Click on the number for more info

La naissance de l’iPhone

L’iPhone a été mis en vente le 29 Juin 2007 (AFP)
L’iPhone a été mis en vente le 29 Juin 2007 (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

La naissance de l’iPhone

  • Le 9 janvier 2007, le fondateur d’Apple, Steve Jobs, présente l’iPhone
  • Apple est devenu la première compagnie publique à passer le cap de $1 trillion de capitalisation boursière

Le smartphone lancé à l’origine par Steve Jobs a évolué pour devenir un produit de base de la vie quotidienne.

Résumé

Le 9 janvier 2007, le fondateur d’Apple, Steve Jobs, présente l’iPhone, un appareil révolutionnaire réunissant en un seul et même produit les 3 fonctions de lecteur de musique, téléphone et terminal de communication internet. Cet appareil, mis en vente le 29 juin 2007, a changé notre manière de travailler et de nous divertir.

Jobs, dont le père biologique est né en Syrie et a étudié à l’Université américaine de Beyrouth, a fait d’Apple le chef de file mondial dans le domaine de la technologie. Sept années après sa mort en 2011, Apple est devenu la première compagnie publique à passer le cap de $1 trillion de capitalisation boursière. 

 

LONDRES - Le 9 janvier 2007, le cofondateur et ancien PDG d’Apple, Steve Jobs, a dévoilé au public l’iPhone, le décrivant comme un appareil remplissant trois fonctions et combinant donc celles de l’iPod, du téléphone et du terminal de communication internet. Le tout premier iPhone, avec un écran de 3,5 pouces, un capteur photo de 2 Mégapixels, et une capacité de 16 go de mémoire, ne supportait pas d’applications tierces. Mais nos vies n’ont plus été les mêmes depuis son lancement.  

Ce n’était pas le premier ‘smartphone’ à bénéficier d’un large écran tactile et d’une connectivité internet mais c’était le plus élégant, plaçant l’expérience de l’utilisateur au cœur des fonctionnalités et de la forme. Aujourd’hui, plus de 5 milliards de personnes dans le monde utilisent des services mobiles, selon une étude de la GSMA. Une génération entière ignore à quoi ressemblait la vie avant l’iPhone.

L’ampleur avec laquelle cet appareil révolutionnaire a stupéfait le monde il y a 13 ans est illustrée par le fait que dans son édition du 11 janvier 2007, Arab News a couvert le lancement de l’iPhone, mais pas à la une… à la page 18, dans la rubrique économique. Néanmoins, le titre de l’article était visionnaire, décrivant l’iPhone comme « un internet de poche ».  

1

« Lors de sa démonstration, (Jobs) a accédé au service d’imagerie par satellite de Google et, en quelques secondes, il a zoomé sur le monument de Washington, puis la Tour Eiffel et a finalement consulté la valeur boursière en forte hausse d’Apple. Il a également passé un appel téléphonique à un café local et commandé, en blaguant, 4 000 cafés lattés pour les personnes présentes dans l’audience ».  

Extrait d’un article AFP couvrant le lancement d’Apple à la conférence Macworld, paru dans la rubrique économique d’Arab News le 11 janvier 2007.

De nos jours, tout peut être fait à travers un smartphone, notamment travailler, communiquer, faire ses achats, voyager, gérer ses finances et se divertir. Ce produit Apple a rendu nos vies plus simples depuis son premier lancement en 2007. Ses fonctions et applications ont remplacé les CD et DVD, et radicalement changé la façon de regarder la télévision.  Les chaînes d’information ont dû s’y adapter, en lançant des services numériques pour une génération de consommateurs pointilleux et sélectifs.

Jobs, dont le père biologique est né en Syrie et a étudié à l’Université américaine de Beyrouth, a fait d’Apple le chef de file mondial dans la technologie, à travers les lancements de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad. Il a également poussé les acteurs d’autres industries à demeurer sur le qui-vive, les forçant à tenter de s’adapter à un monde en rapide évolution qu’il avait contribué à créer.

