Gaza: Le retour des colonies israéliennes en passe de devenir une éventualité crédible

Israël a annoncé son plan de désengagement de Gaza en 2003 et l'a mis en œuvre deux ans plus tard (Photo, Reuters).
Israël a annoncé son plan de désengagement de Gaza en 2003 et l'a mis en œuvre deux ans plus tard (Photo, Reuters).
Un bébé tient un drapeau israélien alors que des membres de la communauté des colons israéliens se rassemblent lors d'un congrès à Jérusalem le 28 janvier 2024 (Photo, Reuters).
Un bébé tient un drapeau israélien alors que des membres de la communauté des colons israéliens se rassemblent lors d'un congrès à Jérusalem le 28 janvier 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Jeudi 01 février 2024

Gaza: Le retour des colonies israéliennes en passe de devenir une éventualité crédible

  • Des hommes politiques israéliens de droite, notamment des ministres, s'allient à des groupes de colons dans l'espoir de réoccuper l'enclave
  • La réinstallation de Gaza et l'expulsion «volontaire» des Palestiniens risquent de porter un coup fatal à la solution à deux États

LONDRES: Il est facile de ne pas voir l'entrée du musée du Gush Katif, coincée entre deux immeubles d'habitation dans une rue secondaire banale de Jérusalem.

Depuis son ouverture en 2008, le musée a été un lieu de recueillement calme et réfléchissant, un lieu de pèlerinage pour un groupe de personnes qui se disent «déracinées», c’est-à-dire les survivants d’un chapitre traumatisant de l’histoire d’Israël et des Palestiniens.

Mais depuis l'attaque du 7 octobre contre Israël par des militants du Hamas et les représailles dévastatrices infligées à Gaza par l'armée israélienne, le musée n'est plus qu'un simple détail de l'histoire.

Les blindés israéliens avancent contre les troupes égyptiennes au début de la guerre des six jours, le 5 juin 1967, près de Rafah, dans la bande de Gaza (Photo, AFP/Getty Images).

Au contraire, le musée est devenu le foyer spirituel d'un mouvement de droite de plus en plus bruyant en Israël, qui appelle non seulement à la réoccupation de Gaza par Israël, mais aussi au nettoyage ethnique de tous les Arabes du territoire.

Situé à 1,5 km à peine à l'ouest de la vieille ville de Jérusalem, le musée a été créé en août 2008 pour commémorer les 17 colonies israéliennes qui ont vu le jour à Gaza à la suite de la guerre des six jours de 1967.

À partir de 1970, les colonies agricoles, habitées principalement par des juifs orthodoxes et connues collectivement sous le nom de Gush Katif, ont occupé une étroite bande côtière s'étendant au nord de la frontière égyptienne sur environ 12 km.

Dans cette combinaison d'images prises entre 2001 et 2004, on voit des enfants israéliens (photos du haut) jouer dans la colonie de Netzarim, dans le Gush Katif, près de la bande de Gaza (Photo, AFP).

Pendant trente-cinq ans, les communautés du Gush Katif, isolées de leurs voisins palestiniens par un réseau de routes interdites aux conducteurs arabes et patrouillées par une unité spécialisée de l'armée israélienne, se sont profondément enracinées et ont prospéré. Elles ont construit des maisons, des écoles, des synagogues et des serres sur des terres dont elles pensaient qu'elles appartiendraient à Israël pour toujours.

Puis tout s'est effondré.

En 2003, Ariel Sharon, le Premier ministre israélien, a annoncé son plan de «désengagement», une décision unilatérale prise alors que les négociations de paix entre Israël et l'Autorité palestinienne étaient au point mort, de retirer toutes les colonies israéliennes de Gaza.

Sur cette photo prise le 4 mai 2001, le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, regarde l'épave d'une voiture qui a explosé à Rafah Yam, dans le groupe de colonies juives du Gush Katif (Photo, AFP).

