Click on the number for more info

L’ascension et la chute de Daech

Mené par le ‘calife’ d’origine irakienne Abou Bakr Al-Baghdadi, le groupe a décrété que son nom serait désormais ‘Etat islamique’ (AFP).
Mené par le ‘calife’ d’origine irakienne Abou Bakr Al-Baghdadi, le groupe a décrété que son nom serait désormais ‘Etat islamique’ (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

L’ascension et la chute de Daech

  • Le 30 juin 2014, Arab News a rapporté qu’un groupe terroriste sunnite, sous le nom d’Etat islamique d’Irak et du Levant, avait annoncé la création d’un califat
  • Connu dans le monde Arabe sous le nom de Daech, le groupe est responsable d’un règne de la terreur, marqué par des milliers de morts

Résumé

Le 30 juin 2014, Arab News a rapporté qu’un groupe terroriste sunnite, sous le nom d’Etat islamique d’Irak et du Levant, avait annoncé la création d’un califat, imposant son interprétation extrême de la Charia, la loi islamique, sur les régions conquises en Syrie et en Irak.  

Mené par le ‘calife’ d’origine irakienne Abou Bakr Al-Baghdadi, le groupe a décrété que son nom serait désormais ‘Etat islamique’. Les territoires de son califat s’étendaient d’Alep en Syrie jusqu’à Diyala en Irak. 

Connu dans le monde Arabe sous le nom de Daech, le groupe est responsable d’un règne de la terreur, marqué par des milliers de morts, des personnes détenues comme esclaves, des antiquités d’une valeur inestimable détruites ou volées, et des sites historiques dévastés, de Palmyre en Syrie jusqu’à Mossoul en Irak. 

Bien que Daech existe encore en tant qu’idéologie ou menace, durant les cinq dernières années, une coalition de plusieurs dizaines de nations, dont six Etats du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), menée par les Etats-Unis, lui a repris 110 000 kilomètres carrés de territoires, libérant de son joug sept millions de personnes. 

En octobre 2019, Al-Baghdadi s’est suicidé durant un raid américain sur sa cache, dans le Nord de la Syrie. 

En juin 2014, je faisais partie de l’équipe qui avait lancé un nouveau groupe de travail (Think Tank) pour étudier l’extrémisme religieux. Notre mécène, l’ancien Premier ministre Tony Blair, pensait depuis un certain temps que les éléments idéologiques des groupes extrémistes étaient négligés, et qu’il était nécessaire d’avoir plus de recherches axées sur le sujet. 

Durant le même mois, Daech avait rapidement franchi le Nord de l’Irak, repoussant les troupes gouvernementales et capturant une quantité importante de matériels, ce qui allait renforcer un peu plus ses nouvelles positions. Le 29 juin, dans la Mosquée centrale de Mossoul, Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef du groupe, s’est déclaré calife d’un nouveau califat. 

Le monde était fasciné et horrifié. La plupart des gens n’avaient jamais entendu parler de Daech et ignoraient ses liens avec Al-Qaïda, tissés durant la guerre d’Irak. Comment ce groupe avait-il surgi de nulle part pour conquérir le Nord de l’Irak ainsi que des territoires en Syrie ?

L’intérêt était tel qu’un article expliquant les origines du groupe, que j’avais publié sur le site de notre groupe de travail, était, à un moment, en tête des sujets de recherche sur Google. 

Pour les extrémistes et leurs sympathisants à travers le monde, c’était l’instant qu’ils avaient attendu et pour lequel ils s’étaient battus durant de nombreuses années. L’approche précautionneuse d’Al-Qaïda avait causé d’immenses frustrations. Enfin, pensaient-ils, se tenaient devant eux un chef et un groupe capables de réaliser les promesses qui leur avaient été faites.  

Les extrémistes ont accouru en masse pour rejoindre Daech. Les estimations de 2016 indiquaient que 40 000 combattants étrangers avaient rejoint les rangs du groupe, avec un flux, à son pic, estimé à 2 000 par mois. La majorité venait du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Mais un nombre important venait d’Occident, du Sud et du Sud-Est de l’Asie. 

