Krista Pikkat à Beyrouth: L'Unesco «a suivi de près» la réhabilitation du musée Sursock

Krista Pikkat, la directrice de l’unité culture et situations d'urgence de l'Unesco, s’est rendue à Beyrouth à l'occasion de la réouverture de l’un des principaux emblèmes culturels de la ville: le musée Nicolas Ibrahim Sursock. (Photo fournie)
Krista Pikkat, la directrice de l’unité culture et situations d'urgence de l'Unesco, s’est rendue à Beyrouth à l'occasion de la réouverture de l’un des principaux emblèmes culturels de la ville: le musée Nicolas Ibrahim Sursock. (Photo fournie)
Krista Pikkat, la directrice de l’unité culture et situations d'urgence de l'Unesco, s’est rendue à Beyrouth à l'occasion de la réouverture de l’un des principaux emblèmes culturels de la ville: le musée Nicolas Ibrahim Sursock. (Photo fournie)
Krista Pikkat, la directrice de l’unité culture et situations d'urgence de l'Unesco, s’est rendue à Beyrouth à l'occasion de la réouverture de l’un des principaux emblèmes culturels de la ville: le musée Nicolas Ibrahim Sursock. (Photo fournie)
Krista Pikkat, la directrice de l’unité culture et situations d'urgence de l'Unesco, s’est rendue à Beyrouth à l'occasion de la réouverture de l’un des principaux emblèmes culturels de la ville: le musée Nicolas Ibrahim Sursock. (Photo fournie)
Krista Pikkat, la directrice de l’unité culture et situations d'urgence de l'Unesco, s’est rendue à Beyrouth à l'occasion de la réouverture de l’un des principaux emblèmes culturels de la ville: le musée Nicolas Ibrahim Sursock. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 30 juin 2023

Krista Pikkat à Beyrouth: L'Unesco «a suivi de près» la réhabilitation du musée Sursock

  • «Nous sommes heureux de constater que trois années après la terrible explosion du port de Beyrouth, l’emblématique musée Sursock renaît de ses cendres»
  • Selon Krista Pikkat, il existe aujourd’hui une véritable volonté de la communauté internationale de venir en aide au patrimoine en zone de crise partout dans le monde

BEYROUTH: Près de trois ans après l’explosion meurtrière du port de Beyrouth, le cœur de la ville renaît grâce à la réouverture de l’un de ses principaux emblèmes culturels, gravement endommagé: le musée Nicolas Ibrahim Sursock. Une réhabilitation rendue possible grâce au soutien de nombreuses institutions internationales comme l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (Aliph), le ministère français de la Culture, le gouvernement italien, l’Agence italienne pour la coopération au développement (Aics), avec l'Unesco, l’Institut national du patrimoine, des donateurs ainsi que des mécènes privés. 

Krista Pikkat, la directrice de l’unité culture et situations d'urgence de l'Unesco, s’est rendue à Beyrouth à cette occasion et s’est confiée à Arab News en français. Elle revient sur les défis auxquels l’organisation se trouve aujourd’hui confrontée dans les zones de crises et révèle les moyens mis en place par l’organisation pour soutenir le secteur. Elle souligne également l’importance de la solidarité internationale.

De nombreux centres culturels ont été touchés, ainsi que des écoles, des galeries et des musées.

«Nous sommes heureux de constater que trois années après la terrible explosion du port de Beyrouth, l’emblématique musée Sursock renaît de ses cendres. Nous avons suivi de près cette réhabilitation qui nous tenait particulièrement à cœur. L'initiative intitulée “Li Beirut” (“Pour Beyrouth”) a été lancée par notre directrice générale, Audrey Azoulay, lorsqu’elle a visité la capitale libanaise après l'explosion d’août 2020. Elle a tenu à ce que l'Unesco s’engage pour être aux côtés des habitants de Beyrouth afin de reconstruire cette ville qui a été blessée, profondément meurtrie. De nombreux centres culturels ont été touchés, ainsi que des écoles, des galeries et des musées. Nous avons lancé cette initiative pour mobiliser la communauté internationale et des fonds, mais aussi pour mettre en place une expertise – qui est aujourd’hui bien présente – afin que le peuple libanais ne se sente pas seul.»