Dans un discours télévisé prononcé le 15 août 2005, Sharon a décrit le retrait comme «l'étape la plus difficile et la plus douloureuse de toutes... très difficile pour moi personnellement».

Cette décision n'a pas été prise à la légère, a-t-il indiqué, «mais l'évolution de la réalité dans le pays, dans la région et dans le monde m'a obligé à réévaluer et à changer de position».

Israël «ne peut pas s'accrocher à Gaza pour toujours».

Il ne fait aucun doute que le «désengagement» a été traumatisant pour les Juifs du Gush Katif, dont plus de 8 000 ont perdu leurs maisons. Pour certains, il s'agissait d'un deuxième déplacement, puisqu'ils avaient été réinstallés dans cette région à l'invitation du gouvernement israélien après qu'Israël eut cédé la péninsule du Sinaï à l'Égypte en 1982.

Des dizaines de milliers de colons israéliens et de sympathisants de droite défilent sur une plage de Gaza, le 27 avril 2005, pour protester contre le plan de désengagement du Premier ministre, Ariel Sharon (Photo, AFP).

Les films d'actualité contemporains projetés au musée du Gush Katif montrent les évacuations forcées traumatisantes qui ont eu lieu entre le 15 et le 22 août 2005. Le film du dernier jour de l'évacuation montre des femmes et des enfants, pleurant et criant, traînés hors de leurs maisons par des soldats et des policiers israéliens.

Dans l'une des synagogues de la colonie, des hommes se réunissent pour la dernière fois, chantant des prières et pleurant. Alors même que les colonies sont abandonnées, les pelleteuses et les bulldozers entrent en action pour détruire toutes les maisons.

«Je ne pense pas que l'on soit pleinement conscient du fait que la droite religieuse en Israël a son propre calendrier et que des événements traumatisants y sont marqués», a déclaré Daniel Seidemann, avocat israélien spécialisé dans les relations israélo-palestiniennes à Jérusalem et fondateur de l'ONG Terrestrial Jerusalem.

«Le traumatisme numéro un s'est produit en 1967, lorsque Moshe Dayan (alors ministre israélien de la Défense) n'a pas imposé par la force la souveraineté israélienne sur le Mont du Temple, ce qui est considéré comme la plus grande erreur d'Israël.

Sur cette photo d'archives, des troupes israéliennes observent la vieille ville de Jérusalem, où se trouve le Dôme du Rocher (au centre) dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa (Photo, AFP).

«Mais le deuxième traumatisme le plus important pour la droite religieuse est l'expulsion du Gush Katif, un événement majeur et traumatisant pour elle.

«Il y a un désir de retour qui a été évoqué pendant des années, mais toujours par des personnes qui étaient perçues comme marginales. Aujourd'hui, il y a des gens au gouvernement qui en parlent aussi», a signalé Seidemann.

CHRONOLOGIE DES EVENEMENTS DE LA BANDE DE GAZA

Appartenance à l'Empire ottoman du XVIe au XXe siècle.

Prise par les troupes britanniques en 1917 pendant la Seconde Guerre mondiale.

La domination britannique prend fin en 1918.

Sous le régime militaire égyptien dans les années 1950 et 1960.

Prise par Israël lors de la guerre du Moyen-Orient en 1967.

Les Palestiniens obtiennent un contrôle limité en vertu de l'accord de paix de 1993.

Israël évacue les troupes et les colons en août 2005.

En 2006, le Hamas remporte le scrutin parlementaire palestinien.

En 2007, le Hamas expulse ses rivaux politiques et devient le seul dirigeant de l’enclave.

Et ils ne se contentent pas d'en parler. Des hommes politiques de droite, dont certains font partie du cabinet du Premier ministre, Benjamin Netanyahou, s'associent à des groupes de colons et appellent à la reconstruction des maisons perdues du Gush Katif, et de bien d'autres encore.

