Pourquoi la dernière guerre entre Israël et le Hamas s'avère-t-elle si polarisante?

Des milliers de manifestants se rassemblent lors d'une manifestation pro-palestinienne sur la Freedom Plaza à Washington, le samedi 4 novembre 2023 (Photo, AP).
Des milliers de manifestants se rassemblent lors d'une manifestation pro-palestinienne sur la Freedom Plaza à Washington, le samedi 4 novembre 2023 (Photo, AP).
Short Url
Publié le Mercredi 22 novembre 2023

Pourquoi la dernière guerre entre Israël et le Hamas s'avère-t-elle si polarisante?

  • Selon les experts, la politique intérieure, la religion, le statut de victime et les notions de justice pour les Palestiniens ont aggravé les divisions sur le conflit
  • Les commentateurs affirment que la culture de l'annulation et le clivage marqué du discours public ont rendu tout débat raisonné presque impossible

DUBAI/LONDRES: Peu de sujets dans le monde suscitent des émotions d'une telle intensité, des manifestations mondiales d'indignation ou l'incompréhension de points de vue rivaux face à l'ampleur du conflit entre Israéliens et Palestiniens, même parmi ceux qui n'ont pas d'intérêt personnel dans la région.

Le conflit actuel à Gaza a fait ressortir ces tensions publiques sur la question avec une férocité jamais vue auparavant, entraînant des manifestations de masse dans les capitales occidentales, des querelles publiques qui mettent fin à des carrières et une série de crimes haineux et même de meurtres.

Face à la colère et au vitriol qui s'expriment sur les réseaux sociaux, dans les journaux, dans les couloirs du pouvoir et dans les rues, les experts se demandent de plus en plus pourquoi cette question continue de diviser autant et si la sérénité ne doit pas d'abord prévaloir si l'on veut parvenir à une fin durable du conflit.

«Le conflit israélo-palestinien fait rage et chaque fois qu’un conflit survient, il prend de l'ampleur: Il se développe ailleurs, plus que tout autre conflit dans le monde», a déclaré à Arab News, Yossi Mekelberg, professeur de relations internationales et membre associé du programme pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Chatham House, à Londres.

«La guerre en Ukraine est une guerre massive, tout comme le conflit en Syrie, mais nous n'avons pas vu ce genre de réaction. Je crois que c'est parce que les questions soulevées – le droit à l'existence d'Israël et le sort des Palestiniens – donnent lieu à de nombreux autres griefs et que c'est ainsi que les gens peuvent les exprimer.»

Des manifestants utilisent les lampes de poche de leurs téléphones portables pour protester contre les attaques israéliennes sur Gaza, à Barcelone, en Espagne, le 11 novembre 2023 (Photo, AP).

Depuis que le groupe militant palestinien Hamas a lancé une attaque transfrontalière contre le sud d'Israël le 7 octobre, faisant 1 200 morts et prenant en otage plus de 200 Israéliens et étrangers, la bande de Gaza est soumise à d'intenses bombardements israéliens.

Les détails de l'attaque du Hamas – qui, selon les rapports israéliens, a entraîné le meurtre de familles entières, notamment de jeunes enfants, et même le viol et la décapitation de civils – ont provoqué une onde de choc dans le monde entier, suscitant un élan de sympathie à l'égard du peuple israélien.

La férocité de l'attaque, qui a fait écho aux pogroms des siècles passés, a conduit les dirigeants occidentaux à réaffirmer leur soutien au droit d'Israël d'exister et de se défendre. Le président américain, Joe Biden, et le secrétaire d'État, Antony Blinken, se sont empressés de rendre hommage en personne aux victimes.

Cependant, après des décennies d'occupation israélienne, de violence des colons en Cisjordanie, d'incursions provocatrices dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem par des ministres israéliens d'extrême droite, et de difficultés et de discriminations quotidiennes endurées par le peuple palestinien, certains ont affirmé qu'Israël avait en quelque sorte provoqué cette attaque.