A travers l’histoire moderne, dans tout mouvement social ou politique, de nouveaux types d’organisations ont fait surface et ont modifié les termes du débat. C’était le cas d’Al-Qaïda avec les attaques du 11 septembre 2001 et c’est également celui de Daech en 2014.

« A travers la planète, des gens prétendent encore agir au nom du prétendu califat d’Al-Baghdadi ».

Peter Welby

C’est probablement l’utilisation par Daech de moyens de propagande qui a retenu le plus l’attention (et une partie des violences, telles que l’immolation de Muath Al-Kasasbeh, le pilote jordanien, étaient perpétrées pour des raisons de propagande). 

Cette propagande a produit des vidéos éditées de manière professionnelle ainsi que des magazines.  De larges communautés ont été créées sur les réseaux sociaux. Les efforts pour contrer Daech, en ayant recours aux mêmes moyens, n’ont connu qu’un succès très limité, parce que la majorité de ceux qui s’y sont employé n’ont pas compris que la production de vidéos éditées de manière quasi-professionnelle n’était pas le but, mais simplement un mécanisme pour communiquer des idées.  

Les dates clés

  1. Le 29 juin 2014 : Daech proclame la formation d’un califat, dirigé par l’Irakien Ibrahim Awwad Ibrahim Al-Badri, connu sous le nom d’Abou Bakr Al-Baghdadi.
  2. Le 5 juillet 2014 : Al-Baghdadi fait sa seule apparition publique connue, dans une vidéo filmée à la Mosquée d’Al-Nouri, à Mossoul. 
  3. Le 25 juillet 2014 : Daech publie des photos de la décapitation de douzaines de soldats syriens capturés. Durant les années qui suivent, d’autres vidéos de décapitations paraîtront, dont celles des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff et des travailleurs humanitaires britanniques Alan Henning et David Haines. 
  4. Septembre 2014 : Les Américains forment une coalition internationale contre Daech.  
  5. Le 1er juin 2017 : Les combattants de Daech tuent 163 personnes à Mossoul, en Irak.  
  6. Le 21 juin 2017 : Daesh détruit la Grande Mosquée d’Al-Nouri, l’un des trésors historiques de Mossoul.  
  7. Décembre 2017 : Daech détruit des monuments historiques à Palmyre en Syrie, classés au patrimoine mondial de l'humanité, établi par l'Unesco.
  8. Le 26 octobre 2019 : Les forces spéciales américaines repèrent la cache d’Al-Baghdadi dans le Nord de la Syrie. En activant sa ceinture d’explosifs, il se tue lui-même et trois de ses enfants.  
  9. Le 14 novembre 2019 : Lors d’une réunion ministérielle à Washington, la coalition internationale de 82 membres, célèbre la libération des territoires qui avaient été pris par Daech, mais prévient que « ce succès et la défaite durable de Daech sont compromis…notre travail n’est pas terminé ». 

Un autre domaine de changement radical résidait dans l’approche de Daech sur sa gouvernance. D’autres groupes terroristes transnationaux s’étaient essayés à la gouvernance auparavant – notamment Al-Qaïda dans la Péninsule arabe à la suite des attentats de 2011. Et d’autres groupes extrémistes de différentes idéologies avaient également tenté la gouvernance à une grande échelle, tels que les Talibans en Afghanistan. Mais Daech était le premier groupe avec une idéologie explicitement transnationale (il cherchait à établir un califat global) à tenter une gouvernance à grande échelle. Il lança un appel pour recruter des médecins et enseignants, il annonça en grande fanfare la création d’une monnaie et encouragea ceux qui rejoignaient son territoire à brûler leurs passeports. 

Image retirée.

« L’Irak a déclaré que le ‘califat’ de Daech touchait à sa fin, trois ans après sa proclamation, à la suite de la reconquête de la mosquée emblématique d’Al-Nouri, ce jeudi ».

        Extrait d’un article de Siraj Wahab à la une d’Arab News, le 30 juin 2017. 

