Gaza: Le retour des colonies israéliennes en passe de devenir une éventualité crédible

Israël a annoncé son plan de désengagement de Gaza en 2003 et l'a mis en œuvre deux ans plus tard (Photo, Reuters).
Israël a annoncé son plan de désengagement de Gaza en 2003 et l'a mis en œuvre deux ans plus tard (Photo, Reuters).
Un bébé tient un drapeau israélien alors que des membres de la communauté des colons israéliens se rassemblent lors d'un congrès à Jérusalem le 28 janvier 2024 (Photo, Reuters).
Un bébé tient un drapeau israélien alors que des membres de la communauté des colons israéliens se rassemblent lors d'un congrès à Jérusalem le 28 janvier 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Jeudi 01 février 2024

Gaza: Le retour des colonies israéliennes en passe de devenir une éventualité crédible

  • Des hommes politiques israéliens de droite, notamment des ministres, s'allient à des groupes de colons dans l'espoir de réoccuper l'enclave
  • La réinstallation de Gaza et l'expulsion «volontaire» des Palestiniens risquent de porter un coup fatal à la solution à deux États

LONDRES: Il est facile de ne pas voir l'entrée du musée du Gush Katif, coincée entre deux immeubles d'habitation dans une rue secondaire banale de Jérusalem.

Depuis son ouverture en 2008, le musée a été un lieu de recueillement calme et réfléchissant, un lieu de pèlerinage pour un groupe de personnes qui se disent «déracinées», c’est-à-dire les survivants d’un chapitre traumatisant de l’histoire d’Israël et des Palestiniens.

Mais depuis l'attaque du 7 octobre contre Israël par des militants du Hamas et les représailles dévastatrices infligées à Gaza par l'armée israélienne, le musée n'est plus qu'un simple détail de l'histoire.

Les blindés israéliens avancent contre les troupes égyptiennes au début de la guerre des six jours, le 5 juin 1967, près de Rafah, dans la bande de Gaza (Photo, AFP/Getty Images).

Au contraire, le musée est devenu le foyer spirituel d'un mouvement de droite de plus en plus bruyant en Israël, qui appelle non seulement à la réoccupation de Gaza par Israël, mais aussi au nettoyage ethnique de tous les Arabes du territoire.

Situé à 1,5 km à peine à l'ouest de la vieille ville de Jérusalem, le musée a été créé en août 2008 pour commémorer les 17 colonies israéliennes qui ont vu le jour à Gaza à la suite de la guerre des six jours de 1967.

À partir de 1970, les colonies agricoles, habitées principalement par des juifs orthodoxes et connues collectivement sous le nom de Gush Katif, ont occupé une étroite bande côtière s'étendant au nord de la frontière égyptienne sur environ 12 km.

Dans cette combinaison d'images prises entre 2001 et 2004, on voit des enfants israéliens (photos du haut) jouer dans la colonie de Netzarim, dans le Gush Katif, près de la bande de Gaza (Photo, AFP).

Pendant trente-cinq ans, les communautés du Gush Katif, isolées de leurs voisins palestiniens par un réseau de routes interdites aux conducteurs arabes et patrouillées par une unité spécialisée de l'armée israélienne, se sont profondément enracinées et ont prospéré. Elles ont construit des maisons, des écoles, des synagogues et des serres sur des terres dont elles pensaient qu'elles appartiendraient à Israël pour toujours.

Puis tout s'est effondré.

En 2003, Ariel Sharon, le Premier ministre israélien, a annoncé son plan de «désengagement», une décision unilatérale prise alors que les négociations de paix entre Israël et l'Autorité palestinienne étaient au point mort, de retirer toutes les colonies israéliennes de Gaza.

Sur cette photo prise le 4 mai 2001, le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, regarde l'épave d'une voiture qui a explosé à Rafah Yam, dans le groupe de colonies juives du Gush Katif (Photo, AFP).

Dans un discours télévisé prononcé le 15 août 2005, Sharon a décrit le retrait comme «l'étape la plus difficile et la plus douloureuse de toutes... très difficile pour moi personnellement».

Cette décision n'a pas été prise à la légère, a-t-il indiqué, «mais l'évolution de la réalité dans le pays, dans la région et dans le monde m'a obligé à réévaluer et à changer de position».

Israël «ne peut pas s'accrocher à Gaza pour toujours».

Il ne fait aucun doute que le «désengagement» a été traumatisant pour les Juifs du Gush Katif, dont plus de 8 000 ont perdu leurs maisons. Pour certains, il s'agissait d'un deuxième déplacement, puisqu'ils avaient été réinstallés dans cette région à l'invitation du gouvernement israélien après qu'Israël eut cédé la péninsule du Sinaï à l'Égypte en 1982.

