Les attaques des Houthis en mer Rouge pourraient-elles se poursuivre après un cessez-le-feu à Gaza?

Le MV Merlin Luande est l'un des nombreux cargos qui ont été endommagés par les attaques des Houthis dans le golfe d'Aden et la mer Rouge (Photo, AFP).
Le MV Merlin Luande est l'un des nombreux cargos qui ont été endommagés par les attaques des Houthis dans le golfe d'Aden et la mer Rouge (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 27 février 2024

Les attaques des Houthis en mer Rouge pourraient-elles se poursuivre après un cessez-le-feu à Gaza?

  • La milice affirme qu'elle agit par solidarité avec les Palestiniens, mais elle semble en tirer d’autres avantages
  • Les experts en sécurité estiment que la réponse militaire actuelle de l'Occident pourrait faire le jeu des Houthis

LONDRES: La campagne d'attaques des combattants houthis du Yémen contre la navigation en mer Rouge et dans le golfe d'Aden se poursuit, malgré la reprise des frappes américaines et britanniques sur leurs positions, ce qui fait craindre pour la sécurité à long terme de ces voies navigables d'importance stratégique.

La persistance des attaques a braqué les projecteurs sur la milice soutenue par l'Iran, qui semble gagner en puissance en termes d'armement et de combattants, et en confiance dans sa capacité à perturber le commerce mondial.

S'exprimant la semaine dernière lors de la conférence de Munich sur la sécurité, Rachad al-Alimi, président du Conseil présidentiel du Yémen soutenu par les Nations unies, a déclaré que les Houthis avaient irrévocablement modifié les contours géopolitiques de la région.

La persistance des attaques a braqué les projecteurs sur la milice soutenue par l'Iran (Photo, AP).

«La mer Rouge restera une source de tension, prête à exploser à chaque tournant politique, tant que les Houthis contrôleront les régions côtières», a-t-il expliqué.

«Pour mettre fin à la piraterie des Houthis, nous devons nous attaquer à son origine et à sa source. Cela ne peut se faire qu'en rétablissant les institutions de l'État, en mettant fin au coup d'État et en exerçant une pression maximale sur l'Iran», a-t-il ajouté.

La milice houthie fait partie de «l'axe de la résistance», un réseau informel de milices mandataires soutenues par l'Iran dans toute la région, qui comprend le groupe militant palestinien Hamas, le Hezbollah au Liban et plusieurs groupes chiites en Irak.

Lorsque les Houthis ont commencé à attaquer la navigation commerciale en novembre, ils ont affirmé qu'ils ne visaient que les navires ayant des liens avec Israël, afin de faire pression sur le gouvernement israélien pour qu'il mette fin à son opération militaire contre le Hamas à Gaza.

Cependant, des drones, des missiles et des actes de piraterie des Houthis ont été lancés contre plusieurs navires n'ayant aucun lien avec Israël. Ces dernières semaines, des navires yéménites, et même des navires appartenant à l'Iran, allié des Houthis, ont été attaqués.

Selon un décompte de l'agence de presse Associated Press, les Houthis ont mené au moins 57 attaques contre des navires commerciaux et militaires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden depuis le 19 novembre. Le commandement central américain a même identifié l'utilisation d'un drone sous-marin opéré par les Houthis.

En réponse à ces attaques, un grand nombre des plus grandes compagnies de fret du monde ont détourné leurs navires de la route du canal de Suez vers la Méditerranée, évitant ainsi la mer Rouge, et utilisent à la place des routes beaucoup plus longues et plus coûteuses passant par le cap de Bonne-Espérance.

Les Houthis ont mené au moins 57 attaques contre des navires commerciaux et militaires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden depuis le 19 novembre (Photo, AFP).

Simon Evenett, fondateur de l'organisation à but non lucratif St. Gallen Endowment for Prosperity Through Trade, a déclaré que si les coûts d'expédition ont augmenté, ils sont encore «bien en dessous» des sommets atteints lors de la pandémie. Il a également noté que certaines compagnies de fret avaient tout simplement continué à traverser les voies navigables de la mer Rouge malgré le risque d'attaque.

