Click on the number for more info

Syrie, le conflit qui a changé le Moyen-Orient et le monde

La Syrie a changé le Moyen-Orient et au-delà, et a contribué à redistribuer les cartes de l’ordre mondial (Photo, AFP).
La Syrie a changé le Moyen-Orient et au-delà, et a contribué à redistribuer les cartes de l’ordre mondial (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

Syrie, le conflit qui a changé le Moyen-Orient et le monde

  • Le conflit syrien a fait exploser les failles confessionnelles et politiques au Moyen-Orient
  • C’est la réticence de la communauté internationale à intervenir qui a permis à Bachar al-Assad de commettre ce que les Nations unies ont qualifié de crimes contre l’humanité

La guerre qui fait rage depuis près d’une décennie a fait exploser les failles du Moyen-Orient

Résumé

Le conflit syrien a fait exploser les failles confessionnelles et politiques qui étaient apparues, dans une certaine mesure, avec les deux faits majeurs de la décennie précédente au Moyen-Orient : l’oppression accrue d’Israël à l’égard des Palestiniens et l’invasion suivie de l’occupation de l’Irak - deux situations qui avaient eu le seul mérite d’unifier le monde arabe dans son opposition contre ces injustices.

L’absurdité de l’invasion de l’Irak a assombri la situation du conflit syrien, car elle a permis à l’Iran, de par sa position acquise sur le terrain, de réaliser son objectif hégémonique dans la région. Quant à l’oppression israélienne sur le peuple palestinien, elle a prouvé, si cela était nécessaire, la réticence de la communauté internationale à intervenir dans des conflits, même lorsqu’un gouvernement massacre un peuple.

Cela a donc permis par la suite au président syrien Bachar al-Assad de commettre ce que les Nations unies ont qualifié de crimes contre l’humanité, résultant en une « extermination » de populations civiles. Pendant ce temps, la lassitude américaine en Irak et en Afghanistan a ouvert la voie à une Russie revigorée pour combler le vide laissé par les Etats-Unis au Moyen-Orient. L’intervention directe de Moscou dans le conflit syrien a inversé la tendance en faveur d’Assad.

 

LONDRES: Au moment d’établir la liste des « 45 moments qui ont changé le Moyen-Orient », dans le cadre de la rétrospective d’Arab News, l’inclusion de la Syrie dans ces instants marquants ne faisait aucun doute. Mais dire que le conflit syrien actuel a changé la région est un euphémisme. La Syrie a redéfini le Moyen-Orient et au-delà, elle a contribué à rebattre les cartes de l’ordre mondial.

Le conflit syrien a fait exploser les failles confessionnelles et politiques qui étaient apparues, dans une certaine mesure, avec les deux faits majeurs de la décennie précédente au Moyen-Orient : L’oppression accrue d’Israël à l’égard des Palestiniens et l’invasion suivie de l’occupation de l’Irak - deux situations qui avaient eu le seul mérite d’unifier le monde arabe dans son opposition contre ces injustices.

La durée et l’ampleur des horreurs que le peuple syrien a dû affronter durant les neuf dernières années, peuvent être attribuées, en grande partie, aux conséquences de l’absurdité de la guerre en Irak. L’invasion menée par les Etats-Unis, suivie de l’occupation de l’Irak, ont permis à l’Iran de réaliser son objectif hégémonique dans la région. La révolte en Syrie a offert à Téhéran l’opportunité de mettre en pratique son nouveau statut.

Il faut rajouter que l’intervention calamiteuse en Irak, menée par les Etats-Unis, a naturellement rendu la communauté internationale réticente à de nouveaux engagements dans d’autres pays. Mais cette réticence a laissé un grave vide dans les situations où un gouvernement massacre sa propre population.  

On peut donc dire que l’expérience irakienne a offert une sorte de police d’assurance aux dictateurs et autocrates à travers le monde – tant que leur brutalité se cantonne à l’intérieur de leurs frontières, ils peuvent bénéficier de cette immunité. Cela a donc permis au président syrien Bachar al-Assad de commettre ce que les Nations unies ont qualifié de crimes contre l’humanité, résultant en une « extermination » de populations civiles, sans crainte réelle de devoir rendre des comptes.

