Jabaliya: Le bombardement israélien, une atrocité parmi tant d’autres pour le camp de réfugiés gazaoui

Des Palestiniens inspectent les conséquences d'une frappe israélienne la nuit précédente dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans la bande de Gaza (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent les conséquences d'une frappe israélienne la nuit précédente dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans la bande de Gaza (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 09 novembre 2023

Jabaliya: Le bombardement israélien, une atrocité parmi tant d’autres pour le camp de réfugiés gazaoui

  • Au moins 210 Palestiniens ont été tués lors de récentes frappes des forces de défense israéliennes sur le camp de réfugiés de Jabaliya
  • Depuis sa création par l'Unrwa en 1948, la ville de Jabaliya, appauvrie et surpeuplée, a été le théâtre de raids et de soulèvements répétés

LONDRES: Ces derniers jours, les frappes aériennes israéliennes sur Jabaliya, le plus grand et le plus densément peuplé des huit camps de réfugiés de Gaza, ont tué au moins 210 Palestiniens, en ont blessé des centaines d'autres et ont laissé des dizaines de personnes ensevelies sous les décombres de leurs maisons.

Peu de familles qui vivent dans ce camp surpeuplé, établi par les Nations unies au nord-est de la ville de Gaza en 1948, ont connu autre chose que la violence et les privations de la guerre. Aujourd'hui, sous les bombardements israéliens incessants, elles n'ont nulle part où aller.

Les 31 octobre et 1er novembre, les forces de défense israéliennes ont bombardé des immeubles entiers dans le camp de Jabaliya, tuant au moins 195 Palestiniens et en blessant plus de 777.

Israël a déclaré qu'il visait Ibrahim Biari, un commandant éminent du Hamas, dans le cadre de la mission des forces de défense israéliennes visant à détruire le groupe militant palestinien responsable des attaques du 7 octobre sur le sud d'Israël, qui ont entraîné la mort de 1 400 personnes et l'enlèvement de 240 autres.

Israël a déclaré avoir attaqué le camp de réfugiés de Jabaliya à Gaza (Photo, Reuters).

Lors d'un briefing après l'attentat, le porte-parole des forces de défense israéliennes, Daniel Hagari, a affirmé que Biari avait joué un rôle clé dans la planification des attaques du 7 octobre en utilisant un réseau de tunnels creusés sous le camp de réfugiés, que les responsables israéliens ont surnommé le «métro».

Les deux attaques israéliennes sur Jabaliya ont été suivies d'un troisième bombardement majeur samedi, qui a tué au moins 15 personnes. Selon le ministère de la Santé de Gaza, régi par le Hamas, le nombre de morts dans l'enclave assiégée depuis le 7 octobre dépasse désormais les 10 000. Le chiffre réel, incluant à la fois les civils et les combattants, serait bien plus élevé.

Les attaques contre Jabaliya ont suscité une condamnation générale, le Bahreïn et la Jordanie expulsant les ambassadeurs israéliens et rappelant les leurs.

L'Arabie saoudite a dénoncé «dans les termes les plus forts possibles» le «ciblage inhumain» du camp de réfugiés, tandis que les Émirats arabes unis ont déclaré que la persistance de ce «bombardement insensé» aurait des répercussions difficiles à résoudre pour la région.

Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU, s'est dit «consterné par l'escalade de la violence à Gaza» et par les «frappes aériennes israéliennes dans les zones résidentielles du camp de réfugiés de Jabaliya, densément peuplé».

Pour le sénateur américain Bernie Sanders, il s’agit de «l'un des moments les plus horribles de l'histoire moderne», appelant à la cessation du massacre «aveugle» de civils à Gaza par Israël.

Othman Moqbel, directeur de l'agence d'aide humanitaire Action for Humanity, basée au Royaume-Uni, a déclaré à Arab News que son ONG était «horrifiée et dévastée par la nouvelle du massacre de Jabaliya» à Gaza.

Les attaques de Jabaliya ont suscité une condamnation générale (Photo, AFP).

Il a ajouté que le nombre de morts devrait s'alourdir à mesure que les équipes de secours continuent de fouiller les décombres à la recherche de survivants et de récupérer les corps.

Le camp de réfugiés de Jabaliya, d'une superficie de 1,4 kilomètre carré, abrite 116 000 résidents, selon l'Office de secours et de travaux des Nations unies, dont la plupart sont des descendants des familles palestiniennes qui ont fui leurs maisons à la suite de la guerre israélo-arabe de 1948.

