Click on the number for more info

L’attentat contre les Marines américains à Beyrouth

Les terroristes étaient liés à l’Iran et à un mouvement qui se faisait appeler le Mouvement Amal islamique.  (Getty Images).
Les terroristes étaient liés à l’Iran et à un mouvement qui se faisait appeler le Mouvement Amal islamique. (Getty Images).
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

L’attentat contre les Marines américains à Beyrouth

  • L’attentat suicide contre la caserne américaine dans la capitale a révélé l’émergence du rôle iranien dans le conflit libanais

Les terroristes étaient liés à l’Iran et à un mouvement qui se faisait appeler le Mouvement Amal islamique.  (Getty Images). 

L’attentat suicide contre la caserne américaine dans la capitale a révélé l’émergence du rôle iranien dans le conflit libanais.  

Résumé

Le 23 octobre 1983, un attentat au camion piégé sur le quartier général des Marines à Beyrouth causa la mort de 241 américains et fit des douzaines de blessés, dans ce qui a été décrit comme l’explosion non-nucléaire la plus forte depuis la Seconde Guerre mondiale. 

Cet attentat-suicide (suivi par un autre contre des militaires français) fut le second de cette nature à frapper la capitale libanaise, après un premier attentat-suicide à la bombe en avril de la même année, qui avait visé l’ambassade des Etats-Unis et tué 63 personnes, dont 17 Américains, dans l’ambassade et ses alentours.

Les attentats ont été attribués à l’Iran et plus particulièrement à un mouvement baptisé le Mouvement Amal islamique. Son leader, le Libanais Hussein Moussaoui, a confirmé les liens de son groupe avec la Révolution islamique iranienne, qu’il décrivait ‘comme les liens d’une nation avec son dirigeant’. 

Les deux explosions sont survenues dans un Liban meurtri par la guerre civile, suite à l’invasion des Israéliens qui sont parvenus jusqu’à Beyrouth et l’intervention des Forces multinationales de sécurité pour protéger la capitale libanaise. Le retrait des Américains suivi de celui des Français après la double attaque laissèrent Beyrouth en proie au chaos, entraînant plus de victimes et de destructions. 

 

BEYROUTH - Il était près de 6h25, le matin du 23 octobre 1983, lorsque les secousses se firent sentir à Beyrouth, dans sa banlieue et jusqu’aux régions montagneuses, suite à une explosion au bruit presque étouffé. 

Les gens crurent à un tremblement de terre. Mais sept minutes plus tard, la capitale et ses alentours subirent un deuxième choc à la suite d’une seconde explosion massive. 

Les dates clés

  1. Le 24 août 1982 :  Une Force multinationale américaine, française et italienne de sécurité est déployée à Beyrouth pour s’assurer de l’évacuation des combattants de l’Organisation pour la libération de la Palestine.
  2. Le 10 septembre 1982 : Les Marines américains se retirent.
  3. Le 14 septembre 1982 : Le président libanais Bachir Gemayel est assassiné. 
  4. Le 16 septembre 1982 : La milice chrétienne, assistée par les troupes israéliennes, massacre des centaines de musulmans dans les camps de Sabra et Chatila. 
  5. Le 29 septembre 1982 :  Les Marines américains sont de retour à Beyrouth. 
  6. Le 18 avril 1983 : 17 Américains font partie des victimes lors de l’attentat contre l’Ambassade des Etats-Unis à Beyrouth.
  7. Le 23 octobre 1983 : Un attentat au camion piégé au quartier général des Marines à Beyrouth cause la mort de 241 américains et fait 128 blessés. Quelques kilomètres plus loin, un second camion piégé cause la mort de 58 parachutistes français. 
  8. Une cour américaine jugera par la suite que l’Iran était l’ordonnateur de l’attentat et qu’il fut exécuté par le Hezbollah. 

A cette époque, je travaillais pour le journal libanais As-Safir en tant que correspondante de guerre. Beyrouth était entourée par plusieurs fronts d’accrochages, entre les axes de sa banlieue sud, la montagne et la région de l’Iqlim el-Kharroub. La ‘Guerre de la Montagne’ opposait le Parti socialiste progressiste (PSP) et ses alliés d’un côté aux Forces libanaises de l’autre.

Au Sud, des combattants libanais qui étaient liés à des partis gauche et auparavant à des factions palestiniennes s’étaient engagés dans une résistance armée contre Israël. La Force multinationale, composée d’Américains, de Français et d’Italiens, était toujours stationnée à Beyrouth à la suite de l’évacuation des combattants et des dirigeants de l’OLP. La présence de cette force au Liban était la conséquence de l’agression d’Israël sur le Liban et de son occupation de Beyrouth en 1982. 

Il suffit de quelques minutes pour comprendre que le quartier général des Marines sur la route de l’aéroport de Beyrouth ainsi que celui des Parachutistes français dans le quartier de Jnah, avaient été touchés par deux explosions causées par deux commandos-suicides non identifiés. Ils avaient enfoncé les barricades des deux quartiers généraux à l’aide de deux camions bourrés d’explosifs. 