La lassitude des Etats-Unis dans ce qui semble être des conflits interminables en Irak et en Afghanistan a ouvert la voie à une Russie revigorée pour combler le vide laissé par les Américains au Moyen-Orient. S’étant positionné comme le chef de file de l’opposition contre les Etats-Unis dans les années 1990 et 2000, Moscou fait à présent toutes les choses qu’il reprochait aux Etats-Unis de faire (et qu’il avait déjà appliquées avec la même vigueur durant la Guerre froide).

Sans l’intervention directe de la Russie dans le conflit syrien, Assad aurait été renversé il y a bien des années. Mais son patron à Moscou l’a protégé à maintes reprises au Conseil de sécurité des Nations unies, mettant son véto à toute résolution contre le régime syrien, tout comme les Etats-Unis l’ont fait pour Israël.

Les dates clés :

  1. Le 15 mars 2011

Les forces de sécurité dans la ville de Deraa abattent des protestataires qui demandaient la libération de prisonniers politiques, déclenchant des manifestations dans tout le pays.

  1. Le 29 juin 2014

Daech proclame son « califat » sur des territoires s’étendant en Syrie et en Irak.

  1. Le 30 septembre 2015

Début de l’intervention militaire directe de la Russie, qui inverse la tendance dans le conflit en faveur d’Assad.

  1. En Octobre 2019

Les troupes américaines se retirent du Nord de la Syrie, permettant à la Turquie d’attaquer les Kurdes, alliés des Etats-Unis dans la région.  

  1. Le 3 février 2020

Début des affrontements directs entre la Turquie et les forces du régime syrien, suite à l’offensive de ce dernier dans la province d’Idlib, qui s’est soldée par la mort de soldats turcs.

Les nombreuses injustices auxquelles le monde arabe a dû faire face à travers les décennies – certaines administrées de l’extérieur, d’autres stimulées de l’intérieur - ont conduit à l’émergence de mouvements déterminés et dynamiques qui se sont battus pour le droit à l’auto-détermination, les droits de l’homme, la justice, l’égalité et l’application des lois internationales. Ces mouvements ont suscité l’espoir nécessaire pour contrebalancer les désillusions et la misère. Cette lueur d’espoir a été fauchée par le conflit en Syrie. 

Les militants qui s’étaient joint à ces mouvements par principe ont réalisé que beaucoup de leurs camarades étaient motivés par leurs propres intérêts. Un bon nombre d’activistes, de journalistes, de partis et de gouvernements, qui acclamaient la chute de dictateurs soutenus par l’Occident au commencement du Printemps arabe, ont subitement trouvé toutes sortes d’excuses pour soutenir le régime syrien. Ils considèrent probablement que les Syriens ne méritent pas de bénéficier de droits humains fondamentaux parce qu’ils n’ont pas leur place dans une certaine vision du monde.

« Des défenseurs des droits de l’homme et des témoins ont affirmé que des forces de sécurité syriennes avaient ouvert le feu sur des dizaines de milliers de manifestants à Deraa, faisant 25 tués et des centaines de blessés ». 

Extrait d’une dépêche à la une d’Arab News, le 16 mars 2011

Pire encore, leur combat populaire pour obtenir ces droits a été accueilli avec mépris et imposture. Assad et ses soutiens utilisent les recettes de la propagande israélienne. Entretemps, la gauche, dans le paysage politique mondial, qui s’était historiquement positionnée en championne des droits de l’homme et en ennemie de l’impérialisme, est désormais représentée par des personnes qui considèrent que les mêmes droits ne s’appliquent pas à tout le monde et pour qui seul l’Occident est capable d’impérialisme.

L’invasion de l’Irak a été combattue aux quatre coins du monde, mais il n’y avait aucune illusion sur le fait que Saddam Hussein n’était pas un dirigeant bienveillant qui aurait été mal compris. Cependant, Assad, qui n’est pas moins brutal, est adulé comme un héros.

L’emploi de l’angle de la ‘guerre sur la terreur’ par Assad et ses soutiens, copié sur Israël et les Etats-Unis, a abouti à la suspicion et diabolisation de millions de réfugiés syriens, en fuite vers les pays voisins, l’Europe et d’autres destinations plus lointaines. La montée récente des populismes en Europe et ailleurs peut être attribuée, en grande partie, à ce ressentiment à l’encontre des réfugiés.

