Click on the number for more info

L’attentat contre les Marines américains à Beyrouth

Les terroristes étaient liés à l’Iran et à un mouvement qui se faisait appeler le Mouvement Amal islamique.  (Getty Images).
Les terroristes étaient liés à l’Iran et à un mouvement qui se faisait appeler le Mouvement Amal islamique. (Getty Images).
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

L’attentat contre les Marines américains à Beyrouth

  • L’attentat suicide contre la caserne américaine dans la capitale a révélé l’émergence du rôle iranien dans le conflit libanais

Les terroristes étaient liés à l’Iran et à un mouvement qui se faisait appeler le Mouvement Amal islamique.  (Getty Images). 

L’attentat suicide contre la caserne américaine dans la capitale a révélé l’émergence du rôle iranien dans le conflit libanais.  

Résumé

Le 23 octobre 1983, un attentat au camion piégé sur le quartier général des Marines à Beyrouth causa la mort de 241 américains et fit des douzaines de blessés, dans ce qui a été décrit comme l’explosion non-nucléaire la plus forte depuis la Seconde Guerre mondiale. 

Cet attentat-suicide (suivi par un autre contre des militaires français) fut le second de cette nature à frapper la capitale libanaise, après un premier attentat-suicide à la bombe en avril de la même année, qui avait visé l’ambassade des Etats-Unis et tué 63 personnes, dont 17 Américains, dans l’ambassade et ses alentours.

Les attentats ont été attribués à l’Iran et plus particulièrement à un mouvement baptisé le Mouvement Amal islamique. Son leader, le Libanais Hussein Moussaoui, a confirmé les liens de son groupe avec la Révolution islamique iranienne, qu’il décrivait ‘comme les liens d’une nation avec son dirigeant’. 

Les deux explosions sont survenues dans un Liban meurtri par la guerre civile, suite à l’invasion des Israéliens qui sont parvenus jusqu’à Beyrouth et l’intervention des Forces multinationales de sécurité pour protéger la capitale libanaise. Le retrait des Américains suivi de celui des Français après la double attaque laissèrent Beyrouth en proie au chaos, entraînant plus de victimes et de destructions. 

 

BEYROUTH - Il était près de 6h25, le matin du 23 octobre 1983, lorsque les secousses se firent sentir à Beyrouth, dans sa banlieue et jusqu’aux régions montagneuses, suite à une explosion au bruit presque étouffé. 

Les gens crurent à un tremblement de terre. Mais sept minutes plus tard, la capitale et ses alentours subirent un deuxième choc à la suite d’une seconde explosion massive. 

Les dates clés

  1. Le 24 août 1982 :  Une Force multinationale américaine, française et italienne de sécurité est déployée à Beyrouth pour s’assurer de l’évacuation des combattants de l’Organisation pour la libération de la Palestine.
  2. Le 10 septembre 1982 : Les Marines américains se retirent.
  3. Le 14 septembre 1982 : Le président libanais Bachir Gemayel est assassiné. 
  4. Le 16 septembre 1982 : La milice chrétienne, assistée par les troupes israéliennes, massacre des centaines de musulmans dans les camps de Sabra et Chatila. 
  5. Le 29 septembre 1982 :  Les Marines américains sont de retour à Beyrouth. 
  6. Le 18 avril 1983 : 17 Américains font partie des victimes lors de l’attentat contre l’Ambassade des Etats-Unis à Beyrouth.
  7. Le 23 octobre 1983 : Un attentat au camion piégé au quartier général des Marines à Beyrouth cause la mort de 241 américains et fait 128 blessés. Quelques kilomètres plus loin, un second camion piégé cause la mort de 58 parachutistes français. 
  8. Une cour américaine jugera par la suite que l’Iran était l’ordonnateur de l’attentat et qu’il fut exécuté par le Hezbollah. 

A cette époque, je travaillais pour le journal libanais As-Safir en tant que correspondante de guerre. Beyrouth était entourée par plusieurs fronts d’accrochages, entre les axes de sa banlieue sud, la montagne et la région de l’Iqlim el-Kharroub. La ‘Guerre de la Montagne’ opposait le Parti socialiste progressiste (PSP) et ses alliés d’un côté aux Forces libanaises de l’autre.

