Gaza: Israël accorde plus de temps aux Palestiniens pour évacuer le nord

Les bombardements israéliens qui ont suivi ont tué plus de 1 530 personnes à Gaza. (File/AFP)
Les bombardements israéliens qui ont suivi ont tué plus de 1 530 personnes à Gaza. (File/AFP)
Des familles palestiniennes et leurs bagages fuient après l'avertissement de l'armée israélienne de quitter leurs maisons et de se déplacer vers le sud avant une offensive terrestre attendue, dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023 (AFP).
Des familles palestiniennes et leurs bagages fuient après l'avertissement de l'armée israélienne de quitter leurs maisons et de se déplacer vers le sud avant une offensive terrestre attendue, dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023 (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 15 octobre 2023

Gaza: Israël accorde plus de temps aux Palestiniens pour évacuer le nord

  • Israël a continué samedi à appeler les Palestiniens à évacuer le nord de la bande de Gaza, leur laissant toutefois un peu plus de temps, avant une probable offensive terrestre
  • Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a accusé samedi Israël de «crimes de guerre» à Gaza et dit refuser le «déplacement» des Palestiniens

GAZA : Israël a continué samedi à appeler les Palestiniens à évacuer le nord de la bande de Gaza, leur laissant toutefois un peu plus de temps, avant une probable offensive terrestre, une semaine après l'attaque sans précédent du Hamas, qui a déclenché une guerre meurtrière.

Israël a riposté à cette attaque menée le 7 octobre par le mouvement islamiste palestinien, au pouvoir dans la bande de Gaza, en bombardant massivement ce territoire, d'où des roquettes continuent d'être tirées par le Hamas sur le territoire israélien.

Dans l'attente d'une offensive terrestre à laquelle Israël a dit se préparer, l'armée avait appelé vendredi les civils du nord du territoire --1,1 million de personnes sur un total de 2,4 millions d'habitants-- à gagner le sud, et les a pressés samedi à ne "pas tarder".

Selon elle, le centre des opérations du mouvement islamiste palestinien se trouve dans la ville de Gaza (nord).

Mais un porte-parole de l'armée a indiqué samedi soir donner encore du temps aux Palestiniens pour partir dans le sud, et assuré que l'offensive terrestre ne démarrerait pas dimanche, pour des raisons humanitaires.

Depuis vendredi, par milliers, des habitants fuient par tous les moyens, quelques biens entassés à la hâte, sur des remorques, charrettes, à moto, en voiture, à travers les ruines.

«Ca va continuer»

L'armée israélienne a également annoncé samedi soir avoir retrouvé dans la bande de Gaza "des cadavres" d'otages enlevés par le Hamas lors de son attaque. Elle a dit qu'ils avaient été trouvés lors d'incursions de l'armée dans ce territoire, sans plus de précisions.

Le Hamas avait fait état plus tôt de 22 otages tués dans les bombardements israéliens.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, s'est rendu samedi auprès des troupes israéliennes près de la bande de Gaza. "Ca va continuer", a-t-il lancé à plusieurs soldats.

L'attaque du Hamas et la guerre qu'elle a déclenchée ont attisé les craintes d'une extension du conflit, et d'une catastrophe humanitaire pour la population de Gaza, soumise à un siège, privée d'approvisionnement en eau, électricité ou nourriture, et où des centaines de milliers de personnes ont déjà été déplacées.

Au moins 1.300 personnes, pour la plupart des civils, parmi lesquels au moins 130 ressortissants étrangers ou binationaux, ont été tués en Israël depuis l'attaque du 7 octobre.

Plus de 2.200 Palestiniens, la plupart des civils, dont 724 enfants, selon les autorités locales, sont morts dans la bande de Gaza, un territoire pauvre coincé entre Israël et l'Egypte.

L'Etat israélien a indiqué avoir identifié au moins 120 personnes, civils, soldats et étrangers, qui ont été enlevées lors de l'attaque par le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël.

Des centaines de personnes restent portées disparues, et des corps sont toujours en cours d'identification.

«Crimes de guerre»

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a accusé samedi Israël de "crimes de guerre" à Gaza et dit refuser le "déplacement" des Palestiniens. Le mouvement palestinien est de son coté régulièrement accusé par Israël d'utiliser les civils comme boucliers humains.