Certains, en particulier le régime iranien et ses milices mandataires dans toute la région, ont ouvertement fait l'éloge de l'assaut du Hamas, tandis que de nombreux sympathisants du groupe en Occident ont décrit les attaquants comme des «combattants de la liberté» plutôt que comme des terroristes.

Des volutes de fumée s'élèvent après une frappe israélienne sur Gaza, le 21 novembre 2023 (Photo, AFP).

La réaction d'Israël à l'attaque du 7 octobre a été rapide. Promettant d'éliminer le Hamas, les forces de défense israéliennes ont commencé à bombarder la bande de Gaza, densément peuplée, ont restreint la fourniture de services publics et l'acheminement de l'aide humanitaire, et ont ordonné aux civils de quitter leur domicile en prévision d'une offensive terrestre.

Les images de la dévastation qui en résulte, des hôpitaux submergés et des scènes de déplacement, qui font écho à la Nakba (ou «catastrophe») de 1948 au cours de laquelle les Palestiniens ont été dépouillés de leurs terres, ont déclenché une vague de sympathie pour le peuple gazaoui et des demandes de cessez-le-feu immédiat.

Parallèlement, de nouveaux appels ont été lancés en faveur d'une solution à deux États comprenant la création d'un État palestinien indépendant à Gaza et en Cisjordanie, sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Toutefois, certains pro-palestiniens ont également repris des slogans controversés tels que «Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre», un slogan qui semble suggérer l'élimination d'Israël entre le Jourdain et la Méditerranée, ce qui a donné lieu à des accusations d'antisémitisme.

Des Palestiniens fuient vers le sud de la bande de Gaza dans la rue Salah al-Din au camp de Bureij, dans la bande de Gaza, le samedi 11 novembre 2023 (Photo, AP).

Les commentateurs soulignent que la polarisation du discours public autour du conflit laisse peu de place à la nuance ou aux zones d'ombre dans les discussions, ce qui rend presque impossible un débat raisonné sur la question.

«Chaque partie implore le statut de victime cinq étoiles», a déclaré Mohammed Darawshe, directeur de la stratégie au Givat Haviva Center for Shared Society à Jérusalem, qui promeut le dialogue judéo-arabe, dans un article récent de Roger Cohen dans le New York Times.

«Si l'on est coincé dans le statut de victime, on voit tous les autres comme se victimisant et déshumanisant», a-t-il ajouté.

Lors d'une récente interview avec Christiane Amanpour de CNN, l'universitaire britannique Mona Siddiqui, professeure d'études islamiques et interreligieuses à l'université d'Édimbourg, a déclaré: «On a soudain l'impression qu'il y a un conflit partout... dans notre politique, dans notre société, et que, d'une certaine manière, le conflit à l'étranger... se joue dans nos rues.»

Siddiqui a appelé à une nouvelle «imagerie morale» capable de façonner les points de vue sur le conflit à partir de l'étranger sans enflammer davantage les tensions.

Au contraire, les divisions provoquées par la guerre ont jeté de l'huile sur le feu du phénomène de la «cancel culture» qui a fait des ravages dans de nombreuses institutions occidentales au cours des dernières années.

Une étudiante activiste résiste à la détention lors d’un rassemblement pour protester contre les opérations militaires israéliennes à Gaza et pour soutenir le peuple palestinien, à New Delhi, en Inde, le 27 octobre 2023 (Photo, AP).

David Velasco, rédacteur en chef d'Artforum, un magazine américain influent, a été licencié pour avoir publié le 19 octobre une lettre ouverte appelant à la «libération de la Palestine» et à un «cessez-le-feu immédiat». Son licenciement a incité de nombreux autres membres du personnel à démissionner.

