Les Palestiniens optimistes après le rétablissement des relations avec l'UE

La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, accueille le Premier ministre palestinien Mohammed Chtayyeh à Bruxelles, le 23 janvier (Photo, AFP).
La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, accueille le Premier ministre palestinien Mohammed Chtayyeh à Bruxelles, le 23 janvier (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 25 janvier 2023

Les Palestiniens optimistes après le rétablissement des relations avec l'UE

  • Les responsables de l'UE ont condamné les violations commises en Palestine et rejeté les mesures punitives imposées à l'AP par Israël
  • Des négociations sont en cours avec l'UE afin d’obtenir un soutien européen supplémentaire pour le budget de l'Autorité palestinienne

RAMALLAH: Les Palestiniens ont renforcé leurs relations avec l'UE à la suite de la visite du Premier ministre, Mohammed Chtayyeh, à Bruxelles cette semaine, a révélé un haut responsable.
Shtayyeh a demandé à l'UE un soutien politique pour préserver la solution à deux États, boycotter les produits fabriqués dans les colonies israéliennes et reconsidérer les accords de coopération avec Israël.
L'UE accordera à l'Autorité palestinienne une aide de 325 millions de dollars (1 dollar américain = 0,92 euro), notamment pour soutenir l'Office de secours et de travaux des Nations unies, l'aide sociale aux familles à faible revenu et les projets d'infrastructure.
Abdel Rahim al-Farra, ambassadeur palestinien auprès de l'UE, a déclaré que les dernières retouches avaient été apportées à un accord d'aide, qui sera signé la semaine prochaine à Ramallah.
Al-Farra a révélé que les consultations et le dialogue politique avaient commencé au niveau ministériel, ajoutant que des mesures avaient été prises pour «conclure un accord de partenariat complet entre les deux parties».
Les responsables de l'UE ont condamné les violations qui ont lieu en Palestine, rejeté les mesures punitives imposées à l'AP par Israël et appelé à un rôle plus efficace allant au-delà des déclarations, a affirmé Al-Farra.
Ahmad al-Deek, conseiller politique au ministère palestinien des Affaires étrangères, a déclaré à Arab News que les Palestiniens demandent à l'UE de renforcer son soutien politique et économique à la Palestine et de devenir un acteur clé dans le lancement d'un processus de paix afin de mettre fin à l'occupation israélienne.
Des négociations sont en cours avec l'UE afin d'obtenir un soutien européen supplémentaire pour le budget de l'AP, a indiqué Al-Deek.
Chadi Othman, un porte-parole de l'UE à Jérusalem, a déclaré à Arab News que le bloc soutiendra l'Unrwa à hauteur de 100 millions de dollars et qu'un accord pour soutenir les projets palestiniens sera signé à Ramallah la semaine prochaine.
Un haut responsable palestinien a signalé à Arab News que l'UE était la seule partie à soutenir financièrement l'AP après l'arrêt de l’aide américaine et arabe.
L'AP recevait auparavant un soutien financier annuel de 2 milliards de dollars des États-Unis, des pays arabes et de l'UE. Aujourd'hui, elle ne reçoit plus que 250 millions de dollars de l'UE et de l'Algérie.
Dans un autre contexte, les Palestiniens ont exprimé leur colère après que les trois compagnies palestiniennes de téléphone fixe et cellulaire ont déclaré qu'elles factureraient à leurs 5 millions d'abonnés des montants au nom des dons à Jérusalem pendant douze mois, suite à un décret présidentiel.
L'AP vise à collecter 18 millions de dollars de cette manière.
Des centaines d'abonnés palestiniens ont menacé de couper leur ligne téléphonique si la décision était appliquée.
Esmat Mansour, une analyste politique palestinienne, a déclaré à Arab News que cette colère est due à des expériences antérieures de collecte de dons par l'AP qui n'ont pas atteint leur objectif.
«Les citoyens ont le sentiment qu'il s'agit d'une tentative d'exploitation et de vol de leur argent par des méthodes frauduleuses», a avisé Mansour.
Ce mécanisme est «antidémocratique, illégal et doit être plus transparent», a-t-elle ajouté.
Amer Hamdan, un militant palestinien des droits de l'homme de Naplouse, a déclaré à Arab News que ce décret émis par le président est illégal, et que Mahmoud Abbas «n'a pas le droit d'émettre de tels décrets et de déduire des fonds d’une façon unilatérale».
Il a souligné: «Le gouvernement palestinien souffre d'une grave crise financière et veut la résoudre en vidant les poches des citoyens.»
Majed al-Arouri, un militant des droits de l'homme de Ramallah, a expliqué à Arab News: «L'AP s'est transformée en une autorité chargée de collecter de l'argent pour couvrir ses dépenses sans améliorer les services qu'elle fournit aux citoyens.»
Les manifestants ont estimé qu'il serait plus approprié pour l'AP d'imposer ces sommes aux grandes entreprises opérant dans les territoires palestiniens qui bénéficient d'exonérations fiscales et réalisent d'énormes bénéfices du marché palestinien.
Ahmad Guneim, un haut dirigeant du Fatah de Jérusalem-Est, a soutenu que les gens ne croyaient pas que l'argent finirait par atteindre Jérusalem.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.