Israël a annoncé la mort de deux chefs militaires du Hamas, responsables selon l'armée de l'attaque du 7 octobre.

Après avoir annoncé suspendre les discussions sur une éventuelle normalisation avec Israël, l'Arabie saoudite a appelé à un "cessez-le-feu immédiat".

Le président américain, Joe Biden, a dit à M. Netanyahu que les Etats-Unis oeuvraient avec l'ONU et des pays du Moyen-Orient "pour veiller à ce que les civils innocents aient accès à l'eau, à la nourriture et aux soins médicaux".

Plus tôt, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait réclamé un accès humanitaire "immédiat" à cette petite bande de terre, soumise à un blocus israélien depuis plus de 15 ans.

Et dans un appel téléphonique au président Biden, son homologue palestinien, Mahmoud Abbas, a lui aussi souligné la nécessité de "l'ouverture de corridors humanitaires dans la bande de Gaza, pour fournir des produits de base, fournitures médicales, de l'électricité et du carburant", selon l'agence de presse palestinienne Wafa.

La tension est vive aussi à la frontière nord d'Israël, où l'armée israélienne a annoncé samedi avoir tué "plusieurs terroristes" qui tentaient de s'infiltrer.

Le mouvement libanais Hezbollah, allié du Hamas, a annoncé la mort d'un de ses combattants dans des "frappes israéliennes" ou à l'issue d'"affrontements", et deux civils ont été tués dans un bombardement israélien dans le sud du Liban, selon un élu local.

«Erreurs»

Un journaliste vidéo de l'agence Reuters a été tué et six autres journalistes de l'AFP, Reuters et Al-Jazeera ont été blessés vendredi dans des bombardements dans le sud du Liban.

L'armée israélienne s'est dite samedi "très désolée" de ce décès, indiquant "enquêter", sans reconnaître explicitement une responsabilité. L'armée libanaise l'a accusée d'être responsable du tir.

Israël a indiqué en outre avoir frappé samedi soir à l'artillerie la Syrie après des alertes aériennes dans la partie du plateau du Golan annexé par Israël en 1967. Une ONG a également annoncé qu'une "frappe israélienne" a touché l'aéroport d'Alep (nord).

Le 7 octobre à l'aube, en plein Shabbat, le repos juif hebdomadaire, des centaines de combattants du Hamas avaient infiltré Israël à bord de véhicules et par les airs depuis Gaza.

Ils ont tué plus d'un millier de civils, semant la terreur sous un déluge de roquettes lors de cette attaque d'une ampleur inédite depuis la création d'Israël en 1948. Environ 270 personnes, d'après les autorités, ont été tuées dans un festival de musique.

Le conseiller à la sécurité nationale du gouvernement israélien a reconnu samedi des "erreurs" des services de renseignement en amont des attaques.

Des familles des otages ont lancé samedi soir un appel à l'aide, réclamant un accord entre le Hamas et la Croix-Rouge "d'ici minuit" pour acheminer en urgence les médicaments dont leurs proches ont besoin pour rester en vie.

Un sommet européen par visioconférence convoqué mardi

"Il est de la plus haute importance que le Conseil européen, conformément aux traités et à nos valeurs, définisse notre position commune et établisse une ligne de conduite claire et unifiée qui reflète la complexité de la situation actuelle", a déclaré Charles Michel dans un communiqué publié samedi.

La réunion par vidéoconférence doit se tenir mardi à 17h30 (15h30 GMT).

"Nous sommes pleinement solidaires du peuple israélien et des victimes des attaques terroristes. Israël a le droit de se défendre dans le plein respect du droit international, en particulier du droit international humanitaire", a indiqué le responsable belge.

"Les scènes tragiques qui se déroulent dans la bande de Gaza en raison du siège et l'absence d'accès aux besoins fondamentaux, combinées à la destruction causée par d'importants bombardements, sont un signal d'alarme pour la communauté internationale", a-t-il ajouté.

Le président du Conseil européen, qui a aussi appelé à la libération immédiate des otages aux mains du Hamas, a souligné que le conflit "a de nombreuses conséquences, y compris pour l'Union européenne".

