Irak: La quête de justice des survivants yézidis aux atrocités de Daech

Des restes humains de la minorité Yézidie, qui ont été tués lors d'attaques de Daech en 2014, après avoir été exhumés d'une fosse commune, à Mossoul, en Irak, le 20 juin 2023 (Photo, Reuters).
Des restes humains de la minorité Yézidie, qui ont été tués lors d'attaques de Daech en 2014, après avoir été exhumés d'une fosse commune, à Mossoul, en Irak, le 20 juin 2023 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Vendredi 04 août 2023

Irak: La quête de justice des survivants yézidis aux atrocités de Daech

  • Neuf ans se sont écoulés depuis que les extrémistes ont envahi le territoire historique de Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak
  • Beaucoup de femmes yézidies ne peuvent pardonner aux hommes qui les ont réduites en esclavage, ont détruit leur vie, ont massacré leurs parents masculins

IRBIL, Kurdistan irakien: Peu après minuit, le 3 août 2014, des extrémistes de Daech lourdement armés ont déferlé sur le territoire yézidi de Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak, rassemblant la population civile pour la massacrer ou l'emmener en captivité.

Daech a délibérément pris pour cible la communauté yézidie, l'une des plus anciennes minorités ethnoreligieuses d'Irak, parce qu'il la considérait comme apostate en raison de ses traditions religieuses. Neuf ans plus tard, les survivants doivent encore faire face à ce qui s'est passé.

«Je me souviens que mes parents nous réveillaient désespérément, mes frères et sœurs et moi-même, vers 2 heures du matin», a révélé Barzan H., 23 ans, à Arab News à Irbil, la capitale de la région semi-autonome du Kurdistan irakien, où il réside désormais avec des milliers d'autres Yézidis déplacés.

«J'ai jeté un coup d'œil par les fenêtres et j'ai vu des camions noirs et des jeeps arriver au loin. Les hommes les plus âgés et les plus aptes ont pris les armes, avec les fusils qu'ils avaient à la maison et tout ce qui leur tombait sous la main pour nous protéger.»

Barzan n'avait que 14 ans lorsque Daech a attaqué sa ville natale. Face à l'avancée des extrémistes, lui et ses voisins ont pris tout ce qu'ils pouvaient transporter et ont fui leurs maisons. Environ 400 000 personnes ont été déplacées. Peu d'entre eux reviendront.

«Je me souviens m'être caché dans les montagnes jusqu'à 8 heures du matin. Nous avions soif et nous étions physiquement épuisés par la peur et la fuite», a déclaré Barzan.

Cependant, les combattants de Daech les ont rapidement rattrapés et ont encerclé la zone.

Les survivants yézidis des atrocités commises par Daech en 2014 ont parlé de leur lutte permanente pour obtenir justice et faire face au chagrin et à la perte de leurs proches (Photo, AFP).

«Ils étaient à nos trousses», a-t-il ajouté. «Ils nous ont mis dans leurs camions et nous ont emmenés dans un bâtiment désert. Ils ont séparé les femmes et les enfants de sexe féminin des mineurs de sexe masculin.»

Ceux qui avaient été capturés ont été emmenés dans un bâtiment scolaire, où les femmes et les enfants ont été séparés de leurs maris et de leurs frères. Les hommes et les personnes âgées qui refusaient de se convertir à l'Islam ont été massacrés.

Quant aux femmes et aux enfants, on estime que 7 000 d'entre eux ont été entassés dans des camions et déplacés de force vers la Syrie et d'autres régions d'Irak, où nombre d'entre eux ont été réduits à la servitude domestique ou à l'esclavage sexuel.

Les garçons et les jeunes hommes ont été enlevés pour être entraînés et subir un lavage de cerveau afin de devenir des «lionceaux du califat», contraints de se battre aux côtés des combattants de Daech.