Des dizaines de milliers de colons israéliens et de sympathisants de droite défilent sur une plage de Gaza, le 27 avril 2005, pour protester contre le plan de désengagement du Premier ministre, Ariel Sharon (Photo, AFP).

Les films d'actualité contemporains projetés au musée du Gush Katif montrent les évacuations forcées traumatisantes qui ont eu lieu entre le 15 et le 22 août 2005. Le film du dernier jour de l'évacuation montre des femmes et des enfants, pleurant et criant, traînés hors de leurs maisons par des soldats et des policiers israéliens.

Dans l'une des synagogues de la colonie, des hommes se réunissent pour la dernière fois, chantant des prières et pleurant. Alors même que les colonies sont abandonnées, les pelleteuses et les bulldozers entrent en action pour détruire toutes les maisons.

«Je ne pense pas que l'on soit pleinement conscient du fait que la droite religieuse en Israël a son propre calendrier et que des événements traumatisants y sont marqués», a déclaré Daniel Seidemann, avocat israélien spécialisé dans les relations israélo-palestiniennes à Jérusalem et fondateur de l'ONG Terrestrial Jerusalem.

«Le traumatisme numéro un s'est produit en 1967, lorsque Moshe Dayan (alors ministre israélien de la Défense) n'a pas imposé par la force la souveraineté israélienne sur le Mont du Temple, ce qui est considéré comme la plus grande erreur d'Israël.

Sur cette photo d'archives, des troupes israéliennes observent la vieille ville de Jérusalem, où se trouve le Dôme du Rocher (au centre) dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa (Photo, AFP).

«Mais le deuxième traumatisme le plus important pour la droite religieuse est l'expulsion du Gush Katif, un événement majeur et traumatisant pour elle.

«Il y a un désir de retour qui a été évoqué pendant des années, mais toujours par des personnes qui étaient perçues comme marginales. Aujourd'hui, il y a des gens au gouvernement qui en parlent aussi», a signalé Seidemann.

CHRONOLOGIE DES EVENEMENTS DE LA BANDE DE GAZA

Appartenance à l'Empire ottoman du XVIe au XXe siècle.

Prise par les troupes britanniques en 1917 pendant la Seconde Guerre mondiale.

La domination britannique prend fin en 1918.

Sous le régime militaire égyptien dans les années 1950 et 1960.

Prise par Israël lors de la guerre du Moyen-Orient en 1967.

Les Palestiniens obtiennent un contrôle limité en vertu de l'accord de paix de 1993.

Israël évacue les troupes et les colons en août 2005.

En 2006, le Hamas remporte le scrutin parlementaire palestinien.

En 2007, le Hamas expulse ses rivaux politiques et devient le seul dirigeant de l’enclave.

Et ils ne se contentent pas d'en parler. Des hommes politiques de droite, dont certains font partie du cabinet du Premier ministre, Benjamin Netanyahou, s'associent à des groupes de colons et appellent à la reconstruction des maisons perdues du Gush Katif, et de bien d'autres encore.

Le dimanche 28 janvier, pas moins d'une douzaine de ministres du gouvernement et 15 membres du Parlement israélien ont rejoint 3 000 personnes au Centre international des congrès de Jérusalem pour une «Conférence sur la réinstallation de Gaza», une manifestation bruyante et tapageuse à l'atmosphère nettement festive.

Des colons juifs se rassemblent lors d'une convention à Jérusalem le 28 janvier 2024, appelant Israël à reconstruire les colonies dans la bande de Gaza et la partie nord de la Cisjordanie occupée par Israël (Photo, Reuters).

Le ministre de la Sécurité de Netanyahou, Itamar Ben-Gvir, chouchou de la droite religieuse israélienne, figurait parmi les participants les plus en vue de la conférence.

L'année dernière, Ben-Gvir a conduit des colons ultranationalistes dans une série de marches provocatrices vers l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, que de nombreux extrémistes religieux juifs voudraient voir détruite pour permettre la construction d'un troisième temple juif, remplaçant les deux temples qui, selon la Bible juive, ont été détruits dans l'antiquité.

Ce sont ces marches, ainsi que l'escalade des activités des colons israéliens, qui ont été citées par le Hamas comme la dernière provocation ayant déclenché l'assaut du 7 octobre contre Israël, une opération qu'il a baptisée «Déluge d'Al-Aqsa».

Ben-Gvir n'a montré aucun remords pour ses provocations. En effet, le jour du Nouvel An, il a déclaré: «Nous devons promouvoir une solution qui encourage la migration des habitants de Gaza... une solution correcte, juste, morale et humaine.»