«L'indice de la pression de la chaîne d'approvisionnement mondiale de la Fed de New York n'a pratiquement pas bougé», a déclaré M. Evenett à Arab News. «Aussi important soit-il, seulement 11% du commerce mondial passe par la mer Rouge. Ce n'est pas suffisant pour perturber l'économie mondiale.»

«Ce qui est plus difficile à évaluer, c'est de savoir si de nouveaux bouleversements dans les routes commerciales ne vont pas encore ébranler la confiance des décideurs politiques et des entreprises dans l'approvisionnement à longue distance. On peut s’attendre à un nouvel élan vers l’approvisionnement national et régional.»

Afin d'éviter toute perturbation du commerce, de protéger les marins et de faire respecter le droit à la liberté de navigation, la mission de patrouille dirigée par les États-Unis, l'opération Prosperity Guardian, a été mise en place en décembre. Face à la persistance des attaques des Houthis, les États-Unis et le Royaume-Uni ont lancé des frappes contre des cibles des milices au Yémen.

Dans un communiqué commun publié le 24 février, les États-Unis et le Royaume-Uni ont déclaré que leurs forces militaires avaient frappé 18 sites houthis répartis sur huit zones au Yémen, notamment des installations souterraines de stockage d'armes et de missiles, des systèmes de défense aérienne, des radars et un hélicoptère.

La milice houthie fait partie de «l'axe de la résistance», un réseau informel de milices mandataires soutenues par l'Iran dans toute la région (Photo, AFP).

Il s'agissait de la quatrième opération menée conjointement par les États-Unis et le Royaume-Uni contre les Houthis depuis le 12 janvier. Les États-Unis ont également mené des opérations quasi quotidiennes contre des cibles houthies, notamment des missiles entrants, des roquettes et des drones ciblant des navires.

Ces frappes occidentales n'ont toutefois pas permis d'endiguer la vague d'attaques. Le 19 février, les Houthis ont lancé l'un de leurs assauts les plus meurtriers à ce jour contre le Rubymar, navire battant pavillon bélizien et transportant des marchandises des Émirats arabes unis vers la Bulgarie, obligeant son équipage à abandonner le navire.

En effet, loin de freiner les activités des Houthis, leur popularité au Yémen semble s'être accrue depuis le début des attaques maritimes, des milliers de recrues ayant rejoint leurs rangs.

Si l'intention était de forcer les Houthis à se retirer rapidement, la réponse militaire occidentale a jusqu'à présent porté peu de fruits. Les Houthis semblent vouloir passer à la vitesse supérieure, leur chef Abdel Malik al-Houthi ayant déclaré: «Nous attaquerons aussi avec des armes sous-marines.»

Cependant, dans un message posté récemment sur le réseau X, la milice a déclaré: «Ce que le monde attend avec impatience, ce n'est pas la militarisation de la mer Rouge, mais plutôt une déclaration urgente et complète de cessez-le-feu à Gaza, pour des raisons humanitaires qui sont claires pour tout le monde.»

«Il n'y a pas de danger pour la navigation internationale ou européenne tant qu'il n'y a pas d'opérations agressives, et il n'est donc pas nécessaire de militariser la mer Rouge», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué commun publié le 24 février, les États-Unis et le Royaume-Uni ont déclaré que leurs forces militaires avaient frappé 18 sites houthis répartis sur huit sites au Yémen (Photo, Getty Images/AFP).

Tout le monde n'est pas convaincu que l'instauration d'un cessez-le-feu à Gaza mettra fin aux attaques des Houthis contre les navires. À l'instar de M. Al-Alimi, ceux qui alimentent de telles inquiétudes souhaitent que la communauté internationale prenne plus au sérieux le scénario le plus pessimiste et prenne des mesures préventives maintenant.