Michael Eisen, professeur de génétique à l'université de Californie à Berkeley et rédacteur en chef d'eLife, une revue influente dans le domaine des sciences de la vie, a été évincé de son poste après avoir retweeté un article satirique publié par The Onion et intitulé «Dying Gazans criticized for not using last words to condemn Hamas» («Les Gazaouis mourants critiqués pour ne pas avoir utilisé leurs derniers mots pour condamner le Hamas»).

Eisen a été licencié bien qu'il ait également posté un message sur X dans lequel il disait: «Je condamne le Hamas. Je condamne la façon dont Israël a traité les Palestiniens. Je condamne la façon dont un acte odieux est utilisé pour en justifier un autre.»

Le licenciement le plus médiatisé lié à cette question est sans doute celui de Suella Braverman, jusqu'à récemment ministre de l'Intérieur du Royaume-Uni, qui a écrit une tribune dans le Times, sans l'autorisation de Downing Street, dans laquelle elle accusait la police métropolitaine de Londres de faire preuve d'un parti pris pro-palestinien lors du maintien de l'ordre à l'occasion de manifestations rivales.

Dans un article récent de The Atlantic, intitulé «Cancel culture cuts both ways» («La culture de l'annulation est à double tranchant»), le politologue germano-américain Yascha Mounk a déclaré: «La cancel culture restreint le débat politique sur toutes sortes de sujets, encourage les gens à s'abstenir d'exprimer toute opinion qui pourrait s'avérer controversée et sape la confiance dans les institutions importantes.»

Une femme tient un drapeau palestinien lors d'un rassemblement pro-palestinien, à Paris, le samedi 18 novembre 2023 (Photo, AP).

Au-delà des disputes dans la presse et sur les réseaux sociaux, les divisions liées au conflit ont également un effet concret en dehors du Moyen-Orient, sur les communautés musulmanes et juives qui subissent des attaques verbales et physiques depuis le 7 octobre.

Mekelberg a indiqué que le fait que des Juifs aient été récemment pris pour cible dans le réseau de transport londonien et ailleurs, par exemple, n'est pas la même chose que de critiquer le comportement d'Israël dans la bande de Gaza.

«Critiquer Israël et la politique de son gouvernement est tout à fait légitime», a-t-il signalé. En revanche, les attaques contre des personnes juives sont fondamentalement antisémites, tout comme les attaques contre des musulmans découlent de l'islamophobie.

La foi est cependant indissociable du conflit israélo-palestinien. En effet, Israël a été fondé en tant qu'État juif, déplaçant au passage une communauté majoritairement musulmane. Vient ensuite la question épineuse de Jérusalem, où se trouvent certains des lieux les plus sacrés de l'islam, du judaïsme et du christianisme.

Des manifestants tiennent une banderole lors d'un rassemblement à Belgrave Square, appelant à un «cessez-le-feu maintenant», lors d'une manifestation organisée par Jewish Bloc, Jews For Palestine dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023 (Photo, AFP).

Ziad Asali, médecin à la retraite et fondateur de l'organisation American Task Force on Palestine, estime que la religion explique en grande partie pourquoi le conflit revêt une telle importance à l'échelle mondiale.

«Tout ce qui a trait au Moyen-Orient est teinté d'un impact, de discours et de perception religieux», a-t-il déclaré à Arab News depuis Washington.

«En ce moment, l'émotion est grande car il s'agit maintenant d'un conflit entre des personnes qui appartiennent aux trois grandes religions monothéistes en même temps», a-t-il expliqué.

«Lorsque la religion fait irruption dans un conflit, les choses ne peuvent être contrôlées par la raison. L'aspect religieux de cette guerre la rend particulièrement menaçante et potentiellement plus explosive que n'importe quelle guerre en Afrique ou en Asie», a-t-il ajouté.

À la base du conflit israélo-palestinien se trouve cependant quelque chose de bien plus tangible: la question de la terre, que de nombreux partisans de la Palestine considèrent comme une question de justice et de restitution.