Au Sud, des combattants libanais qui étaient liés à des partis gauche et auparavant à des factions palestiniennes s’étaient engagés dans une résistance armée contre Israël. La Force multinationale, composée d’Américains, de Français et d’Italiens, était toujours stationnée à Beyrouth à la suite de l’évacuation des combattants et des dirigeants de l’OLP. La présence de cette force au Liban était la conséquence de l’agression d’Israël sur le Liban et de son occupation de Beyrouth en 1982. 

Il suffit de quelques minutes pour comprendre que le quartier général des Marines sur la route de l’aéroport de Beyrouth ainsi que celui des Parachutistes français dans le quartier de Jnah, avaient été touchés par deux explosions causées par deux commandos-suicides non identifiés. Ils avaient enfoncé les barricades des deux quartiers généraux à l’aide de deux camions bourrés d’explosifs. 

C’était le second attentat terroriste à la bombe après celui contre l’ambassade américaine dans le quartier d’Aïn el-Mreissé à Beyrouth six mois plus tôt, le 18 avril 1983. Une série sans précédent jusque-là. 

Au quartier général des Marines, les dégâts étaient considérables. Quatre couches de ciment s’étaient écroulées et n’étaient plus qu’un amas de gravats. Le feu brûlait encore et on entendait des cris. On voyait du sang et des morceaux de corps humains. La confusion était totale. C’est ce qui est resté gravé dans ma mémoire et ce que nous, journalistes, avons pu voir dans ce chaos. 

Les Marines étaient en fête la nuit précédente, un samedi. Un groupe de musique s’était déplacé des Etats-Unis pour les divertir. L’explosion survint alors qu’ils dormaient encore. 

Il n’y eut pas de revendications des attentats ce jour-là, mais le journal As-Safir publia quelques jours plus tard un communiqué qu’il reçut, dans lequel le « Mouvement de la Révolution islamique » revendiquait les attentats. 

48 heures après l’attentat, les Etats-Unis accusaient le Mouvement Amal et sa faction dissidente, le Mouvement Amal islamique mené par Hussein Moussaoui, d’être responsables des attaques-suicides. Selon les informations publiées par des journaux locaux à l’époque, « les préparatifs des attentats ont eu lieu à Baalbeck, et le camion utilisé lors de l’explosion a été vu parqué devant un bureau du mouvement Amal. 

Le vice-président américain, George H. W. Bush, se rendit au Liban le jour suivant l’attaque et déclara : « Nous ne permettrons pas au terrorisme de dicter ou d’altérer notre politique extérieure ». 

 

Extrait d’un éditorial d’Arab News du 24 octobre 1983.

« Malgré leur côté sanguinaire et révoltant, les actes de violence au Liban sont presque devenus une routine dans ce pays ». 

La Syrie, l’Iran et le Mouvement Amal nièrent ensuite toute implication dans les deux attaques. 

La France répondit à l’agression sur ses militaires en effectuant un raid de huit Super-Étendard de la Marine nationale pour larguer des bombes sur la caserne du cheikh Abdallah à Baalbek, où « des factions iraniennes étaient stationnées ». La France déclara à l’époque que les raids avaient fait 200 victimes. 

Un responsable du Mouvement Amal islamique nia dans un communiqué que « l’Iran avait une base dans la région de Baalbeck » mais insista sur le fait que le lien de son groupe avec « la Révolution Islamique en Iran est le lien d’une nation avec son dirigeant et nous nous défendrons ». 

Le 23 novembre, le gouvernement libanais décida de rompre ses relations avec l’Iran et la Libye. Le ministre des Affaires étrangères libanais à l’époque, Elie Salem, déclara que la décision « avait été prise après que l’Iran et la Libye ont admis qu’elles avaient des forces dans la Békaa ». 




Extrait des archives d’Arab News du 24 Octobre 1983. 

Le journal As-Safir cita une source diplomatique selon laquelle « les relations avec l’Iran ont empiré à cause des interventions, pratiques et activités illégales que l’Iran a menées sur le territoire libanais, malgré de nombreux avertissements ». 