Raiman al-Hamdani, chercheur à l'organisation d'entreprise sociale Ark, reconnaît que les attaques se poursuivront probablement après la guerre, mais sous la forme d'actes de piraterie visant à «monétiser leur présence» dans les mers au large des côtes du Yémen.

«Cela pourrait se traduire par des attaques de navires commerciaux à l'avenir, mais pas dans la même mesure qu'aujourd'hui», a signalé M. Al-Hamdani à Arab News, prévenant que les Houthis pourraient commencer à exiger des péages des navires passant par le détroit de Bab el-Mandeb pour éviter les attaques.

Farea al-Muslimi, chercheur à Chatham House, pense également que les Houthis ont saisi l'occasion de tirer des revenus des navires de passage.

«Ils essaieront bien sûr de conclure des accords et certains pays cherchent déjà à obtenir des dérogations», a indiqué M. Al-Muslimi à Arab News.

«Mais il y a plusieurs problèmes, dont l'un est que s'ils aggravaient la crise en mer Rouge, personne ne serait en sécurité», a-t-il ajouté.

«Comme vous pouvez le constater, ils ont déjà attaqué des navires liés au Yémen et des navires appartenant à leur propre allié, l'Iran, de sorte que toute escalade ne se fera pas sans heurts», a-t-il noté.

Certains pays, notamment des États de la région, ont appelé à une réaction plus mesurée aux attentats, plutôt qu'à une action militaire susceptible d'attiser les tensions dans la région.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a récemment exprimé sa «profonde inquiétude face à l'escalade des opérations militaires en mer Rouge et aux frappes aériennes qui ont visé un certain nombre de sites au Yémen». Il a appelé à un «effort international et régional uni pour réduire les tensions et l'instabilité dans la région, en particulier la sécurité de la navigation».

Le Commandement central américain a identifié l'utilisation d'un drone sous-marin opéré par les Houthis (Photo, AFP).

Le ministère a précisé: «Les développements dangereux et l'escalade en cours sont une indication claire de ce contre quoi nous avons mis en garde à plusieurs reprises concernant les dangers de l'extension du conflit dans la région à cause des attaques israéliennes continues dans la bande de Gaza.»

Des experts en sécurité ont également déclaré que la réponse militaire pourrait s'avérer contre-productive, craignant qu'elle ne fasse le jeu des Houthis, qui ont cherché à se présenter comme les défenseurs de Gaza qui s'opposent à Israël et à ses alliés occidentaux.

M. Al-Hamdani estime que les attaques contre les navires ont plusieurs objectifs pour les Houthis: contribuer à recruter de nouveaux adeptes, détourner l'attention des problèmes intérieurs, renforcer le soutien de la population et consolider la position de négociation de la milice dans le cadre du processus de paix en cours au Yémen.

M. Al-Muslimi pense que les Houthis ont «déjà tiré parti de cette situation autant qu'ils le pouvaient sur le plan politique», indiquant que les attaques cesseront probablement lorsque la guerre à Gaza prendra fin.

Toutefois, il a révélé que le calcul régional avait changé en raison de l'attaque des Houthis et du contexte plus large de la région depuis les attaques du Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre, qui ont déclenché le conflit à Gaza, augmentant ainsi les risques que le Moyen-Orient soit plongé dans une guerre plus vaste.

La persistance des attaques a braqué les projecteurs sur la milice soutenue par l'Iran (Photo, AP).

«Rien ne sera plus pareil au Moyen-Orient après le 7 octobre, notamment la façon dont le monde perçoit le Yémen et la mer Rouge», a souligné M. Al-Muslimi.

