Click on the number for more info

La première participation de l’Arabie Saoudite au G20

Le 14 novembre 2008, les dirigeants des 20 principales puissances économiques du monde, réunis au G20, se sont rencontrés pour la première fois à Washington D.C., à l’initiative du Président américain George W. Bush (Photo, AFP).
Le 14 novembre 2008, les dirigeants des 20 principales puissances économiques du monde, réunis au G20, se sont rencontrés pour la première fois à Washington D.C., à l’initiative du Président américain George W. Bush (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

La première participation de l’Arabie Saoudite au G20

  • Le 14 novembre 2008, le Roi Abdallah ben Abdel Aziz s’est joint au premier sommet des dirigeants du G20, reçus à Washington par le président George W. Bush
  • Cette présence a souligné l’appartenance de l’Arabie Saoudite au cercle fermé des 20 principales puissances économiques au monde

L’Arabie Saoudite a rempli un rôle de chef de file dans la gestion de la crise financière globale de 2008  

Résumé

Le 14 novembre 2008, les dirigeants des 20 principales puissances économiques du monde, réunis au G20, se sont rencontrés pour la première fois à Washington, à l’initiative du président américain George W. Bush, pour discuter d’un plan d’action contre les dérives du système financier international. La réunion, qui rassemblait traditionnellement les ministres des finances de ces 20 pays, désormais élargie aux chefs d’états, était une réponse à un appel pour une plus grande coopération internationale afin de réinstaurer une stabilité dans les économies.

L’Arabie Saoudite, le plus large exportateur de pétrole présent dans le groupe, forte d’une économie en pleine croissance, a démontré alors le rôle clé qu’elle jouait au sein du G20. Le Roi Abdallah, qui menait la délégation saoudienne, s’est attaqué aux défis mondiaux avec les autres dirigeants, tout comme le fait actuellement le Roi Salmane pour faire face à la pandémie mondiale.

Le 14 novembre 2008, le Roi Abdallah ben Abdel Aziz s’est joint au premier sommet des dirigeants du G20, reçus à Washington par le président George W. Bush. Cette présence a souligné l’appartenance de l’Arabie Saoudite au cercle fermé des 20 principales puissances économiques au monde.

Le G20 a été créé en 1999, durant un forum à Cologne, en Allemagne, où étaient présents les ministres des finances du Groupe des 7 (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Grande-Bretagne, Etats-Unis) ainsi que les gouverneurs de banques centrales. En réponse à un déséquilibre financier causé par la crise de 1997 en Asie, les participants ont initié la création d’un sommet qui pourrait inclure une présence plus importante de la communauté mondiale, sous la forme de 10 pays industrialisés et 10 pays émergents.

La création du groupe était principalement l’initiative du ministre des Finances allemand, Hans Eichel. Ainsi, les ministres des Finances ont commencé à se réunir annuellement pour discuter des enjeux économiques et promouvoir la stabilité financière internationale.

A l’initiative de l’administration du président américain George W. Bush, les dirigeants des pays du G20 furent conviés aux réunions qui étaient jusqu’alors réservées aux ministres des Finances. Le premier sommet du G20 fut alors tenu en novembre 2008. L’appel à une action plus coordonnée et rapide des dirigeants trouve ses racines dans le krach, cette année-là, des marchés boursiers à travers le monde. Le premier sommet du G20, organisé à Washington, a donné à l’Arabie Saoudite l’opportunité d’exercer son leadership mondial et de démontrer son importance dans l’économie mondiale.

 

« Le Gardien des deux saintes Mosquées, le Roi Abdallah, a appelé à une plus grande coopération et coordination internationale afin de combattre l’impact de la crise financière ».

Extrait d’un article de Barbara Ferguson à la une de Arab News, le 16 novembre 2008.

En 2008, durant mon premier semestre en Europe, dans le cadre d’un mastère en Santé publique, je me tenais à jour de toutes les informations liées à l’Arabie Saoudite et je suivais le sommet du G20 avec grand intérêt, parce qu’il en revenait au dirigeant de notre nation de prouver à la communauté internationale la force de notre engagement envers nos partenaires dans le monde.