«Ne vous y trompez pas, nous avons des partenaires dans le monde entier qui peuvent nous aider, il y a des hommes d'État dans le monde entier auprès desquels nous pouvons promouvoir cette idée», a-t-il ajouté.

«Encourager la migration des habitants de Gaza nous permettra de ramener les habitants du Goush Katif chez eux.»

Des ministres israéliens, dont le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir, ont participé à une conférence sur la réinstallation de Gaza à Jérusalem (Photo, AFP).

Son patron, Netanyahou, semble partager ses sentiments.

Face à l'inquiétude croissante de la communauté internationale vis-à-vis de la réponse militaire disproportionnée d'Israël à Gaza depuis le 7 octobre, l'homme à la tête du gouvernement le plus à droite de l'histoire d'Israël, politiquement redevable aux groupes de colons, a rejeté à plusieurs reprises les appels de ses alliés, notamment les États-Unis, à ouvrir la voie à la solution à deux États tant attendue.

La position de Netanyahou a été clairement exposée dans une déclaration publiée par son bureau le 21 janvier, le lendemain du jour où le président américain, Joe Biden, l'a une nouvelle fois exhorté publiquement à rechercher la paix en acceptant le principe de la création d'un État palestinien.

«Lors de sa conversation avec le président Biden, le Premier ministre Netanyahou a réitéré sa politique selon laquelle, une fois le Hamas détruit, Israël doit conserver le contrôle de la sécurité à Gaza afin de s'assurer que Gaza ne constituera plus une menace pour Israël, une exigence qui contredit la demande de souveraineté palestinienne.»

Le président américain, Joe Biden (à gauche), rencontre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, à Tel Aviv, Israël, le 18 octobre 2023, pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas (Photo via l’AP).

Un retour dans le Gush Katif, aujourd'hui ouvertement proposé par certains membres du Cabinet de Netanyahou, serait compatible avec cette sombre vision de l'avenir, mais certains veulent aller beaucoup plus loin.

Dans un sondage réalisé en Israël en décembre, 68% des Israéliens ont déclaré soutenir l'idée d'une «migration volontaire» pour les citoyens arabes de Palestine. Le 25 décembre, le lendemain de la publication des résultats du sondage, Netanyahou a déclaré lors d'une réunion de sa faction du Likoud à la Knesset que son gouvernement travaillait déjà sur les moyens d'y parvenir.

«Notre problème est de trouver des pays qui sont prêts à les accueillir, et nous y travaillons», a indiqué Netanyahou selon le Jewish Press.

L'idée fait également son chemin au sein du lobby juif à l'étranger.

Le 2 janvier, un chroniqueur du Jewish Press, le plus grand hebdomadaire juif indépendant des États-Unis, autoproclamé «défenseur infatigable de l'État d'Israël», a présenté une vision sinistre des appels à la «migration volontaire».

«Il est logique qu'au lieu de s'engager dans des efforts futiles pour persuader les pays du monde d'ouvrir leurs portes à la population islamiste la plus militante de la planète, Israël devrait s'efforcer de rendre la vie à Gaza insupportable», a écrit David Israël dans une chronique profondément dérangeante.

Un Palestinien utilise un fauteuil roulant pour transporter des sacs de farine distribués par l'Office de secours et de travaux des Nations unies à Rafah, le 29 janvier 2024 (Photo, Reuters).

Il a ajouté: «L'idée d'attirer les Arabes de Gaza sur de grands bateaux de croisière qui les emmèneraient dans des endroits plus agréables est peut-être une illusion romantique, mais la fuite de milliers d'individus affamés d'un espace habitable rongé par la maladie et de plus en plus réduit finirait par faire tomber les portes barricadées du gouvernement égyptien.»

En Israël, tout le monde n'est pas à l'aise avec l'idée de réinstaller Gaza, une perspective qui a alarmé même le journal de centre-droit The Jerusalem Post. Dans un éditorial du 30 janvier, il a qualifié la conférence sur la réinstallation de Gaza de «troublante» et a condamné les appels à la réinstallation de Gaza, les qualifiant de «sources de division».

Toutefois, compte tenu du soutien d'un nombre croissant de ministres et d'autres personnes, le document conclut que «nous ne pouvons plus dire que la réinstallation de Gaza est une idée marginale qui n'a pas de mordant ou de résistance».

Des Palestiniens font leurs courses sur un marché en plein air près des ruines des maisons et des bâtiments détruits par les frappes israéliennes pendant le conflit dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 30 novembre 2023 (Photo, Reuters).

Omer Bartov, professeur d'études sur l'Holocauste et les génocides au Watson Institute for International and Public Affairs de l'université Brown à Providence (Rhode Island), met en garde contre l'utilisation d'euphémismes dans la situation actuelle.