C’était le second attentat terroriste à la bombe après celui contre l’ambassade américaine dans le quartier d’Aïn el-Mreissé à Beyrouth six mois plus tôt, le 18 avril 1983. Une série sans précédent jusque-là. 

Au quartier général des Marines, les dégâts étaient considérables. Quatre couches de ciment s’étaient écroulées et n’étaient plus qu’un amas de gravats. Le feu brûlait encore et on entendait des cris. On voyait du sang et des morceaux de corps humains. La confusion était totale. C’est ce qui est resté gravé dans ma mémoire et ce que nous, journalistes, avons pu voir dans ce chaos. 

Les Marines étaient en fête la nuit précédente, un samedi. Un groupe de musique s’était déplacé des Etats-Unis pour les divertir. L’explosion survint alors qu’ils dormaient encore. 

Il n’y eut pas de revendications des attentats ce jour-là, mais le journal As-Safir publia quelques jours plus tard un communiqué qu’il reçut, dans lequel le « Mouvement de la Révolution islamique » revendiquait les attentats. 

48 heures après l’attentat, les Etats-Unis accusaient le Mouvement Amal et sa faction dissidente, le Mouvement Amal islamique mené par Hussein Moussaoui, d’être responsables des attaques-suicides. Selon les informations publiées par des journaux locaux à l’époque, « les préparatifs des attentats ont eu lieu à Baalbeck, et le camion utilisé lors de l’explosion a été vu parqué devant un bureau du mouvement Amal. 

Le vice-président américain, George H. W. Bush, se rendit au Liban le jour suivant l’attaque et déclara : « Nous ne permettrons pas au terrorisme de dicter ou d’altérer notre politique extérieure ». 

 

Extrait d’un éditorial d’Arab News du 24 octobre 1983.

« Malgré leur côté sanguinaire et révoltant, les actes de violence au Liban sont presque devenus une routine dans ce pays ». 

La Syrie, l’Iran et le Mouvement Amal nièrent ensuite toute implication dans les deux attaques. 

La France répondit à l’agression sur ses militaires en effectuant un raid de huit Super-Étendard de la Marine nationale pour larguer des bombes sur la caserne du cheikh Abdallah à Baalbek, où « des factions iraniennes étaient stationnées ». La France déclara à l’époque que les raids avaient fait 200 victimes. 

Un responsable du Mouvement Amal islamique nia dans un communiqué que « l’Iran avait une base dans la région de Baalbeck » mais insista sur le fait que le lien de son groupe avec « la Révolution Islamique en Iran est le lien d’une nation avec son dirigeant et nous nous défendrons ». 

Le 23 novembre, le gouvernement libanais décida de rompre ses relations avec l’Iran et la Libye. Le ministre des Affaires étrangères libanais à l’époque, Elie Salem, déclara que la décision « avait été prise après que l’Iran et la Libye ont admis qu’elles avaient des forces dans la Békaa ». 




Extrait des archives d’Arab News du 24 Octobre 1983. 

Le journal As-Safir cita une source diplomatique selon laquelle « les relations avec l’Iran ont empiré à cause des interventions, pratiques et activités illégales que l’Iran a menées sur le territoire libanais, malgré de nombreux avertissements ». 

Les attentats d’octobre représentaient l’indication la plus forte de l’inversion des rapports régionaux et internationaux au Liban et de l’émergence d’un rôle iranien prépondérant dans le conflit sur le territoire libanais. 

Comme le rapportait à Arab News l’analyste en stratégie Walid Noueihed « avant 1982, Beyrouth accueillait toutes formes d’opposition : les élites instruites dites ‘opposition de velours’ ainsi que l’opposition armée dont les membres étaient formés dans les camps palestiniens ou dans des camps d’entraînement dans la Békaa et au Sud. »

« L’opposition iranienne au Chah faisait partie de ces oppositions tolérées. Beyrouth était, dans le consensus régional et international, une oasis pour toute opposition jusqu’en 1982, lorsqu’Israël envahit le Liban, assiégea Beyrouth et poussa au retrait des membres de l’OLP. Cela se fit dans le cadre d’un accord international qui consistait en un retrait israélien de Beyrouth en échange de l’évacuation des palestiniens du Liban. »

 

Noueihed expliqua que même si les factions palestiniennes s’étaient retirées du Liban, ce n’était pas le cas des combattants libanais qui faisait partie de l’OLP au Liban. La plupart d’entre eux étaient des chiites qui constituaient le réservoir des partis de gauche libanais. 

Il ajouta que « les attentats contre le Quartier Général des Marines et contre les Parachutistes français menèrent au retrait des forces multinationales du Liban et Beyrouth se retrouva, pour la deuxième fois, sans protection. De nouvelles opérations de résistance virent le jour, inspirées par des idéologies qui n’avaient aucun lien avec les idéologies de gauche. Le Mouvement Amal islamique et ses slogans condamnant Israël apparurent au grand jour. ». 

 

En 1985, le Hezbollah fut créé, se définissant comme une ‘organisation jihadiste menant une révolution pour une république islamique’. Ce nouveau parti reçut le soutien de partis libanais et palestiniens de gauche, surtout après l’effondrement de l’Union soviétique.  