Sans la créativité de Jobs, les influenceurs n’auraient pas bénéficié de plateformes pour exercer leur influence. Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, TikTok et beaucoup d’autres n’auraient pas connu leur succès actuel si le smartphone n’avait pas existé. L’iPhone a permis à ses utilisateurs de jouer un rôle actif dans la collection, transmission, analyse, et dissémination de l’information. Apple a offert à chaque utilisateur la possibilité de devenir journaliste.

Le journalisme citoyen a permis de révéler des affaires de corruption, de dénoncer des actes de violence et de répression à travers le monde et plus spécialement au Moyen-Orient. Cela a contribué à la naissance de révoltes, passées ou actuelles.  L’étudiante Neda Agha-Soltan a été tuée durant des manifestations en Iran en 2009. Son meurtre a été filmé sur un téléphone portable et diffusé à travers le monde sur YouTube, faisant de cette étudiante un symbole du mouvement de protestation.

Grace aux téléphones portables, l’Iran figurait en tête de liste des recherches par sujet (trends) Twitter à la fin de l’année 2009. C’est à ce moment que je me suis décidé à faire de la ‘technologie militante’ le sujet de ma thèse dans le cadre de mon mastère en médias numériques.

La révolution égyptienne de 2011 a été un autre moment clé de développement pour les utilisateurs de téléphones mobiles et de réseaux sociaux. A cette époque, le gouvernement avait décidé de déconnecter tous les réseaux de communication afin d’entraver les réunions et les mouvements des protestataires.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a effectué un appel via ‘FaceTime’ à une chaîne de télévision turque durant la tentative de coup d’état qu’il a déjouée en 2016. Certains ont affirmé que cet appel l’avait sauvé.

Depuis les années 2000, nous avons cessé d’effectuer tous nos appels via le réseau téléphonique standard et nous sommes passés aux appels Wifi. Nous sommes ensuite devenus accros aux textos. Les premières fonctionnalités de l’iPhone semblent aujourd’hui primitives. L’iPhone 3G a amené une évolution, étant doté de nouvelles fonctions majeures telles que les capteurs de mouvement et de localisation GPS, le support pour les réseaux 3G et offrant des performances supérieures.

« Jobs, dont le père biologique est né en Syrie et a étudié à l’Université américaine de Beyrouth, a fait d’Apple le chef de file mondial dans la technologie, à travers les lancements de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad ».

Arkan Aladnan

C’est l’App Store qui a transformé l’iPhone, d’un simple appareil permettant l’accès à l’internet, à une plateforme informatique. Aujourd’hui, ce ‘magasin d’applications’ en comporte plus de 2 millions, offrant une plateforme de travail à de nouvelles entreprises et créant tout une économie autour, de Snapchat à Uber, en passant par Instagram.

L’iPhone 3GS a apporté quelques améliorations supplémentaires, telles qu’une caméra plus performante et une plus longue durée de vie de la batterie. L’iPhone 4 a été lancé en 2010, proposant le premier changement majeur dans la forme de l’appareil depuis son lancement initial en 2007. L’iPhone 4S a introduit l’assistant vocal Siri développé par Apple. Plus de gadgets et d’accessoires – tels que la montre Apple, le Mac et le HomePod – ont également été créés pour élargir les fonctions et les horizons de l’iPhone.   

 

Extrait des archives d’Arab News, le 11 janvier 2007
Extrait des archives d’Arab News, le 11 janvier 2007

 

L’iPhone 5 était le premier smartphone créé par Apple à être équipé du port de chargement Lightning (connecteur). Vint ensuite l’iPhone 5S, le premier produit Apple offrant le capteur d’empreintes digitales ‘Touch ID’. L’iPhone 5C était une version plus abordable qui ne proposait pas de capteur d’empreintes digitales. Avec les iPhones 6 et 6 Plus, les écrans plus larges, pour concurrencer les smartphone Android, firent leur apparition. L’iPhone 6 introduit également un processeur plus performant et un espace de stockage plus conséquent.

L’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus étaient les premiers à ne pas être équipés de prise casque Jack. Les ‘Airpods’, des écouteurs sans fil, furent donc lancés simultanément. L’iPhone X a été introduit en même temps que le 8 et le 8 Plus. Ils étaient les premiers smartphones d’Apple à bénéficier d’un écran OLED recouvrant pratiquement toute la surface de l’appareil, d’une fonction de reconnaissance faciale, et étaient caractérisés par la disparition du bouton ‘home’.