Les attentats d’octobre représentaient l’indication la plus forte de l’inversion des rapports régionaux et internationaux au Liban et de l’émergence d’un rôle iranien prépondérant dans le conflit sur le territoire libanais. 

Comme le rapportait à Arab News l’analyste en stratégie Walid Noueihed « avant 1982, Beyrouth accueillait toutes formes d’opposition : les élites instruites dites ‘opposition de velours’ ainsi que l’opposition armée dont les membres étaient formés dans les camps palestiniens ou dans des camps d’entraînement dans la Békaa et au Sud. »

« L’opposition iranienne au Chah faisait partie de ces oppositions tolérées. Beyrouth était, dans le consensus régional et international, une oasis pour toute opposition jusqu’en 1982, lorsqu’Israël envahit le Liban, assiégea Beyrouth et poussa au retrait des membres de l’OLP. Cela se fit dans le cadre d’un accord international qui consistait en un retrait israélien de Beyrouth en échange de l’évacuation des palestiniens du Liban. »

 

Noueihed expliqua que même si les factions palestiniennes s’étaient retirées du Liban, ce n’était pas le cas des combattants libanais qui faisait partie de l’OLP au Liban. La plupart d’entre eux étaient des chiites qui constituaient le réservoir des partis de gauche libanais. 

Il ajouta que « les attentats contre le Quartier Général des Marines et contre les Parachutistes français menèrent au retrait des forces multinationales du Liban et Beyrouth se retrouva, pour la deuxième fois, sans protection. De nouvelles opérations de résistance virent le jour, inspirées par des idéologies qui n’avaient aucun lien avec les idéologies de gauche. Le Mouvement Amal islamique et ses slogans condamnant Israël apparurent au grand jour. ». 

 

En 1985, le Hezbollah fut créé, se définissant comme une ‘organisation jihadiste menant une révolution pour une république islamique’. Ce nouveau parti reçut le soutien de partis libanais et palestiniens de gauche, surtout après l’effondrement de l’Union soviétique.  

 

« Nous commencions à constater la disparition des symboles nationaux de la résistance et nous pensions que le but était d’en exclure toutes les forces afin de la réduire à un seul parti, le Hezbollah » observa Noueihed. 

 

« L’influence iranienne se cristallisa lorsque des combats violents éclatèrent entre le Hezbollah et Amal, coûtant la vie à des dizaines de personnes et se terminant par une prise de contrôle du Hezbollah, au moment de l’occupation militaire syrienne du Liban », ajouta Noueihed. 

 

« Beyrouth se transforma pratiquement en ville fantôme, abandonnée par des centaines d’écrivains, intellectuels, chercheurs et professionnels des médias, fuyant en Europe de peur d’être persécutés ». 

 

Najia Houssari, notre journaliste basée à Beyrouth, était correspondante de guerre pour le journal As-Safir lorsque le Quartier Général des Marines américains fut attaqué. 

 


L'Iran veut s'équiper de trois autres satellites Khayyam

Un Iranien se tient à côté de missiles exposés à la mosquée Mosallah à l'occasion du deuxième anniversaire d'une attaque de missiles iraniens contre une base militaire américaine en Irak à la suite de l'assassinat d'un ancien haut commandant iranien, à Téhéran, le 7 janvier 2022. (AFP).
Un Iranien se tient à côté de missiles exposés à la mosquée Mosallah à l'occasion du deuxième anniversaire d'une attaque de missiles iraniens contre une base militaire américaine en Irak à la suite de l'assassinat d'un ancien haut commandant iranien, à Téhéran, le 7 janvier 2022. (AFP).
Short Url
  • Le satellite Khayyam a été lancé mardi par une fusée Soyouz-2.1B depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, contrôlé par Moscou
  • «La construction de trois autres satellites Khayyam avec la participation de scientifiques iraniens est à l'ordre du jour du gouvernement», a déclaré Ali Bahadori-Jahromi

TEHERAN: L'Iran prévoit de se doter de trois autres versions du satellite Khayyam lancé cette semaine par la Russie, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement iranien.

"La construction de trois autres satellites Khayyam avec la participation de scientifiques iraniens est à l'ordre du jour du gouvernement", a déclaré Ali Bahadori-Jahromi, sur son compte Twitter.