Cela est lié au troisième domaine de changement radical et à la raison que, même aujourd’hui, alors que la majorité des territoires de Daech ont été libérés, des extrémistes des quatre coins de la planète commettent encore des attentats au nom du groupe. Les actes de Daech en 2014 ont lancé un message à travers le monde islamiste : « Nous tenons nos engagements ». Durant des décennies, des groupes divers et variés ont prétendu chercher à créer un califat. La plupart des observateurs ne les ont pas pris au sérieux et se sont concentrés sur la recherche de moyens pour que l’Occident cesse de les provoquer. Les actions de Daech lui ont fourni une légitimité aux yeux de ses sympathisants idéologiques. 

Les combattants d’autres groupes extrémistes en Syrie et en Irak ont déserté – contrairement à Daech, leurs leaders étaient de simples chefs de guerre. Des groupes à travers le monde, du Nigeria aux Philippines, ont prêté allégeance à Daech. Et à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, des cellules de Daech se sont engagées pour accroître son territoire. 

Six ans plus tard, Al-Baghdadi est mort et les territoires de son califat en Syrie et en Irak n’appartiennent plus à Daech. Mais l’allégeance idéologique existe encore : Au Nigeria, dans le Sinaï, au Yémen, en Syrie, en Irak et ailleurs à travers le globe, des gens disent encore agir au nom d’Al-Baghdadi et de son prétendu califat. 
Image retirée.
Extrait d’un article d’Arab News, le 30 juin 2017


Voilà le pouvoir d’une idéologie. Quand nous sommes trop concentrés sur des personnalités, une propagande ou des territoires, nous risquons de passer à travers l’aspect le plus important. Ce n’était pas la personnalité charismatique de Baghdadi qui poussait des gens, qui ne l’avaient jamais rencontré et n’avaient jamais entendu parler de lui, à lui prêter allégeance. Si des vidéos astucieusement montées suffisaient, le monde entier se précipiterait pour prêter allégeance à Peter Jackson. Si les territoires étaient la clé, alors les soutiens pour Daech se seraient essoufflés sur les rives de l’Euphrate. Toutes ces choses ont leur importance, mais c’est l’idée d’un califat et les moyens de réaliser cette idée qui rassemblent les sympathisants de Daech. 

Peter Welby est un consultant sur les religions et les affaires mondiales, spécialisé dans le monde arabe. Il était auparavant directeur de la rédaction d’un groupe de travail sur l’extrémisme religieux, ‘Centre on Religion & Geopolitics’ (Le Centre sur la Religion et la Géopolitique) et a travaillé dans les affaires publiques dans le Golfe Arabe. Il est basé à Londres et a vécu en Egypte et au Yémen. 

Twitter : @pdcwelby


Un haut commandant taliban pakistanais tué en Afghanistan

Des proches et des riverains portent le cercueil d'un policier assassiné, tué lors d'une attaque revendiquée par les Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), lors de ses funérailles dans la ville frontalière de Chaman le 28 janvier 2022. (Photo d' illustration Abdul BASIT / AFP)
Des proches et des riverains portent le cercueil d'un policier assassiné, tué lors d'une attaque revendiquée par les Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), lors de ses funérailles dans la ville frontalière de Chaman le 28 janvier 2022. (Photo d' illustration Abdul BASIT / AFP)
Short Url
  • Un haut commandant des talibans pakistanais a été tué dans l'explosion de sa voiture, dans l'est de l'Afghanistan
  • Sa mort pourrait remettre en cause un cessez-le-feu fragile conclu entre le TTP et le gouvernement pakistanais en juin

PESHAWAR: Un haut commandant des talibans pakistanais a été tué dans l'explosion de sa voiture, dans l'est de l'Afghanistan, a indiqué à l'AFP une source militante.

Le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) a déclaré qu'une annonce serait prochainement faite concernant "le martyre d'un chef principal" du mouvement, mais une source au sein du TTP a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait d'Abdul Wali, un commandant qui utilisait l'alias Omar Khalid Khorasani.

Sa mort pourrait remettre en cause un cessez-le-feu fragile conclu entre le TTP et le gouvernement pakistanais en juin, alors que des pourparlers de paix menés sous la médiation des talibans afghans progressaient.