«Désastre»

L'inquiétude est de plus en plus vive pour les habitants de la bande de Gaza, un territoire de 362 kilomètres carrés soumis à un blocus israélien terrestre, aérien et maritime depuis que le Hamas y a pris le pouvoir. L'Egypte contrôle la seule ouverture qui ne soit pas sous contrôle israélien, le point de passage de Rafah, actuellement fermé.

Du côté palestinien de cette localité frontalière, des dizaines de familles de déplacés gazaouis ont investi une école des Nations unies, entassant linge, matelas et paquets dans les classes et la cour de recréation, a constaté un journaliste de l'AFP.

Plus au nord, c'est dans la cour de l'hôpital Nasser, à Khan Younès que s'entassent des milliers de déplacés. "C'est un désastre, il n'y a rien à manger, nous ne savons pas où dormir, nous ne savons pas quoi faire et où aller", se lamente Juma Nasser, un quadragénaire.

Devant l'hôpital, assises à même le sol, des familles entières sont livrées à elles-mêmes, certains pleurent, d'autres affichent des visages effrayés et choqués.

Plus de 423.000 Palestiniens ont déjà quitté leur foyer, et 5.540 maisons ont été détruites, selon l'ONU.

L'ONG Médecins sans frontières a exhorté samedi Israël à "faire preuve d'humanité" dans la bande de Gaza, parlant d'une situation "intolérable".

Des Palestiniens tentant de fuir vers le sud du territoire à travers une zone que l'armée israélienne avait présentée comme sécurisée ont été tués dans des frappes israéliennes, ont affirmé samedi des témoins et des responsables du Hamas.


Les armes incendiaires israéliennes laissent des traces de destruction dans le sud du Liban

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Short Url
  • Le Hezbollah acceptera toute décision de trêve du Hamas et respectera le cessez-le-feu : Nasrallah

BEYROUTH : L'armée israélienne a allumé jeudi des incendies dans des vergers et des forêts à la frontière libanaise en utilisant des armes incendiaires interdites au niveau international.

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne.

La frappe, au sud de Kabri, "a eu un impact direct" et a fait des morts et des blessés du côté israélien, a déclaré le Hezbollah.

Le groupe a également pris pour cible des soldats israéliens près de Hanita, affirmant dans un communiqué que l'attaque avait fait "un mort et deux blessés".

Les frappes de drones du Hezbollah ont eu des "conséquences très dures" pour les cibles visées, a déclaré la chaîne israélienne Channel 13.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a déclaré "Suite aux sirènes d'alerte qui ont été activées dans la région de la Haute Galilée dans la matinée, des drones ont été observés en train de traverser le territoire libanais et d'atterrir dans la région de la Haute Galilée".

Les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs cibles se dirigeant vers Israël, a ajouté l'armée.

Pendant ce temps, l'artillerie israélienne au phosphore a ciblé Mays Al-Jabal, et les restes d'un missile intercepteur sont tombés sur le toit d'une maison habitée à Shaqra.

Le bombardement de Naqoura et d'Alma Al-Shaab a provoqué des incendies dans les forêts et les oliveraies. Les équipes de la défense civile libanaise se sont efforcées d'éteindre les incendies.

L'artillerie lourde israélienne a pilonné plusieurs zones frontalières - Houla, Wadi Al-Saluki, Aitaroun, Naqoura, Alma Al-Shaab et Dhayra - dont certaines ont été des cibles fréquentes depuis le début des affrontements il y a neuf mois.

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien du Sud-Liban en volant à très basse altitude.

Le parti socialiste progressiste a appelé jeudi à une action urgente en réponse à l'interception par Israël d'appels téléphoniques au Liban.

Le journal libanais An-Nahar a fait état de cette violation, qui a permis à Israël d'accéder à des données, telles que des appels téléphoniques, par le biais du câble sous-marin qui relie le Liban à Chypre.

Le parti a remis en question l'approbation par le Liban, en 2022, du câble CADMOS-2, qui est relié au câble israélien Ariel reliant Haïfa et Tel-Aviv à Chypre.

Le Liban "n'a pas pris de mesures de précaution pour empêcher une violation aussi importante", a averti le parti.

Le Hezbollah a réagi en demandant à ses membres d'éviter les appels téléphoniques et l'utilisation d'Internet, et de déconnecter les caméras de surveillance dans le sud du pays.

Cette directive fait suite à l'assassinat de membres importants du Hezbollah.