«Cela vaut pour tout et partout. C'est dire l'influence qu'il a eu. C'est dire à quel point cela a débordé.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et l'Arménie: une «feuille de route» pour renforcer les relations diplomatiques, déclare le ministre des AE, Ararat Mirzoyan, à Arab News

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, affirme qu'il n'y a «aucune limite» aux opportunités de coopération entre l'Arabie saoudite et l'Arménie. (Photo, AN)
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, affirme qu'il n'y a «aucune limite» aux opportunités de coopération entre l'Arabie saoudite et l'Arménie. (Photo, AN)
Short Url
  • «Aucune limite» aux opportunités de coopération entre l’Arabie saoudite et l’Arménie, déclare le ministre des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, lors de sa visite «historique» à Riyad
  • Il affirme que le gouvernement arménien soutient un cessez-le-feu à Gaza et la solution des deux États pour Israël-Palestine

RIYAD: L'Arménie s'engage à établir une «feuille de route» pour renforcer ses relations diplomatiques avec l'Arabie saoudite, a déclaré Ararat Mirzoyan, ministre arménien des Affaires étrangères, lors d'une interview exclusive accordée à Arab News jeudi en marge d'une visite dans le Royaume.

Lors d'une discussion approfondie qui a couvert divers aspects, notamment le développement des liens bilatéraux, le processus de paix dans le Caucase du Sud et la guerre à Gaza, Mirzoyan a souligné que l'établissement de relations diplomatiques officielles en novembre dernier marquait le début d’une nouvelle ère de coopération entre les deux pays.

Img
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, affirme qu'il n'y a «aucune limite» aux opportunités de coopération entre l'Arabie saoudite et l'Arménie. (Photo, AN)

«Il est essentiel de souligner que nos liens historiques avec le monde arabe, avec tous les pays arabes, reposent sur des relations amicales ancrées dans la tradition entre nos peuples respectifs,», a-t-il déclaré. «Nous devons garder à l’esprit que de nombreux pays arabes ont accueilli des réfugiés survivants du génocide arménien. Mais bien sûr, nos liens culturels et nos relations existaient même avant cela.»

Mirzoyan a rencontré son homologue saoudien, le prince Faisal ben Farhane, à Riyad mercredi, et il a également été reçu aux ministères saoudiens de l'Éducation et de l'Économie.

«Nous ne voulons pas nous arrêter là. Il existe de nombreux domaines où nous pouvons approfondir notre coopération et explorer de nouvelles opportunités. Nous espérons qu’après cette visite une feuille de route pour le développement des relations émergera», a-t-il ajouté.

Img
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane (à droite), reçoit le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, avant leur rencontre à Riyad, le 17 avril 2024. (Photo, SPA)

Ces dernières années ont été marqués par un réchauffement progressif des relations entre les deux pays. En octobre 2021, le président arménien de l'époque, Armen Sarkissian, s'était rendu en Arabie saoudite, marquant ainsi le début d'un nouvel avenir diplomatique pour l'Arménie.

Bien que les relations diplomatiques formelles soient récentes, M. Mirzoyan est très optimiste quant aux avantages mutuels de développer ces liens.

«Franchement, il n'y a pas de limite», a-t-il déclaré. «L'éducation, les sciences, les technologies de pointe, le développement urbain, l'agriculture, le tourisme, les contacts entre les peuples, le commerce, les investissements et les infrastructures. Il se passe tellement de choses ici en Arabie saoudite, mais aussi en Arménie».

Img
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, s'est également entretenu avec le ministre saoudien de l'Économie et de la Planification, Faisal F. Al-Ibrahim, à Riyad le 17 avril 2024. (Photo SPA)

Mirzoyan a salué le lancement des vols commerciaux entre Riyad et la capitale arménienne, Erevan, par la compagnie aérienne saoudienne Flynas, en juin de l'année dernière, affirmant qu'il s'attend à ce que cette initiative stimule le tourisme entre les deux nations.

Le ministre des Affaires étrangères a également félicité l'Arabie saoudite pour avoir remporté sa candidature pour l'Expo 2030, candidature que l'Arménie a soutenue en 2022.

«Notre vision est que nous devrions établir une coopération très étroite et solide avec l'Arabie saoudite, y compris en ce qui concerne les affaires régionales, mais aussi les forums internationaux», a-t-il déclaré.