Le satellite Khayyam a été lancé mardi par une fusée Soyouz-2.1B depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, contrôlé par Moscou.

Lors d'une conférence de presse mercredi, le directeur de l'agence spatiale iranienne Hassan Salarieh avait expliqué que le satellite avait été construit par les Russes sous la supervision de l'Iran.

Les Etats-Unis affirment que le satellite serait destiné à des activités "d'espionnage" et qualifient la coopération croissante de Moscou avec Téhéran comme une "menace" grave.

L'Iran a rejeté mercredi ces allégations, affirmant que l'appareil était construit "pour répondre aux besoins du pays" notamment dans la "gestion des crises urbaines", et "des ressources naturelles".

La semaine dernière, le Washington Post citait des responsables anonymes du renseignement occidental assurant que la Russie "prévoyait d'utiliser le satellite pendant plusieurs mois ou plus" dans sa guerre en Ukraine avant d'en céder le contrôle à l'Iran.

L'agence spatiale iranienne a elle affirmé que la République islamique contrôlerait le satellite "dès le premier jour" notamment pour "surveiller (ses) frontières".

Khayyam, nommé en l'honneur du polymathe persan du XIe siècle Omar Khayyam, n'est pas le premier satellite iranien mis en orbite par la Russie. En 2005, Sina-1 avait été déployé depuis le cosmodrome russe de Plesetsk.

L'Iran insiste sur le fait que son programme spatial est à des fins civiles et de défense uniquement, et ne viole pas l'accord nucléaire de 2015 ni aucun autre accord international.

Les gouvernements occidentaux craignent que les systèmes de lancement de satellites intègrent des technologies interchangeables avec celles utilisées dans les missiles balistiques capables de livrer une ogive nucléaire, ce que l'Iran a toujours nié vouloir construire.

L'Iran a réussi à mettre en orbite son premier satellite militaire en avril 2020, s'attirant les foudres des Etats-Unis.


Le Liban s’approche d'un changement positif, selon le PDG de l'ATFL

M. Gabriel a déclaré que les résultats des élections de mai 2022, qui ont affaibli l'emprise du Hezbollah sur le Parlement, constituent un début qui permettra de réaliser de plus grandes réformes et de reconstruire l'économie de la nation. (Capture d'écran, ArabNews.com/rayradioshow)
M. Gabriel a déclaré que les résultats des élections de mai 2022, qui ont affaibli l'emprise du Hezbollah sur le Parlement, constituent un début qui permettra de réaliser de plus grandes réformes et de reconstruire l'économie de la nation. (Capture d'écran, ArabNews.com/rayradioshow)
Short Url
  • «Le Hezbollah est un parti politique et il fait partie du tissu du pays, que cela plaise ou non à certaines personnes»
  • Dans l'émission The Ray Hanania Show, M. Gabriel a indiqué qu'il y avait d'autres facteurs en jeu que la force militaire du Hezbollah et son engagement dans le terrorisme

CHICAGO: Le Liban sera à deux doigts d’un changement si son peuple met fin à la corruption du gouvernement et si les Israéliens et les Palestiniens parviennent à un accord de paix, a déclaré mercredi dernier le chef du groupe de travail américain sur le Liban.

L'ambassadeur Edward M. Gabriel, président et directeur général de l'ATFL (American Task Force for Lebanon, NDLR), qui a récemment été nommé au conseil d'administration de l'Institut américain de la paix, a déclaré à Arab News qu'il existait de nombreux problèmes à résoudre pour changer la dynamique régionale et réduire considérablement les tensions. Mais ce changement positif est possible.

M. Gabriel, qui vient de rentrer d'une mission ATFL au Liban, a estimé que, si les Israéliens et les Palestiniens trouvaient la paix, le Hezbollah déposerait les armes et deviendrait davantage un parti politique plutôt que de rester l'une des milices les plus résistantes à la présence militaire régionale d'Israël.

«Le Hezbollah est un parti politique et il fait partie du tissu du pays, que cela plaise ou non à certaines personnes. La question est de savoir s'ils doivent déposer les armes et s'assurer qu'ils opèrent en tant qu'entité politique au Liban et non poursuivre leur terrorisme dans toute la région», a expliqué M. Gabriel. Il a affirmé que, si cela se produisait, le groupe pourrait devenir une force positive dans le pays.