"Nous ne sommes pas au bord d'une guerre ouverte ou de grande envergure. Ni les Israéliens ni les Libanais ne le souhaitent. Même les puissances régionales et internationales ne le souhaitent pas", a déclaré Ibrahim Moussaoui, député du Hezbollah.

Moussaoui a déclaré à CNN : "Depuis le début des hostilités, nous avons établi un modus operandi selon lequel toute escalade provoquée par l'ennemi israélien sera confrontée à une escalade de même intensité, voire plus.

"C'est ainsi que les choses se passent jusqu'à présent. Cependant, je ne crois pas qu'une guerre totale favorise l'une ou l'autre des parties".

Dans son discours de mercredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait référence aux négociations de cessez-le-feu menées à Doha entre le Hamas et Israël, en présence de l'Égypte, du Qatar et des États-Unis.

M. Nasrallah a déclaré que son mouvement accepterait toute décision du Hamas concernant les négociations sur la trêve à Gaza, ajoutant que le Hezbollah mettrait fin à ses attaques transfrontalières contre Israël si un cessez-le-feu était conclu.

"Tout ce que le Hamas acceptera, tout le monde l'acceptera et en sera satisfait", a-t-il déclaré.

"C'est notre engagement en tant que front de soutien. Nous avons été clairs à ce sujet depuis le début, et cela devrait aller de soi.

"Nos frères du Hamas le savent mieux que nous. Nous ne demandons à personne d'écouter notre avis. Nous nous tenons à leurs côtés et les soutenons dans toute position ou décision qu'ils prendront jusqu'à la fin".

Un observateur politique a décrit l'annonce de Nasrallah comme "une position qui tend vers la désescalade et répond aux négociations en cours à Doha".

Et d'ajouter : "L'Iran n'est pas loin d'adopter la même position".

Pendant ce temps, les responsables israéliens ont intensifié leurs menaces à l'encontre du Hezbollah, mettant en garde contre la possibilité d'une guerre sur deux fronts.

Lors de sa tournée en Galilée, le chef d'état-major israélien Herzi Halevi a déclaré : "Nous devons être en mesure d'affronter deux fronts : "Nous devons être capables d'affronter deux fronts simultanément, et nous devons nous rendre compte que ces guerres vont durer longtemps".

Il a ajouté : "L'Iran est plus proche que jamais d'obtenir des armes nucléaires. Nous pourrions être confrontés à des confrontations répétées avec l'Iran".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a reçu jeudi à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Au cours de cette réception, le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines.

Les développements régionaux, y compris la situation dans la bande de Gaza et les efforts déployés à cet égard, ont également été abordés au cours de la réunion.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les pénuries d'eau s'aggravent alors que les fonds se tarissent pour les déplacées dans le nord-ouest de la Syrie

Plus de cinq millions de personnes, pour la plupart déplacées, vivent dans des zones échappant au contrôle du gouvernement dans le nord et le nord-ouest de la Syrie, selon l'ONU, et beaucoup dépendent de l'aide pour survivre. (AFP/File)
Plus de cinq millions de personnes, pour la plupart déplacées, vivent dans des zones échappant au contrôle du gouvernement dans le nord et le nord-ouest de la Syrie, selon l'ONU, et beaucoup dépendent de l'aide pour survivre. (AFP/File)
Short Url

SARMADA, Syrie : Hussein Al-Naasan lutte pour fournir de l'eau à sa famille pendant l'été brûlant, alors que les fonds d'aide se sont taris et que les conditions se sont détériorées dans les camps de déplacés appauvris dans le nord-ouest de la Syrie tenu par les rebelles.


"L'eau, c'est la vie, c'est tout... et maintenant nous sommes privés d'eau", a déclaré M. Naasan à l'AFP depuis un camp situé près de Sarmada, à proximité de la frontière turque.

"C'est comme s'ils essayaient de nous tuer lentement", a déclaré ce père de deux enfants, âgé de 30 ans et déplacé depuis plus de dix ans.

Après 13 ans de conflit, le manque de financement international a gravement compromis la fourniture de services de base tels que l'eau, l'élimination des déchets et l'assainissement dans les camps de déplacés du nord-ouest de la Syrie, selon les Nations Unies.