L'armée pakistanaise a déclaré mardi que quatre soldats avaient été tués dans une attaque suicide contre un convoi militaire dans le Waziristan du Nord, où le TTP est très présent, à la frontière avec l'Afghanistan.

Les talibans pakistanais du TTP sont un groupe distinct des talibans afghans, mais mûs par la même idéologie et une longue histoire commune.

Selon la source du TTP, qui a demandé à ne pas être identifiée, Abdul Wali et deux autres commandants ont été tués lorsque leur voiture a été "ciblée" dans la province de Paktika, frontalière du Waziristan, dans l'est de l'Afghanistan.

"Lorsque nous sommes arrivés à son véhicule, celui-ci était en feu, mais la nature de l'explosion n'est pas encore claire", a déclaré cette source, ajoutant que Abdul Wali revenait d'une réunion avec le chef du TTP, Noor Wali Mehsud.

Abdul Wali est une épine dans le pied des autorités pakistanaises depuis plus d'une décennie.

En 2014, il a formé une faction distincte et plus militante du TTP, connue sous le nom de Jamaat-ul-Ahrar, qui a revendiqué certaines des attaques les plus meurtrières du pays, notamment un attentat suicide à Lahore le dimanche de Pâques 2016, qui a fait 75 morts.

Il avait annoncé il y a deux ans une fusion avec le TTP, lequel a déclaré en juin dernier un "cessez-le-feu indéfini" avec Islamabad après le début de pourparlers de paix négociés par les talibans afghans à Kaboul.

Ces pourparlers de paix ont provoqué la colère de nombreux Pakistanais, qui se souviennent des attaques brutales du TTP, notamment contre des écoles, des hôtels, des églises et des marchés.

Depuis le retour des talibans afghans au pouvoir à Kaboul il y a un an, Islamabad se plaint de plus en plus des attaques du TTP, notamment le long de la poreuse frontière avec l'Afghanistan.

Le nouveau régime de Kaboul a toujours assuré qu'il ne permettrait pas que des groupes militants utilisent le sol afghan pour lancer des attaques contre ses voisins.


Un fragile cessez-le-feu israélo-palestinien qui empêche une guerre ouverte, affirme le Conseil de sécurité de l’ONU

Des personnes en deuil transportent les corps de six Palestiniens, dont des enfants, tués lors d’une explosion dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 6 août 2022. (AP).
Des personnes en deuil transportent les corps de six Palestiniens, dont des enfants, tués lors d’une explosion dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 6 août 2022. (AP).
Short Url
  • Riyad Mansour, l’observateur permanent palestinien auprès de l’ONU, accuse Israël de «tuer et d’opprimer une nation entière»
  • Oussama Abdel Khalek Mahmoud, représentant permanent de l’Égypte auprès de l’ONU, appelle les autorités israéliennes à mettre fin à toutes leurs pratiques illégales et à stopper l’expansion des colonies en Cisjordanie

NEW YORK: Bien qu’un cessez-le-feu entre Israël et des militants palestiniens, négocié par l’Égypte dimanche soir, ait mis fin à de violents combats et semble tenir, il reste cependant fragile, tout comme les causes sous-jacentes de la dernière éruption de violence, a déclaré l’ONU lundi.

L’organisation ajoute que le cycle de la violence ne s’arrêtera qu’au moyen d’une résolution politique de ce conflit vieux de plusieurs décennies qui mettrait fin à l’occupation israélienne et comprendrait une solution à deux États, conformément aux frontières de juin 1967, aux résolutions de l’ONU et au droit international.

Tor Wennesland, coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, indique lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité que 46 Palestiniens ont été tués et 360 blessés lors de la récente escalade, au cours de laquelle Israël aurait mené 147 frappes contre Gaza, alors que le Djihad islamique palestinien aurait tiré 1 100 roquettes et mortiers sur Israël. Des centaines de maisons et autres infrastructures civiles ont été détruites. Les chiffres sont provisoires et «la vérification est en cours», ajoute-t-il.