«Le Hezbollah a dit que, en cas de paix entre Israël et les Palestiniens, leurs armes ne seront pas nécessaires. J'ai récemment rencontré le mufti chiite, il a réitéré cette conviction. Et je lui ai demandé à quel moment il les voyait déposer les armes. Il a répondu exactement avec les mots que vous utilisez.»

Dans l'émission The Ray Hanania Show, M. Gabriel a indiqué qu'il y avait d'autres facteurs en jeu que la force militaire du Hezbollah et son engagement dans le terrorisme. Il s'agit notamment du règlement par le Liban de ses différends maritimes avec Israël et de la fin de la corruption du gouvernement libanais afin de pouvoir bénéficier du soutien financier du Fonds monétaire international (FMI).

«Il y a un facteur notable: la négociation entre le Liban et Israël, deux ennemis qui tentent de régler leur différend frontalier maritime. Nous avons été encouragés par le fait qu'ils allaient dans la bonne direction à cet égard. S'ils y parviennent, cela enverra un nouveau signal fort qui indique que le Liban peut travailler avec certaines des personnalités difficiles de la région et trouver des solutions simples», a souligné M. Gabriel.

La résolution des problèmes maritimes entre Israël et le Liban peut ouvrir l'accès à d'énormes poches de pétrole et de gaz qui se trouvent sous la mer Méditerranée, a-t-il ajouté.

«Le Liban est confronté à deux problèmes: l'un est la corruption et l'autre est le fait que le Hezbollah dispose d'armes. Un pays ne peut avoir une milice capable de s'imposer dans la région sans tenir compte des Forces armées libanaises [FAL]. Dieu merci, les FAL deviennent beaucoup plus fortes. Il existe une grande différence entre ce qu'elles étaient il y a dix ans et ce qu'elles sont aujourd'hui. Non, je ne pense plus qu'il s'agisse principalement d'un problème régional. Les FAL protègent assez bien les frontières et la souveraineté du pays. Elles ont encore du pain sur la planche», a précisé M. Gabriel.

«Ce qui compte, c'est que le Parlement dise aux dirigeants corrompus: “Cela suffit, vous êtes virés. Nous allons voter pour des réformes et des changements et nous allons les mettre en œuvre par le biais d'une structure de bonne gouvernance pour apporter des changements.” Ce sont là les deux problèmes qui se posent aujourd'hui. Le programme du FMI représente une solution possible s'ils y réagissent et adoptent la législation nécessaire au cours des deux prochains mois, juste avant l’élection présidentielle. Le Parlement aura son mot à dire à ce sujet. Vont-ils élire un président réformateur ou les mêmes vieux vont-ils élire les mêmes vieux?»

M. Gabriel a déclaré que les résultats des élections de mai 2022, qui ont affaibli l'emprise du Hezbollah sur le Parlement, constituent un début qui permettra de réaliser de plus grandes réformes et de reconstruire l'économie de la nation.

«Des statistiques récentes placent le Liban dans les quatre derniers rangs des pays les moins performants [sur le plan économique] du monde. Il y a seulement deux décennies – une décennie –, il se situait dans le tiers supérieur des pays sur l'échelle des revenus. Selon la Banque mondiale, il s'agit de l'un des pires désastres économiques depuis 1850, peut-être même l'un des trois pires désastres. Nous avons beaucoup de raisons de nous inquiéter», a alerté M. Gabriel.

«Nous avons rencontré les plus hauts dirigeants du pays et leur avons transmis un message très dur: vous êtes à la tête d'un pays qui est en train de sombrer. Il va devenir un État mendiant d'ici à l'année prochaine et vous en serez responsables, à moins que vous ne fassiez quelque chose dans les mois à venir pour éviter un désastre imminent.»

Mais il a ajouté que les réformateurs devaient trouver un moyen de se rassembler en force pour apporter le changement lors de l’élection présidentielle de novembre.