«Il y a des raisons réelles à cette lutte qui sont basées sur cette Terre, et non dans un lieu céleste, et qui ont trait à la terre, à l'occupation et à ce qui arrive aux gens, à leurs maisons, à leurs villes et à leur mode de vie», a précisé Asali. «C'est d'une tragédie au-delà de ce qui est imaginable.»

Une femme scande des slogans lors d'un rassemblement pro-palestinien à Bucarest, en Roumanie, le samedi 18 novembre 2023 (Photo, AP).

Vient ensuite la question du contexte politique dans les pays occidentaux et la façon dont les attitudes envers Israël et les Palestiniens sont réparties entre les partis politiques et même leurs factions internes.

Ces clivages politiques sont peut-être particulièrement marqués aux États-Unis à l'heure actuelle, le pays s’approchant d'une année électorale où les enjeux sont considérés comme plus importants et où l'exécutif actuel est conscient qu'il suit une ligne très étroite.

«Les positions politiques sont prises en fonction de critères passéistes, de gauchisme, d’éthnie et de patriotisme», a jugé Asali.

Bien que tous les facteurs susmentionnés aient probablement façonné la réaction polarisée au conflit, on ne peut nier la gravité de la crise qui se déroule à Gaza et le potentiel d'une escalade régionale plus large, avec des conséquences potentiellement mondiales.

C'est également pour cette raison que les populations extérieures au Moyen-Orient considèrent la résolution du conflit comme une question qui les concerne tout particulièrement.

«Il s'agit d'une guerre terrible comme nous n’en avons pas eu depuis un certain temps au Moyen-Orient», a soutenu Asali. «Il s'agit d'une guerre qui est sur le point soit d'être contenue soit de s'étendre.

«Elle est menée en conséquence des décisions prises aux États-Unis et au Moyen-Orient», a conclu Asali.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: un mort dans une frappe sur une voiture imputée à Israël

Cette photo prise depuis une position israélienne le long de la frontière avec le sud du Liban montre de la fumée s'échappant du village libanais d'Odaisseh lors d'un bombardement israélien le 22 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières persistantes alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants du Hamas à Gaza. (Photo de Jalaa MAREY / AFP)
Cette photo prise depuis une position israélienne le long de la frontière avec le sud du Liban montre de la fumée s'échappant du village libanais d'Odaisseh lors d'un bombardement israélien le 22 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières persistantes alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants du Hamas à Gaza. (Photo de Jalaa MAREY / AFP)
Short Url
  • La frappe a visé une voiture dans la région côtière de Tyr, à environ 35 kilomètres au nord de la frontière avec Israël, selon un photographe
  • L'armée a formé un cordon sécuritaire tandis que des membres du Hezbollah inspectaient le véhicule

BEYROUTH: Une personne a été tuée dans une frappe imputée à Israël qui a visé mardi un véhicule dans le sud du Liban, loin de la frontière, ont indiqué un média d'Etat et un journaliste de l'AFP.

Le Hezbollah libanais échange quotidiennement des tirs avec Israël depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien dans la bande de Gaza, il y a plus de six mois.

La frappe a visé une voiture dans la région côtière de Tyr, à environ 35 kilomètres au nord de la frontière avec Israël, selon un photographe de l'AFP qui a vu le véhicule entièrement carbonisé.

L'armée a formé un cordon sécuritaire tandis que des membres du Hezbollah inspectaient le véhicule, selon cette source.

L'agence nationale d'information (Ani, officielle), a de son côté fait état d"un martyr" lorsqu'un "drone a visé une voiture dans la région d'Abou el Assouad, au nord du fleuve Litani".

Depuis environ une semaine, le Hezbollah, allié du Hamas, a intensifié ses frappes contre des sites militaires israéliens sur fond de tensions entre Israël et l'Iran.