«Je pense que cela a été une réussite, puisque, avec cette mobilisation de différents acteurs, nous avons pu réhabiliter 280 écoles. Nous avons en outre soutenu le musée Sursock ainsi que des industries culturelles et créatives. Dans ce cadre, je voudrais aussi mentionner le soutien de l'Italie, parce que c'est vraiment grâce à sa contribution que nous avons pu venir en aide à ce musée et lui apporter les outils nécessaires pour qu’il puisse fonctionner: l'éclairage, les plafonds, les murs, mais aussi les panneaux solaires», explique Krista Pikkat. Cette dernière souligne qu’il existe aujourd’hui une véritable volonté de la communauté internationale de venir en aide au patrimoine en zone de crise partout dans le monde.

«Les récentes crises nous ont apporté de la confiance ainsi que la certitude que la volonté de soutenir ce pays et la solidarité internationale existent toujours. On l'a vu, bien sûr, dans le contexte de la guerre en Ukraine. Il y a une solidarité très importante, une mobilisation des acteurs internationaux. C’est également visible, par exemple, dans le contexte du tremblement de terre en Turquie et en Syrie. Nous vivons dans une époque où il y a beaucoup de crises et donc beaucoup de besoins, beaucoup d’urgences. Nous tenons à garder toujours cette mobilisation et cet intérêt de la communauté internationale, parce que c’est justement quand une nouvelle crise commence que l'intérêt se porte vers cette urgence. Mais c'est aussi notre tâche, à l'Unesco, de garder malgré tout cette concentration et cette attention de la communauté internationale sur le secteur de la culture.»

L’Unesco se mobilise notamment pour la protection de la culture depuis le début de la crise en Ukraine. L'organisation est en contact permanent avec toutes les institutions concernées ainsi qu'avec les professionnels de la culture en Ukraine afin d’évaluer la situation et de renforcer la protection des biens culturels. 

Aujourd’hui, «l’Unesco est très engagée dans le pays», estime Krista Pikkat, qui ajoute: «C'est d'ailleurs la première fois que nous sommes opérationnels dans une situation de guerre. Dans le passé, l’organisation intervenait dans la phase de réhabilitation et de reconstruction. Désormais, nous sommes présents aux côtés du ministère de la Culture à travers une approche qui prend véritablement en compte le champ culturel. Elle commence par une sorte de monitoring, un suivi des dommages sur les sites. Nous le faisons grâce à des images, mais nous effectuons aussi des interventions importantes sur quelques centres culturels.» 

«Nous soutenons les artistes, nous travaillons avec les communautés pour faire en sorte que les étudiants qui doivent maintenant apprendre en dehors de l'Ukraine connaissent leur patrimoine, leur culture. Il est important que nous parvenions à intégrer les éléments de leur patrimoine intangible, immatériel, dans le programme scolaire. Nous travaillons aussi avec le ministère sur la digitalisation afin de réaliser les inventaires, créer des bases de données et aider à recourir à la technologie moderne dans le but d’améliorer la gestion du patrimoine», conclut Mme Pikkat. 


La Palme d'or «Anatomie d'une chute» dépasse le million de spectateurs en salles

La réalisatrice française Justine Triet brandit son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Anatomie d'une Chute" lors de la cérémonie de clôture de la 76e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 27 mai 2023. (AFP)
La réalisatrice française Justine Triet brandit son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Anatomie d'une Chute" lors de la cérémonie de clôture de la 76e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 27 mai 2023. (AFP)
Short Url
  • «Anatomie d'une chute» dépasse largement la dernière Palme d'or française, «Titane» (306 293 entrées en 2021) et devance «Dheepan» de Jacques Audiard en 2015 (663 000 entrées)
  • Le film ne sera par contre pas présenté par la France aux Oscars au titre du meilleur film étranger, comme ses promoteurs l'espéraient

PARIS: Le film "Anatomie d'une chute" de Justine Triet, Palme d'or cette année, a dépassé le million d'entrées un mois après sa sortie en salles, ont annoncé samedi son distributeur et sa productrice.