Le dimanche 28 janvier, pas moins d'une douzaine de ministres du gouvernement et 15 membres du Parlement israélien ont rejoint 3 000 personnes au Centre international des congrès de Jérusalem pour une «Conférence sur la réinstallation de Gaza», une manifestation bruyante et tapageuse à l'atmosphère nettement festive.

Des colons juifs se rassemblent lors d'une convention à Jérusalem le 28 janvier 2024, appelant Israël à reconstruire les colonies dans la bande de Gaza et la partie nord de la Cisjordanie occupée par Israël (Photo, Reuters).

Le ministre de la Sécurité de Netanyahou, Itamar Ben-Gvir, chouchou de la droite religieuse israélienne, figurait parmi les participants les plus en vue de la conférence.

L'année dernière, Ben-Gvir a conduit des colons ultranationalistes dans une série de marches provocatrices vers l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, que de nombreux extrémistes religieux juifs voudraient voir détruite pour permettre la construction d'un troisième temple juif, remplaçant les deux temples qui, selon la Bible juive, ont été détruits dans l'antiquité.

Ce sont ces marches, ainsi que l'escalade des activités des colons israéliens, qui ont été citées par le Hamas comme la dernière provocation ayant déclenché l'assaut du 7 octobre contre Israël, une opération qu'il a baptisée «Déluge d'Al-Aqsa».

Ben-Gvir n'a montré aucun remords pour ses provocations. En effet, le jour du Nouvel An, il a déclaré: «Nous devons promouvoir une solution qui encourage la migration des habitants de Gaza... une solution correcte, juste, morale et humaine.»

«Ne vous y trompez pas, nous avons des partenaires dans le monde entier qui peuvent nous aider, il y a des hommes d'État dans le monde entier auprès desquels nous pouvons promouvoir cette idée», a-t-il ajouté.

«Encourager la migration des habitants de Gaza nous permettra de ramener les habitants du Goush Katif chez eux.»

Des ministres israéliens, dont le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir, ont participé à une conférence sur la réinstallation de Gaza à Jérusalem (Photo, AFP).

Son patron, Netanyahou, semble partager ses sentiments.

Face à l'inquiétude croissante de la communauté internationale vis-à-vis de la réponse militaire disproportionnée d'Israël à Gaza depuis le 7 octobre, l'homme à la tête du gouvernement le plus à droite de l'histoire d'Israël, politiquement redevable aux groupes de colons, a rejeté à plusieurs reprises les appels de ses alliés, notamment les États-Unis, à ouvrir la voie à la solution à deux États tant attendue.

La position de Netanyahou a été clairement exposée dans une déclaration publiée par son bureau le 21 janvier, le lendemain du jour où le président américain, Joe Biden, l'a une nouvelle fois exhorté publiquement à rechercher la paix en acceptant le principe de la création d'un État palestinien.

«Lors de sa conversation avec le président Biden, le Premier ministre Netanyahou a réitéré sa politique selon laquelle, une fois le Hamas détruit, Israël doit conserver le contrôle de la sécurité à Gaza afin de s'assurer que Gaza ne constituera plus une menace pour Israël, une exigence qui contredit la demande de souveraineté palestinienne.»

Le président américain, Joe Biden (à gauche), rencontre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, à Tel Aviv, Israël, le 18 octobre 2023, pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas (Photo via l’AP).

Un retour dans le Gush Katif, aujourd'hui ouvertement proposé par certains membres du Cabinet de Netanyahou, serait compatible avec cette sombre vision de l'avenir, mais certains veulent aller beaucoup plus loin.

Dans un sondage réalisé en Israël en décembre, 68% des Israéliens ont déclaré soutenir l'idée d'une «migration volontaire» pour les citoyens arabes de Palestine. Le 25 décembre, le lendemain de la publication des résultats du sondage, Netanyahou a déclaré lors d'une réunion de sa faction du Likoud à la Knesset que son gouvernement travaillait déjà sur les moyens d'y parvenir.