«Les candidats réformateurs, les candidats de l'opposition, les candidats du changement ont enlevé la majorité au Hezbollah et à ses alliés. Il semble donc qu'il y ait là un mouvement de la part d'un groupe de parlementaires progressistes qui veulent apporter un changement. Le chemin à parcourir est encore long, mais ces personnes phénoménales qui se soucient de leur pays font de leur mieux dans ces circonstances. Il y a une pression régionale sur le Liban», a fait savoir M. Gabriel. Ce dernier a en outre observé l'augmentation récente des tensions et de la rhétorique entre Israël et le Hezbollah.

«Mais c'est une excuse. Très franchement, la raison pour laquelle le Liban est ce qu'il est, c'est la corruption. Il y a une quantité massive de corruption dans le pays et il faut vraiment y mettre un terme si l'on veut qu'il y ait un progrès. Le Fonds monétaire international est intervenu avec une proposition que le gouvernement a acceptée jusqu’à présent. Toutefois, ce dernier doit mettre en œuvre un certain nombre de réformes qui réduiront la corruption et répondront aux besoins de la population. Alors, nous verrons comment cela se passe.»

Cependant, Israël doit prendre conscience du fait qu'il a des décisions majeures à prendre au sujet de la paix régionale et trouver une alternative à la violence contre les Palestiniens, a ajouté M. Gabriel.

«Israël doit se rendre compte que, sur Gaza et la question palestinienne, ils peuvent avoir une solution à un seul État ou à deux États. Mais pour avoir une solution à deux États, ils doivent entamer des négociations de bonne foi avec la Palestine afin de trouver une issue valable pour tous. Sinon, ils obtiendront une solution à un seul État, vers laquelle de plus en plus de personnes penchent», a prévenu M. Gabriel.

«Et, à l'heure actuelle, la solution à un seul État impliquerait que le peuple palestinien représente plus de 50% de la population. Il est donc dans l'intérêt d'Israël de réfléchir à la manière dont il opère par rapport à la question palestinienne. Cela dit, le terrorisme du Hamas n'arrange pas la situation. Pour l'instant, ils ont besoin de calme dans la région et maintenant qu'Israël a un partenaire à qui parler, les deux parties doivent s'attaquer à ce problème pour trouver une solution qui arrange tout le monde.»

M. Gabriel a estimé en outre que, malgré certains défis, le président Joe Biden offrait la meilleure solution pour la construction du Moyen-Orient; il a souligné que le leader américain avait consacré beaucoup de temps à la région.

Le Ray Hanania Show est diffusé en direct tous les mercredis à 17 heures, heure de l'Est, sur la radio WNZK AM 690 dans le Grand Détroit, dans certaines régions de l'Ohio, et sur la radio WDMV AM 700 à Washington, D.C., y compris dans certaines régions de Virginie et du Maryland. L'émission est rediffusée le jeudi à 7 heures à Detroit sur WNZK AM 690 et à Chicago à 12 heures sur WNWI AM 1080.

Vous pouvez écouter le podcast de l'émission de radio sur le lien suivant: ArabNews.com/rayradioshow


Maroc: face au manque d'eau, des villageois entre larmes et fatalisme

Un troupeau de moutons marche sur de la terre fissurée au barrage d'al-Massira dans le village d'Ouled Essi Masseoud, à environ 140 kilomètres (85 miles) au sud de la capitale économique marocaine Casablanca, le 8 août 2022 au milieu de la pire sécheresse du pays depuis au moins quatre décennies. (AFP).
Un troupeau de moutons marche sur de la terre fissurée au barrage d'al-Massira dans le village d'Ouled Essi Masseoud, à environ 140 kilomètres (85 miles) au sud de la capitale économique marocaine Casablanca, le 8 août 2022 au milieu de la pire sécheresse du pays depuis au moins quatre décennies. (AFP).
Short Url
  • Privée d'eau potable courante, cette localité située au pied de collines s'approvisionne uniquement dans les fontaines publiques ou dans les puits privés
  • A l'échelle nationale, les barrages cumulent un taux de remplissage de seulement 27%

OULED ESSI MASSEOUD: "Voir des villageois courant chaque matin à la fontaine ou chez un voisin pour récupérer de l'eau donne envie de pleurer", confie Mohamed Sbaï, qui a abandonné l'agriculture à cause des sécheresses successives qui frappent son village isolé, à 140 km de Casablanca.