L’iPhone 11, avec son prix d’achat relativement bas de $700 et une gamme de couleurs étendue, est essentiellement le successeur de l’iPhone XR. Avec un double appareil photo, il est équipé du téléobjectif à l’ultra grand‑angle offrant un champ de vision élargi. Il a introduit également un mode nuit pour les photos et un processeur plus performant. Les iPhone 11 et 11 Max, plus chers, se distinguent par l’intégration d’un triple capteur photo, et ont offert une finition nouvelle mate ainsi qu’un capteur de 12 mégapixels.

 

Arkan Aladnani, directeur international des opérations à Arab News, se souvient d’avoir attendu son tour dans la file pour acquérir le premier iPhone à New York.


Frankly Speaking : L'Arabie saoudite peut être « le premier exportateur de pétrole et lutter contre le changement climatique »

Dr Osama Faqeeha, vice-ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, sur Frankly Speaking. (Capture d'écran)
Dr Osama Faqeeha, vice-ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, sur Frankly Speaking. (Capture d'écran)
Short Url
  • Le problème ne réside pas dans les hydrocarbures mais dans les émissions, a déclaré le responsable de la politique environnementale du Royaume
  • Les mesures visant à inverser la dégradation des terres ont été une réalisation majeure du sommet du G20 sous la présidence saoudienne en 2020

DUBAÏ: L'Arabie saoudite peut conserver son rôle de premier exportateur de pétrole au monde tout en poursuivant une stratégie ambitieuse pour atténuer les effets du changement climatique, a déclaré l'un des principaux décideurs de la politique environnementale du Royaume à Arab News

Le Dr Osama Faqeeha, vice-ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, a déclaré que l'enjeu pour le Royaume et pour le monde était de faire face aux émissions polluantes de la production d'hydrocarbures, tout en explorant d'autres usages des produits pétroliers et des alternatives renouvelables. 

« Nous voyons que le problème n’est pas dans les hydrocarbures mais dans les émissions », a-t-il indiqué, soulignant que « les produits pétrochimiques, le plastique, les fournitures médicales, les vêtements ainsi que d’autres objets sont fabriqués à partir d'hydrocarbures; les émissions constituent le problème, à savoir les émissions de CO2. » 

Faqeeha, qui est étroitement impliqué dans la mise en œuvre des mesures de la « Saudi Green Initiative » dévoilées l'an dernier, est apparu sur Frankly Speaking, la série d'entretiens vidéo avec des décideurs politiques et des hommes d'affaires de premier plan. 

Il a également évoqué le plan ambitieux de plantation de 10 milliards d'arbres dans le Royaume, la campagne de protection de son écosystème environnemental et de sa biodiversité, et les efforts en cours pour améliorer la qualité de l'air dans la capitale Riyad et dans d'autres grandes villes. 

Faqeeha a souligné que la campagne environnementale lancée dans le cadre de la SGI fait partie d'une stratégie globale pour relever les défis du changement et du réchauffement climatiques. 

« Dans ce contexte, l'Arabie saoudite s’est lancée dans l’économie circulaire du carbone, une démarche qui consiste vraiment à traiter le CO2 comme n'importe quel autre déchet, en le prenant et en le recyclant de différentes manières. 

« Nous devons réaliser qu'il n'y a pas d'approche unique qui puisse à elle seule relever le défi du changement climatique mondial. 

« Nous avons besoin d'énergies renouvelables, nous avons besoin de l'économie circulaire du carbone, nous avons besoin de recyclage, nous devons arrêter cette déforestation, préserver les habitats, réduire les plastiques marins. Nous devons nous concentrer sur tout cela », a-t-il déclaré. 

Le projet de planter 10 milliards d'arbres en Arabie saoudite au cours des prochaines décennies est une particularité frappante de la SGI, reconnue comme un défi compte tenu du climat désertique aride du Royaume et du niveau relativement faible des précipitations. 