«Mes amis et moi avons été emmenés à Tel Afar, puis à Mossoul», a signalé Barzan. «Ils nous ont dit d'oublier notre religion, que nous devions nous convertir à l'Islam et commencer l'entraînement militaire.»

Son entraînement militaire s'est déroulé à Deir Ezzor, en Syrie, puis il a été déployé sur la ligne de front à Mossoul, en Irak, où se sont déroulés certains des combats les plus violents contre les forces irakiennes et les forces de la coalition.

«J'avais des amis pour qui le lavage de cerveau de Daech était efficace, et ce sont eux qui se sont transformés en kamikazes», a mentionné Barzan.

«J'ai vu des soldats de Daech tuer des fils devant leurs mères, je les ai vus enlever des filles préadolescentes des bras de leurs mères pour les violer», a-t-il déploré.

Alors que le califat autoproclamé de Daech commençait à s'effondrer, les combattants de Daech ont été progressivement repoussés jusqu'à leur dernier bastion de Baghouz, à Deir Ezzor. Début 2019, alors que les Forces démocratiques syriennes et leurs partenaires de la coalition se rapprochaient, le père de Barzan a contacté un passeur pour sauver son fils.

Sous un bombardement intensif, Barzan a pu déserter son régiment et s'échapper de Baghouz. Il lui a fallu cinq jours pour traverser le no man's land et se mettre à l'abri.

Bien qu'il ait finalement été réuni avec les membres survivants de sa famille, le sort de sa sœur et de ses deux frères reste inconnu. Sa famille, comme des milliers d'autres, n'est pas retournée à Sinjar.

Des milliers de Yézidis piégés dans les montagnes de Sinjar alors qu'ils tentaient d'échapper aux forces de Daech, secourus par les forces peshmerga kurdes et l'Unité de protection des peuples (YPG) à Mossoul, en Irak, en 2014 (Photo, Anadolu Agency/Getty Images).

«Il n'y a rien à retrouver», s’est désolé Barzan. «Les combattants de Daech ont détruit Sinjar. Trop de vies perdues, trop de sang.»

En mars 2021, le président irakien de l'époque, Barham Salih, a ratifié le projet de loi sur les survivants yézidis, qui prévoyait des réparations et des compensations matérielles pour les Yézidis et d'autres groupes minoritaires persécutés par Daech. Le gouvernement irakien a également déclaré qu'il investirait dans la reconstruction de Sinjar.

Cependant, le projet de loi et la reconstruction promise n'ont pas encore été correctement mis en œuvre et la majorité des Yézidis sont toujours déplacés dans la région du Kurdistan, principalement concentrés autour de la ville de Duhok dans des camps de fortune.

«Les maisons de la communauté musulmane ont été reconstruites», a indiqué Barzan. «Notre village est toujours en ruines et nous sommes fatigués de frapper aux portes des organisations sans être indemnisés. Le gouvernement irakien ne se préoccupe pas vraiment de nous.»

Les femmes et les filles yézidies ont subi les pires indignités aux mains de Daech, nombre d'entre elles ayant été vendues comme esclaves sexuelles et forcées de porter les enfants de leurs ravisseurs.

«J'avais environ 15 ans. Cette nuit-là me revient en mémoire comme un film. J'aimerais oublier certaines parties», a confié à Arab News, Siham Soleiman Hussein, une Yézidie de 23 ans qui vit aujourd'hui dans le camp de Khanke, près de Duhok, en se remémorant l'arrivée de Daech à Sinjar.

«Les combattants de Daech nous ont trouvées cachées dans les montagnes. Ils nous ont mises dans leurs camions et nous ont conduites en Irak. Ils nous ont gardées au Galaxy Hall, un lieu de mariage. Les jeunes filles ont été séparées de leurs mères. Les femmes âgées ont été envoyées à Mossoul», a-t-elle poursuivi.