Comme le reste des médias, Arab News a dû couvrir le conflit à l’extérieur de la zone de combat, à cause des dangers et des restrictions d’accès. Là aussi, le régime d’Assad s’est inspiré des recettes israélienne et américaine, en termes de stratégie de guerre : Refuser l’accès à la zone de combat, puis nier toutes les accusations et qualifier de propagande le journalisme citoyen et les images qui pourraient être diffusées, sous prétexte que les faits ne peuvent être vérifiés.

Extrait des archives d’Arab News, le 16 mars 2011.

En tant qu’Arabe fier de mon héritage, et ayant la chance de jouir de libertés qui sont refusées à de si nombreuses personnes de mon appartenance ethnique, ma principale motivation pour devenir journaliste était d’être une voix pour des Arabes réduits au silence par leurs propres gouvernements ou par la partialité des médias occidentaux et leur déformation des réalités.

A travers les décennies, il y a eu bien des raisons de perdre espoir, mais en ce qui me concerne – en tant qu’Arabe, journaliste et défenseur des droits humains universels – ce qui s’est déroulé en Syrie a fait monter le degré de ce désespoir à un tout autre niveau.

Ce pays – connu dans l’histoire pour sa civilisation, sa culture, son hospitalité, sa tolérance et sa diversité – est celui où les mots ‘plus jamais’ ont été oubliés, enterrés sous les décombres d’un hôpital ou bien suspendus dans une cellule de torture du régime, alors qu’une partie du monde a décidé de détourner le regard et l’autre d’applaudir. 

Sharif Nashashibi est un journaliste primé et un commentateur des questions arabes.

 


Comment la pluie artificielle peut améliorer l’approvisionnement en eau en Arabie saoudite

Avec des précipitations moyennes sur le long terme inférieures à 100 mm par an, une population en augmentation et un secteur agricole en croissance, il existe un immense besoin d'eau douce en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Avec des précipitations moyennes sur le long terme inférieures à 100 mm par an, une population en augmentation et un secteur agricole en croissance, il existe un immense besoin d'eau douce en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Short Url
  • Les pays touchés par la sécheresse se tournent vers l'ensemencement des nuages pour compléter leur approvisionnement en eau
  • L'Arabie saoudite est devenue le deuxième pays du Golfe à adopter cette technologie de pointe

DJEDDAH: Pour répondre à la demande croissante d'eau douce en Arabie saoudite, les autorités ont lancé un projet qui modifiera la structure des nuages pour augmenter les précipitations, technique connue sous le nom «d'ensemencement des nuages».

Avec des précipitations moyennes sur le long terme inférieures à 100 mm par an, une population en augmentation et un secteur agricole en croissance, il existe un immense besoin d'eau douce en Arabie saoudite. C'est pourquoi le Royaume a lancé début avril la première phase d'un programme d'ensemencement des nuages visant à modifier la quantité et le type de précipitations dans le pays. 

Après l'approbation de ce plan par le gouvernement saoudien, un avion a survolé le vaste plateau rocheux du Najd dans la région centrale du Royaume, où il a libéré des panaches d'iodure d'argent dans les nuages. Cela a provoqué la formation de cristaux de glace dans ces nuages, stimulant les précipitations sur les zones ciblées. Le processus a commencé dans la région de Riyad et s'étendra bientôt à d'autres zones, à Asir, Baha et Taïf.

«Le Royaume est considéré comme l'un des pays où les précipitations sont les plus faibles, avec une moyenne de 100 mm par an», avait affirmé Ayman Ghulam, directeur général du Centre national de météorologie, lors d'une conférence à Riyad en mars. «L'ensemencement des nuages est l'une des solutions les plus prometteuses pour l’Arabie saoudite.»

Le programme national de pluie artificielle devrait se poursuivre pendant cinq ans, afin d'augmenter les précipitations de 20 %. Il fait partie de I’Initiative verte saoudienne, lancée en mars 2021 par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, pour promouvoir le développement durable et la préservation de l'environnement, ainsi que pour sécuriser les sources d'eau naturelles dans le Royaume.