«J’entrevois également la possibilité d’une coopération étroite dans les forums internationaux. Encore une fois, je tiens à mentionner que lorsque l'Arabie saoudite a présenté sa candidature pour l'Expo 2030, l'Arménie figurait parmi les pays qui l'ont soutenue.»

Img
Les ministres des Affaires étrangères saoudien et arménien, accompagnés de leurs délégations respectives, réunis à Riyad le 17 avril 2024. (Photo SPA)

Mirzoyan a également exprimé son soutien à une solution à deux États et à un cessez-le-feu en Palestine. En décembre de l'année dernière, l'Arménie s'est jointe à l'Arabie saoudite et à plus de 150 autres pays à l'Assemblée générale des Nations unies pour voter en faveur d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza. En outre, l'Arménie serait prête à agir en tant que facilitateur potentiel entre les deux parties, si nécessaire et sur demande.

«L'Arménie a toujours soutenu la solution à deux États pour la Palestine et Israël, et condamne fermement la violence et le ciblage des populations civiles», a déclaré Mirzoyan, soulignant que l'Arménie avait très récemment été victime de cette violence.

«Nous condamnons fermement toute violence à l'encontre des populations civiles», a-t-insisté.

Outre les mots de soutien, l'Arménie a pris des mesures concrètes pour aider les populations civiles touchées par le conflit. Le mois dernier, elle a envoyé 30 tonnes de nourriture et de médicaments aux civils palestiniens déplacés et réfugiés à Rafah.

«L'Arménie déplore des dizaines de milliers de victimes innocentes de l'escalade des hostilités à Gaza. Nous-mêmes avons vécu l'horreur des attaques contre les civils et les infrastructures civiles, et nous nous joignons aux appels de la communauté internationale en faveur d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza», a déclaré le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan lors d'une conférence de presse donnée à l’occasion de sa visite en Égypte pour discuter de la livraison d'aide.

Img
Des Palestiniens inspectent une maison détruite par une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 avril 2024. (Reuters)

Mirzoyan a exprimé son espoir que l’assistance «puisse aider un tant soit peu à alléger la situation et soulager la souffrance de ces personnes».

Concernant les relations plus proches, Mirzoyan a exprimé son désir d’aboutir à la paix entre l'Arménie et les autres nations du Caucase du Sud, tout en admettant que la paix durable nécessitera des efforts pour surmonter les obstacles.

«Il y a vraiment une opportunité, un élan tout à fait réaliste, pour construire une paix et une stabilité durables dans le Caucase du Sud. Mon gouvernement est pleinement engagé dans la voie de la paix, et nous sommes engagés dans des négociations de bonne foi et constructives. Cependant, pour être honnête, il reste encore quelques problèmes cruciaux où les positions des parties divergent. Le premier problème étant, bien entendu, la question des frontières et de la reconnaissance mutuelle de l'intégrité territoriale.» 

Dans le Caucase du Sud, les tensions territoriales sont fréquentes entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan depuis la chute de l'Union soviétique en 1991.

Pour normaliser les relations, Mirzoyan a souligné l’importance du respect des principes de souveraineté, de juridiction, d'égalité et de réciprocité par toutes les parties concernées.

«Nous sommes convaincus que tout peut être débloqué, y compris les voies ferrées, et nous pensons que tout ce qui sera débloqué doit rester sous la souveraineté des pays respectifs.»

«L'infrastructure sur le territoire arménien doit demeurer sous la souveraineté de l’Arménie tout comme l'infrastructure azérie sous la souveraineté de l'Azerbaïdjan. De plus, toutes ces infrastructures doivent fonctionner conformément à nos législations nationales, dans le respect des principes d'égalité et de réciprocité.»

Mirzoyan a ajouté que l'Arménie était en mesure de garantir la sécurité des personnes et des marchandises traversant son territoire sans nécessiter la présence d'un pays tiers.

Il a également expliqué que son pays avait lancé une initiative visant à améliorer les perspectives de stabilité et de paix en débloquant les infrastructures de transport dans la région.

