques de la semaine dernière pour ce qu'elles étaient, des actes de terrorisme palestinien visant le peuple juif. Il n'a même pas le courage de condamner la mort de fidèles innocents", a dénoncé l'ambassadrice d'Israël auprès des Nations unies à Genève, Meirav Eilon Shahar.

"Ses préjugés envers Israël l'amènent à fermer les yeux sur l'incitation quotidienne des enfants par l'Autorité palestinienne et son soutien au terrorisme. Cela doit cesser maintenant", a-t-elle écrit.

Depuis le début de l'année, le conflit israélo-palestinien a coûté la vie à 35 Palestiniens (parmi lesquels des combattants, et des civils, dont des mineurs), six civils israéliens (dont un mineur) et une Ukrainienne, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes.

Le conflit a fait 235 morts en 2022, à près de 90% palestiniens.


Coupe du monde des clubs de la Fifa: le Wydad Casablanca porte tout l'espoir d'une nation

Le onze de départ du Wydad Casablanca pose pour la photo de groupe avant le match aller du quart de finale de la Ligue des champions de la CAF entre le Wydad marocain et l'ESS (Etoile Sportive du Sahel) tunisien au Mohammed V de Casablanca le 29 février 2020. (Photo, AFP)
Le onze de départ du Wydad Casablanca pose pour la photo de groupe avant le match aller du quart de finale de la Ligue des champions de la CAF entre le Wydad marocain et l'ESS (Etoile Sportive du Sahel) tunisien au Mohammed V de Casablanca le 29 février 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc accueille la Coupe du monde des clubs moins de deux mois après les résultats sensationnels des Lions de l’Atlas au Mondial 2022
  • Le Wydad de Casablanca, vainqueur de la Ligue des Champions d’Afrique, fera son entrée en lice samedi contre la formation saoudienne d’Al-Hilal

TANGER: Al-Hilal, l'équipe la plus performante de l'histoire de l'Asie avec à son actif quatre championnats continentaux, aborde la Coupe du monde des clubs de la Fifa dans un esprit positif.

Le premier match, cependant, va être encore plus difficile que d'habitude.

Le Wydad AC n'est pas seulement champion d'Afrique, mais joue dans son pays d'origine, le Maroc, un pays actuellement au plus haut dans la hiérarchie du football international. L'espoir est également grand que des supporters locaux passionnés puissent aider le club de Casablanca à vaincre le «Real Madrid d'Asie» et à aller aussi loin dans cette compétition, voire plus loin, que dans d'autres récentes compétitions mondiales.

En juillet dernier, le Maroc a accueilli la Coupe d'Afrique des nations féminine et l'a remportée haut la main, aussi bien sur le terrain qu'à l'extérieur du stade. Aucune équipe arabe n'avait jamais dépassé la phase de groupes auparavant, et les Lionnes de l’Atlas se sont qualifiées pour la finale grâce à l'enthousiasme et au plaisir réels de ce pays nord-africain.

Les stades étaient pleins quand les joueuses marocaines ont dominé leur groupe, battu le Botswana en quart de finale, puis vaincu le Nigeria, qui avait remporté 11 des 13 tournois passés, 5-4 en demi-finale aux tirs au but. Avec des marges aussi serrées dans ce match, il n'est pas impossible que les supporters présents à l'intérieur du stade Prince Moulay Abdallah aient fait la différence.

Des messages ont été envoyés par le roi Mohammed VI et d'autres personnalités de premier plan, et même si l'Afrique du Sud a été trop forte en finale, le pays hôte et les fans ont été très fiers de leur équipe. Ils ne seront évidemment pas aussi nombreux à faire le long voyage en Nouvelle-Zélande et en Australie cet été lorsque que le Maroc deviendra le premier représentant arabe à la Coupe du monde féminine, mais les matches seront bien suivis à domicile.

Si cela se passe aussi bien que la Coupe du monde masculine, ce sera tout un spectacle. À l'approche de l’événement au Qatar en 2022, nombreux sont ceux qui s'attendaient à une répétition de 2018, lorsque le Maroc qui était dans un groupe difficile avait bien joué mais était rentré chez lui trop tôt.

Et ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé. Tout a commencé par un match nul contre la Croatie, finaliste de 2018. Une victoire bien méritée contre la Belgique, classée deuxième mondialement. Puis le Canada a permis aux Lions de l'Atlas d’accéder à la première place de leur groupe. Ensuite, l’équipe marocaine a remporté une victoire importante au deuxième tour contre l'Espagne, qui l’avait vaincu en 2010. Et par la suite, d'une victoire encore plus importante contre le Portugal. L’aventure marocaine s’est terminée par une défaite 2-0 en demi-finale contre la France, le Maroc ayant poussé les champions en titre jusqu'au bout.

Alors que Sofyan Amrabat, Yassine Bounou et Achraf Hakimi faisaient la une des journaux, les fans aussi étaient au rendez-vous. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans des stades au Qatar et ont créé une atmosphère incroyable qui a été ressentie dans le monde entier. Nombreux sont ceux qui ont estimé que les fans marocains étaient les meilleurs du championnat, et il est vrai que les matchs contre les géants européens que sont l'Espagne, le Portugal et la France ressemblaient à des matchs à domicile pour le Maroc.

C'est quelque chose que l'entraîneur du Wydad, Mehdi Nafti, espère pouvoir reproduire au cours des prochains jours, même si le match d'ouverture contre Al-Hilal ne se déroule pas à Casablanca, mais à Rabat.