Roelof Bruintjes, qui dirige le groupe de modification du climat au National Center for Atmospheric Research des États-Unis, a affirmé que le Royaume utilisait une méthode bien établie d'ensemencement des nuages sans danger pour l'environnement.

Les deux agents d'ensemencement utilisés dans l'opération saoudienne sont des matériaux hygroscopiques (c'est-à-dire des substances qui ont tendance à absorber l'humidité de l'air) tels que les sels et l'iodure d'argent. Ils sont employés dans des concentrations si faibles qu'ils sont en grande partie indétectables et sont utilisés depuis près de quarante ans dans des projets d'ensemencement de nuages dans l'ouest des États-Unis, où les sécheresses sont fréquentes.

Le succès des opérations d'ensemencement des nuages, a précisé Bruintjes, dépend dans une certaine mesure des caractéristiques des nuages eux-mêmes. «Aucun nuage n'est identique à un autre», explique-t-il à Arab News.

«En Arabie saoudite, la plupart des nuages qui se forment dans la région centrale et le sud-ouest sont des types de nuages plus convectifs. De cette façon, nous utilisons principalement des cellules hygroscopiques pour créer des gouttelettes plus grosses afin qu'elles puissent plus facilement entrer en collision les unes avec les autres et retenir la pluie, afin que l’on puisse obtenir plus d'eau, qui est traitée dans le nuage jusqu'à la surface», précise-t-il. «Il s’agit principalement d’essayer d'obtenir plus d'eau des nuages pour augmenter le pourcentage d'eau que les nuages traitent descendant à la surface.»

L'eau couvre environ 71% de la surface de la Terre, mais la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord(Mena) ne possède que très peu de ces ressources nécessaires à la vie. Selon l'ONU, c'est la région la plus pauvre en eau au monde, avec 17 pays considérés en dessous du seuil de pauvreté en eau.

La situation est aggravée par une croissance démographique rapide, des infrastructures insuffisantes et la surexploitation de ressources limitées. L'agriculture représente à elle seule 80 % environ de la consommation d'eau dans la région Mena, selon la Banque mondiale.


Les États-Unis imposent des sanctions à la Force iranienne Al-Qods et au Hezbollah

Selon un communiqué publié mercredi par le département du Trésor américain, des responsables ont facilité la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique et le Hezbollah. (Photo, AP)
Selon un communiqué publié mercredi par le département du Trésor américain, des responsables ont facilité la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique et le Hezbollah. (Photo, AP)
Short Url
  • Les États-Unis continueront à appliquer strictement les sanctions contre le commerce illicite du pétrole iranien
  • Ruwan al-Rejoleh, experte et consultante de la région MENA basée à Washington, estime que ces sanctions constituent une «étape importante»

DUBAÏ: Les États-Unis ont qualifié un réseau dirigé par la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de «réseau international de contrebande de pétrole et de blanchiment d’argent».

Selon un communiqué publié mercredi par le département du Trésor américain, des responsables ont facilité la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la Force Al-Qods et le Hezbollah.

Ce réseau constituait un élément essentiel des recettes pétrolières de l’Iran et soutenait ses groupes armés par procuration qui continuent de «perpétuer les conflits et les souffrances dans toute la région.»

Le sous-secrétaire du département du Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, a assuré que les États-Unis continueraient à appliquer strictement les sanctions contre le commerce illicite du pétrole iranien. 

Il a ajouté que des sanctions similaires seraient imposées à toute personne achetant du pétrole à l’Iran.

Ruwan al-Rejoleh, experte et consultante de la région MENA basée à Washington, estime que ces sanctions constituent une «étape importante».

«Soutenu par le Hezbollah, ce réseau pétrolier a été autorisé à fonctionner librement pendant trop longtemps. C’est une étape importante, mais l’administration doit continuer à écarter le Hezbollah et ses alliés», déclare-t-elle. «Le Hezbollah, qui contrôle le ministère libanais de l’Énergie, a récemment profité des problèmes énergétiques du Liban pour garantir l’accès préférentiel au marché libanais de leurs maîtres à Téhéran.» 

Elle a rappelé que le départ de Sonatrach, une entreprise publique algérienne qui était responsable de l’envoi de fioul au Liban, avait «exacerbé les problèmes énergétiques déjà accablants» du pays.