«Notre problème est de trouver des pays qui sont prêts à les accueillir, et nous y travaillons», a indiqué Netanyahou selon le Jewish Press.

L'idée fait également son chemin au sein du lobby juif à l'étranger.

Le 2 janvier, un chroniqueur du Jewish Press, le plus grand hebdomadaire juif indépendant des États-Unis, autoproclamé «défenseur infatigable de l'État d'Israël», a présenté une vision sinistre des appels à la «migration volontaire».

«Il est logique qu'au lieu de s'engager dans des efforts futiles pour persuader les pays du monde d'ouvrir leurs portes à la population islamiste la plus militante de la planète, Israël devrait s'efforcer de rendre la vie à Gaza insupportable», a écrit David Israël dans une chronique profondément dérangeante.

Un Palestinien utilise un fauteuil roulant pour transporter des sacs de farine distribués par l'Office de secours et de travaux des Nations unies à Rafah, le 29 janvier 2024 (Photo, Reuters).

Il a ajouté: «L'idée d'attirer les Arabes de Gaza sur de grands bateaux de croisière qui les emmèneraient dans des endroits plus agréables est peut-être une illusion romantique, mais la fuite de milliers d'individus affamés d'un espace habitable rongé par la maladie et de plus en plus réduit finirait par faire tomber les portes barricadées du gouvernement égyptien.»

En Israël, tout le monde n'est pas à l'aise avec l'idée de réinstaller Gaza, une perspective qui a alarmé même le journal de centre-droit The Jerusalem Post. Dans un éditorial du 30 janvier, il a qualifié la conférence sur la réinstallation de Gaza de «troublante» et a condamné les appels à la réinstallation de Gaza, les qualifiant de «sources de division».

Toutefois, compte tenu du soutien d'un nombre croissant de ministres et d'autres personnes, le document conclut que «nous ne pouvons plus dire que la réinstallation de Gaza est une idée marginale qui n'a pas de mordant ou de résistance».

Des Palestiniens font leurs courses sur un marché en plein air près des ruines des maisons et des bâtiments détruits par les frappes israéliennes pendant le conflit dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 30 novembre 2023 (Photo, Reuters).

Omer Bartov, professeur d'études sur l'Holocauste et les génocides au Watson Institute for International and Public Affairs de l'université Brown à Providence (Rhode Island), met en garde contre l'utilisation d'euphémismes dans la situation actuelle.

«En parlant d'une réoccupation de Gaza et du retrait “volontaire” des Palestiniens, Ben-Gvir et ses partisans parlent en fait du nettoyage ethnique de Gaza, puis de sa colonisation par les Juifs», a-t-il révélé.

«Ils sont tout à fait ouverts à ce sujet. Il n'y a rien de volontaire là-dedans.»

Si cela se produisait, a-t-il signalé, «cela signifierait tout d'abord que l'ensemble de l'opération des Forces de défense israéliennes (FDI) à Gaza serait considéré comme un déplacement forcé de population, ce qui constitue un crime de guerre et un crime contre l'humanité en vertu du droit humanitaire international».

Cela pourrait également «constituer une violation de la Convention sur le génocide, car elle pourrait être présentée comme la destruction intentionnelle d'une partie du peuple palestinien vivant à Gaza. Cela mettrait Israël directement dans le collimateur de la Cour internationale de justice».

Des Palestiniens déplacés fuient Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 janvier 2024, dans le cadre du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas (Photo, AFP).

Bartov doute toutefois que «les radicaux du Cabinet israélien parviennent à faire passer cette mesure. Je ne pense pas qu'il y aura un nettoyage ethnique, mais je prévois une crise politique majeure en Israël.

«Cette décision ne peut être canalisée dans une direction positive que par une pression massive des États-Unis et de leurs alliés, notamment le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, puis par un accord régional avec les États arabes, notamment l'Arabie saoudite, pour normaliser les relations avec Israël à la condition de créer un État palestinien indépendant, éventuellement démilitarisé», a-t-il souligné.