«En parlant d'une réoccupation de Gaza et du retrait “volontaire” des Palestiniens, Ben-Gvir et ses partisans parlent en fait du nettoyage ethnique de Gaza, puis de sa colonisation par les Juifs», a-t-il révélé.

«Ils sont tout à fait ouverts à ce sujet. Il n'y a rien de volontaire là-dedans.»

Si cela se produisait, a-t-il signalé, «cela signifierait tout d'abord que l'ensemble de l'opération des Forces de défense israéliennes (FDI) à Gaza serait considéré comme un déplacement forcé de population, ce qui constitue un crime de guerre et un crime contre l'humanité en vertu du droit humanitaire international».

Cela pourrait également «constituer une violation de la Convention sur le génocide, car elle pourrait être présentée comme la destruction intentionnelle d'une partie du peuple palestinien vivant à Gaza. Cela mettrait Israël directement dans le collimateur de la Cour internationale de justice».

Des Palestiniens déplacés fuient Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 janvier 2024, dans le cadre du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas (Photo, AFP).

Bartov doute toutefois que «les radicaux du Cabinet israélien parviennent à faire passer cette mesure. Je ne pense pas qu'il y aura un nettoyage ethnique, mais je prévois une crise politique majeure en Israël.

«Cette décision ne peut être canalisée dans une direction positive que par une pression massive des États-Unis et de leurs alliés, notamment le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, puis par un accord régional avec les États arabes, notamment l'Arabie saoudite, pour normaliser les relations avec Israël à la condition de créer un État palestinien indépendant, éventuellement démilitarisé», a-t-il souligné.

Dans le musée du Gush Katif, parmi les objets exposés, la place d'honneur revient à une menorah, le candélabre traditionnel allumé à l'occasion de la fête juive de Hanukkah. Elle a été sauvée de la synagogue de Netzarim, la dernière des colonies de Gaza à avoir été évacuée, et un nombre croissant d'Israéliens aimeraient la voir restituée à ce qu'ils estiment être sa place légitime.

Le 1er octobre 1996, plus de 20 000 manifestants du mouvement «La paix maintenant» se sont rassemblés à Tel-Aviv pour réclamer la poursuite des négociations de paix entre Israël et les Palestiniens (Photo, AFP).

Dans un film projeté au musée, Rivka Goldschmidt, l'une des «déracinées» du Gush Katif, parle de ses espoirs pour l'avenir.

«Il se pourrait que nos enfants puissent retourner dans le Gush Katif, ce qui serait un grand réconfort», affirme-t-elle.

«Je ne sais pas si cela arrivera, ni quand cela arrivera, mais au fond de moi, c'est une aspiration parce qu'il y avait là quelque chose de grand et d'extraordinaire, construit par des gens honnêtes», a-t-elle ajouté.

Le Gush Katif, «a été évacué sans raison et il se pourrait que nos enfants, voire nos petits-enfants, y retournent un jour», estime-t-elle.

Si Netanyahou et les ministres de droite de son Cabinet parviennent à leurs fins, ce jour pourrait arriver plus tôt que prévu.

Si cela se produit, les perspectives d'une solution à deux États et de la paix pour laquelle tant de Palestiniens et d'Israéliens ont prié pendant si longtemps seront probablement réduites à néant pour les générations à venir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Arabie saoudite - Arménie: Pour un renforcement des relations diplomatiques, affirme Ararat Mirzoyan

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, affirme qu'il n'y a «aucune limite» aux opportunités de coopération entre l'Arabie saoudite et l'Arménie. (Photo, AN)
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, affirme qu'il n'y a «aucune limite» aux opportunités de coopération entre l'Arabie saoudite et l'Arménie. (Photo, AN)
Short Url
  • «Aucune limite» aux opportunités de coopération entre l’Arabie saoudite et l’Arménie, déclare le ministre des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, lors de sa visite «historique» à Riyad
  • Il affirme que le gouvernement arménien soutient un cessez-le-feu à Gaza et la solution des deux États pour Israël-Palestine

RIYAD: L'Arménie s'engage à établir une «feuille de route» pour renforcer ses relations diplomatiques avec l'Arabie saoudite, a déclaré Ararat Mirzoyan, ministre arménien des Affaires étrangères, lors d'une interview exclusive accordée à Arab News jeudi en marge d'une visite dans le Royaume.

Lors d'une discussion approfondie qui a couvert divers aspects, notamment le développement des liens bilatéraux, le processus de paix dans le Caucase du Sud et la guerre à Gaza, Mirzoyan a souligné que l'établissement de relations diplomatiques officielles en novembre dernier marquait le début d’une nouvelle ère de coopération entre les deux pays.