Nadia Naser-Najjab, maître de conférences en études palestiniennes à l'université britannique d'Exeter, a déclaré à Arab News qu'au milieu du carnage en cours à Gaza, les habitants de Jabaliya étaient «dans un état d'impuissance, sachant que même s'ils tentaient de fuir vers le sud de Gaza, ils seraient pris pour cible et tués soit sur le chemin, soit dans l'endroit où ils s'abriteraient».

Au début du conflit, Israël a exhorté les civils gazaouis à quitter leurs maisons et à chercher refuge dans le sud de la bande de Gaza, tandis que les forces de défense israéliennes menaient des bombardements et des opérations terrestres contre le Hamas dans le nord.

Cependant, une analyse récente de BBC Verify a révélé qu'Israël avait bombardé des zones de Gaza où il avait auparavant demandé aux civils palestiniens d'évacuer pour leur sécurité.

Bien entendu, le déplacement n'est pas une expérience nouvelle pour les habitants de Gaza, en particulier ceux de Jabaliya et d'autres camps.

«Ces réfugiés ont été expulsés d'autres parties du sud de la Palestine, comme les villes connues aujourd'hui sous le nom d'Ashkelon et de Sderot, pendant la Nakba», a indiqué Naser-Najjab, en référence aux déplacements massifs qui ont suivi la guerre de 1948.

«L'Unrwa a construit huit camps à Gaza pour les accueillir et s'occuper d'eux», a-t-elle ajouté.

Naser-Najjab a souligné que la question des réfugiés aurait dû être résolue depuis longtemps par une solution politique, mais que les accords d'Oslo de 1993 n'ont jamais abordé la question. «Israël n'a jamais accepté de résoudre le problème des réfugiés de manière équitable», a-t-elle expliqué.

Au moins 210 Palestiniens ont été tués dans l'attaque du camp (Photo, AFP).

«Au lieu de cela, Israël a proposé de relocaliser un certain nombre de réfugiés dans les territoires sous l'administration de l'Autorité palestinienne», a indiqué Naser-Najjab.

Le blocus de la bande de Gaza, qui dure depuis dix-sept ans, n'a fait qu'aggraver la misère de la population du camp de Jabaliya. Les problèmes identifiés par l'Unrwa comprennent des taux de chômage élevés, des coupures d'électricité prolongées, de l'eau contaminée, une surpopulation extrême et un manque de matériaux de construction pour agrandir les espaces de vie ou réparer les dommages causés par les précédentes attaques israéliennes.

Jabaliya a subi des coups répétés au cours des soixante-quinze années qui ont suivi sa création, ce qui lui a valu le surnom de «camp de la résistance», a déclaré à Arab News Mohammed Solieman, ancien professeur d'histoire à l'université de Leeds, en Angleterre.

La première intifada palestinienne, ou soulèvement, contre Israël a commencé dans le camp de Jabaliya en décembre 1987. Elle s'est achevée par la signature des accords d'Oslo en 1993, qui ont instauré des pourparlers directs entre les dirigeants israéliens et palestiniens.

EN BREF

- Le camp de réfugiés de Jabaliya a été créé par l'Unrwa en 1948.

- 116 000 personnes sont entassées dans ce camp de 1,4 km².

- Les attaques israéliennes contre Jabaliya ont suscité une forte condamnation de la part des pays arabes.

Le camp a également porté le poids d'une offensive militaire israélienne en mars 2003, au cours de laquelle des chars, des véhicules blindés, des avions de chasse et des hélicoptères de combat ont été déployés, selon les rapports des médias de l'époque. Au moins 11 Palestiniens auraient été tués et 140 blessés lors de cette offensive.

Une autre opération de grande envergure des forces israéliennes, qui s'est déroulée en septembre et octobre 2004, a visé le camp de Jabaliya ainsi que la ville de Beit Hanoun. Quinze maisons ont été rasées, selon l’Unrwa, et le personnel humanitaire international a été empêché d'entrer dans la bande de Gaza.

Pendant la guerre de Gaza en 2014, des avions de combat israéliens ont bombardé une école gérée par l'Unrwa qui abritait des Palestiniens déplacés, tuant au moins 20 personnes et en blessant plus de 150, selon les médias citant des responsables de la santé à Gaza.