C'est là qu'Hussein a été mise en vente. Elle a d'abord été achetée par un combattant tunisien de Daech qui «heureusement est mort quelques jours après mon achat», a-t-elle affirmé. «Les quelques jours que j'ai passés avec lui ont été cruels.»

Elle a ensuite été achetée par un combattant libyen.

EN BREF

  • Daech a attaqué Sinjar, le pays natal des Yézidis, dans le nord-ouest de l'Irak, le 3 août 2014.
  • Près de 3 000 femmes et enfants sont toujours portés disparus neuf ans plus tard, selon Nadia Murad, une survivante.
  • Le Royaume-Uni a officiellement reconnu la persécution des Yézidis par Daech comme un génocide le 1er août 2023.

«Parfois ma mémoire est vive, d'autres fois j'ai l'impression qu'il y a des espaces vides», a-t-elle indiqué. «Je pense que mon cerveau omet activement et délibérément certaines choses pour me protéger.

«J'ai résisté tout au long de ma captivité. Je n'ai jamais perdu l'espoir d'être secourue.»

Hussein est restée avec le Libyen pendant quelques mois avant qu'il ne l’«offre» à un ami syrien.

«J'ai été constamment battue et affamée», a-t-elle dévoilé. «Ils m'ont même brisé des os.»

Elle a tenté de s'échapper à plusieurs reprises, mais sans succès. Chaque fois qu'elle est ramenée, les punitions sont de plus en plus sévères.

Après une tentative d'évasion, elle raconte que le combattant syrien «a apporté un couteau, l'a tenu contre mon cou et m'a murmuré à l'oreille qu'il me trancherait la gorge si je tentais à nouveau de m'échapper. Mais je lui ai dit que je n'avais vraiment pas peur de la mort, surtout après le massacre de ma communauté».

Hussein a finalement été sauvée grâce à son oncle, Abdallah, qui a envoyé un Arabe se faisant passer pour un combattant de Daech intéressé par son achat.

«Au moment de l'achat, je criais pour qu'on me laisse tranquille», a-t-elle déclaré. «Je leur criais dessus, je leur disais qu'ils étaient des monstres, que les gens ne devraient pas être achetés et vendus.»

L'homme envoyé par son oncle lui a chuchoté qu'il était là pour la sauver. Plus tard, elle a retrouvé ce qui restait de sa famille.

Les Yézidis, dont la religion préislamique a fait d'eux la cible des extrémistes de Daech, ont été victimes de massacres, de mariages forcés et d'esclavage sexuel pendant le règne des djihadistes en 2014-2015 dans la province de Sinjar, dans le nord de l'Irak, qui est le pays natal traditionnel des Yézidis (Photo, AFP).

«J'ai perdu mon père, mon grand-père et mes frères», s’est désolée Hussein. «Nous ne savons pas s'ils sont morts ou vivants.

«La vie est si dure sans eux. Nous vivons dans ce camp, nous sommes des femmes seules. Certaines ONG (organisations non gouvernementales) venaient nous apporter leur soutien, mais l'aide a diminué. J'avais aussi l'habitude de suivre une thérapie, mais j'ai arrêté. J'ai l'impression que la guérison doit se faire par soi-même», a-t-elle relaté.

Repensant à la vie qui lui a été si cruellement enlevée, Hussein a souligné qu'elle ne pourra jamais pardonner aux combattants qui l'ont kidnappée et qui ont détruit sa maison et sa famille.

«Mon ancienne vie me manque», a-t-elle signalé. «Nous étions une famille heureuse, nous avions une ferme et tant d'animaux. Nous étions innocents et on nous a volé notre innocence. Je souhaite à ces terroristes de souffrir deux fois plus que ce qu'ils nous ont fait.»

À l'approche du neuvième anniversaire de l'attaque de Sinjar, le gouvernement britannique a officiellement reconnu que les actes commis contre la communauté yézidie constituaient un génocide.

