Click on the number for more info

La naissance de l’iPhone

L’iPhone a été mis en vente le 29 Juin 2007 (AFP)
L’iPhone a été mis en vente le 29 Juin 2007 (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

La naissance de l’iPhone

  • Le 9 janvier 2007, le fondateur d’Apple, Steve Jobs, présente l’iPhone
  • Apple est devenu la première compagnie publique à passer le cap de $1 trillion de capitalisation boursière

Le smartphone lancé à l’origine par Steve Jobs a évolué pour devenir un produit de base de la vie quotidienne.

Résumé

Le 9 janvier 2007, le fondateur d’Apple, Steve Jobs, présente l’iPhone, un appareil révolutionnaire réunissant en un seul et même produit les 3 fonctions de lecteur de musique, téléphone et terminal de communication internet. Cet appareil, mis en vente le 29 juin 2007, a changé notre manière de travailler et de nous divertir.

Jobs, dont le père biologique est né en Syrie et a étudié à l’Université américaine de Beyrouth, a fait d’Apple le chef de file mondial dans le domaine de la technologie. Sept années après sa mort en 2011, Apple est devenu la première compagnie publique à passer le cap de $1 trillion de capitalisation boursière. 

 

LONDRES - Le 9 janvier 2007, le cofondateur et ancien PDG d’Apple, Steve Jobs, a dévoilé au public l’iPhone, le décrivant comme un appareil remplissant trois fonctions et combinant donc celles de l’iPod, du téléphone et du terminal de communication internet. Le tout premier iPhone, avec un écran de 3,5 pouces, un capteur photo de 2 Mégapixels, et une capacité de 16 go de mémoire, ne supportait pas d’applications tierces. Mais nos vies n’ont plus été les mêmes depuis son lancement.  

Ce n’était pas le premier ‘smartphone’ à bénéficier d’un large écran tactile et d’une connectivité internet mais c’était le plus élégant, plaçant l’expérience de l’utilisateur au cœur des fonctionnalités et de la forme. Aujourd’hui, plus de 5 milliards de personnes dans le monde utilisent des services mobiles, selon une étude de la GSMA. Une génération entière ignore à quoi ressemblait la vie avant l’iPhone.

L’ampleur avec laquelle cet appareil révolutionnaire a stupéfait le monde il y a 13 ans est illustrée par le fait que dans son édition du 11 janvier 2007, Arab News a couvert le lancement de l’iPhone, mais pas à la une… à la page 18, dans la rubrique économique. Néanmoins, le titre de l’article était visionnaire, décrivant l’iPhone comme « un internet de poche ».  

1

« Lors de sa démonstration, (Jobs) a accédé au service d’imagerie par satellite de Google et, en quelques secondes, il a zoomé sur le monument de Washington, puis la Tour Eiffel et a finalement consulté la valeur boursière en forte hausse d’Apple. Il a également passé un appel téléphonique à un café local et commandé, en blaguant, 4 000 cafés lattés pour les personnes présentes dans l’audience ».  

Extrait d’un article AFP couvrant le lancement d’Apple à la conférence Macworld, paru dans la rubrique économique d’Arab News le 11 janvier 2007.

De nos jours, tout peut être fait à travers un smartphone, notamment travailler, communiquer, faire ses achats, voyager, gérer ses finances et se divertir. Ce produit Apple a rendu nos vies plus simples depuis son premier lancement en 2007. Ses fonctions et applications ont remplacé les CD et DVD, et radicalement changé la façon de regarder la télévision.  Les chaînes d’information ont dû s’y adapter, en lançant des services numériques pour une génération de consommateurs pointilleux et sélectifs.

Jobs, dont le père biologique est né en Syrie et a étudié à l’Université américaine de Beyrouth, a fait d’Apple le chef de file mondial dans la technologie, à travers les lancements de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad. Il a également poussé les acteurs d’autres industries à demeurer sur le qui-vive, les forçant à tenter de s’adapter à un monde en rapide évolution qu’il avait contribué à créer.