Dans le musée du Gush Katif, parmi les objets exposés, la place d'honneur revient à une menorah, le candélabre traditionnel allumé à l'occasion de la fête juive de Hanukkah. Elle a été sauvée de la synagogue de Netzarim, la dernière des colonies de Gaza à avoir été évacuée, et un nombre croissant d'Israéliens aimeraient la voir restituée à ce qu'ils estiment être sa place légitime.

Le 1er octobre 1996, plus de 20 000 manifestants du mouvement «La paix maintenant» se sont rassemblés à Tel-Aviv pour réclamer la poursuite des négociations de paix entre Israël et les Palestiniens (Photo, AFP).

Dans un film projeté au musée, Rivka Goldschmidt, l'une des «déracinées» du Gush Katif, parle de ses espoirs pour l'avenir.

«Il se pourrait que nos enfants puissent retourner dans le Gush Katif, ce qui serait un grand réconfort», affirme-t-elle.

«Je ne sais pas si cela arrivera, ni quand cela arrivera, mais au fond de moi, c'est une aspiration parce qu'il y avait là quelque chose de grand et d'extraordinaire, construit par des gens honnêtes», a-t-elle ajouté.

Le Gush Katif, «a été évacué sans raison et il se pourrait que nos enfants, voire nos petits-enfants, y retournent un jour», estime-t-elle.

Si Netanyahou et les ministres de droite de son Cabinet parviennent à leurs fins, ce jour pourrait arriver plus tôt que prévu.

Si cela se produit, les perspectives d'une solution à deux États et de la paix pour laquelle tant de Palestiniens et d'Israéliens ont prié pendant si longtemps seront probablement réduites à néant pour les générations à venir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Lourdes peines de prison pour des Bangladais arrêtés aux Emirats

Des étudiants Bangladais participent à une manifestation pour réclamer au gouvernement du Bangladesh de mettre fin à la répression des manifestants qui s'opposent à un système controversé de quotas d'attribution d'emplois, dans le centre de Rome, le 22 juillet 2024 (Fournie)
Des étudiants Bangladais participent à une manifestation pour réclamer au gouvernement du Bangladesh de mettre fin à la répression des manifestants qui s'opposent à un système controversé de quotas d'attribution d'emplois, dans le centre de Rome, le 22 juillet 2024 (Fournie)
Short Url
  • Les accusés condamnés lundi s'étaient "rassemblés et avaient incité à l'émeute dans plusieurs rues des Emirats arabes unis vendredi", a indiqué WAM, ajoutant qu'ils seraient expulsés une fois qu'ils auraient purgé leurs peines.
  • Devin Kenney, chercheur d'Amnesty International, a déclaré qu'il s'agissait du "deuxième procès de masse aux Emirats arabes unis ce mois-ci, avec des dizaines de personnes condamnées à de lourdes peines de prison, littéralement du jour au lendemain, pour

DUBAI : Les Emirats arabes unis ont prononcé des lourdes peines de prison, dont trois à vie, contre 57 Bangladais accusés d'avoir protesté contre leur gouvernement sur le territoire émirati, où les manifestations sont interdites, a rapporté lundi un média d'Etat.

L'agence de presse officielle émiratie WAM a indiqué que parmi les Bangladais arrêtés, trois ont été condamnés à la prison à vie, 53 autres à 10 ans de prison chacun et un à 11 ans.

Des manifestations ont lieu au Bangladesh pour protester contre un système de quotas pour les emplois de la fonction publique qui, selon ses critiques, profite aux partisans de la Première ministre Sheikh Hasina, qui dirige le pays depuis 15 ans.

Les marches ont dégénéré la semaine dernière en troubles qui ont fait plus de 163 morts. Plus de 500 personnes, dont certains dirigeants de l'opposition, ont été arrêtées à Dhaka depuis le début des violences, selon la police.