Village aux terres autrefois fertiles, Ouled Essi Masseoud est désormais durement touché par le stress hydrique qui menace tout le Maroc.

Privée d'eau potable courante, cette localité située au pied de collines s'approvisionne uniquement dans les fontaines publiques ou dans les puits privés.

"Les fontaines ne sont opérationnelles qu'un à deux jours par semaine, les puits commencent à se tarir et le fleuve à côté s'assèche de plus en plus", explique à l'AFP M. Sbaï, ancien paysan.

"La rareté de l'eau nous fait souffrir", poursuit le sexagénaire, en route pour récupérer de l'eau chez des voisins.

La situation est critique au regard de la position géographique d'Ouled Essi Masseoud, situé dans la province agricole de Settat, proche du fleuve Oum Errabiâ et du barrage d'Al Massira, le deuxième plus grand du Maroc.

Le taux de remplissage de ce réservoir --qui alimente en eau potable plusieurs villes, dont la capitale économique marocaine Casablanca et ses 3 millions d'habitants-- n'atteint que 5%, selon les derniers chiffres officiels.

Sur place, l'ampleur du désastre est spectaculaire. Le réservoir d'Al Massira n'est plus qu'un étang bordé de quelques kilomètres de terre craquelée, jonchée de petits coquillages.

Stress « structurel » 

A l'échelle nationale, les barrages cumulent un taux de remplissage de seulement 27%. Une situation inquiétante précipitée par la pire sécheresse que traverse le Maroc depuis au moins 40 ans.

Avec 600 mètres cubes d'eau par habitant et par an, le pays d'Afrique du Nord est déjà largement sous le seuil de la pénurie d'eau, estimé à 1.700 m3 par habitant et par an, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

A titre de comparaison, la disponibilité en eau dans les années 1960 était quatre fois supérieure, à 2.600 m3.

Cette donne place le royaume chérifien en "situation de stress hydrique structurel", selon un récent rapport de la Banque mondiale sur l'économie marocaine.

Face à l'urgence, les autorités ont réagi en rationnant la consommation d'eau.

Le ministère de l'Intérieur a ordonné aux autorités locales de restreindre la distribution d'eau quand c'est nécessaire et interdit l'arrosage des espaces verts et des golfs avec de l'eau potable.

Les prélèvements illégaux dans des puits, des sources ou des cours d'eau sont également prohibés.

A plus long terme, le Maroc a programmé la construction de 20 stations de dessalement d'eau de mer d'ici 2030 qui devrait fournir une bonne partie de ses besoins en eau potable, selon le ministère de l'Equipement.

"Nous sommes dans une gestion de crise plutôt que dans une gestion de risque anticipé", souligne auprès de l'AFP l'expert en ressources hydriques Mohamed Jalil, qui juge également "difficile de faire un suivi efficace des mesures prises par les autorités".

« Arboriculture aquavore »

L'autre talon d'Achille du pays est sa politique agricole "qui privilégie une arboriculture fruitière aquavore et marginalise les petits producteurs", souligne l'agronome Mohamed Srairi.

Selon M. Srairi, cette agriculture mise sur l'irrigation goutte à goutte, qui aboutit paradoxalement à une consommation accrue d'eau, pour rendre cultivable des zones arides.

Le Maroc "a triplé" ses surfaces irriguées avec cette technologie et cela peut "avoir modifié les décisions de culture de manière à augmenter plutôt qu'à diminuer la quantité totale d’eau consommée par le secteur agricole", selon la Banque mondiale.

De fait, plus de 80% des eaux au Maroc vont à l'agriculture, un secteur clé de son économie, qui représente 14% du PIB.

Non loin du barrage d'Al Massira, Mohamed, un nonagénaire, est posté devant un petit lopin de terre asséché.

"On ne laboure plus car il n'y a plus d'eau", souffle-t-il, tout en disant "accepter tout de même l'adversité car on n'a pas le choix".

Les jeunes générations du village semblent moins résilientes.

"Avec la sécheresse, on vit dans un situation précaire", lâche d'un ton désolé Soufiane, un berger déscolarisé de 14 ans, en regardant le barrage. "J'ai l'impression que ça va encore empirer à l'avenir".