«Tout en reconnaissant pleinement les préoccupations légitimes d’Israël en matière de sécurité, je réitère que, en vertu du droit international, tout recours à la force doit être proportionné et qu’il faut prendre toutes les mesures possibles pour éviter les pertes civiles», déclare M. Wennesland. «Les enfants, en particulier, ne doivent jamais être la cible de violences ou mis en danger.»

Les Émirats arabes unis, ainsi que la Chine, la France, l’Irlande et la Norvège, ont exigé la tenue d’une réunion d’urgence pour évoquer les derniers événements survenus dans la bande de Gaza.

M. Wennesland affirme que l’escalade avait exacerbé les pénuries déjà chroniques de médicaments essentiels à Gaza et que la fermeture par Israël du point de passage d’Erez dans la bande pendant six jours avait de graves conséquences humanitaires sur les habitants de Gaza, notamment parce qu’il empêche les patients de voyager pour se faire soigner en Israël.

«Les fermetures ont également aggravé la situation déjà précaire de la sécurité alimentaire dans la bande de Gaza, réduisant les stocks d’aliments de base, en particulier la farine de blé», souligne-t-il.

M. Wennesland a remercié l’Égypte pour le rôle qu’elle a joué dans la mise en place du cessez-le-feu aux côtés de l’ONU, ainsi que le Qatar, la Jordanie, les États-Unis et l’Autorité palestinienne pour leurs efforts de désescalade.

«Ces efforts combinés ont empêché le déclenchement d’une guerre à grande échelle et ont permis d’acheminer plus tôt aujourd’hui une aide humanitaire indispensable à la population de Gaza», soutient-il devant les membres du conseil.

Il a salué la «réouverture en temps voulu» des points de passage d’Erez et de Kerem Shalom par Israël après le cessez-le-feu, appelant les dirigeants d’Israël et de la Palestine, ainsi que la communauté internationale, à intensifier les efforts diplomatiques pour reprendre les négociations qui visent à garantir un accord viable et une solution à deux États.

Riyad Mansour, l’observateur permanent palestinien auprès de l’ONU, accuse Israël de «tuer et d’opprimer une nation entière». Il ajoute que «le droit à la sécurité d’Israël est devenu un permis de tuer et doit être révoqué», exhortant le Conseil de sécurité à «agir immédiatement».

«Si vous êtes contre la violence, n’excluez pas la violence israélienne», poursuit-il. «Ne la justifiez pas. Seriez-vous prêt à dire “ça suffit”, en tant que plus haute autorité responsable du maintien de la paix et de la sécurité?»

«L’État hébreu tue notre peuple parce qu’il en est capable. Quand le monde lui montrera-t-il qu’il ne peut pas faire cela?»

M. Mansour prévient les membres du conseil que «les familles palestiniennes sans défense ont besoin de votre soutien, pas d’une puissance nucléaire ni d’une puissance occupante», tout en leur demandant «d’entraîner les deux parties tout de suite dans un processus de paix».

Guilad Erdan, le représentant permanent d’Israël auprès de l'ONU, accuse les membres du Djihad islamique palestinien de recevoir leurs ordres de marionnettistes iraniens, ajoutant: «Leur haine ne connaît pas de limites.»

Il établit un parallèle entre le Djihad islamique palestinien et le Djihad islamique égyptien, l’organisation à laquelle appartenait autrefois le chef d’Al-Qaïda récemment tué, Ayman al-Zawahiri.

«Les deux entités n’ont pas seulement le même nom, elles partagent la même valeur: anéantir le monde libre et moderne dans lequel nous vivons», précise M. Erdan.

Alors que le monde a salué le meurtre d’Al-Zawahiri lors d’une frappe américaine, le 31 juillet, M. Erdan affirme que «les responsables de l’ONU expriment soudain une profonde inquiétude lorsqu’Israël fait de même. Cette politique de deux poids, deux mesures est difficile à comprendre».

Il ajoute: «La seule solution pour les habitants de Gaza est que leurs dirigeants cessent d’essayer d’anéantir Israël et d’investir dans les infrastructures terroristes.»

M. Erdan exhorte le Conseil de sécurité à s’unir autour de la condamnation du Djihad islamique palestinien: «Tenir un débat et ne pas en profiter pour condamner pleinement ses crimes de guerre le motivera à continuer [de commettre d’autres crimes de ce genre].»