Tariq Mahmoud Ahmad, ministre d'État britannique pour le Moyen-Orient, a déclaré la semaine dernière que la population yézidie «a énormément souffert aux mains de Daech il y a neuf ans et que les répercussions se font encore sentir aujourd'hui. La justice et l’obligation de rendre compte sont essentielles pour ceux dont les vies ont été dévastées».

Il a ajouté : «Aujourd'hui, nous avons reconnu de manière historique que des actes de génocide ont été commis à l'encontre du peuple yézidi. Cette détermination ne fait que renforcer notre engagement à veiller à ce qu'ils reçoivent l'indemnisation qui leur est due et qu'ils puissent accéder à une justice digne de ce nom.»

«Le Royaume-Uni continuera à jouer un rôle de premier plan dans l'éradication de Daech, notamment en reconstruisant les communautés touchées par son terrorisme et en dirigeant les efforts mondiaux contre sa propagande toxique», a-t-il assuré.

Nadia Murad, survivante yézidie et lauréate du prix Nobel de la paix, s'est félicitée de cette annonce.

«Aujourd'hui, le gouvernement britannique reconnaît officiellement que les attaques de Daech contre ma communauté yézidie en 2014 étaient un génocide», a-t-elle déclaré dans un message publié sur Twitter.

«Des milliers de personnes sont mortes, des milliers d'autres ont été réduites en esclavage et beaucoup d'entre nous sont déplacés et traumatisés. J'espère que cette démarche de Tariq Mahmoud Ahmad et du Bureau des Affaires étrangères, du Commonwealth et du développement du Royaume-Uni nous rapprochera de la justice.»

Le Royaume-Uni a officiellement reconnu cinq génocides : l'Holocauste, le Rwanda, Srebrenica, le Cambodge et maintenant les Yézidis.

Masrour Barzani, Premier ministre de la région du Kurdistan, a déclaré sur Twitter qu'il «saluait la décision du Royaume-Uni».

Il a ajouté : «Nos frères et sœurs yézidis ont gagné et restent forts. Nous sommes aux côtés de notre peuple fier, qui est en train guérir et de se reconstruire.»

Le gouvernement de Barzani continue d'appeler les autorités fédérales de Bagdad à tenir leur promesse de reconstruire Sinjar afin que la communauté yézidie puisse retourner dans son pays d'origine.

Entre-temps, le survivant Barzan gagne sa vie en dressant des animaux domestiques et a déclaré qu'il avait réussi à trouver un certain degré de libération émotionnelle en travaillant avec des animaux. Cependant, les blessures émotionnelles causées par le traumatisme de son enlèvement, la perte de sa famille et ses années de combat sous le commandement de ses ravisseurs restent encrées dans sa mémoire.

«Tout ce que je peux dire, c'est qu'Alhamdoullah (Dieu soit loué), la vie continue», a-t-il soutenu. «Le destin de chacun de nous est écrit et scellé.»

«Les branches de mon arbre généalogique ont été coupées et je ne pardonnerai jamais à ces monstres. Les batailles sont terminées mais nous continuons avec une trace de traumatisme.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Médine lance un programme de reboisement

Dans le cadre d'une opération de quatre mois, le centre a transplanté des arbres dans le parc Al-Bayda al-Bari, conformément aux objectifs du Royaume de durabilité environnementale et de développement de la végétation (SPA).
Dans le cadre d'une opération de quatre mois, le centre a transplanté des arbres dans le parc Al-Bayda al-Bari, conformément aux objectifs du Royaume de durabilité environnementale et de développement de la végétation (SPA).
Short Url
  • Le processus de relocalisation implique une sélection méticuleuse des arbres en fonction de leur type, taille, état, âge et avantages
  • Cette initiative contribue de manière significative à la préservation et à l'enrichissement de la biodiversité dans la région de Médine

 

DJEDDAH: Les plantes vivaces jouent un rôle crucial dans notre écosystème grâce à leur capacité exceptionnelle à résister aux conditions difficiles telles que les sécheresses, les variations climatiques et les activités humaines. Elles fournissent de la nourriture aux humains et aux animaux, contribuant ainsi au bien-être général de l'environnement.