Les accusés condamnés lundi s'étaient "rassemblés et avaient incité à l'émeute dans plusieurs rues des Emirats arabes unis vendredi", a indiqué WAM, ajoutant qu'ils seraient expulsés une fois qu'ils auraient purgé leurs peines.

Les accusations font suite à une enquête expéditive qui a été ordonnée vendredi, et les peines ont été prononcées par un tribunal fédéral d'Abou Dhabi, selon WAM.

Les Emirats arabes unis sont une fédération de sept membres, peuplée principalement d'étrangers, dont beaucoup d'Asie du Sud, qui travaillent comme ouvriers.

Selon le ministère émirati des Affaires étrangères, les Bangladais constituent le troisième groupe d'expatriés dans le pays, après les Pakistanais et les Indiens.

L'Etat du Golfe, riche en pétrole, interdit les manifestations non autorisées ainsi que toute critique à l'encontre des dirigeants ou les discours "susceptibles de créer ou d'encourager l'agitation sociale".

La diffamation, ainsi que les insultes verbales et écrites, qu'elles soient publiées ou prononcées en privé, sont punies par la loi. Le code pénal du pays criminalise également l'offense aux Etats étrangers ou la mise en péril des liens avec eux.

Cette décision intervient moins de deux semaines  après un autre verdict lors duquel la justice des Emirats a condamné à la prison à vie 43 Emiratis pour des faits de "terrorisme", à l'issue d'un procès de masse vivement critiqué par les experts des Nations unies et les groupes de défense des droits humains.

Dix autres personnes ont été condamnées à des peines d'emprisonnement de 10 à 15 ans pour des motifs similaires.

Des critiques du gouvernement et des militants des droits humains figuraient parmi les 84 accusés traduits devant la Cour d'appel fédérale d'Abou Dhabi, dont la plupart sont en prison depuis un procès similaire contre 94 personnes en 2013.

Commentant le procès des Bangladais, Devin Kenney, chercheur d'Amnesty International, a déclaré qu'il s'agissait du "deuxième procès de masse aux Emirats arabes unis ce mois-ci, avec des dizaines de personnes condamnées à de lourdes peines de prison, littéralement du jour au lendemain, pour des accusations n'impliquant aucun élément de violence".

Dans une déclaration à l'AFP, M. Kenney a ajouté que "la réaction extrême des Emirats arabes unis à une simple manifestation publique sur le sol émirati montre que l'Etat donne une grande importance à la suppression de toute manifestation de dissidence dans le pays".


L'Irak en passe de devenir un haut lieu de transit de la drogue, avertit l'ONU

Le premier ministre irakien Mohammed Al-Sudani
Le premier ministre irakien Mohammed Al-Sudani
Short Url
  • "L'Irak connaît depuis cinq ans une augmentation spectaculaire du trafic et de la consommation de drogues", a indiqué l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport.
  • L'Irak est également en train de devenir un point de passage pour la méthamphétamine produite essentiellement en Afghanistan, à destination du Golfe et de l'Europe, selon le rapport.

BAGDADA : L'Irak risque de devenir un important point de transit de la drogue au Moyen-Orient, à la lumière des quantités record de comprimés de captagon saisies en 2023, a averti lundi l'ONU.

"L'Irak connaît depuis cinq ans une augmentation spectaculaire du trafic et de la consommation de drogues", a indiqué l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport.

Pour la seule année 2023, les autorités ont "saisi un nombre record de 24 millions de comprimés de captagon", soit l'équivalent de plus de 4,1 tonnes, pour une valeur estimée entre 84 et 144 millions de dollars, selon la même source.

"L'Irak semble être à la croisée des chemins du trafic régional de méthamphétamine et de captagon", a indiqué l'ONUDC, ajoutant que les saisies de captagon en Irak "auraient triplé entre 2022 et 2023, et les quantités globales saisies en 2023 sont 34 fois plus élevées qu'en 2019".