Sans la créativité de Jobs, les influenceurs n’auraient pas bénéficié de plateformes pour exercer leur influence. Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, TikTok et beaucoup d’autres n’auraient pas connu leur succès actuel si le smartphone n’avait pas existé. L’iPhone a permis à ses utilisateurs de jouer un rôle actif dans la collection, transmission, analyse, et dissémination de l’information. Apple a offert à chaque utilisateur la possibilité de devenir journaliste.

Le journalisme citoyen a permis de révéler des affaires de corruption, de dénoncer des actes de violence et de répression à travers le monde et plus spécialement au Moyen-Orient. Cela a contribué à la naissance de révoltes, passées ou actuelles.  L’étudiante Neda Agha-Soltan a été tuée durant des manifestations en Iran en 2009. Son meurtre a été filmé sur un téléphone portable et diffusé à travers le monde sur YouTube, faisant de cette étudiante un symbole du mouvement de protestation.

Grace aux téléphones portables, l’Iran figurait en tête de liste des recherches par sujet (trends) Twitter à la fin de l’année 2009. C’est à ce moment que je me suis décidé à faire de la ‘technologie militante’ le sujet de ma thèse dans le cadre de mon mastère en médias numériques.

La révolution égyptienne de 2011 a été un autre moment clé de développement pour les utilisateurs de téléphones mobiles et de réseaux sociaux. A cette époque, le gouvernement avait décidé de déconnecter tous les réseaux de communication afin d’entraver les réunions et les mouvements des protestataires.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a effectué un appel via ‘FaceTime’ à une chaîne de télévision turque durant la tentative de coup d’état qu’il a déjouée en 2016. Certains ont affirmé que cet appel l’avait sauvé.

Depuis les années 2000, nous avons cessé d’effectuer tous nos appels via le réseau téléphonique standard et nous sommes passés aux appels Wifi. Nous sommes ensuite devenus accros aux textos. Les premières fonctionnalités de l’iPhone semblent aujourd’hui primitives. L’iPhone 3G a amené une évolution, étant doté de nouvelles fonctions majeures telles que les capteurs de mouvement et de localisation GPS, le support pour les réseaux 3G et offrant des performances supérieures.

« Jobs, dont le père biologique est né en Syrie et a étudié à l’Université américaine de Beyrouth, a fait d’Apple le chef de file mondial dans la technologie, à travers les lancements de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad ».

Arkan Aladnan

C’est l’App Store qui a transformé l’iPhone, d’un simple appareil permettant l’accès à l’internet, à une plateforme informatique. Aujourd’hui, ce ‘magasin d’applications’ en comporte plus de 2 millions, offrant une plateforme de travail à de nouvelles entreprises et créant tout une économie autour, de Snapchat à Uber, en passant par Instagram.

L’iPhone 3GS a apporté quelques améliorations supplémentaires, telles qu’une caméra plus performante et une plus longue durée de vie de la batterie. L’iPhone 4 a été lancé en 2010, proposant le premier changement majeur dans la forme de l’appareil depuis son lancement initial en 2007. L’iPhone 4S a introduit l’assistant vocal Siri développé par Apple. Plus de gadgets et d’accessoires – tels que la montre Apple, le Mac et le HomePod – ont également été créés pour élargir les fonctions et les horizons de l’iPhone.   

 

Extrait des archives d’Arab News, le 11 janvier 2007
Extrait des archives d’Arab News, le 11 janvier 2007

 

L’iPhone 5 était le premier smartphone créé par Apple à être équipé du port de chargement Lightning (connecteur). Vint ensuite l’iPhone 5S, le premier produit Apple offrant le capteur d’empreintes digitales ‘Touch ID’. L’iPhone 5C était une version plus abordable qui ne proposait pas de capteur d’empreintes digitales. Avec les iPhones 6 et 6 Plus, les écrans plus larges, pour concurrencer les smartphone Android, firent leur apparition. L’iPhone 6 introduit également un processeur plus performant et un espace de stockage plus conséquent.