Reconnaissant la valeur inestimable de ces ressources, le Centre national pour le développement du couvert végétal et la lutte contre la désertification (CNDC) a initié un programme de relocalisation et de prise en charge des arbres vivaces dans la région de Médine.

F
Dans le cadre d'une opération de quatre mois, le centre a transplanté des arbres dans le parc Al-Bayda al-Bari, conformément aux objectifs du Royaume de durabilité environnementale et de développement de la végétation. (Photo fournie)

Dans le cadre d'une opération de quatre mois, le centre a transplanté des arbres dans le parc Al-Bayda al-Bari, conformément aux objectifs du Royaume de durabilité environnementale et de développement de la végétation. 

Khaled ben Saadallah al-Saidi, représentant de l'administration générale du pâturage et de l'administration générale de la protection, de la supervision et de l'inspection du CNDC dans la région de Médine, explique à Arab News: «Notre but est de préserver la végétation et de déplacer ces plantes vivaces afin de les entretenir et de les soigner, réalisant ainsi nos objectifs grâce à la collaboration et aux initiatives conjointes avec les défenseurs de l'environnement à travers tout le Royaume.»

Le Centre national pour le développement du couvert végétal et la lutte contre la désertification a initié un programme de relocalisation et de prise en charge des arbres vivaces dans la région de Médine.

Le processus de relocalisation implique une sélection méticuleuse des arbres en fonction de leur type, de leur taille, de leur état, de leur âge et de leurs avantages.

Les spécialistes du centre utilisent des méthodes modernes pour déplacer les arbres, ce qui permet de minimiser les dommages et de garantir leur survie.

F
Les critères de sélection des arbres sont leur type (sauvages ou cultivés), leur taille, leur état, leur âge et leurs avantages. (Photo fournie)

Le processus implique également la préparation du nouveau site, le forage et la fabrication de moules en bois pour soutenir les arbres, ainsi que la mise à disposition de transporteurs, d'équipements et de tracteurs de transport spéciaux.

Des arbustes vivaces tels que l'Acacia ehrenbergiana, le mimosa épineux (Acacia tortilis) et le Maerua crassifolia, qui entravent les projets et les lignes de développement, seront également déplacés.

F
Le processus implique la préparation du nouveau site, le forage et la fabrication de moules en bois pour soutenir les arbres, ainsi que la mise à disposition de transporteurs, d'équipements et de tracteurs de transport spéciaux. (Photo fournie)

«Les Acacia ehrenbergiana sont des arbres locaux importants dans le Royaume, caractérisés par leur grande taille, leurs nombreuses branches et leur capacité à résister aux conditions climatiques difficiles», explique M. Al-Saidi.

L’acacia sauvage peut agir comme une barrière contre le vent et offre également de l'ombre et un abri aux oiseaux, tout en fournissant de la nourriture pour le bétail. Ces arbres peuvent atteindre une hauteur d'environ neuf mètres et produisent des fleurs jaunes, principalement de mi-février à mai, attirant ainsi les abeilles butineuses qui produisent le miel appelé «Salim».

M. Al-Saidi a indiqué que le processus de relocalisation s'est déroulé sans accroc grâce à la présence d'experts du centre.

«Nous tenons également à saluer la branche régionale du ministère des Transports pour sa coopération au niveau du transport des arbres sur les routes principales, ainsi que la collaboration des citoyens et leur engagement envers cette initiative», a-t-il ajouté.

Cette initiative contribue de manière significative à la préservation et à l'enrichissement de la biodiversité dans la région de Médine. Mettre l'accent sur les espèces d'arbres indigènes, indispensables à l'équilibre écologique et résilientes face à diverses conditions, est essentiel pour assurer la durabilité vis-à-vis des générations présentes et futures. La relocalisation de ces arbres permet non seulement d'élargir les espaces verts, mais aussi d'accélérer le long processus de croissance et de restauration.