Img
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, affirme qu'il n'y a «aucune limite» aux opportunités de coopération entre l'Arabie saoudite et l'Arménie. (Photo, AN)

«Il est essentiel de souligner que nos liens historiques avec le monde arabe, avec tous les pays arabes, reposent sur des relations amicales ancrées dans la tradition entre nos peuples respectifs,», a-t-il déclaré. «Nous devons garder à l’esprit que de nombreux pays arabes ont accueilli des réfugiés survivants du génocide arménien. Mais bien sûr, nos liens culturels et nos relations existaient même avant cela.»

Mirzoyan a rencontré son homologue saoudien, le prince Faisal ben Farhane, à Riyad mercredi, et il a également été reçu aux ministères saoudiens de l'Éducation et de l'Économie.

«Nous ne voulons pas nous arrêter là. Il existe de nombreux domaines où nous pouvons approfondir notre coopération et explorer de nouvelles opportunités. Nous espérons qu’après cette visite une feuille de route pour le développement des relations émergera», a-t-il ajouté.

Img
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane (à droite), reçoit le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, avant leur rencontre à Riyad, le 17 avril 2024. (Photo, SPA)

Ces dernières années ont été marqués par un réchauffement progressif des relations entre les deux pays. En octobre 2021, le président arménien de l'époque, Armen Sarkissian, s'était rendu en Arabie saoudite, marquant ainsi le début d'un nouvel avenir diplomatique pour l'Arménie.

Bien que les relations diplomatiques formelles soient récentes, M. Mirzoyan est très optimiste quant aux avantages mutuels de développer ces liens.

«Franchement, il n'y a pas de limite», a-t-il déclaré. «L'éducation, les sciences, les technologies de pointe, le développement urbain, l'agriculture, le tourisme, les contacts entre les peuples, le commerce, les investissements et les infrastructures. Il se passe tellement de choses ici en Arabie saoudite, mais aussi en Arménie».

Img
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, s'est également entretenu avec le ministre saoudien de l'Économie et de la Planification, Faisal F. Al-Ibrahim, à Riyad le 17 avril 2024. (Photo SPA)

Mirzoyan a salué le lancement des vols commerciaux entre Riyad et la capitale arménienne, Erevan, par la compagnie aérienne saoudienne Flynas, en juin de l'année dernière, affirmant qu'il s'attend à ce que cette initiative stimule le tourisme entre les deux nations.

Le ministre des Affaires étrangères a également félicité l'Arabie saoudite pour avoir remporté sa candidature pour l'Expo 2030, candidature que l'Arménie a soutenue en 2022.

«Notre vision est que nous devrions établir une coopération très étroite et solide avec l'Arabie saoudite, y compris en ce qui concerne les affaires régionales, mais aussi les forums internationaux», a-t-il déclaré.

«J’entrevois également la possibilité d’une coopération étroite dans les forums internationaux. Encore une fois, je tiens à mentionner que lorsque l'Arabie saoudite a présenté sa candidature pour l'Expo 2030, l'Arménie figurait parmi les pays qui l'ont soutenue.»

Img
Les ministres des Affaires étrangères saoudien et arménien, accompagnés de leurs délégations respectives, réunis à Riyad le 17 avril 2024. (Photo SPA)

Mirzoyan a également exprimé son soutien à une solution à deux États et à un cessez-le-feu en Palestine. En décembre de l'année dernière, l'Arménie s'est jointe à l'Arabie saoudite et à plus de 150 autres pays à l'Assemblée générale des Nations unies pour voter en faveur d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza. En outre, l'Arménie serait prête à agir en tant que facilitateur potentiel entre les deux parties, si nécessaire et sur demande.

«L'Arménie a toujours soutenu la solution à deux États pour la Palestine et Israël, et condamne fermement la violence et le ciblage des populations civiles», a déclaré Mirzoyan, soulignant que l'Arménie avait très récemment été victime de cette violence.

«Nous condamnons fermement toute violence à l'encontre des populations civiles», a-t-insisté.

Outre les mots de soutien, l'Arménie a pris des mesures concrètes pour aider les populations civiles touchées par le conflit. Le mois dernier, elle a envoyé 30 tonnes de nourriture et de médicaments aux civils palestiniens déplacés et réfugiés à Rafah.

«L'Arménie déplore des dizaines de milliers de victimes innocentes de l'escalade des hostilités à Gaza. Nous-mêmes avons vécu l'horreur des attaques contre les civils et les infrastructures civiles, et nous nous joignons aux appels de la communauté internationale en faveur d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza», a déclaré le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan lors d'une conférence de presse donnée à l’occasion de sa visite en Égypte pour discuter de la livraison d'aide.