 « Il s'agit certainement d'un objectif ambitieux très stimulant. Comme Son Altesse Royale le Prince héritier (Mohammed bin Salman) l'a annoncé, l'échéancier s'étalera sur les prochaines décennies. Nous visons vraiment la pérennité de l’environnement. Nous avons l'intention d'atteindre cet objectif en tenant dûment compte de cette pérennité.  

« Pour y parvenir, nous nous concentrerons tout d'abord sur l'utilisation des espèces végétales indigènes du Royaume. Croyez-le ou non, il existe plus de 2 000 espèces de flore documentées dans le Royaume qui se sont adaptées au climat sec et aride de l'Arabie saoudite. 

« Ces plantes ont donc vraiment prospéré dans cet environnement et s'y sont (pleinement) adaptées », a-t-il déclaré. 

Le programme de forestation — déjà en cours — se concentrera sur quatre domaines principaux : la restauration de la flore naturelle dans les montagnes et les vallées; un programme de « verdissement urbain » pour les grandes villes; la plantation dans les zones agricoles pour soutenir la production alimentaire et les communautés rurales; et la plantation d'arbres le long des principales autoroutes pour contrer l'avancée du sable et améliorer l'expérience des voyageurs. 

Des sources d'eau renouvelables seront également utilisées dans le programme de plantation d'arbres pour éviter de mettre en danger les précieuses eaux souterraines. Les eaux usées traitées et la collecte des pluies faisaient partie des techniques validées par les décideurs en matière de politique environnementale, ainsi qu'une plus grande utilisation des ressources maritimes. 

« L'Arabie saoudite possède des milliers de kilomètres de côtes sur le golfe Arabique et la mer Rouge. Il existe deux espèces de palétuviers indigènes qui poussent réellement dans l'eau de mer, nous avons donc l'intention de nous concentrer également sur ces espèces », a-t-il déclaré. 

La pratique traditionnelle qui consiste à couper du bois naturel pour faire des feux de camp a provoqué un débat dans le Royaume car elle est tenue pour responsable d'une partie de la désertification que la SGI s'est engagée à éliminer. 

« L'exploitation forestière illégale était un problème important. Les habitants ont une affinité pour les atouts locaux, ils aiment vraiment les pique-niques et les activités de plein air, ils aiment allumer les feux de bois et organiser des réunions de famille autour et ce sont des traditions locales que nous chérissons vraiment. Cependant, cela a coûté cher à la végétation locale. La nouvelle loi sur l'environnement a imposé des sanctions sévères sur l'exploitation forestière illégale. 

« D'autre part, nous avons beaucoup incité à importer des alternatives, comme le charbon et d'autres substituts au feu de bois, qui permettront essentiellement aux membres de la communauté de passer encore un bon moment sans nuire à la végétation », a-t-il déclaré.  

L'Organisation mondiale de la santé a critiqué l'Arabie saoudite et d'autres pays du Moyen-Orient pour leurs faibles normes de matière de qualité de l'air, mais Faqeeha a contesté quelques-unes des conclusions de l'OMS. 

« Je voudrais mettre en valeur une distinction entre la pollution de l'air et la qualité dégradée de l'air. Vous avez parfois une qualité dégradée de l'air et ce n’est pas parce qu'elle est polluée par les activités humaines. L'OMS utilise les matières particulaires comme principaux paramètres pour mesurer la qualité de l'air. 

« C'est un très bon paramètre pour (des endroits comme) l'Europe et les États-Unis, où la surface végétale est étendue, et où les matières particulaires proviennent principalement des centrales électriques, des usines et d’autres activités humaines. Nous appelons ces matières particulaires des particules anthropiques ou MP. 

« Ici en Arabie saoudite et dans la région dans son ensemble, les matières particulaires ont des causes naturelles, provenant principalement de tempêtes de poussière. Il est certain que la qualité de l'air se dégrade pendant les tempêtes de poussière - personne ne prétend qu'il est sain d'aller à l'extérieur et d'inhaler la tempête de poussière.  

C'est donc vraiment à cela qu'ils (l'OMS) font référence. C'est une qualité de l'air dégradée à cause des particules naturelles émanant des tempêtes de poussière », a-t-il déclaré. 