Lundi, le Hezbollah a dit avoir visé un quartier général militaire dans le nord d'Israël avec des "dizaines" de roquettes Katioucha, "en réponse" à des raids sur des villages du sud du Liban.

Les échanges de tirs entre Israël et le Hezbollah depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre ont fait 377 morts du côté libanais, essentiellement des combattants du mouvement libanais ainsi que quelque 70 civils, selon un décompte de l'AFP.

Dans le nord d'Israël, onze soldats et huit civils ont été tués d'après l'armée. Des dizaines de milliers d'habitants ont dû fuir la zone de part et d'autre de la frontière.


Les Saoudiens obtiennent des visas de cinq ans dans le cadre de la mise à jour des règles de l'UE-Schengen

La mise en œuvre de la règle des visas de cinq ans marque une étape importante dans le renforcement des relations interpersonnelles entre l'UE et le CCG. (AFP)
La mise en œuvre de la règle des visas de cinq ans marque une étape importante dans le renforcement des relations interpersonnelles entre l'UE et le CCG. (AFP)
Short Url
  • La Commission européenne a adopté trois décisions d'application actualisant les règles de délivrance des visas à entrées multiples pour l’Arabie saoudite, Oman et Bahreïn
  • Les experts considèrent également qu'il s'agit d'un premier pas vers une dérogation à l'accord de Schengen

LONDRES : L'Union européenne (UE) a annoncé lundi l'assouplissement des règles en matière de visas pour les citoyens d'Arabie saoudite, d'Oman et de Bahreïn

La Commission européenne a adopté trois décisions d'application actualisant les règles de délivrance des visas à entrées multiples pour les trois pays du Golfe. 

L'annonce a été faite lors du forum de haut niveau UE-CCG sur la sécurité et la coopération régionales à Luxembourg, où le ministre des Affaires étrangères du Royaume, le prince Faisal ben Farhane, dirige la délégation saoudienne, qui comprend également l'ambassadeur auprès de l'UE, Haifa al-Jedea, et la conseillère du ministère des Affaires étrangères, Manal Radwan. 

La réunion a porté sur le renforcement de la sécurité et de la coopération stratégique entre les États du Golfe et l'UE, ainsi que sur l'évolution de la situation dans la bande de Gaza et ses environs et sur l'importance d'un cessez-le-feu immédiat. 

En vertu des nouvelles règles en matière de visas, les ressortissants vivant à Bahreïn, à Oman et en Arabie saoudite pourront bénéficier de visas à entrées multiples, ce qui leur permettra de se rendre dans l'UE plusieurs fois sur une période de cinq ans avec le même visa. 

Le code des visas actualisé fait partie d'un concept connu sous le nom de «cascade», une «approche harmonisée» de la délivrance de visas à entrées multiples ayant une longue durée de validité pour tous les demandeurs admissibles, y compris ceux qui voyagent pour la première fois. 

Pendant la durée de validité de ces visas, les titulaires bénéficient de droits de voyage équivalents à ceux des ressortissants exemptés de visa. 

Cette mise à jour vise à uniformiser les règles en matière de visas pour tous les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) dont les citoyens ont besoin d'un visa pour accéder à l'espace Schengen. 

La mise en œuvre de la règle des visas de cinq ans marque une étape importante dans le renforcement des relations interpersonnelles entre l'UE et le CCG. 

Elle s'inscrit également dans le contexte de la communication conjointe de l'UE sur un «partenariat stratégique avec le Golfe», qui couvre également les relations de l'UE avec le Royaume, Oman et Bahreïn. 

Les experts considèrent également qu'il s'agit d'un premier pas vers une dérogation à l'accord de Schengen. 

L'espace Schengen – qui comprend 29 pays européens et constitue la plus grande zone de libre circulation au monde – s'est étendu en février dernier à la Bulgarie et à la Roumanie, éliminant ainsi tous les contrôles aux frontières aériennes et maritimes. Une décision sur la suppression des contrôles terrestres sera prise ultérieurement. 