Amphétamine dérivée d'un traitement autrefois légal de la narcolepsie et des troubles de l'attention, le captagon fait aujourd'hui l'objet d'un commerce fleurissant dans plusieurs pays du Moyen-Orient.

La Syrie, transformée en un narco-Etat, en est le principal pays d'origine et l'Arabie saoudite de loin le plus gros marché.

En Irak, ravagé par des décennies de conflits, les autorités annoncent régulièrement d'importantes saisies de captagon, dont une grande partie traverse la frontière poreuse de 600 kilomètres avec la Syrie déchirée par la guerre.

Selon l'ONUDC, 82% du captagon saisi dans la région entre 2019 et 2023 provient de Syrie, suivie par le Liban (17%).

L'Irak est également en train de devenir un point de passage pour la méthamphétamine produite essentiellement en Afghanistan, à destination du Golfe et de l'Europe, selon le rapport.

Ce pays de 43 millions d'habitants est également confronté à une explosion de la consommation de drogue, qui s'intensifie en période de conflit.

Les gouvernements de la région ont récemment intensifié leurs efforts pour réprimer le trafic sous la pression des Etats du Golfe, qui constituent les principaux marchés du captagon.


Israël: le Forum des otages annonce la mort de deux captifs aux mains du Hamas à Gaza

Les proches des otages israéliens détenus par le groupe militant palestinien Hamas dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre manifestent à l'aéroport international Ben Gourion, près de Tel-Aviv, le 21 juillet 2024(Fournie)
Les proches des otages israéliens détenus par le groupe militant palestinien Hamas dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre manifestent à l'aéroport international Ben Gourion, près de Tel-Aviv, le 21 juillet 2024(Fournie)
Short Url
  • La mort de Yagev Buchshtab, 35 ans, et Alex Dancyg, 76 ans, est un "sévère rappel de l'urgence" à libérer les otages pour qu'ils rentrent chez eux, a déclaré l'association israélienne dans un communiqué qui ne fournit aucune information sur les circonstan
  • Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 44 sont mortes, selon l'armée.

JERUSALEM : Le Forum des otages, qui milite pour la libération des otages retenus dans la bande de Gaza, a annoncé lundi la mort de deux hommes enlevés lors de l'attaque menée le 7 octobre par le Hamas en Israël et emmenés dans le territoire palestinien.

La mort de Yagev Buchshtab, 35 ans, et Alex Dancyg, 76 ans, est un "sévère rappel de l'urgence" à libérer les otages pour qu'ils rentrent chez eux, a déclaré l'association israélienne dans un communiqué qui ne fournit aucune information sur les circonstances de leur mort.

"Leurs corps sont aux mains de l'organisation terroriste Hamas", a déclaré de son côté l'armée israélienne dans un communiqué, ajoutant que les circonstances de la mort en captivité des deux hommes allaient être examinées par les autorités compétentes.

M. Buchshtab a été enlevé à son domicile dans le kibboutz Nirim avec sa femme Rimon Buchshtab-Kirsht, laquelle a été libérée après 50 jours de captivité, selon la même source.

M. Dancyg, né de survivants de l'Holocauste, travaillait au mémorial de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem où il formait des milliers de guides, a ajouté le forum.

Les otages retenus avec lui ont indiqué que M. Dancyg passait son temps à donner des leçons d'histoire à ses compagnons de captivité, selon la même source.

"Yagev et Alex ont été capturés vivants et auraient dû retourner vivants auprès de leurs familles dans leur pays. Leur mort en captivité est le reflet tragique des conséquences de la lenteur des négociations" pour la libération des otages, a ajouté le forum en référence aux pourparlers sur le cessez-le-feu qui durent depuis des mois.

La guerre a été déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent menée dans le sud d'Israël par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 44 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive sur la bande de Gaza, qui a fait jusqu'ici 39.006 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le mouvement islamiste palestinien Hamas.