À l’occasion de la Journée mondiale de l'environnement, M. Al-Saidi a souligné: «Il est du devoir de chacun de veiller à l'environnement et d'adopter des comportements responsables pour assurer la durabilité des générations présentes et futures.»

Le CNDC poursuit ces activités et initiatives tout au long de l'année, avec pour objectif de préserver les arbres matures et rares, de garantir leur durabilité à long terme et de contribuer à l'enrichissement de la biodiversité et aux initiatives qui visent à promouvoir l'écotourisme.

Les efforts du centre contribueront à la préservation d'une grande variété d'arbres à travers le Royaume, favorisant ainsi la durabilité environnementale et la conservation de l’environnement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Frappes sur Gaza, la phase «intense» de la guerre touche à sa fin selon Netanyahu

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël était « déterminé à poursuivre la guerre après une pause, afin d’atteindre l’objectif d’éliminer le Hamas (Photo, AP).
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël était « déterminé à poursuivre la guerre après une pause, afin d’atteindre l’objectif d’éliminer le Hamas (Photo, AP).
Short Url
  • La guerre a aussi provoqué une escalade militaire à la frontière nord d'Israël avec le Liban
  • L'armée israélienne a lancé début mai à Rafah, une ville frontalière avec l'Egypte

 

TERRITOIRES PALESTINIENS: Des bombardements ont visé lundi la bande de Gaza, après l'annonce par le Premier ministre israélien que la phase "intense" des combats était "sur le point de se terminer", notamment à Rafah, dans le sud du territoire palestinien, mais que la guerre contre le Hamas se poursuivrait.

Le mouvement islamiste a répondu lundi que tout accord devait "inclure un cessez-le-feu permanent et un retrait complet" israélien de Gaza, des conditions qu'Israël a toujours rejetées.

L'armée israélienne a lancé début mai à Rafah, une ville frontalière avec l'Egypte, une offensive terrestre dans le but de détruire le Hamas, auteur le 7 octobre d'une attaque sanglante contre Israël, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza.

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, sous très forte pression de son opinion publique, a répété dimanche que "l'objectif" était "de récupérer les otages" retenus à Gaza et de "déraciner le régime du Hamas", en place depuis 2007, dans une interview à la chaîne israélienne Channel 14.

"La phase intense des combats contre le Hamas est sur le point de se terminer (...) Cela ne signifie pas que la guerre est sur le point de se terminer mais la guerre dans sa phase intense est sur le point de se terminer à Rafah", a affirmé M. Netanyahu.

La guerre a aussi provoqué une escalade militaire à la frontière nord d'Israël avec le Liban, entre l'armée israélienne et le Hezbollah libanais, qui fait craindre une extension du conflit.

"Après la fin de la phase intense, nous serons en mesure de redéployer certaines forces vers le nord, et nous le ferons, principalement à des fins défensives, mais aussi pour ramener les habitants (déplacés) chez eux", a ajouté dimanche le Premier ministre.

Les échanges de tirs entre l'armée et le Hezbollah, un puissant mouvement islamiste allié du Hamas, armé et financé par l'Iran, ont entraîné le déplacement de dizaines de milliers d'habitants des zones frontalières du sud du Liban et du nord d'Israël.

"Il y aura une guerre", prédit Helene Abergel, une habitante de Kiryat Shmona, dans le nord d'Israël, qui séjourne dans un hôtel de Tel Aviv. "Une guerre doit avoir lieu pour repousser le Hezbollah loin de la frontière", ajoute cette femme de 49 ans rencontrée par l'AFP.

«Aucun lieu sûr»

Alors que la relation entre M. Netanyahu et les Etats-Unis connaît un épisode de crispation après des critiques israéliennes sur des retards de livraisons d'armes américaines, le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, est arrivé à Washington pour des entretiens qu'il a qualifiés de "cruciaux" pour la suite de la guerre.