En novembre, les pays du Golfe ont annoncé leur intention de mettre en place un visa touristique unifié similaire à celui de Schengen, afin de rationaliser les efforts logistiques des résidents et des touristes. 

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Tunis, Alger et Tripoli pour un travail commun contre «le danger» de l'immigration clandestine

Une photo fournie par le service de presse de la présidence tunisienne montre le président Kais Saied (au centre) organisant un mini-sommet du Maghreb aux côtés du président algérien Abdelmadjid Tebboune (à gauche) et du président du Conseil présidentiel libyen basé à Tripoli, Mohamed al-Menfi, à Tunis le 22 avril, 2024. (AFP)
Une photo fournie par le service de presse de la présidence tunisienne montre le président Kais Saied (au centre) organisant un mini-sommet du Maghreb aux côtés du président algérien Abdelmadjid Tebboune (à gauche) et du président du Conseil présidentiel libyen basé à Tripoli, Mohamed al-Menfi, à Tunis le 22 avril, 2024. (AFP)
Short Url
  • Les trois présidents ont aussi tenu à l'importance d'organiser périodiquement «ces réunions consultatives non seulement pour évoquer des dossiers politiques mais aussi économiques et sociaux»
  • Le Maroc et la Mauritanie n'ont pas été conviés à cet évènement

TUNIS: Les dirigeants de la Tunisie, de l'Algérie et de la Libye sont convenus à l'issue d'une réunion consultative à Tunis de lutter ensemble contre les impacts de l'immigration clandestine et d'unir leurs positions et leurs discours sur cette question.

A l'invitation du chef de l’Etat tunisien Kais Saied, le président algérien Abdelmajid Tebboune et le président du conseil présidentiel libyen Mohamed al-Menfi ont participé lundi à une première réunion consultative au Palais présidentiel de Carthage dans la banlieue nord de Tunis.

A l'issue de cette réunion, "les trois dirigeants sont convenus à la formation des équipes communes (...) qui seront chargées de sécuriser les frontières communes (des trois pays) du danger et des impacts de l'immigration non organisée", selon une déclaration lue par le ministre tunisien des Affaires étrangères Nabil Ammar.

Ils ont aussi tenus dans cette déclaration commune à "unir les positions et le discours" dans leur traitement de ce sujet avec les autres pays "frères et amis concernés par ce phénomène", a ajouté le ministre.

Les trois présidents ont aussi tenu à l'importance d'organiser périodiquement ces réunions consultatives non seulement pour évoquer des dossiers politiques mais aussi économiques et sociaux".

Le Maroc et la Mauritanie n'ont pas été conviés à cet évènement.

Le principe d'une rencontre maghrébine tripartite, organisée tous les trois mois, avait été décidé par les trois dirigeants lorsqu'ils s'étaient vus en marge d'un sommet sur le gaz à Alger début mars.

Dans un communiqué, les trois pays avaient souligné "la nécessité d'unifier et intensifier les efforts pour relever les défis économiques et sécuritaires, au service des intérêts" de leurs peuples.

Des médias marocains comme Hespress et Le 360 ont accusé l'Algérie de vouloir "former une alliance maghrébine contre le Maroc", son grand rival régional, et dénoncé une "manoeuvre destinée à faire croire que l'Algérie n'est pas isolée dans son voisinage".

Pour sa part, le chef de la diplomatie algérienne Ahmed Attaf a défendu ces initiatives comme destinées à combler un vide, alors que l'Union du Maghreb arabe (UMA), créée il y a 35 ans, est "dans le coma".

L'UMA a été fondée à Marrakech en 1989 avec l'ambition de renforcer les liens politiques et économiques entre Maroc, Algérie, Mauritanie, Tunisie et Libye mais des tensions récurrentes entre Rabat et Alger ont provoqué une impasse et le dernier sommet des dirigeants remonte à 1994.