Il remercie également le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, pour ses efforts dans la négociation du cessez-le-feu et «le rétablissement de la stabilité dans notre région».

Oussama Abdel Khalek Mahmoud, représentant permanent de l’Égypte auprès de l’ONU, appelle les autorités israéliennes à mettre fin à toutes leurs pratiques illégales et à stopper l’expansion des colonies en Cisjordanie, qu’il décrit comme «la violation la plus flagrante des droits fondamentaux des Palestiniens». Il exige par ailleurs de lever le blocus imposé à Gaza pour permettre d’acheminer à nouveau nourriture et carburant vers la bande.

De plus, il incite Israël à respecter le statut juridique et historique des Lieux saints de Jérusalem-Est et appelle toutes les parties à s’abstenir de prendre pour cible des civils, demandant à la communauté internationale de relancer le processus de paix.

Mohammed Abushahab, vice-représentant permanent des Émirats arabes unis auprès de l’ONU, exprime sa profonde préoccupation face aux récentes violences à Gaza et insiste sur la nécessité pour toutes les parties de respecter leurs responsabilités en vertu du droit international et du droit international humanitaire. Il condamne par ailleurs l’incursion israélienne dans la mosquée al-Aqsa, qu’il qualifie d’action provocatrice.

«La détérioration de la situation humanitaire à Gaza ne peut tolérer plus de chocs», insiste M. Abushahab, qui salue la trêve et transmet au président Al-Sissi la «sincère reconnaissance» de son pays pour son rôle dans le rétablissement du calme.

M. Abushahab réitère le soutien de son pays à tous les efforts régionaux et internationaux qui visent à restaurer la paix au Moyen-Orient et renouvelle son soutien à une solution à deux États.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: Les opérations de recherche se poursuivent après l'évasion de détenus

Les FSI se déploient dans une rue qui mène à un centre de détention sous le pont de l'Adlieh (palais de justice), à Beyrouth, après l'évasion de prisonniers survenue tôt dans la journée de dimanche. (AFP).
Les FSI se déploient dans une rue qui mène à un centre de détention sous le pont de l'Adlieh (palais de justice), à Beyrouth, après l'évasion de prisonniers survenue tôt dans la journée de dimanche. (AFP).
Short Url
  • M. Moussa a souligné que l'évasion survenue dimanche dernier attestait de la gravité des problèmes économiques, sécuritaires et judiciaires dont souffre le Liban
  • Un responsable des FSI a averti que les prisons du Liban étaient conçues pour accueillir le tiers des détenus qui y sont actuellement incarcérés

BEYROUTH: Trente et un détenus se sont évadés dimanche d'une prison de Beyrouth. Le lendemain, quatre d’entre eux ont été arrêtés par l'unité d'enquête des Forces de sécurité intérieure (FSI).

«Les recherches se poursuivent pour arrêter les autres détenus qui se sont évadés de la prison de Beyrouth», a signalé la direction générale des FSI.

Certains détenus sont libanais et d'autres étrangers. On compte notamment des Syriens et des Palestiniens, a-t-elle ajouté.

Une source au sein des services de sécurité a confié à Arab News que les détenus «ont scié à l'aide d'une vis les barreaux d'une fenêtre de la cellule qui donne sur la rue».

La prison est située sous un pont qui se trouve à proximité du palais de justice de Beyrouth. Si, aujourd'hui, la prison dépend de l'autorité pénitentiaire du Liban, elle était autrefois tenue par la sûreté générale.

Le 21 novembre 2021, une prison de Baabda a été le théâtre d'une vaste évasion organisée; cinq détenus qui essayaient de s'évader ont trouvé la mort dans un accident de voiture; d'autres ont été arrêtés.

Au Liban, les prisons connaissent fréquemment des émeutes durant lesquelles les prisonniers revendiquent de meilleures conditions de vie.

Le député Michel Moussa, qui dirige la commission parlementaire des droits de l’homme, a posé la question suivante: «Comment trente et un détenus ont-ils pu s'échapper d'un établissement qui devrait être hautement surveillé et sécurisé?»