"Le million" a été dépassé vendredi soir, a déclaré à l'AFP le distributeur Jean Labadie (Le Pacte). "Bravo Justine Triet, Merci aux spectateurs", a écrit la productrice Marie-Ange Luciani sur Instagram.

"Anatomie d'une chute" dépasse largement la dernière Palme d'or française, "Titane" (306 293 entrées en 2021) et devance "Dheepan" de Jacques Audiard en 2015 (663 000 entrées).

Il fait jeu égal avec "La Vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche (1,036 million d'entrées en 2013), et pourrait espérer rattraper "Entre les murs" de Laurent Cantet (1,6 million en 2008), autres Palme d'or françaises des années 2000.

"Anatomie d'une chute", qui décortique méticuleusement les rapports de force et de domination au sein d'un couple d'artistes, ne sera par contre pas présenté par la France aux Oscars au titre du meilleur film étranger, comme ses promoteurs l'espéraient.

La commission de professionnels qui en décide lui a préféré jeudi "La Passion de Dodin Bouffant" de Tran Anh Hung, avec Benoît Magimel et Juliette Binoche. Ce film en costumes sur les traditions culinaires à la française doit sortir le 8 novembre en France.

Une décision que les partisans du film de Justine Triet ont eu du mal à avaler: "Qu'est ce qu'ils sont cons", a écrit Marie-Ange Luciani sur Instagram après cette décision, quand Jean Labadie a jugé cette décision "inexcusable" sur X (ex-Twitter).

Le président de l'Union des producteurs de cinéma (UPC) Marc Missonnier s'est dit quant à lui "un peu abasourdi" par ceux qui faisaient une interprétation politique du choix pour les Oscars, Justine Triet ayant vertement tancé le gouvernement, accusé de vouloir "casser" l'exception culturelle, en recevant sa Palme.

"Ce sont des professionnels incontestables" qui ont choisi, a-t-il rappelé, soulignant que les pouvoirs publics, via le CNC au sein duquel ils se réunissent, n'avaient pas droit de vote.

"Le cinéma français cherche depuis longtemps la bonne formule pour le choix du film qu’il envoie aux Oscars. Formulons plutôt des propositions pour l’avenir plutôt que verser dans l’anathème politique", a-t-il ajouté sur X.


Une Fashion week aux allures de polar démarre lundi à Paris

Le créateur de mode français Olivier Rousteing salue les spectateurs après avoir présenté la collection Balmain Womenswear Automne-Hiver 2023-2024 lors de la semaine de la mode à Paris, le 1er mars 2023. (Photo par Julien de Rosa / AFP)
Le créateur de mode français Olivier Rousteing salue les spectateurs après avoir présenté la collection Balmain Womenswear Automne-Hiver 2023-2024 lors de la semaine de la mode à Paris, le 1er mars 2023. (Photo par Julien de Rosa / AFP)
Short Url
  • Le défilé Balmain est maintenu mercredi soir en dépit du vol inédit de 50 pièces destinées au show
  • La premier jour de la semaine du prêt-à-porter sera consacré, comme le veut la tradition, à la jeune création

PARIS : Peut-on refaire une collection dérobée quelques jours avant un défilé? Olivier Rousteing, le créateur star de Balmain, donnera la réponse pendant la Fashion week de Paris qui démarre lundi.

Le défilé Balmain est maintenu mercredi soir en dépit du vol inédit de 50 pièces destinées au show: la camionnette qui les transportait de l'aéroport de Roissy en direction du siège de la maison parisienne le 16 septembre a été arrêtée par des individus armés qui ont pris la fuite avec le véhicule.

«Mon équipe et moi-même avons travaillé très dur. Nous allons travailler encore plus, jour et nuit, tout comme nos fournisseurs, mais c'est tellement irrespectueux. Je voulais partager cela avec vous pour vous rappeler de ne jamais rien prendre pour acquis», a écrit Olivier Rousteing à ses 10 millions d'abonnés sur Instagram.