Une vue d'ensemble du camp de réfugiés de Jabaliya et des destructions survenues dans le même camp après une frappe israélienne (Photo, AFP/Maxar).

Jabaliya était «l'une des zones éducatives les plus importantes de la bande de Gaza, car elle abrite des écoles de l'Unrwa», a mentionné Solieman. Selon les chiffres de l'Unrwa, le camp compte 26 écoles, deux centres de santé et une bibliothèque publique.

Les habitants se sont à nouveau réfugiés dans les écoles de l'Unrwa, qui n'ont pas été épargnées par les bombardements israéliens. Samedi, les forces de défense israéliennes ont frappé l'école Al-Fakhoura, gérée par l'Unrwa, tuant au moins 15 personnes et en blessant 54, selon les médias locaux.

«Après chaque guerre contre Gaza, la communauté internationale organise des conférences et décide de reconstruire la bande de Gaza», a souligné Naser-Najjab. 

«Ce qui est souvent proposé, c'est de l'aide humanitaire, qui est nécessaire et importante, mais pas de solution politique», a-t-elle insisté.

Elle a exhorté la communauté internationale à «examiner ce qui se passe aujourd'hui dans le contexte historique afin de trouver une solution juste et équitable pour la population de Gaza».

Citant des événements survenus au début des années 1970, lorsqu'Israël a démoli des maisons à Rafah sous le prétexte d'élargir les routes, déplaçant ainsi 16 000 Palestiniens, Naser-Najjab a dévoilé qu'elle pensait que les Israéliens avaient l'intention de pousser les Palestiniens de Gaza dans le Sinaï égyptien.

Jabaliya a subi des coups répétés au cours des soixante-quinze années qui ont suivi sa création, ce qui lui a valu le surnom de «camp de la résistance» (Photo, AFP/Getty Images).

En 1971, de nombreux habitants de la bande de Gaza «ont été forcés de se rendre dans le Sinaï, où le camp Canada a été établi», a ajouté Naser-Najjab.

Après la signature du traité de paix entre Israël et l'Égypte, connu sous le nom d'accords de Camp David en 1978, plusieurs familles sont retournées à Gaza depuis le Sinaï.

«Tel est le contexte de ce qui se passe aujourd'hui. Israël tente de pousser les habitants de Gaza dans la péninsule égyptienne du Sinaï, qu'il présente comme la seule solution à la crise humanitaire», a-t-elle soutenu.

Depuis le lancement des opérations militaires des forces israéliennes à Gaza, les frappes aériennes israéliennes ont visé plusieurs des huit camps de réfugiés de l'enclave septentrionale, dont Al-Shati, Nuseirat et Al-Maghazi, ainsi que Jabaliya.

Selon les médias locaux, une attaque perpétrée dans la nuit de samedi à dimanche contre le camp d'Al-Maghazi a fait au moins 47 morts et plus de 100 blessés, tandis que de nombreuses autres personnes restent piégées sous les décombres.

Israël a attaqué le camp de réfugiés de Jabaliya à Gaza le 31 octobre 2023 (Photo, Reuters).

Les agences d'aide humanitaire ont appelé à plusieurs reprises à un cessez-le-feu immédiat à Gaza afin de venir en aide à la population civile, notamment aux personnes piégées à Jabaliya.

Moqbel, d'Action for Humanity, a déclaré: «Presque tous les jours, depuis des semaines, nous avons appelé à un cessez-le-feu, à un meilleur accès humanitaire et à la reconnaissance du droit international humanitaire afin de protéger la vie des innocents dans ce conflit catastrophique.

«Nous plaidons aujourd'hui la même chose et nous continuerons à le faire jusqu'à ce que toutes les vies soient protégées», a-t-il conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite inaugure un taxi aérien sans pilote pendant la saison du Hajj

Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Short Url
  • Mercredi, M. Al-Jasser a assisté au décollage vertical du véhicule autonome lors de la cérémonie de lancement
  • Le ministère souhaite également mettre en place des environnements expérimentaux afin de favoriser l’essor des futures technologies de transport

LA MECQUE: L’Arabie saoudite a inauguré un service pionnier de taxis aériens sans pilote destiné aux pèlerins pendant la saison du Hajj de cette année.

Ce taxi volant électrique assurera le transport des pèlerins entre les lieux saints et facilitera le transfert rapide des urgences et des fournitures médicales ainsi que la livraison de marchandises, a rapporté l’agence de presse saoudienne (SPA).