Img
Des Palestiniens inspectent une maison détruite par une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 avril 2024. (Reuters)

Mirzoyan a exprimé son espoir que l’assistance «puisse aider un tant soit peu à alléger la situation et soulager la souffrance de ces personnes».

Concernant les relations plus proches, Mirzoyan a exprimé son désir d’aboutir à la paix entre l'Arménie et les autres nations du Caucase du Sud, tout en admettant que la paix durable nécessitera des efforts pour surmonter les obstacles.

«Il y a vraiment une opportunité, un élan tout à fait réaliste, pour construire une paix et une stabilité durables dans le Caucase du Sud. Mon gouvernement est pleinement engagé dans la voie de la paix, et nous sommes engagés dans des négociations de bonne foi et constructives. Cependant, pour être honnête, il reste encore quelques problèmes cruciaux où les positions des parties divergent. Le premier problème étant, bien entendu, la question des frontières et de la reconnaissance mutuelle de l'intégrité territoriale.» 

Dans le Caucase du Sud, les tensions territoriales sont fréquentes entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan depuis la chute de l'Union soviétique en 1991.

Pour normaliser les relations, Mirzoyan a souligné l’importance du respect des principes de souveraineté, de juridiction, d'égalité et de réciprocité par toutes les parties concernées.

«Nous sommes convaincus que tout peut être débloqué, y compris les voies ferrées, et nous pensons que tout ce qui sera débloqué doit rester sous la souveraineté des pays respectifs.»

«L'infrastructure sur le territoire arménien doit demeurer sous la souveraineté de l’Arménie tout comme l'infrastructure azérie sous la souveraineté de l'Azerbaïdjan. De plus, toutes ces infrastructures doivent fonctionner conformément à nos législations nationales, dans le respect des principes d'égalité et de réciprocité.»

Mirzoyan a ajouté que l'Arménie était en mesure de garantir la sécurité des personnes et des marchandises traversant son territoire sans nécessiter la présence d'un pays tiers.

Il a également expliqué que son pays avait lancé une initiative visant à améliorer les perspectives de stabilité et de paix en débloquant les infrastructures de transport dans la région.

«Nous avons proposé une initiative que nous avons baptisée “Carrefour de la paix” parce que nous croyons fermement que le déblocage complet des infrastructures de transport dans le Caucase du Sud, notamment les routes et les chemins de fer arméniens, azéris et turcs, aura non seulement des retombées économiques positives, mais constituera également un facteur majeur de paix et de stabilité dans notre région.»

Carte illustrée montrant les «carrefours de la paix» proposés par l'Arménie.

Même en dehors de l'Arménie et du Caucase du Sud, l'initiative pourrait avoir un impact mondial significatif, selon Mirzoyan.

«Il y a un intérêt croissant de la part de plusieurs pays pour la mise en œuvre de ce projet, le Carrefour de la Paix, en raison de ses avantages évidents. Je parle notamment des connexions est-ouest, mais nous devons également envisager les liens sud-nord ou nord-sud. C'est pourquoi nous le qualifions de “carrefour”», a-t-il expliqué.

Il a également souligné: «Ce projet pourrait s'avérer très bénéfique pour relier, par exemple, le monde arabe, y compris l'Arabie saoudite, avec la région de la mer Noire, et même au-delà.»

Img
La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock (C), accueille les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie, Ararat Mirzoyan (G), et de l'Azerbaïdjan, Jeyhun Bayramov (D), pour des pourparlers de paix à Berlin, le 28 février 2024. (AFP/Dossier)

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock (C), accueille les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie, Ararat Mirzoyan (G), et de l'Azerbaïdjan, Jeyhun Bayramov (D), pour des pourparlers de paix à Berlin, le 28 février 2024. (AFP/Dossier)

L'Arménie s'apprête à établir des relations diplomatiques avec plusieurs pays et organisations multilatérales, dont l'Union européenne, s'éloignant ainsi de son allié historique le plus puissant, la Russie.

«Il convient de noter que les relations entre l'Arménie et la Fédération de Russie ne sont pas au beau fixe, dirais-je», a déclaré M. Mirzoyan. «Bien sûr, des difficultés subsistent, et nous n’en faisons pas mystère». 

Img
Cette photo prise le 17 novembre 2020 montre des véhicules de soldats de la paix russes stationnés à un poste de contrôle sur la route de Shusha, dans le Haut-Karabakh. Le porte-parole du président Vladimir Poutine a déclaré le 17 avril 2024 que les forces russes se retiraient de la région du Karabakh, où elles étaient stationnées en tant que forces de maintien de la paix depuis la fin d'une guerre en 2020. (Photo AP /Dossier)

«Il y a des problèmes ainsi que des interrogations au sein de la société arménienne, notamment en ce qui concerne le comportement des soldats de la paix russes au Nagorno-Karabakh, mais aussi celui de nos alliés russes lors des attaques sur nos territoires souverains en 2022, 2023 et bien avant. Il est vrai que des questions subsistent à ce sujet. Cependant, nous y travaillons.»