En tant que jeune Saoudien, j’ai connu quelques-unes des premières réformes initiées par le Roi Abdallah, après son accession au trône en 2005. J’étais témoin du boom économique, qui était le fruit de réformes structurelles et du développement des infrastructures en Arabie Saoudite. Par la suite, en tant que journaliste à Arab News en 2019, j’ai eu l’opportunité de couvrir, à Tokyo, le sommet du T20 (Think20), qui fait figure de « banque d’idées » du G20.

Pour comprendre le G20, il est nécessaire de comprendre le T20. Ce dernier est l’épine dorsale intellectuelle du G20, visant à produire des recommandations de politique publique à destination des pays membres du G20. Les sujets abordés par des groupes de travaux communément appelés ‘Task Forces’ sont variés et couvrent le commerce, le changement climatique, le terrorisme et l’égalité des sexes.

Les dates clés :

  1. Le 26 septembre 1999

Création du Groupe des 20 à la suite de la crise financière en Asie, en vue de rassembler les ministres des finances et les gouverneurs de banques centrales de 19 pays ainsi que de l’Union européenne.

  1. Les 14-15 novembre 2008

A l’initiative du président américain George W. Bush, les dirigeants des membres du G20 se réunissent à Washington, alors que la crise financière bat son plein. La délégation saoudienne est menée par le Roi Abdallah ben Abdel Aziz.

  1. Le 31 août 2016

La première réunion du comité directeur de haut niveau entre la Chine et l’Arabie Saoudite se tient entre le Prince héritier Mohammad ben Salmane et le Président Xi Jinping, en parallèle du sommet du G20 à Hangzhou.

  1. Le 8 juillet 2017

Le communiqué du sommet du G20 à Hambourg annonce que le sommet 2020 se tiendra, pour la première fois, en Arabie Saoudite.

  1. Le 1er décembre 2019

L’Arabie Saoudite assume la présidence du G20 de 2020 au Japon.

  1. Le 26 mars 2020

Le Roi Salmane appelle les dirigeants du G20 à participer à un sommet virtuel extraordinaire pour mettre en place une série d’actions coordonnées afin de lutter contre la pandémie du coronavirus, protéger les populations et sauver les économies.

  1. Les 21-22 novembre 2020

Le 15ème sommet du G20 est toujours programmé pour se tenir à ces dates à Riyad. 

Je me suis réuni avec les directeurs de groupes de réflexion et chercheurs saoudiens lors du T20, et nous avons discuté de leurs propositions, dont bon nombre seront adoptées lors de la prochaine présidence du G20 qui se tiendra en Arabie Saoudite, en novembre 2020. Les groupes de travail (Task Forces) sont soigneusement sélectionnés. Le chef de la délégation saoudienne du T20, Dr. Fahd Al-Turki, qualifie ce travail d’ « effort collectif pour assurer la continuité » et ne pas briser un cycle qui a commencé en 2012, lorsque le groupe d’engagement T20 fut lancé.

Durant deux jours, j’ai parcouru les journaux et discuté avec les directeurs des centres de recherches de mon pays mais aussi du Japon, d’Argentine, des Etats-Unis. J’ai assisté avec intérêt aux sessions qui étaient ouvertes au public et j’ai également consulté le communiqué final. J’en sais beaucoup plus à présent. Le G20 n’est pas simplement une rencontre entre dirigeants. C’est une sorte de village regroupant des ministres, directeurs d’agences, chercheurs, économistes, maires (oui, maires) et scientifiques qui mettent en place des recommandations de politique publique afin d’obtenir plus de contrôle sur leurs économies, tout en venant en aide aux économies défavorisées et aux pays en difficulté.

Pour en revenir à 2008, ayant passé deux jours en réunion à Washington, les dirigeants du monde ont abordé les problèmes liés aux marchés financiers et les solutions pour rebondir, avant de finir par le tout premier « portrait de famille » avec la photo de groupe.

« Le G20 n’est pas simplement une rencontre entre dirigeants. C’est une sorte de village regroupant des ministres, directeurs d’agences, chercheurs, économistes, maires (oui, maires) et scientifiques ».

Rawan Radwan.