Le ministre saoudien des Transports et des Services logistiques, Saleh ben Nasser al-Jasser, a précisé que ce taxi volant était le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile.

Mercredi, M. Al-Jasser a assisté au décollage vertical du véhicule autonome lors de la cérémonie de lancement en présence d’Abdelaziz al-Duailej, président de l’Autorité générale de l’aviation civile (Gaca), de Rumaih al-Rumaih, vice-ministre des Transports et des Services logistiques, et de plusieurs représentants d’entités connexes.

Le ministre a indiqué que l’inauguration du taxi volant s’inscrivait dans le cadre des efforts qui visent à utiliser les dernières technologies de transport et à adopter des modèles de transport innovants et respectueux de l’environnement qui reposent sur des applications d’intelligence artificielle.

Conformément aux objectifs de la Stratégie nationale en matière de transport et de logistique, le Royaume cherche à moderniser le secteur des transports en lançant des taxis volants, des voitures électriques et des trains à hydrogène.

M. Al-Jasser a souligné que le ministère s’efforçait d’améliorer la mobilité intelligente et d’élaborer une législation, des lois et des systèmes qui permettent l’utilisation des technologies modernes.

Le ministère souhaite également mettre en place des environnements expérimentaux afin de favoriser l’essor des futures technologies de transport.

Le président de la Gaca, Abdelaziz al-Duailej, a affirmé que ce taxi volant figurait parmi les initiatives les plus importantes de la feuille de route sur la mobilité aérienne avancée, qui a pour but de réduire le temps de déplacement des passagers dans les zones congestionnées – en particulier en cas d’urgence –, de faciliter le transport de marchandises et de fournitures médicales ainsi qued’effectuer des tâches de surveillance et d’inspection de manière rapide.

Le taxi aérien fait partie des trente-deux technologies modernes mises en œuvre pour servir les pèlerins lors de la saison du Hajj de cette année.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une commission de l'ONU accuse Israël de crimes contre l'humanité et le Hamas de crimes de guerre

Selon le décompte d’Israël, plus de 1 200 personnes ont été tuées et 250 prises en otages lors des attaques transfrontalières du 7 octobre qui ont déclenché des représailles militaires à Gaza qui ont depuis tué plus de 37 000 personnes (Photo, Reuters).
Selon le décompte d’Israël, plus de 1 200 personnes ont été tuées et 250 prises en otages lors des attaques transfrontalières du 7 octobre qui ont déclenché des représailles militaires à Gaza qui ont depuis tué plus de 37 000 personnes (Photo, Reuters).
Short Url
  • Dans ce territoire, plus de 37.200 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués depuis dans les bombardements et les opérations militaires israéliennes terrestres
  • A l'inverse du génocide, les crimes contre l'humanité ne doivent pas obligatoirement prendre pour cible un groupe de population particulier mais peuvent viser toute population civile, selon l'ONU

 

GENEVE: Israël est responsable dans la bande de Gaza de crimes contre l'humanité, notamment pour "extermination", a estimé mercredi une commission d'enquête de l'ONU, accusant aussi les autorités israéliennes et les groupes armés palestiniens de crimes de guerre depuis le 7 octobre.

L'ambassade d'Israël à Genève a immédiatement accusé la commission de "discrimination systématique" à son encontre.

"Les crimes contre l'humanité d'extermination, de meurtre, de persécution fondée sur le genre ciblant les hommes et les garçons palestiniens, de transfert forcé, d'actes de torture et de traitements inhumains et cruels, ont été commis" par Israël, conclut dans un rapport cette commission, créée par le Conseil des droits de l'homme après la guerre de 11 jours que se sont livrés Israël et le Hamas en mai 2021.

La commission d'enquête "a prouvé une fois de plus que ses actions sont toutes au service d’un ordre du jour politique focalisé contre Israël", a dénoncé l'ambassadrice d'Israël auprès de l'ONU à Genève, Meirav Shahar, dans un communiqué.

Interrogé sur ce rapport, Antonio Guterres n'a pas souhaité le commenter. "Mais nous sommes parfaitement conscients du niveau unique de destruction et de victimes au sein de la population palestinienne au cours de ces mois de guerre, qui n'a de précédent dans aucune autre situation que j'ai vécue en tant que secrétaire général des Nations unies", a-t-il dit au cours d'un point de presse à Genève.