L’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus étaient les premiers à ne pas être équipés de prise casque Jack. Les ‘Airpods’, des écouteurs sans fil, furent donc lancés simultanément. L’iPhone X a été introduit en même temps que le 8 et le 8 Plus. Ils étaient les premiers smartphones d’Apple à bénéficier d’un écran OLED recouvrant pratiquement toute la surface de l’appareil, d’une fonction de reconnaissance faciale, et étaient caractérisés par la disparition du bouton ‘home’.

L’iPhone 11, avec son prix d’achat relativement bas de $700 et une gamme de couleurs étendue, est essentiellement le successeur de l’iPhone XR. Avec un double appareil photo, il est équipé du téléobjectif à l’ultra grand‑angle offrant un champ de vision élargi. Il a introduit également un mode nuit pour les photos et un processeur plus performant. Les iPhone 11 et 11 Max, plus chers, se distinguent par l’intégration d’un triple capteur photo, et ont offert une finition nouvelle mate ainsi qu’un capteur de 12 mégapixels.

 

Arkan Aladnani, directeur international des opérations à Arab News, se souvient d’avoir attendu son tour dans la file pour acquérir le premier iPhone à New York.


Sama: Les paiements au point de vente en Arabie saoudite atteignent un niveau record de 59,68 milliards de riyals

En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. (Shutterstock)
En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. (Shutterstock)
Short Url
  • Le rapport explique que des facteurs liés aux plates-formes et aux expériences, en particulier les options de paiement flexibles et la mise sur le marché de produits exclusifs de haute qualité, sont à l’origine de cette augmentation
  • Cette tendance ne se contente pas de remodeler le paysage de la vente au détail, mais elle a également un impact considérable sur le comportement des consommateurs

RIYAD: Les transactions liées à l’alimentation et aux boissons ont permis aux paiements au point de vente d’atteindre un niveau record de 59,68 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro) en mars, selon des données officielles. 

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne (Sama) révèlent une augmentation annuelle de 8% des dépenses dans tous les secteurs, les dépenses effectuées pendant le mois sacré du ramadan, ainsi qu’un marché en expansion proposant des options de paiement flexibles, étant probablement à l’origine de cette hausse. 

En mars, les dépenses liées à l’alimentation et aux boissons constituaient la part la plus importante, représentant 17% du total des paiements du mois. 

Les dépenses consacrées aux restaurants et aux cafés, ainsi qu’aux biens et services divers représentaient chacune 12% des dépenses totales. 

En février, Redseer Strategy Consultants avait prédit que les consommateurs d’Arabie saoudite seraient plus désireux d’explorer de nouvelles attractions et destinations pendant le ramadan. 

Leur enquête, qui portait sur le changement des comportements d’achat pour le ramadan 2024 par rapport à l’année précédente, a révélé que 62% des participants à l’enquête saoudiens et 48% des participants émiratis prévoyaient d’augmenter leurs dépenses pendant le mois sacré. 

Le rapport explique que des facteurs liés aux plates-formes et aux expériences, en particulier les options de paiement flexibles et la mise sur le marché de produits exclusifs de haute qualité, sont à l’origine de cette augmentation. 

L’enquête montre qu’aux Émirats arabes unis, où le marché est arrivé à maturité, les consommateurs accordent de plus en plus d’importance au caractère abordable des produits, privilégiant les prix les moins élevés. 

Des facteurs tels que la variété des produits, la rapidité des livraisons et la qualité ne sont plus des critères significatifs de différenciation des marques, car le marché a uniformisé les règles du jeu. 

À l’inverse, en Arabie saoudite, un marché en pleine croissance, l’accent est mis sur les aspects liés à la plate-forme et à l’expérience. Les options de paiement flexibles et un service clientèle solide gagnent en importance, ce qui indique un changement dans les préférences des consommateurs. 

Selon des données de la Sama, les principaux moteurs de la croissance au cours de cette période étaient l’augmentation des dépenses consacrées aux biens et services divers, notamment les articles de soins personnels et les produits de nettoyage. 

Cette catégorie représentait la deuxième part la plus importante des dépenses du mois de mars (12%), enregistrant une croissance de 28% pour atteindre 7,06 milliards de SAR. Cette croissance constituait 36% de l’augmentation annuelle globale des paiements au point de vente. 