Plus de cinq millions de personnes, dont la plupart sont déplacées, vivent dans des zones échappant au contrôle du gouvernement dans le nord et le nord-ouest de la Syrie, selon les Nations unies, et nombre d'entre elles dépendent de l'aide pour survivre.

Les résidents ont déclaré à l'AFP que l'eau du robinet n'était pas disponible dans le camp et que les organisations humanitaires avaient cessé d'acheminer de l'eau par camion, accusant les coupes budgétaires de l'aide.

Naasan partage un réservoir d'eau avec trois autres familles pour réduire les coûts.

"Nous avons beaucoup de mal à nous procurer de l'eau que nous n'avons même pas les moyens d'acheter", a-t-il déclaré.

La diminution de l'accès à l'eau pourrait conduire à une "catastrophe majeure", a averti Naasan, alors que le soleil d'été tape sur le camp.

Il a ajouté que les déchets s'accumulaient, augmentant le risque de maladie dans une région où les installations médicales ont été détruites par la guerre.

La guerre en Syrie, qui a éclaté après que le président Bashar Assad a réprimé les manifestations antigouvernementales en 2011, a tué plus de 500 000 personnes, déplacé des millions d'autres et mis à mal les infrastructures et l'industrie du pays.

Dans la région d'Idlib, au nord-ouest du pays, quelque 460 camps de déplacés accueillant environ 571 000 personnes ne bénéficient d'aucune aide en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène de la part des organisations partenaires de l'ONU, a indiqué à l'AFP le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

"Sans un financement accru, 111 camps supplémentaires accueillant près de 165 000 personnes seront privés de ce type de soutien d'ici la fin du mois de septembre, a-t-il averti dans un communiqué.

Environ 80 % de la population du nord-ouest de la Syrie a besoin d'un soutien en matière d'eau et d'hygiène, y compris "l'accès à l'eau potable, l'élimination des déchets et la réhabilitation des installations sanitaires", a indiqué l'OCHA.

Pourtant, ce secteur critique est "constamment" négligé, n'ayant reçu que deux pour cent du financement nécessaire au cours du premier trimestre 2024, a ajouté l'OCHA.

Abdel Karim Ezzeddin, un habitant du camp âgé de 45 ans et père de neuf enfants, a rempli des barils en plastique d'eau d'un puits voisin pour sa famille, reconnaissant d'avoir un camion pour les transporter.

"Comment peuvent-ils arrêter de fournir de l'eau en été ?" a-t-il déclaré.

"Veulent-ils que nous mourrions ?

David Carden, coordinateur humanitaire régional adjoint des Nations unies pour la crise syrienne, a déclaré que les conditions dans les camps du nord-ouest étaient "déplorables".

"Les familles vivant dans des tentes usées sont confrontées à une chaleur suffocante", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Les ordures s'accumulent dans les camps dépourvus d'installations sanitaires. Les enfants tombent malades.

Response Coordination, un regroupement d'organisations locales dans le nord-ouest de la Syrie, a averti que les maladies de peau se propageaient dans les camps à mesure que les températures montaient et que l'eau se raréfiait.

"Dans certains camps, plus de 90 % des résidents ont la gale", a déclaré Fidaa Al-Hamud, médecin responsable d'une clinique mobile près de Sarmada, dénonçant "la pénurie d'eau, l'amoncellement des ordures... et l'absence de réseaux d'égouts".

Firas Kardush, un responsable local de la région d'Idlib, gouvernée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir Al-Sham, a déclaré que les autorités "essayaient de trouver des alternatives", mais a mis en garde contre une "catastrophe humanitaire" si l'argent de l'aide venait à se tarir.

Dans un autre camp de la campagne d'Idlib, Asma Al-Saleh a déclaré que la pénurie d'eau avait rendu plus difficiles la cuisine et le bain de ses cinq enfants, s'inquiétant de l'éruption cutanée de l'un d'entre eux.

Lorsqu'elle n'a plus d'eau, elle doit remplir des récipients dans un puits voisin et les ramener à pied jusqu'à sa tente.

"Je n'ai pas de réservoir de stockage d'eau... et je ne suis pas en mesure d'en acheter un", a déclaré Saleh, 32 ans.

"Nous n'avons même pas d'eau froide à boire" en été, a-t-elle ajouté.