A l'inverse du génocide, les crimes contre l'humanité ne doivent pas obligatoirement prendre pour cible un groupe de population particulier mais peuvent viser toute population civile, selon l'ONU. Ils doivent toutefois être commis dans le cadre d'attaques à grande échelle, contrairement aux crimes de guerre qui peuvent être des faits isolés.

Selon les enquêteurs onusiens, les autorités israéliennes et "la branche militaire du Hamas et six autres groupes armés palestiniens" sont "responsables" de "crimes de guerre".

"Il est impératif que tous ceux qui ont commis des crimes soient tenus pour responsables", a déclaré dans un communiqué la présidente de la commission, la Sud-Africaine Navi Pillay, qui fut Haute-Commissaire aux droits de l'homme, présidente du Tribunal pénal international pour le Rwanda et juge à la Cour pénale internationale (CPI).

La commission accuse les autorités israéliennes d'"entraver" ses investigations et n'a pas accès à Israël et aux territoires occupés. Le rapport s'appuie sur des entretiens avec des victimes, réalisés à distance et au cours d'une mission en Turquie et en Egypte, et des documents, dont des rapports médico-légaux et des images satellite.

«Lrosme palestinien»

"Israël doit immédiatement cesser ses opérations militaires et ses attaques à Gaza", a demandé Mme Pillay. "Le Hamas et les groupes armés palestiniens doivent immédiatement cesser leurs tirs de roquettes et libérer tous les otages. La prise d'otages constitue un crime de guerre".

La commission "tente de justifier l'odieux attentat terroriste du 7 octobre en le contextualisant à travers le prisme du narratif palestinien. Il ne mentionne pas le +terrorisme+ qui dure depuis des décennies, ni les tirs de roquettes incessants sur le territoire israélien", a répliqué l'ambassade israélienne.

La guerre, déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas du 7 octobre sur le sol israélien, a entraîné la mort de 1.194 personnes côté israélien, en majorité des civils, selon un comptage de l'AFP effectué à partir de chiffres officiels israéliens. Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours dans la bande de Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

Dans ce territoire, plus de 37.200 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués depuis dans les bombardements et les opérations militaires israéliennes terrestres, selon des données du ministère de la Santé de la bande de Gaza dirigé par le Hamas.

Concernant le 7 octobre, la commission accuse les groupes armés palestiniens d'avoir commis divers crimes de guerre, notamment des attaques contre des civils, des meurtres et des tortures.

Concernant l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, la commission affirme que les autorités israéliennes sont "responsables de crimes de guerre" : utilisation de la famine comme méthode de guerre, attaques intentionnellement dirigées contre des civils, violences sexuelles, tortures et transferts forcés.

En Cisjordanie, elle assure que les forces israéliennes ont "commis des actes de violence sexuelle, de torture, des traitements inhumains ou cruels et des atteintes à la dignité de la personne, qui constituent tous des crimes de guerre". Sur les violences sexuelles, Israël dénonce une "fausse équivalence".

La commission affirme que le gouvernement israélien et les forces israéliennes "ont permis, encouragé et incité à une campagne de violence des colons".

Le rapport souligne aussi que les déclarations de responsables israéliens – "y compris celles reflétant la politique consistant à infliger des destructions généralisées et à tuer un grand nombre de civils" - peuvent constituer des crimes internationaux graves, tels que l'incitation au génocide ou aux discriminations et à la violence.


Pluie de roquettes en provenance du Liban sur le nord d'Israël

Israeli firefighters put out flames in a field after rockets launched from southern Lebanon landed on Banias area in the Israel-annexed Golan Heights amid ongoing cross-border clashes between Israeli troops and Hezbollah fighters. (File/AFP)
Israeli firefighters put out flames in a field after rockets launched from southern Lebanon landed on Banias area in the Israel-annexed Golan Heights amid ongoing cross-border clashes between Israeli troops and Hezbollah fighters. (File/AFP)
Short Url
  • Ce nouvel accès de fièvre à la frontière entre les deux pays survient après l'annonce pendant la nuit de la mort de Taleb Sami Abdallah, «le plus important commandant du Hezbollah à être tué depuis le début de la guerre»
  • Selon l'armée israélienne, environ 160 projectiles ont été tirés du Liban sur Israël mercredi matin, en deux barrages successifs, sans faire de victimes d'après les premières informations des autorités

BEYROUTH: Le nord d'Israël a été visé mercredi par une pluie de roquettes, au moins 160 projectiles selon l'armée, en provenance du Liban, le Hezbollah confirmant avoir frappé pour venger la mort d'un haut commandant militaire dans une frappe attribuée à Israël.