L’édition du 16 novembre d’Arab News a couvert l’appel du Roi Abdallah à une plus grande coopération et coordination internationales afin de combattre l’impact de la crise financière. Le Roi a mis l’accent sur « le besoin de développer des systèmes de contrôles efficaces » et a encouragé le Font monétaire international (FMI) à jouer un plus grand rôle dans la supervision des secteurs financiers de pays industrialisés.

Son discours a été prononcé au moment où l’Arabie Saoudite était en phase de réformes diverses pour moderniser l’environnement commercial. Ces réformes lui ont permis de faire un bond de la 35ème à la 27ème place dans un classement des pays émergents et d’atteindre, quelques années plus tard le 10ème rang.

Le Roi Abdallah s’est engagé à fournir une assistance aux pays en voie de développement. « Les sommes débloquées vont au-delà du pourcentage d’assistance des pays industrialisés établi par les Nations unies ». Ce rôle, le Royaume d’Arabie Saoudite le remplit depuis des années, bien avant de devenir membre du G20.

Extrait des archives d’Arab News, le 16 novembre 2008.

La portée de la participation de l’Arabie Saoudite au premier sommet du G20 rassemblant les dirigeants des pays ne s’est pas limitée à démontrer son rôle sur la scène économique internationale. Elle s’est aussi affirmée comme la voix de la région et celle des pays en voie de développement.

Malgré sa relative courte histoire, le G20 pose les fondations pour des relations stables et justes, dans la suite logique des efforts du G7.

Afin de garantir un équilibre régional sur la durée, la présidence du G20 est assurée à tour de rôle chaque année par ses membres, selon un système qui reflète bien sa nature de forum politique informel.

Un peu plus d’une décennie plus tard, l’Arabie Saoudite a entamé la présidence du G20 2020 le 1er décembre 2019. Le sommet du G20 2020 à Riyad sera la 15ème réunion pour les états membres du G20, à un moment où le monde fait face à une nouvelle crise, celle de la pandémie du Covid-19, dont les conséquences économiques sont encore plus graves que celles de la crise financière mondiale de 2008.

Le Roi Salmane a invité les dirigeants du G20 à participer à un sommet virtuel extraordinaire le 26 mars 2020 pour mettre en place une série d’actions coordonnées afin de lutter contre cette pandémie du coronavirus. Cette initiative est un maillon dans une chaîne d’efforts continus des dirigeants du Royaume d’Arabie Saoudite afin de jouer un rôle prépondérant dans la stabilisation des économies dans le monde. Il n’y aura pas de retour à la normale après le Covid-19, mais un front uni doit permettre de tracer un chemin vers l’avant.

 

Rawan Radwan, correspondant régional pour Arab News, basé à Djeddah, a couvert le sommet de Tokyo du T20 (Think 20), l’un des groupes de travail du G20.


L'Égypte et le Soudan effectuent un exercice militaire conjoint

L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations. (Ministère égyptien de la Défense)
L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations. (Ministère égyptien de la Défense)
Short Url
  • Des garde-frontières égyptiens et soudanais participeront à cette formation axée sur les tâches de sécurité frontalière
  • Des conférences et des exercices pratiques ont également été organisés pour renforcer les expériences de combat des deux parties

LE CAIRE: Un exercice d’entraînement militaire égypto-soudanais a débuté au complexe des champs d’entraînement des garde-frontières en Égypte.

L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations.

Selon le porte-parole de l’armée égyptienne, Gharib Abdel-Hafez, des garde-frontières égyptiens et soudanais participeront à cette formation axée sur les tâches de sécurité frontalière.

Dans un discours accueillant le contingent soudanais, le commandant des garde-frontières égyptiens a déclaré que l’exercice contribuerait à renforcer les capacités des forces des deux pays.

La première phase de la formation comprenait une exposition des armes et équipements les plus récents utilisés pour la sécurité des frontières et la lutte contre la contrebande et l’infiltration, ainsi qu’une présentation des efforts déployés pour promouvoir l’intégration entre les forces.

Des conférences et des exercices pratiques ont également été organisés pour renforcer les expériences de combat des deux parties, améliorer la coopération militaire et développer les opérations conjointes.