«Nous avons proposé une initiative que nous avons baptisée “Carrefour de la paix” parce que nous croyons fermement que le déblocage complet des infrastructures de transport dans le Caucase du Sud, notamment les routes et les chemins de fer arméniens, azéris et turcs, aura non seulement des retombées économiques positives, mais constituera également un facteur majeur de paix et de stabilité dans notre région.»

Carte illustrée montrant les «carrefours de la paix» proposés par l'Arménie.

Même en dehors de l'Arménie et du Caucase du Sud, l'initiative pourrait avoir un impact mondial significatif, selon Mirzoyan.

«Il y a un intérêt croissant de la part de plusieurs pays pour la mise en œuvre de ce projet, le Carrefour de la Paix, en raison de ses avantages évidents. Je parle notamment des connexions est-ouest, mais nous devons également envisager les liens sud-nord ou nord-sud. C'est pourquoi nous le qualifions de “carrefour”», a-t-il expliqué.

Il a également souligné: «Ce projet pourrait s'avérer très bénéfique pour relier, par exemple, le monde arabe, y compris l'Arabie saoudite, avec la région de la mer Noire, et même au-delà.»

Img
La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock (C), accueille les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie, Ararat Mirzoyan (G), et de l'Azerbaïdjan, Jeyhun Bayramov (D), pour des pourparlers de paix à Berlin, le 28 février 2024. (AFP/Dossier)

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock (C), accueille les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie, Ararat Mirzoyan (G), et de l'Azerbaïdjan, Jeyhun Bayramov (D), pour des pourparlers de paix à Berlin, le 28 février 2024. (AFP/Dossier)

L'Arménie s'apprête à établir des relations diplomatiques avec plusieurs pays et organisations multilatérales, dont l'Union européenne, s'éloignant ainsi de son allié historique le plus puissant, la Russie.

«Il convient de noter que les relations entre l'Arménie et la Fédération de Russie ne sont pas au beau fixe, dirais-je», a déclaré M. Mirzoyan. «Bien sûr, des difficultés subsistent, et nous n’en faisons pas mystère». 

Img
Cette photo prise le 17 novembre 2020 montre des véhicules de soldats de la paix russes stationnés à un poste de contrôle sur la route de Shusha, dans le Haut-Karabakh. Le porte-parole du président Vladimir Poutine a déclaré le 17 avril 2024 que les forces russes se retiraient de la région du Karabakh, où elles étaient stationnées en tant que forces de maintien de la paix depuis la fin d'une guerre en 2020. (Photo AP /Dossier)

«Il y a des problèmes ainsi que des interrogations au sein de la société arménienne, notamment en ce qui concerne le comportement des soldats de la paix russes au Nagorno-Karabakh, mais aussi celui de nos alliés russes lors des attaques sur nos territoires souverains en 2022, 2023 et bien avant. Il est vrai que des questions subsistent à ce sujet. Cependant, nous y travaillons.»

Les relations de l’Arménie avec l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sont gelées depuis l'automne dernier. Fondée en 2002, l'OTSC est une alliance militaire regroupant six États post-soviétiques: Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie et Tadjikistan. Mirzoyan a déclaré dans une interview en mars avec TRT World de Turquie que la candidature de l'Arménie à l'UE était en discussion.

Img
Le ministre arménien des Affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, en visite dans le Royaume cette semaine, s'est entretenu en exclusivité avec la rédactrice en chef adjointe d'Arab News, Noor Nugali. (Photo AN)

Abordant la question avec Arab News, Mirzoyan a déclaré: «Les aspirations européennes du peuple de la république d'Arménie se renforcent de plus en plus, surtout face à la frustration ressentie par les Arméniens à l’égard des relations avec la Russie, bien que cela ne soit pas le seul élément en jeu.

«L'Arménie approfondit véritablement et de manière significative ses liens avec les États-Unis et l'UE. Ce sont nos principaux partenaires dans notre programme de réformes démocratiques. Ces derniers montrent désormais un engagement fort à soutenir l'Arménie et à renforcer sa résilience économique.