L’habillement et les chaussures arrivent en deuxième position, contribuant à la croissance globale à hauteur de 26%, soit 5,8 milliards de SAR, en mars. Les dépenses liées à l’alimentation et aux boissons viennent ensuite, avec une contribution de 13%, soit quelque 10 milliards de SAR, ce qui constitue une hausse de 6% par rapport au même mois de l’année dernière. 

L’enquête menée par Redseer indique que les Saoudiens interrogés sont très enclins à acheter des produits alimentaires, des articles de mode et des produits de beauté ou de soins personnels pendant le mois du ramadan. 

Selon l’enquête, 93% des personnes interrogées sont prêtes à acheter des produits alimentaires, 84 % à acheter des articles de mode et 72% à acheter des produits de beauté et de soins personnels. 

Cette période est souvent associée à des engagements sociaux accrus, à l’hospitalité et à la générosité, ce qui entraîne un accroissement des dépenses de consommation consacrées à la nourriture, aux cadeaux et aux dons de charité. En outre, les entreprises proposent souvent des promotions et des réductions spéciales pendant le ramadan, ce qui stimule davantage les dépenses de consommation. 

En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. 

Grâce à l’accessibilité accrue au commerce électronique et à la commodité croissante des plates-formes d’achat en ligne, les consommateurs optent plus que jamais pour les transactions numériques. Cette tendance ne se contente pas de remodeler le paysage de la vente au détail, mais elle a également un impact considérable sur le comportement des consommateurs. 

La facilité avec laquelle il est possible de comparer les prix et les options de produits en ligne a donné plus de pouvoir aux consommateurs, favorisant une concurrence plus forte entre les détaillants et, à terme, une baisse des dépenses. 

En conséquence, l’adoption des méthodes de paiement numérique continue de connaître une croissance rapide, ce qui reflète un changement fondamental dans la façon dont les transactions sont effectuées sur le marché dynamique et en évolution rapide de l’Arabie saoudite. 

L’un des défis posés par cette croissance est la prolifération de plates-formes et de sites frauduleux qui tentent de tromper les utilisateurs intéressés. Pendant le ramadan et l’Aïd el-Fitr, la multiplication des transactions de détail en ligne fournit davantage d’opportunités aux cybercriminels. 

Ces entités frauduleuses ont ciblé des plates-formes saoudiennes majeures en créant de faux sites Web conçus pour intercepter les codes d’authentification à deux facteurs ou les mots de passe à usage unique. 

Selon Cyber Security News, cette tactique d’hameçonnage sophistiquée vise à contourner les mesures de sécurité et à obtenir un accès non autorisé aux comptes des victimes. 

Il est donc vivement conseillé aux consommateurs d’éviter de partager des informations personnelles et des données de paiement sur des sites douteux ou à des personnes se faisant passer pour des employés de banque ou des fonctionnaires. 

Il est essentiel de signaler les ressources suspectes aux forces de l’ordre locales et aux contacts désignés au sein de ces organisations afin de contribuer à réduire les risques de fraude potentiels. 

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Conflit à Gaza: l'Autorité palestinienne au bord de l'asphyxie selon la Banque mondiale

 L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales. (AFP).
L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales. (AFP).
Short Url
  • L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport
  • A l'issue de l'année écoulée, l'AP présentait un déficit de 682 millions de dollars, soit 3,9% du PIB palestinien, et il devrait quasi doubler cette année pour atteindre 1,2 milliard de dollars

WASHINGTON: L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales.

A l'issue de l'année écoulée, l'AP présentait un déficit de 682 millions de dollars, soit 3,9% du PIB palestinien, et il devrait quasi doubler cette année pour atteindre 1,2 milliard de dollars.

En cause, l'importante baisse des revenus collectés par le gouvernement israélien sans être reversés à l'AP ainsi que la forte récession anticipée de l'économie palestinienne, qui devrait reculer dans une fourchette comprise entre 6,5% et 9,4%, estime la BM.