«Je sais que ta créativité sera capable de surmonter ça», a réagi Donatella Versace. «Je suis tellement désolé Oli», a commenté le styliste Ludovic de Saint Sernin. «Force», a encouragé le créateur Jacquemus.

Une enquête a été ouverte, mais on ignore tout du sort des pièces volées.

Une affaire «exceptionnelle» compte tenu du nombre de pièces dérobées, a déclaré à l'AFP Serge Carreira, maître de conférences à Sciences Po, spécialiste du mode et du luxe tout en estimant qu'il était réaliste de refaire la collection d'ici au défilé.

- Succession -

Les modèles volés sont des prototypes et les patrons existants permettraient de refaire les vêtements. «La maison Balmain a des ateliers, ils ont des sous-traitants, un réseau d'artisans. En mobilisant le maximum de forces, il est possible de réaliser cela», a-t-il souligné.

La premier jour de la semaine du prêt-à-porter sera consacré, comme le veut la tradition, à la jeune création. La styliste belge Marie Adam-Leenaerdt, qui fait de la mode conceptuelle pour une femme avant-gardiste, ouvrira le bal.

La maison italienne Marni et l'Américain Peter Do figurent parmi les nouveaux entrants au calendrier officiel tandis que Carven, Maison Margiela et Mugler sont de retour.

La maison Pierre Cardin qui, sous l'impulsion de son neveu Rodrigo Basilicati-Cardin, est revenue en mars sur le calendrier officiel après 25 ans d'absence, présentera un nouveau défilé, en pleine dispute autour de la succession du couturier décédé en 2020.

Celle-ci fait l'objet d'une enquête notamment pour abus de faiblesse et escroquerie et de plaintes déposées par la famille du créateur et son petit-neveu, qui lui a succédé.

- Stylistes de Buckingham -

Le défilé Alexander McQueen le 30 septembre sera le dernier de sa directrice artistique Sarah Burton, qui avait succédé au fondateur de la marque mort brutalement en 2010. Elle s'était illustrée en dessinant la robe de mariage de Kate Middleton, l'épouse du Prince William.

Dior présentera sa collection mardi, moins d'une semaine après avoir été sous le feu des projecteurs: la reine Camilla a porté une longue robe du soir bleu nuit imaginée par la créatrice italienne des collections féminines Maria Grazia Chiuri à l'occasion du dîner d'Etat à Versailles.

Dior comptait parmi ses clientes Lady Diana, ancienne épouse du roi Charles III, morte dans un accident de voiture à Paris en 1997, à qui elle a rendu hommage avec le sac Lady Dior devenu iconique.


Dans les tout derniers pas de Vincent van Gogh à Auvers-sur-Oise

Un visiteur assiste à une exposition immersive d'œuvres de l'artiste néerlandais Vincent Van Gogh à Milan, le 8 juin 2023. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Un visiteur assiste à une exposition immersive d'œuvres de l'artiste néerlandais Vincent Van Gogh à Milan, le 8 juin 2023. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Short Url
  • Dès son arrivée à Auvers-sur-Oise, le 20 mai 1890, dans ce creuset de l'impressionnisme, en bordure de rivière, Vincent van Gogh va peindre «dans l'urgence», «plus de 74 tableaux en 70 jours» où «le bleu domine»
  • Sa toute première destination est la maison du Docteur Paul Ferdinand Gachet, dans une petite rue bordée de meulières

AUVERS-SUR-OISE, France : Les «Racines d'arbres» que Vincent van Gogh a peintes juste avant de se tirer une balle dans la poitrine le 27 juillet 1890, sont encore là, signalées aux visiteurs au coeur d'une ruelle d'Auvers-sur-Oise, dans les environs de Paris.