«Nous ne serons pas moins bons que les autres équipes, même si nous savons que nous ne sommes pas des favoris, mais nous allons jouer à domicile devant nos supporters. C'est super pour nous, c’est une belle motivation. Nous aimerions reproduire la scénario de la Coupe du monde avec l'équipe nationale marocaine», a affirmé le joueur âgé de 44 ans.

«Je sais avec certitude que les autres équipes auront pour nous du respect, et c'est pour nous un grand défi. Il est très important que nous ayons dans l’équipe des joueurs chevronnés, et avec nos cœurs et nos fans, nous pouvons déplacer des montagnes», a-t-il ajouté. 

Nafti, ancien international tunisien, ne fait partie de l’équipe de Wydad que depuis un mois. Il a succédé à Hussein Ammouta, limogé en novembre après une défaite 3-0 face au FUS Rabat. Ammouta a remplacé Walid Regragui, l'homme qui a mené le Wydad au titre africain en mai avec une victoire sur les géants égyptiens d’Al-Ahly (qui participent également à la Coupe du monde des clubs et affrontent les Sounders de Seattle avec la possibilité d'affronter par la suite le Real Madrid).

Regragui, âgé de 47 ans, est ensuite parti en août pour reprendre en main l'équipe nationale marocaine et la mener au succès de la Coupe du monde.

Ce n'est donc pas une surprise que Nafti ait été en contact avec Regragui, un ancien coéquipier.

«Je savais que j'entraînerais les champions d'Afrique qui ont remporté le championnat local la saison dernière, et que l'entraîneur qui était ici est un de mes amis. Toutes ces choses m'ont donc fait accepter le poste, et non seulement parce que nous participons au Mondial des Clubs.»

«Je suis toujours en contact avec Regragui», a ajouté Nafti. «Nous avons joué ensemble en France à Toulouse et au Racing Santander. Il m'a beaucoup aidé, surtout au début, à m'adapter et à apprendre rapidement ce qu’il fallait sur le Wydad», a-t-il raconté. 

Cela semble avoir fonctionné. La forme de l’équipe est bonne. Le Wydad a remporté quatre matches et fait match nul dans deux des six dernières ligues. Il occupe la deuxième place du championnat.

Avec la présence de membres de l'équipe de la Coupe du monde – Ahmed Reda Tagnaouti, Yahya Jabrane et Yahia Attiyat Allah –, le milieu de terrain vedette Aymane Hassouni en bonne forme, et le nouvel attaquant camerounais Didier Lamkel qui a rejoint l’équipe, il y a de l'espoir.

Regragui estime que si Al-Hilal peut être vaincu, le Wydad peut aller loin.

«Je m'attends à un match équilibré car Al-Hilal est le Real Madrid d'Asie. Il a des joueurs et des supporters exceptionnels, mais jouer à domicile est un avantage pour le Wydad», a indiqué Regragui.

«Le Wydad compte des joueurs talentueux. Aymane Hassouni est un grand joueur et mérite de briller lors des rencontres. L’équipe s’est trouvée également renforcée par la venue de nouvelles recrues capables de faire la différence. Le match contre Hilal est un match difficile. Si le Wydad parvient à gagner, il peut facilement arriver en finale. Tout est possible.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Liban: le diplomate coordonnant le soutien international critique la «lenteur» des réformes

Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars
  • Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban

BEYROUTH: Le diplomate français chargé de la coordination du soutien international au Liban a déploré vendredi la "lenteur" dans la mise en place par les autorités des réformes préalables à une aide financière du Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en œuvre de réformes cruciales dans le pays en crise.

"C'est vraiment lent", a estimé Pierre Duquesne, tout en soulignant lors d'un entretien avec des journalistes à Beyrouth, dont l'AFP, "quelques petits ajustements qui vont dans le bon sens" de la part des autorités.

Parmi les réformes réclamées par le FMI figure l'approbation par le Parlement du budget 2022, adoptée de façon "tardive" selon M. Duquesne.

Le FMI exige également la réforme de la loi sur le secret bancaire, la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux, qui tardent à voir le jour.

"Il n'y a pas d'autre solution que le FMI pour apporter capitaux, crédibilité et confiance (...) et réduire les inégalités", a souligné le diplomate français.

Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban, qui l'a déjà conduit en Egypte et en Jordanie.

"Les deux pays ont fait part d'une extrême bonne volonté et se sont dits prêts techniquement à fournir gaz et électricité au Liban"", presque entièrement privé de courant, a dit le diplomate.

Mais le gaz devra passer par la Syrie, soumise à des sanctions américaines en vertu de la "loi César" sanctionnant les Etats commerçant avec ce pays.

M. Duquesne se rendra dans les dix prochains jours à Washington pour évoquer avec l'administration américaine "des exemptions", selon lui, afin de permettre la fourniture de gaz égyptien et d'électricité jordanienne au Liban, via la Syrie.

Il doit également rencontrer des responsables de la Banque mondiale, l'accord pour la fourniture de gaz et d'électricité au Liban étant également conditionné au financement de cette institution.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une crise socio-économique largement imputée à la corruption et l'incurie de la classe dirigeante.

En septembre 2022, le FMI avait déjà épinglé les autorités libanaises pour la "lenteur" des réformes et en octobre, la patronne du FMI les avait appelé à "faire passer d'abord la population", dont plus de 80% a basculé dans la pauvreté, selon l'ONU.