Ce nouvel accès de fièvre à la frontière entre les deux pays survient après l'annonce pendant la nuit de la mort de Taleb Sami Abdallah, "le plus important commandant du Hezbollah à être tué depuis le début de la guerre", selon une source proche du mouvement chiite libanais.

Selon l'armée israélienne, environ 160 projectiles ont été tirés du Liban sur Israël mercredi matin, en deux barrages successifs, sans faire de victimes d'après les premières informations des autorités.

Dans quatre communiqués séparés, le Hezbollah a annoncé avoir tiré "des dizaines de roquettes Katioucha" sur trois bases israéliennes et affirme avoir touché "une usine militaire" à l'aide de missiles guidés "en réponse à l'assassinat" de ce chef militaire.

Taleb Sami Abdallah a été tué avec trois autres combattants du Hezbollah dans une frappe israélienne qui a visé mardi soir une maison où ils se trouvaient dans le village de Jouaiyya, dans le sud du Liban, selon la source proche du Hezbollah.

Il s'agit du coup le plus dur pour la formation islamiste depuis qu'elle a ouvert le front du sud du Liban contre Israël il y a huit mois, pour soutenir son allié palestinien, le Hamas, dans sa guerre à Gaza.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué ne pas être en mesure de confirmer qu'Israël était à l'origine de la frappe ayant tué ce commandant militaire du Hezbollah, formation soutenue par la République islamique d'Iran, ennemi juré d'Israël.

«Escalade dangereuse»

"L'ennemi israélien a porté un coup sévère et douloureux à la Résistance islamique", a écrit mercredi le quotidien Al-Akhbar, proche du Hezbollah.

Il a estimé que cette attaque "constituait une escalade dangereuse de la part de l'ennemi", alors que les échanges de tirs ont gagné en intensité ces derniers jours.

Vers 09h00 mercredi (06h00 GMT) "environ 90 projectiles ont été identifiés (entrant en Israël) en provenance du Liban", a indiqué l'armée israélienne dans un premier communiqué.

Plusieurs projectiles ont été interceptés mais d'autres sont tombés dans le nord d'Israël, provoquant des incendies par endroits, ajoute l'armée sans en préciser l'ampleur.

Vers 10h00 (07h00 GMT) les sirènes d'alerte à la roquette ont de nouveau retenti dans plus d'une dizaine de localités proches de la frontière libanaise mais aussi plus en profondeur dans le nord d'Israël.

"Environ 70 projectiles ont été identifiés (entrant en Israël) en provenance du Liban", a indiqué l'armée, dans un deuxième communiqué, ajoutant qu'un certain nombre de projectiles avaient été interceptés.

"La plupart sont tombés dans des terrains découverts et plusieurs sur des localités du nord d'Israël", a précisé l'armée, assurant qu'aucune victime n'était pour l'heure à déplorer.

Le Magen David Adom, équivalent israélien de la Croix-Rouge, a indiqué qu'aucun blessé n'avait été recensé en fin de matinée. Peu avant midi (09h00 GMT), les sirènes ont de nouveau retenti dans plusieurs zones du nord d'Israël.

Cette escalade des tensions survient après que Benjamin Netanyahu a affirmé, le 5 juin, qu'Israël était "prêt pour une opération très intense au Nord".

Ces propos ont suscité l'inquiétude des Etats-Unis, Washington mettant en garde son allié sur le fait qu'une "escalade" au Liban mettrait en péril la sécurité d'Israël.

Les deux principaux alliés d'extrême droite du Premier ministre israélien ont appelé ces jours-ci à agir en urgence pour rétablir la sécurité dans le nord d'Israël.

Plus de huit mois de violences quasi-quotidiennes ont fait au moins 467 morts au Liban, selon un décompte de l'AFP basé sur les données du mouvement chiite et de sources officielles libanaises.

Parmi eux figurent environ 90 civils et près de 306 combattants du Hezbollah, soit plus que les pertes du mouvement libanais lors de sa dernière guerre avec Israël en 2006.

Côté israélien, au moins 15 soldats et 11 civils ont été tués, selon les autorités. De part et d'autre de la frontière, des dizaines de milliers d'habitants ont été déplacés par les combats.