Chevalet sous le bras, il l'a empruntée maintes fois, à l'aplomb de l'auberge Ravoux, où il est mort deux jours plus tard, à 37 ans, après une longue agonie, raconte à quelques journalistes Wouter van der Veen, spécialiste néerlandais du peintre, en les entraînant dans ses tout derniers pas à travers ce village à une trentaine de kilomètres au nord de Paris.

Maisons, paysages, place de la mairie... Dès son arrivée, le 20 mai 1890, dans ce creuset de l'impressionnisme, en bordure de rivière, il va peindre «dans l'urgence», «plus de 74 tableaux en 70 jours» où «le bleu domine», dit-il.

Van Gogh arrive à Auvers-sur-Oise sur recommandation médicale et celle de son frère cadet Théo, marchand d'art. Il est «conscient de sa valeur comme artiste mais aussi de sa fragilité: il s'est tranché l'oreille à Arles, dans le sud de la France, a croisé la mort, et été hospitalisé après plusieurs tentatives de suicide par empoisonnement à l'essence de térébenthine et probablement aux couleurs contenant de l'arsenic», précise l'expert.

«Il se sent menacé mais pense aussi beaucoup à la vie: Johanna, l'épouse de Théo, vient d'accoucher d'un petit Vincent, et un article paru dans le Mercure de France loue son génie, comparé à celui des maîtres hollandais, une reconnaissance qu'il attendait», ajoute-t-il.

- Le Dr Gachet -

Direction sa toute première destination: la maison du Docteur Paul Ferdinand Gachet, dans une petite rue bordée de meulières.

Fondu d'art plus que de médecine, il possède sa propre presse à gravures et «diffusera sans réserve l'oeuvre du peintre» auquel il suggère comme unique traitement de «quitter l'obsession de la maladie», selon M. Van der Veen.

Le peintre roux, au regard clair, reconnaît aussitôt en cet homme «un ami» et un «frère», grand collectionneur connu du tout-Paris, soulignant leur ressemblance physique dans ses innombrables lettres à Théo, son plus fidèle ami.

A l'arrière de la maison, entourée d'un jardin fleuri, séquence émotion: un petit tertre entre deux tilleuls où Van Gogh s'asseyait avec le docteur et ses amis, Paul Cézanne, Camille Pissarro et Armand Guillaumin, autour d'une absinthe et en fumant la pipe.

Des calligraphies, tracées à l'entrée d'une petite grotte, en retrait, rappellent la passion des impressionnistes pour l'estampe japonaise.

Le 7 octobre, la maison du Dr Gachet, ancienne école de jeunes filles, sera ouverte au public ainsi qu'une exposition au château d'Auvers-sur-Oise, en forme de parcours numérique des oeuvres de Van Gogh en très haute définition.

Pour des «raisons de sécurité, essentiellement», le village ne dispose plus d'aucune toile de Van Gogh, dont la cote s'est envolée après sa mort, selon l'expert.

- «Champ de blé aux corbeaux» -

Destination l'église, où des touristes sud-coréens se prennent en photo. Van Gogh l'a sublimée dans un format donnant l'illusion de la 3D: une symphonie de bleu, contrastée d'orange et de verts éclatants.

Non loin, place au recueillement: la tombe recouverte de lierre où repose le peintre près de Théo, mort six mois après lui de la syphilis.

Un chemin de terre, bordé d'amarantes fanées, conduit à l'endroit où Van Gogh a peint son «Champ de blé aux corbeaux». Tout près: celui où il s'est donné la mort.

Le voyage s'achève à l'auberge Ravoux qui abrite encore la minuscule chambre du peintre, austère et sombre, sans meubles aujourd'hui, où Van Gogh a vécu «modestement mais pas dans la pauvreté», selon M. Van der Veen.

Dans la salle à manger, où tout semble resté intact, un bouquet de tournesols accueille les visiteurs.

«Le cercueil de Van Gogh, couvert de dahlias jaunes» y fut entreposé «au milieu de ses toiles», confie le spécialiste, commissaire d'une exposition consacrée aux derniers jours du peintre qui ouvrira le 3 octobre au Musée d'Orsay à Paris.