Les relations de l’Arménie avec l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sont gelées depuis l'automne dernier. Fondée en 2002, l'OTSC est une alliance militaire regroupant six États post-soviétiques: Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie et Tadjikistan. Mirzoyan a déclaré dans une interview en mars avec TRT World de Turquie que la candidature de l'Arménie à l'UE était en discussion.

Img
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, en visite dans le Royaume cette semaine, s'est entretenu en exclusivité avec la rédactrice en chef adjointe d'Arab News, Noor Nugali. (Photo AN)

Abordant la question avec Arab News, Mirzoyan a déclaré: «Les aspirations européennes du peuple de la république d'Arménie se renforcent de plus en plus, surtout face à la frustration ressentie par les Arméniens à l’égard des relations avec la Russie, bien que cela ne soit pas le seul élément en jeu.

«L'Arménie approfondit véritablement et de manière significative ses liens avec les États-Unis et l'UE. Ce sont nos principaux partenaires dans notre programme de réformes démocratiques. Ces derniers montrent désormais un engagement fort à soutenir l'Arménie et à renforcer sa résilience économique.

Nous entamons avec l'UE une nouvelle voie de partenariat étroit et, jusqu'à présent, personne ne peut prédire avec certitude où cela nous mènera.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite déplore l’échec de la candidature de la Palestine à l’ONU

Le ministère a renouvelé l'appel du Royaume à la communauté internationale pour qu'elle assume sa responsabilité dans l'arrêt des attaques de l'occupation israélienne contre les civils à Gaza. (AP)
Le ministère a renouvelé l'appel du Royaume à la communauté internationale pour qu'elle assume sa responsabilité dans l'arrêt des attaques de l'occupation israélienne contre les civils à Gaza. (AP)
Short Url
  • Le Royaume réaffirme son soutien au droit du peuple palestinien à l'autodétermination
  • La Jordanie exprime également sa "sincère tristesse" face à l'incapacité du Conseil de sécurité à approuver la résolution.

DUBAI : L'Arabie saoudite a exprimé son regret face à l'échec du Conseil de sécurité des Nations Unies à adopter une résolution acceptant l'adhésion à part entière de la Palestine à l'ONU.

Dans une déclaration officielle du ministère des Affaires étrangères sur la plateforme de médias sociaux X, le Royaume a déclaré que "la non-adoption de la résolution permet à l'occupation israélienne de poursuivre ses violations du droit international sans dissuasion et ne rapprochera pas la paix souhaitée".

Le ministère a renouvelé l'appel du Royaume à la communauté internationale pour qu'elle assume sa responsabilité dans l'arrêt des attaques de l'occupation israélienne contre les civils à Gaza.

Le Royaume a également réaffirmé son soutien au droit du peuple palestinien à l'autodétermination et à l'établissement d'un État palestinien sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, conformément à l'initiative de paix arabe et aux résolutions internationales pertinentes.

La Jordanie a également exprimé sa "sincère tristesse" face à l'incapacité du Conseil de sécurité à approuver une résolution qui aurait admis la Palestine comme membre à part entière des Nations unies, en raison du droit de veto des États-Unis.

Dans une déclaration, le ministère des affaires étrangères du pays a réaffirmé "que la communauté internationale est en faveur de la solution à deux États, qu'Israël est en train de saper".

"Le Conseil de sécurité doit reconnaître l'État palestinien afin d'empêcher Israël de priver le peuple palestinien de son droit à la liberté et à son propre État", a rapporté l'agence de presse nationale Petra.

"La reconnaissance de l'État palestinien et son adhésion pleine et entière sont une étape nécessaire pour imposer une paix juste qui mette fin à l'occupation et au conflit et qui respecte le droit de tous les peuples de la région à vivre dans la sécurité et la stabilité", a déclaré le porte-parole du ministère, Sufian Qudah.

"La Jordanie exige que toutes les nations reconnaissent l'État de Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, comme condition préalable à l'instauration de la paix et de la sécurité dans la région.

Le Qatar, dans une déclaration publiée par son ministère des affaires étrangères, a également exprimé son "profond regret face à l'échec du Conseil de sécurité à adopter un projet de résolution acceptant l'adhésion à part entière de l'État de Palestine aux Nations unies".