Le premier exercice militaire conjoint de l’Égypte et du Soudan, Guardian of the South-1, a eu lieu en octobre 2021 dans la base militaire égyptienne Mohammed Naguib, la plus grande du Moyen-Orient, située dans la région d’Al-Hamam à l’ouest d’Alexandrie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Jordanie et l'Algérie ouvrent une nouvelle phase de coopération

Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Short Url
  • Le roi Abdallah de Jordanie et le président algérien ont assisté à la signature de deux accords et de trois protocoles d'accord
  • Les deux gouvernements ont pour instruction de prendre des mesures visant à stimuler les investissements et les opportunités commerciales dans les deux pays

ALGER: Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, ont ouvert une nouvelle phase dans leurs relations bilatérales.

Les deux dirigeants se sont entretenus dimanche à Alger pour discuter du renforcement de la coopération jordano-algérienne dans les domaines de la politique, de l'économie, du commerce, des investissements et de la défense, a rapporté la Jordan News Agency. 

Au cours de cette réunion, à laquelle étaient présents de hauts responsables des deux parties, a également été confirmé l'intérêt de maintenir la coordination et les consultations sur les causes arabes ainsi que sur d'autres questions d'intérêt commun.

Le roi Abdallah a réitéré l’importance de la cause palestinienne et la nécessité de protéger les droits légitimes des Palestiniens.

Il a appelé à un plan de paix juste et global basé sur une solution à deux États conduisant à la création d’un État palestinien indépendant et souverain selon les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également réaffirmé l'importance du maintien du statu quo historique et juridique de la mosquée Al-Aqsa.

À la suite de la réunion, les deux dirigeants ont assisté à la signature d'un accord sur les exemptions de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques, ainsi que sur un programme de coopération entre la Jordan News Agency et le Service de presse algérien.

Trois protocoles d'accord ont également été signés, portant sur les consultations politiques, la coopération entre l'Institut jordanien de la diplomatie et l'Institut algérien de la diplomatie et des relations internationales, ainsi que la reconnaissance mutuelle entre les deux pays des certificats de qualification maritime pour les marins, les programmes d'éducation et la formation maritime.

Le roi Abdallah et le président Tebboune ont en outre demandé à leurs gouvernements respectifs de prendre les mesures nécessaires pour encourager les investisseurs et les entreprises à étudier les opportunités d'investissement et commerciales dans les deux pays.

Les gouvernements ont également été invités à aller de l'avant dans des accords qui élargiraient la collaboration dans les domaines de la santé, de l'énergie, du tourisme médical, de l'hôtellerie, des transports, de la formation aéronautique, de l'enseignement supérieur et des échanges culturels entre les universités.

Les économistes ont salué les résultats de la visite officielle du roi Abdallah en Algérie.

Le sénateur jordanien Mazen Darwazah a indiqué que les investissements jordaniens en Algérie avaient progressivement augmenté au cours des deux dernières décennies, l'industrie pharmaceutique dépensant près d'un milliard de dollars.

Le coordinateur du Conseil commercial jordano-algérien, Khaled al-Soub, a précisé que la loi algérienne permettait aux investisseurs jordaniens d'élargir leurs projets et d'acquérir des actions auprès de partenaires étrangers.

L'expert en énergie Hachem Akel a affirmé que l'Algérie était riche en pétrole et en ressources naturelles et qu’il espérait que les importations d'énergie de la Jordanie augmenteraient une fois qu’elle aura reçu des prix préférentiels.

 Ce texte est la traduction d ;un article paru sur Arabnews.com


Le président israélien arrive aux Émirats arabes unis pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi

Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Short Url
  • Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à l’événement
  • Le débat sur l’espace d’Abu Dhabi durera deux jours et portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale

DUBAÏ: Le président israélien, Isaac Herzog, est arrivé lundi aux Émirats arabes unis (EAU) pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi, selon l’agence de presse nationale (WAM).

M. Herzog a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères des EAU, cheikh Abdallah ben Zayed al-Nahyane, à l’aéroport présidentiel d’Abu Dhabi.

Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à la première édition du débat sur l’espace d’Abu Dhabi, qui a démarré lundi.

Cet événement de deux jours portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale et sur les facteurs permettant de stimuler la nouvelle économie spatiale.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com