La procureure générale du Mont-Liban, Ghada Aoun, avait lancé des procédures à motivation politique contre Sonatrach, provoquant ainsi le départ des Algériens, a-t-elle ajouté.

"Le Hezbollah a profité de ce chaos pour permettre à l’Iran d’accéder au marché énergétique de Beyrouth.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L'Iran saisit deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe, Athènes proteste

Le pétrolier Pegas est entouré d'autres navires au large du port de Karystos sur l'île d'Eubée, en Grèce, le 27 mai 2022. (Photo, AP)
Le pétrolier Pegas est entouré d'autres navires au large du port de Karystos sur l'île d'Eubée, en Grèce, le 27 mai 2022. (Photo, AP)
Short Url
  • Le ministère grec des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué des actes « assimilables à de la piraterie» et appelé les citoyens grecs à éviter de se rendre en Iran
  • Plus tôt vendredi, l'Iran avait de nouveau appelé à « lever immédiatement» la saisie d'un navire transportant du pétrole iranien retenu depuis mi-avril par la Grèce sur demande des Etats-Unis

TÉHÉRAN : Les Gardiens de la Révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, ont annoncé vendredi s'être emparés de deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe, peu après avoir protesté contre la saisie par la Grèce d'un navire transportant du pétrole iranien.

Le ministère grec des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué des actes "assimilables à de la piraterie" et appelé les citoyens grecs à éviter de se rendre en Iran.

Les Gardiens de la Révolution ont indiqué que leurs forces navales avaient "saisi aujourd'hui deux pétroliers grecs dans le Golfe persique en raison de violations qu'ils ont commises", selon un communiqué publié sur leur site, sans donner d'autres détails. 

Le ministère grec a affirmé que des hélicoptères de la marine iranienne avaient hélitreuillé des hommes armés à bord des deux pétroliers.

L'un d'eux, le Delta Poseidon, naviguait alors dans les eaux internationales, a-t-il précisé. Le second, qui n'a pas été nommé, se trouvait près des côtes iraniennes, selon la même source.

Le ministère grec a indiqué que neuf Grecs font partie des équipages des deux navires, mais a refusé de donner le nombre total des marins à bord. 

Athènes a informé l'Union européenne et l'Organisation maritime internationale de l'incident, a-t-il ajouté.

Pétrole iranien

Plus tôt vendredi, l'Iran avait de nouveau appelé à "lever immédiatement" la saisie d'un navire transportant du pétrole iranien retenu depuis mi-avril par la Grèce sur demande des Etats-Unis.

En vertu des sanctions européennes liées à la guerre en Ukraine, les autorités grecques ont saisi le 19 avril au large de l'île d'Eubée le pétrolier russe Pegas, rebaptisé quelques jours plus tard Lana. 

Selon des informations à l'époque, le tanker transportait 115 000 tonnes de pétrole iranien.

Mercredi, une porte-parole de la police portuaire grecque a dit à l'AFP que ce pétrole serait "transféré aux Etats-Unis (...) à la suite d'une demande de la justice américaine".

Le ministère des Affaires étrangères iranien a convoqué vendredi le chargé d'affaires suisse, qui représente les intérêts américains en raison de la rupture des relations diplomatiques entre Washington et Téhéran après la Révolution islamique de 1979.

Téhéran accuse Washington de "violation claire du droit maritime et des conventions internationales" et appelle à "lever immédiatement la saisie du navire et de son chargement", d'après un communiqué publié sur le site du ministère des Affaires étrangères.

L'Iran a rappelé son opposition à "la pression et à l'intervention du gouvernement américain" qui ont mené à la saisie du navire, que Téhéran estime être sous la "souveraineté de la République islamique".

Mais selon les documents aux mains des garde-côtes grecs, le pétrolier est toujours sous pavillon russe.

Une source au sein des garde-côtes grecs a indiqué à l'AFP que le transfert du pétrole vers un navire battant pavillon du Libéria avait débuté jeudi et allait "durer quelques jours".

Ces incidents surviennent alors que les négociations entre l'Iran et les puissances mondiales pour rétablir l'accord nucléaire sont au point mort depuis mars. 

L'un des principaux points de friction est la demande de Téhéran de retirer les Gardiens de la liste noire américaine des "organisations terroristes", une demande rejetée par Washington.