L'Organisation de la coopération islamique a également exprimé son profond regret face à l'incapacité du Conseil de sécurité "d'assumer ses responsabilités en accordant à l'État de Palestine le statut de membre à part entière des Nations unies, à un moment où le peuple palestinien est confronté aux formes les plus dures d'agression, de persécution et de génocide".

Dans une déclaration, l'organisation a affirmé que "l'utilisation du droit de veto des États-Unis contrevient aux dispositions de la Charte des Nations Unies, qui permet l'adhésion de tous les États acceptant les obligations qu'elle contient, et continue d'empêcher le peuple palestinien d'obtenir ses droits légitimes, perpétuant ainsi l'injustice historique subie par le peuple palestinien au cours des 75 dernières années", a rapporté l'agence de presse qatarie.

L'OCI a également affirmé le droit légitime de la Palestine à incarner son statut politique et juridique au sein des Nations unies, "considérant qu'il s'agit d'un droit en souffrance depuis des décennies, fondé sur les droits politiques, juridiques, historiques et naturels du peuple palestinien sur sa terre, comme le confirment les résolutions pertinentes des Nations unies".

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un tribunal ordonne la libération d'une éminente professeure palestinien soupçonné d'incitation à la violence

La professeure a été suspendue par son université le mois dernier après avoir appelé à l’abolition du sionisme et suggéré que les récits d’agressions sexuelles lors des attaques dirigées par le Hamas contre Israël ont été fabriqués. (X/File)
La professeure a été suspendue par son université le mois dernier après avoir appelé à l’abolition du sionisme et suggéré que les récits d’agressions sexuelles lors des attaques dirigées par le Hamas contre Israël ont été fabriqués. (X/File)
Short Url
  • Nadera Shalhoub-Kevorkian était sous enquête après avoir interrogé les atrocités du Hamas, critiquant Israël
  • Justification insuffisante de l’arrestation, selon le tribunal. La détention fait partie d’une campagne plus large, selon l’avocat

LONDRES : Nadera Shalhoub-Kevorkian, éminente professeure de l'Université hébraïque de Jérusalem, a été libérée vendredi après qu'une décision de justice ait rejeté les conclusions de la police.

La criminologue et professeur de droit avait été arrêtée la veille, soupçonnée d'incitation à la haine. Elle faisait l'objet d'une enquête pour des remarques concernant les attaques du 7 octobre menées par le Hamas et pour avoir déclaré que les Israéliens commettaient des "crimes génocidaires" dans la bande de Gaza et qu'ils devaient en craindre les conséquences.

Vendredi, le tribunal a rejeté une demande de la police visant à prolonger sa détention provisoire, estimant que l'arrestation n'était pas suffisamment justifiée, selon les médias hébraïques.

Des manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice pour protester contre l'arrestation de Mme Shalhoub-Kevorkian.

La chaîne israélienne Channel 12, qui a rapporté la nouvelle en premier, n'a pas précisé où Shalhoub avait été arrêtée, mais son avocat a confirmé plus tard qu'elle avait été appréhendée à son domicile dans le quartier arménien de Jérusalem.

"Elle n'était pas en bonne santé ces derniers temps et a été arrêtée à son domicile", a déclaré Alaa Mahajna. "La police a fouillé la maison et a saisi son ordinateur et son téléphone portable, des livres de poésie [palestinienne] et des documents liés à son travail.

M. Mahajna a décrit l'arrestation de Mme Shalhoub-Kevorkian comme faisant partie d'une campagne plus large menée contre elle, qui a comporté de nombreuses menaces de mort et de violence. 

La professeure a été suspendue par son université le mois dernier après avoir appelé à l'abolition du sionisme et suggéré que les récits d'agressions sexuelles lors des attaques menées par le Hamas contre Israël avaient été fabriqués.

La suspension a d'abord été critiquée par la communauté universitaire, qui y a vu une atteinte à la liberté académique en Israël. Toutefois, la décision a été annulée après que Mme Shalhoub-Kevorkian a présenté ses excuses et admis que des agressions sexuelles avaient eu lieu.

Depuis le début des hostilités l'année dernière, de nombreuses voix dissidentes en Israël ont été arrêtées pour avoir exprimé leur solidarité avec les victimes des bombardements à Gaza.

En octobre, le célèbre journaliste israélien ultraorthodoxe Israel Frey a été contraint de se cacher à la suite d'une violente attaque à son domicile.

Bayan Khateeb, étudiante au Technion-Israel Institute of Technology, a été arrêtée l'année dernière pour incitation après avoir posté une histoire Instagram montrant la préparation d'un plat populaire à base d'œufs épicés avec la légende : "Nous mangerons bientôt la shakshuka de la victoire".

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com