Dimanche, M. Netanyahu a déclaré que ce "différend" avec Washington serait "résolu dans un avenir proche".

Dans la bande de Gaza, assiégée par Israël, des tirs d'artillerie ont visé lundi Rafah ainsi que le camp palestinien de Nousseirat, dans le centre, et le quartier de Zeitoun de la ville de Gaza, dans le nord, où des combats ont été signalés, selon des témoins.

Selon le porte-parole de la Défense civile, Mahmoud Basal, deux professionnels de santé ont été tués dans une frappe aérienne sur l'hôpital Al-Daraj, dans la ville de Gaza, dont Hani Al-Jafarwari, le directeur du service des ambulances et des urgences au ministère de la Santé de Gaza.

Selon ce ministère, au mois "500 professionnels de santé ont été tués directement" depuis le début de "l'agression israélienne".

L'armée a annoncé poursuivre ses "opérations ciblées" dans le secteur de Rafah et y avoir "éliminé des terroristes armés" et "démantelé des entrées de tunnels".

«Chasser ce gouvernement»

La guerre a été déclenchée le 7 octobre par une attaque menée par des commandos du Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours retenues en otages à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne. Son armée a lancé une offensive dans le territoire palestinien qui a fait jusqu'à présent 37.598 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

La guerre a aussi provoqué un déplacement massif de population dans le territoire de 2,4 millions d'habitants. Plus d'un million de personnes se déplacent constamment dans l'espoir de trouver un refuge dans la bande de Gaza alors qu'"aucun lieu n'y est sûr", a souligné l'Organisation mondiale de la Santé.

Dans son pays, le Premier ministre est de plus en plus critiqué pour sa conduite de la guerre et son échec à obtenir la libération des derniers otages.

Samedi à Tel-Aviv, plus de 150.000 personnes, selon les organisateurs, ont manifesté pour réclamer des élections anticipées et le retour des otages, lors du plus grand rassemblement depuis le début de la guerre.

"Le seul moyen de parvenir à un changement ici est de chasser ce gouvernement, de chasser les extrémistes", a déclaré Maya Fischer, une manifestante de 36 ans. "Il est temps de mettre fin à la guerre, de ramener les otages et de sauver des vies, tant du côté israélien que du côté palestinien".


Bahreïn et l'Iran conviennent d'entamer des discussions sur la reprise de leurs relations politiques

Bahreïn et l'Iran sont convenus dimanche d'entamer des pourparlers destinés à rétablir leurs relations politiques, a rapporté l'agence de presse de Bahreïn. (BNA)
Bahreïn et l'Iran sont convenus dimanche d'entamer des pourparlers destinés à rétablir leurs relations politiques, a rapporté l'agence de presse de Bahreïn. (BNA)
Short Url
  • Le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdellatif al-Zayani, et le ministre iranien des Affaires étrangères par intérim, Ali Bagheri Kani, se sont rencontrés à Téhéran
  • Les discussions se sont déroulées «dans le cadre des relations fraternelles historiques entre le Royaume de Bahreïn et la République islamique d'Iran»

LONDRES: Bahreïn et l'Iran sont convenus dimanche d'entamer des pourparlers destinés à rétablir leurs relations politiques, a rapporté l'agence de presse de Bahreïn.

Une déclaration commune a été publiée au terme de la rencontre entre le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdellatif al-Zayani, et le ministre iranien des Affaires étrangères par intérim, Ali Bagheri Kani, à Téhéran.

Histoire commune 

Selon cette déclaration, les discussions se sont déroulées «dans le cadre des relations fraternelles historiques entre le Royaume de Bahreïn et la République islamique d'Iran et des liens de religion, de voisinage, d'histoire commune et d'intérêts mutuels qui les unissent».

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com