Nous entamons avec l'UE une nouvelle voie de partenariat étroit et, jusqu'à présent, personne ne peut prédire avec certitude où cela nous mènera.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite déplore l’échec de la candidature de la Palestine à l’ONU

Le ministère a renouvelé l'appel du Royaume à la communauté internationale pour qu'elle assume sa responsabilité dans l'arrêt des attaques de l'occupation israélienne contre les civils à Gaza. (AP)
Le ministère a renouvelé l'appel du Royaume à la communauté internationale pour qu'elle assume sa responsabilité dans l'arrêt des attaques de l'occupation israélienne contre les civils à Gaza. (AP)
Short Url
  • Le Royaume réaffirme son soutien au droit du peuple palestinien à l'autodétermination
  • La Jordanie exprime également sa "sincère tristesse" face à l'incapacité du Conseil de sécurité à approuver la résolution.

DUBAI : L'Arabie saoudite a exprimé son regret face à l'échec du Conseil de sécurité des Nations Unies à adopter une résolution acceptant l'adhésion à part entière de la Palestine à l'ONU.

Dans une déclaration officielle du ministère des Affaires étrangères sur la plateforme de médias sociaux X, le Royaume a déclaré que "la non-adoption de la résolution permet à l'occupation israélienne de poursuivre ses violations du droit international sans dissuasion et ne rapprochera pas la paix souhaitée".

Le ministère a renouvelé l'appel du Royaume à la communauté internationale pour qu'elle assume sa responsabilité dans l'arrêt des attaques de l'occupation israélienne contre les civils à Gaza.

Le Royaume a également réaffirmé son soutien au droit du peuple palestinien à l'autodétermination et à l'établissement d'un État palestinien sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, conformément à l'initiative de paix arabe et aux résolutions internationales pertinentes.

La Jordanie a également exprimé sa "sincère tristesse" face à l'incapacité du Conseil de sécurité à approuver une résolution qui aurait admis la Palestine comme membre à part entière des Nations unies, en raison du droit de veto des États-Unis.

Dans une déclaration, le ministère des affaires étrangères du pays a réaffirmé "que la communauté internationale est en faveur de la solution à deux États, qu'Israël est en train de saper".

"Le Conseil de sécurité doit reconnaître l'État palestinien afin d'empêcher Israël de priver le peuple palestinien de son droit à la liberté et à son propre État", a rapporté l'agence de presse nationale Petra.

"La reconnaissance de l'État palestinien et son adhésion pleine et entière sont une étape nécessaire pour imposer une paix juste qui mette fin à l'occupation et au conflit et qui respecte le droit de tous les peuples de la région à vivre dans la sécurité et la stabilité", a déclaré le porte-parole du ministère, Sufian Qudah.

"La Jordanie exige que toutes les nations reconnaissent l'État de Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, comme condition préalable à l'instauration de la paix et de la sécurité dans la région.

Le Qatar, dans une déclaration publiée par son ministère des affaires étrangères, a également exprimé son "profond regret face à l'échec du Conseil de sécurité à adopter un projet de résolution acceptant l'adhésion à part entière de l'État de Palestine aux Nations unies".

L'Organisation de la coopération islamique a également exprimé son profond regret face à l'incapacité du Conseil de sécurité "d'assumer ses responsabilités en accordant à l'État de Palestine le statut de membre à part entière des Nations unies, à un moment où le peuple palestinien est confronté aux formes les plus dures d'agression, de persécution et de génocide".

Dans une déclaration, l'organisation a affirmé que "l'utilisation du droit de veto des États-Unis contrevient aux dispositions de la Charte des Nations Unies, qui permet l'adhésion de tous les États acceptant les obligations qu'elle contient, et continue d'empêcher le peuple palestinien d'obtenir ses droits légitimes, perpétuant ainsi l'injustice historique subie par le peuple palestinien au cours des 75 dernières années", a rapporté l'agence de presse qatarie.