Le ministère travaille sur des mesures globales pour réduire les tempêtes de poussière et améliorer la qualité de l'air, a déclaré Faqeeha. 

Lors du sommet COP26 sur le changement climatique à Glasgow l'année dernière, certains experts ont averti que l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe souffriraient plus que d'autres parties du monde des effets du réchauffement climatique sur la santé, notamment de la chaleur extrême, des maladies et de la pollution de l'air. 

Faqeeha a reconnu qu'il s'agissait d'un problème auquel les décideurs étaient confrontés. « Indéniablement, le changement et le réchauffement climatiques sont un défi mondial majeur que nous prenons très au sérieux. Il existe très peu d’études permettant d’établir des perspectives en termes de température. (Les études) sont très rares.

« En fait, dans toute la région, nous n'avons pas de centre climatique pour les études sur le climat et c'est pourquoi le prince héritier a annoncé la création du Centre régional d'études sur le climat ici, qui sera défendu par le Centre national de météorologie en Arabie saoudite. Son travail consiste à vraiment faire des études nationales et régionales sur les perspectives à moyen et long terme du changement climatique », a-t-il déclaré. 

L'un des grands axes de la stratégie environnementale saoudienne, a-t-il ajouté, est la volonté d'inverser la tendance à la dégradation des terres et à la désertification, un contributeur majeur à la génération d'émissions de gaz à effet de serre polluants qui coûtent environ mille milliards de dollars dans le monde (881 milliards d’euros). 

« La dégradation des terres est le deuxième contributeur de gaz à effet de serre. En fait, la dégradation des terres est la cause d'environ plus de 50 % de la perte de biodiversité, ce qui représente une contribution importante. En outre, cela a un impact énorme sur les terres agricoles et la sécurité alimentaire », a déclaré Faqeeha. 

Les mesures visant à inverser la dégradation des terres ont été une réalisation majeure du sommet du G20 sous la présidence saoudienne en 2020. 

Faqeeha a également décrit la nouvelle stratégie du Royaume en matière de gestion des déchets, qu'il considère comme un domaine propice à la participation du secteur privé et aux investissements étrangers. 

 « La participation du secteur privé est un catalyseur important pour atteindre les objectifs de la stratégie environnementale nationale », a-t-il déclaré. 

« De nombreuses entreprises internationales arrivent et elles estiment que l'environnement réglementaire est désormais très propice à leur participation. » 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix

Les produits alimentaires de donation vus à la Norwood and Brixton Foodbank du Trussell Trust, située dans l'église St Margaret's the Queen à Brixton, dans le sud de Londres, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Les produits alimentaires de donation vus à la Norwood and Brixton Foodbank du Trussell Trust, située dans l'église St Margaret's the Queen à Brixton, dans le sud de Londres, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'inflation a atteint 5,4% en décembre, son plus haut niveau depuis trente ans, conduisant de nombreux Britanniques à pousser pour la première fois la porte des banques alimentaires
  • En 2021, celle de Colchester, nichée au milieu d'une zone commerciale, a distribué 165 tonnes de nourriture, soit assez pour nourrir quelque 17 000 personnes

COLCHESTER, Royaume-Uni : "J'ai beaucoup de mal à joindre les deux bouts": les prix flambent et nombre de Britanniques comme Heidi peinent à se chauffer et manger, au point que les banques alimentaires se retrouvent débordées.

Dans la queue pour chercher son colis à Colchester, dans l'est de l'Angleterre, cette femme de 45 ans confesse: "D'habitude, je mets quelque chose de côté pour les banques alimentaires, mais maintenant c'est à mon tour d'y avoir recours".

En cause ? Une hausse des prix sur "tout" et des "factures très élevées": "Mon électricité a augmenté. J'y dépense probablement 80 livres (95 euros) par mois désormais, contre 40 ou 50 l'année dernière". 

L'inflation a atteint 5,4% en décembre, son plus haut niveau depuis trente ans, conduisant de nombreux Britanniques à pousser pour la première fois la porte des banques alimentaires.