Dans un entretien accordé à Arab News, il a affirmé: «Cette question reste sans réponse pour le moment, car les enquêtes se poursuivent.»

Le député a ajouté: «Nous avons déjà appelé à fermer la prison d'Adlieh, construite il y a quelques années. Nous sommes convaincus qu'elle ne remplit pas les critères de base à tous les niveaux. On nous a promis à maintes reprises de la supprimer sans donner suite à cette promesse.»

«Une chose est sûre: la prison ne respecte aucun critère relatif aux droits de l'homme.»

«Il semblerait que les services de sécurité s'en servent à nouveau pour incarcérer les détenus du palais de justice de Beyrouth en raison du nombre trop important de prisonniers.»

M. Moussa a souligné que l'évasion survenue dimanche dernier attestait de la gravité des problèmes économiques, sécuritaires et judiciaires dont souffre le Liban.

Pour résoudre la difficulté que pose le nombre de plus en plus important de personnes incarcérées sans être jugées, le député a appelé à supprimer cette pratique. Il a insisté sur la nécessité de réactiver les tribunaux, étant donné que la situation que connaît actuellement le Liban ne saurait tolérer de délai.

Plus de 80% des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté en raison de la crise économique profonde qui frappe le pays. Cette dernière, dans la mesure où les salaires ont perdu de leur valeur, conduit un grand nombre de soldats et de membres des forces de sécurité à fuir le service ou à démissionner pour trouver un autre emploi ou pour émigrer.

Les hauts responsables de l'armée et de la sécurité acceptent dorénavant que de nombreux soldats et officiers de sécurité exercent un second emploi.

Le chef de la division des relations publiques au sein des Forces de sécurité intérieure, le colonel Joseph Moussallem, a assuré à Arab News que les circonstances économiques des policiers «n’affectaient pas la qualité de leur travail».

Selon lui, le fait que les arrestations soient en hausse montre que la criminalité reste bien contrôlée au Liban. Il a cependant admis que la réforme des prisons s’enlisait.

Selon les données des FSI, de nombreux prisonniers possèdent un passé criminel chargé et ont purgé des peines de prison à plusieurs reprises.

Les FSI estiment que la surpopulation des prisons pose problème en dépit des «efforts que nous consentons pour réaliser des réformes» et du «soutien des organisations civiles».

Selon le colonel Moussallem, les délits les plus répandus dans le pays concernent les vols de biens publics et privés.

En effet, la communauté de Hermel (Bekaa) a manifesté dimanche dernier devant un magasin pour protester contre un vol à main armée et une fusillade qui se sont produits dans la ville.

Les résidents ont bloqué une route. Ils brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: «Renforcez la sécurité. Ne protégez pas les coupables. Poursuivez-les, traduisez-les en justice et qu'ils reçoivent la sanction qu'ils méritent.»

Cheikh Ali Taha, le mufti de Hermel, s'est exprimé en ces termes: «La région fait face à un phénomène inquiétant.»

Il a exhorté les responsables à agir de toute urgence et à combattre la criminalité. Dans le cas contraire, les citoyens seront contraints de se défendre eux-mêmes.

Dans le nord du Liban, plus précisément dans la région de Koura, l'association des oléiculteurs a pour sa part dénoncé «le vol des cultures saisonnières dans la région».

«Un groupe de voleurs professionnels s'empare chaque matin de nos récoltes qui ne sont pas encore mûres et vole des tonneaux de fer, des fils électriques, des clôtures de fer ainsi que des ruches. La situation est intenable», a expliqué l'association dans un communiqué.

Selon le colonel Moussallem, le nombre total de prisonniers et de détenus dans le pays s'élève à quelque «9 000 individus». Il a noté que les prisons libanaises étaient conçues pour accueillir près de 3 000 personnes à pleine capacité.

Il a ajouté que les vols et autres délits avaient baissé cette année de 6,5% par rapport à l'année dernière.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Spécial
Liban: Le plus grand système de Ponzi au monde ?
Par Rebecca Ann Proctor -
Une trentaine de détenus s'évadent au Liban
Par AFP -