L'OCI a également affirmé le droit légitime de la Palestine à incarner son statut politique et juridique au sein des Nations unies, "considérant qu'il s'agit d'un droit en souffrance depuis des décennies, fondé sur les droits politiques, juridiques, historiques et naturels du peuple palestinien sur sa terre, comme le confirment les résolutions pertinentes des Nations unies".

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un tribunal ordonne la libération d'une éminente professeure palestinien soupçonné d'incitation à la violence

La professeure a été suspendue par son université le mois dernier après avoir appelé à l’abolition du sionisme et suggéré que les récits d’agressions sexuelles lors des attaques dirigées par le Hamas contre Israël ont été fabriqués. (X/File)
La professeure a été suspendue par son université le mois dernier après avoir appelé à l’abolition du sionisme et suggéré que les récits d’agressions sexuelles lors des attaques dirigées par le Hamas contre Israël ont été fabriqués. (X/File)
Short Url
  • Nadera Shalhoub-Kevorkian était sous enquête après avoir interrogé les atrocités du Hamas, critiquant Israël
  • Justification insuffisante de l’arrestation, selon le tribunal. La détention fait partie d’une campagne plus large, selon l’avocat

LONDRES : Nadera Shalhoub-Kevorkian, éminente professeure de l'Université hébraïque de Jérusalem, a été libérée vendredi après qu'une décision de justice ait rejeté les conclusions de la police.

La criminologue et professeur de droit avait été arrêtée la veille, soupçonnée d'incitation à la haine. Elle faisait l'objet d'une enquête pour des remarques concernant les attaques du 7 octobre menées par le Hamas et pour avoir déclaré que les Israéliens commettaient des "crimes génocidaires" dans la bande de Gaza et qu'ils devaient en craindre les conséquences.

Vendredi, le tribunal a rejeté une demande de la police visant à prolonger sa détention provisoire, estimant que l'arrestation n'était pas suffisamment justifiée, selon les médias hébraïques.

Des manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice pour protester contre l'arrestation de Mme Shalhoub-Kevorkian.

La chaîne israélienne Channel 12, qui a rapporté la nouvelle en premier, n'a pas précisé où Shalhoub avait été arrêtée, mais son avocat a confirmé plus tard qu'elle avait été appréhendée à son domicile dans le quartier arménien de Jérusalem.

"Elle n'était pas en bonne santé ces derniers temps et a été arrêtée à son domicile", a déclaré Alaa Mahajna. "La police a fouillé la maison et a saisi son ordinateur et son téléphone portable, des livres de poésie [palestinienne] et des documents liés à son travail.

M. Mahajna a décrit l'arrestation de Mme Shalhoub-Kevorkian comme faisant partie d'une campagne plus large menée contre elle, qui a comporté de nombreuses menaces de mort et de violence. 

La professeure a été suspendue par son université le mois dernier après avoir appelé à l'abolition du sionisme et suggéré que les récits d'agressions sexuelles lors des attaques menées par le Hamas contre Israël avaient été fabriqués.

La suspension a d'abord été critiquée par la communauté universitaire, qui y a vu une atteinte à la liberté académique en Israël. Toutefois, la décision a été annulée après que Mme Shalhoub-Kevorkian a présenté ses excuses et admis que des agressions sexuelles avaient eu lieu.

Depuis le début des hostilités l'année dernière, de nombreuses voix dissidentes en Israël ont été arrêtées pour avoir exprimé leur solidarité avec les victimes des bombardements à Gaza.

En octobre, le célèbre journaliste israélien ultraorthodoxe Israel Frey a été contraint de se cacher à la suite d'une violente attaque à son domicile.

Bayan Khateeb, étudiante au Technion-Israel Institute of Technology, a été arrêtée l'année dernière pour incitation après avoir posté une histoire Instagram montrant la préparation d'un plat populaire à base d'œufs épicés avec la légende : "Nous mangerons bientôt la shakshuka de la victoire".

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com