En 2021, celle de Colchester, nichée au milieu d'une zone commerciale, a distribué 165 tonnes de nourriture, soit assez pour nourrir quelque 17 000 personnes. mais son directeur Mike Beckett s'attend à ce que cela augmente à 20 000 personnes en 2022.

"Si les choses empirent, cela pourrait aller jusqu'à 25 000 personnes", "un cauchemar", se désole-t-il, alors que dans leur "pire scénario", près de 30 000 personnes pourraient devoir recourir à l'aide de cette structure.

«Défectueux»

Selon la Trussell Trust, qui gère la banque alimentaire, le nombre de gens recevant des colis d'urgence dans ses centres à travers tout le Royaume-Uni est passé de 26 000 personnes en 2009 à plus de 2,5 millions l'année dernière.

Pour la journaliste et militante engagée contre la pauvreté Jack Monroe, le coût réel de nombreux produits alimentaires de base a augmenté bien plus que l'inflation annoncée en décembre.

Elle explique ainsi que 500 grammes des pâtes les moins chères de son supermarché local coûtaient 29 pence (0,35 euro) il y a un an, contre 70 pence aujourd'hui, soit une hausse de 141%.

Le riz est lui passé de 45 pence le kilo à une livre pour 500 grammes: "C'est une augmentation de prix de 344% qui frappe les ménages les plus pauvres et les plus vulnérables", a-t-elle dénoncé sur Twitter.

La militante y accuse le système qui permet de mesurer l'impact de l'inflation d'être "fondamentalement défectueux", car "il ignore complètement la réalité et la VRAIE augmentation des prix pour les personnes au salaire minimum, les clients des banques alimentaires et des millions d'autres."

Un constat partagé par Mike Beckett, selon qui la mesure de l'inflation "ne tient pas vraiment compte de l'augmentation des prix des aliments bon marché, qui augmentent de plusieurs centaines de pourcents".

Couplé à la décision du gouvernement de ramener les prestations sociales, augmentées pendant la pandémie, à leur niveau initial, cela donne un cocktail explosif.

"Les gens nous expliquent que ça leur a pris une heure pour trouver le courage de venir", confie le directeur de la banque alimentaire, beaucoup "ne pensaient pas qu'ils en auraient un jour besoin, mais ils n'ont pas le choix".

Hausses supplémentaires

Selon un rapport de la Fondation Joseph Rowntree publié en janvier, certaines caractéristiques des aides sociales (l'attente de cinq semaines avant les premiers versements, les allocations familiales plafonnées à deux enfants...) "conduisent directement à une plus grande insécurité alimentaire et contribuent à l'augmentation du recours aux banques alimentaires".

Malgré cette situation déjà compliquée, le coût de la vie devrait encore augmenter en avril pour les ménages britanniques, en raison d'une hausse des cotisations sociales décidée par le gouvernement pour financer le système de santé et de nouvelles augmentations des factures d'énergies, qui pourraient atteindre 50%.

En conséquence, un nombre encore plus important de ménages britanniques se trouve menacé de précarité énergétique, dépensant plus de 10% de leurs revenus pour leurs besoins en énergie.

"Nombreux sont ceux qui se retrouvent dans cette situation pour la première fois", se désole Heidi. Elle invite "tout le monde à mettre quelque chose" dans les paniers des banques alimentaires, "parce qu'on ne sait jamais quand on va se retrouver dans cette situation".


La Fed prête à relever ses taux face à l'inflation aux Etats-Unis

Les commerçants travaillent sur le parquet de la Bourse de New York (NYSE) le 20 janvier 2022, à New York. (Photo, AFP)
Les commerçants travaillent sur le parquet de la Bourse de New York (NYSE) le 20 janvier 2022, à New York. (Photo, AFP)
Short Url
  • La balle est dans le camp de la Réserve fédérale pour ralentir la demande et tempérer l'inflation, car ses taux directeurs donnent le ton aux banques commerciales pour fixer leurs taux d'intérêts
  • Or si le crédit coûte plus cher, particuliers et entreprises consomment ou investissent moins

WASHINGTON : Halte à l'inflation: la banque centrale américaine (Fed) se prépare à relever ses taux directeurs pour lutter contre la flambée des prix, et décidera, lors de sa réunion mardi et mercredi, du rythme et de l'ampleur du mouvement.