 

« Nous commencions à constater la disparition des symboles nationaux de la résistance et nous pensions que le but était d’en exclure toutes les forces afin de la réduire à un seul parti, le Hezbollah » observa Noueihed. 

 

« L’influence iranienne se cristallisa lorsque des combats violents éclatèrent entre le Hezbollah et Amal, coûtant la vie à des dizaines de personnes et se terminant par une prise de contrôle du Hezbollah, au moment de l’occupation militaire syrienne du Liban », ajouta Noueihed. 

 

« Beyrouth se transforma pratiquement en ville fantôme, abandonnée par des centaines d’écrivains, intellectuels, chercheurs et professionnels des médias, fuyant en Europe de peur d’être persécutés ». 

 

Najia Houssari, notre journaliste basée à Beyrouth, était correspondante de guerre pour le journal As-Safir lorsque le Quartier Général des Marines américains fut attaqué. 

 


La militante iranienne Narges Mohammadi condamnée à 8 ans de prison, selon son mari

La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
Short Url
  • Son mari, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes
  • On reproche à Narges Mohammadi d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention

PARIS: La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi, arrêtée le 16 novembre, a été condamnée par un tribunal iranien à 8 ans de prison et 70 coups de fouet, a annoncé dimanche son mari.

Taghi Rahmani, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes.

On ignore les détails des accusations et du verdict.

Mme Mohammadi, porte-parole du Centre des défenseurs des droits de l'Homme fondé par la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, a été arrêtée à plusieurs reprises ces dernières années.

Libérée en octobre 2020 après cinq ans de prison, elle a de nouveau été condamnée en mai 2021 à 80 coups de fouet et 30 mois de détention, pour "propagande contre le système" politique iranien, diffamation et "rébellion" contre l'autorité pénitentiaire.

Il lui est reproché d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention à la prison d'Evine à Téhéran.  

Mi-janvier, une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, retenue depuis 2019 en Iran, a été réincarcérée à Téhéran pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence.

Et quelques jours plus tôt, le poète et dissident iranien Baktash Abtin est décédé en prison après y avoir contracté la Covid-19, d'après les révélations de plusieurs organisations de défense des droits humains. Celles-ci accusent Téhéran d'être responsable de ce décès.


Israël: 1ère rencontre du chef de la diplomatie Yaïr Lapid avec un dirigeant palestinien

Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre
  • Après la visite en décembre de Mahmoud Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de «mesures de confiance» avec l'Autorité palestinienne

JÉRUSALEM : Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid s'est entretenu dimanche soir avec le ministre palestinien des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, a indiqué ce dernier sur Twitter, marquant la première rencontre officielle connue de M. Lapid avec un dirigeant palestinien.

"J'ai rencontré ce soir le ministre israélien des Affaires étrangères et nous avons discuté de différentes questions politiques et des relations bilatérales", a affirmé Hussein al-Sheikh, sans préciser où la rencontre avait eu lieu.

Interrogé par l'AFP, le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre.

Fin décembre, le président palestinien Mahmoud Abbas avait rencontré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz lors d'une visite en Israël. Il s'agissait de la première fois depuis 2010 que M. Abbas se rendait dans l'Etat hébreu pour une rencontre officielle avec un membre du gouvernement israélien.

Dans la foulée de l'arrivée au pouvoir en juin dernier du gouvernement de coalition mené par Naftali Bennett, des ministres israéliens - dont M. Gantz - avaient cependant rendu visite à Mahmoud Abbas à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée. 

Dans son tweet dimanche, Hussein al-Sheikh a ajouté avoir "mis en avant le besoin d'un horizon politique entre les deux parties, basé sur le droit international", en référence notamment aux résolutions de l'ONU sur le conflit israélo-palestinien.

Après la visite en décembre de M. Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de "mesures de confiance" avec l'Autorité palestinienne comme l'octroi de 600 permis supplémentaires permettant à des hommes d'affaires palestiniens de se rendre en Israël, et la régularisation de 6 000 Palestiniens vivant dans un secteur de Cisjordanie sous contrôle israélien.


Les défenses aériennes émiraties détruisent des missiles Houthis visant le pays

Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Short Url
  • Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été interceptés
  • Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré «prêt à répondre à toutes les menaces» et qu’il prendrait «toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques» qui la visent

RIYAD: Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été intercepté, une information rapportée par l’agence WAM ce lundi.

Les débris qui sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi n’ont pas fait de blessés.

Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré « prêt à répondre à toutes les menaces » et qu’il prendrait « toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques » qui la visent.

Trois personnes ont été tuées la semaine dernière à Abu Dhabi dans une attaque similaire de la milice soutenue par l'Iran. Cette agression commise sur des civils a été condamnée par la communauté internationale.
Lundi matin, l'Arabie saoudite a également intercepté un missile balistique visant la province d'Asir, dans le sud du Yémen. En riposte, la coalition de soutien au gouvernement yéménite a frappé des cibles Houthies à Al-Jouf.
Deux personnes avaient été blessées à Jazan la veille, à la suite d'une attaque similaire.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Plus d’informations à suivre…