La balle est dans le camp de la Réserve fédérale pour ralentir la demande et tempérer l'inflation, car ses taux directeurs donnent le ton aux banques commerciales pour fixer leurs taux d'intérêts. Or si le crédit coûte plus cher, particuliers et entreprises consomment ou investissent moins.

"Un signal" est ainsi attendu quant au "moment où la première hausse des taux aura lieu, a priori lors de la réunion (de la Fed) de mars", selon l'économiste Joel Naroff.

"Si telle est l'intention, ce serait bien que l'équipe qui a soudainement découvert l'inflation le dise clairement", a-t-il ironisé.

Car la flambée des prix l'an passé a surpris les économistes, et les responsables de la Fed ont récemment marqué un brutal revirement sur le sujet, inquiets d'une inflation qu'ils ont alors cessé de considérer comme "temporaire".

L'institution a, en décembre, accéléré le rythme de réduction de ses achats d'actifs avec l'objectif de les arrêter en mars, avec trois mois d'avance sur le calendrier initial. Ces injections de liquidités avaient permis de soutenir l'économie pendant la crise, et les ramener à zéro est un préalable pour pouvoir relever les taux directeurs.

Hausse en mars, ou dès janvier?

"Je pense que (les responsables de la Fed) indiqueront clairement que la réduction (des achats d'actifs) se terminera à temps pour qu'ils puissent relever les taux lors de la réunion de mars", a déclaré à l'AFP David Wessel, économiste pour la Brookings Institution.

Les taux directeurs avaient été abaissés à zéro en mars 2020 lorsque la pandémie de Covid a éclaté pour stimuler la consommation, moteur de l'économie américaine. Mais la demande est désormais très forte, et fait face à une offre qui ne suit pas, à cause des difficultés mondiales d'approvisionnement.

Résultat, les prix grimpent, et l'inflation a atteint aux Etats-Unis 7% en 2021, au plus haut depuis près de 40 ans.

Les acteurs sur les marchés s'attendent à une très large majorité (94,4%) à ce que la Réserve fédérale maintienne son taux au jour le jour entre 0% et 0,25%, selon l'évaluation des produits à terme de CME Group.

Quelques-uns, cependant, misent sur une hausse d'un quart de point (25 points de base) dès cette semaine, sans attendre mars.

Spéculations

"Le débat autour des perspectives à très court terme de la Fed s'intensifie à nouveau", relève ainsi Krishna Guha, économiste pour Evercore, société de conseil en investissements. Parmi les spéculations: "un arrêt soudain (des achats d'actifs) et peut-être même une hausse des taux" dès cette semaine.

Autre hypothèse: "une hausse démesurée de 50 points de base lors de la réunion de mars", souligne-t-il. C'est-à-dire faire passer d'un seul coup les taux directeurs, actuellement compris entre 0 et 0,25%, à une fourchette de 0,50 à 0,75%.

"Je ne vois pas une hausse de 50 points de base en mars, nous n'avons pas préparé les marchés à quelque chose d'aussi spectaculaire", avait toutefois récemment tempéré l'un des gouverneurs de la Fed, Christopher Waller, évoquant une hausse de 25 points en mars.

"Si l'inflation ne semble pas baisser, ce serait certainement dans la boîte à outils, mais il nous en faudrait beaucoup pour aller dans cette direction", avait-il ajouté.

La lutte contre l'inflation exigera un effort "de longue haleine", a prévenu Joe Biden mercredi, jugeant "approprié" pour la Fed "de recalibrer (son) soutien".

L'institution était réticente à relever trop tôt ses taux d'intérêts, pour ne pas peser sur l'emploi. Mais selon Joel Naroff, "nous sommes déjà au plein emploi".

Le taux de chômage a reculé en décembre à 3,9%, se rapprochant des 3,5% d'avant la pandémie. La croissance du PIB pour 2021 sera, elle, annoncée au lendemain de la réunion de la Fed, jeudi, et est attendue autour de 5 ou 6%.