L'autre raison majeure est la forte récession anticipée de l'économie palestinienne, qui devrait reculer dans une fourchette comprise entre 6,5% et 9,4%, estime l'institution financière internationale, soulignant cependant qu'il est très difficile de faire des projections précises.

La situation est encore plus difficile, sans surprise, dans la bande de Gaza, puisque son économie devrait être divisée par plus de deux, après avoir déjà connu un fort recul fin 2023, dans la foulée du début de l'offensive israélienne en réponse à l'attaque du Hamas le 7 octobre.

La forte récession entraîne une hausse de la pauvreté en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Dans cette dernière, la quasi totalité de la population a basculé sous le seuil de pauvreté.

L'une des raisons est la destruction des emplois au cours des six derniers mois, près de 500.000 emplois ont été perdus, dont 200.000 à Gaza et près de 150.000 concernant des Palestiniens qui se rendaient en Israël pour travailler.

La situation humanitaire ne cesse par ailleurs de se détériorer, avec une insécurité alimentaire qui touche 95% de la population gazaouie, alors que le nord de la bande de Gaza est désormais considéré comme étant en état de famine, où "l'insécurité alimentaire atteint des niveaux catastrophiques", souligne le rapport.

Se basant sur une étude de la London School of hygiene and tropical medecine et de l'Universite américaine Johns Hopkins, le rapport avance qu'entre 58.000 et 66.000 personnes pourraient mourir de faim "si la tendance actuelle se poursuit".

L'attaque du 7 octobre a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En riposte à l'attaque, M. Netanyahu a juré d'anéantir le Hamas, son armée lançant une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza. Au moins 35.709 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués dans cette offensive, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.


Janet Yellen opposée au projet d'une taxation mondiale des plus riches

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen (Photo, AFP).
La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen (Photo, AFP).
Short Url
  • L'administration Biden a ainsi proposé pour le budget 2025 un impôt minimum de 25% pour les "0,01% les plus riches
  • Le gouvernement brésilien s'est inspiré des travaux menés par l'économiste français Gabriel Zucman sur la taxation des plus riches

 

STRESA, Italie: La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen s'est prononcée jeudi contre des négociations internationales sur une taxation mondiale des plus riches, un projet défendu par le Brésil à l'occasion de sa présidence du G20 et soutenu par la France.

"Je ne suis pas favorable à des négociations internationales qui impliqueraient que tous les pays acceptent de le faire et de redistribuer les recettes entre les pays, éventuellement sur la base du climat et des dommages subis du fait du climat", a-t-elle déclaré en marge du G7 Finances à Stresa dans le nord de l'Italie.

"Il est clair que le président Biden et moi-même sommes attachés à la progressivité de l'impôt. Nous estimons que la charge fiscale pesant sur les hauts revenus et les entreprises est trop faible", a-t-elle fait valoir devant la presse.

L'administration Biden a ainsi proposé pour le budget 2025 un impôt minimum de 25% pour les "0,01% les plus riches, ceux dont la fortune est supérieure à 100 millions de dollars".

"Ce n'est donc pas que j'aie une quelconque objection à imposer un niveau raisonnable d'imposition et certainement un niveau minimum d'imposition aux personnes à très hauts revenus aux États-Unis", a-t-elle poursuivi.

Le gouvernement américain reconnaît selon elle "que les pays à faible revenu et les pays émergents ont besoin d'un soutien financier".

Mme Yellen a estimé que "le Brésil, qui dirige le G20, a raison de s'inquiéter de l'adéquation des flux de ressources pour soutenir le développement" de ces pays et "le climat".

"Mais je ne suis pas favorable" à régler le problème des flux de ressources "dans le cadre d'une négociation fiscale internationale", a-t-elle expliqué.

Le gouvernement brésilien s'est inspiré des travaux menés par l'économiste français Gabriel Zucman sur la taxation des plus riches.

Selon ce dernier, si les 3.000 milliardaires de la planète payaient au moins l'équivalent de 2% de leur fortune en impôts sur le revenu, cet impôt mondial pourrait rapporter 250 milliards de dollars supplémentaires.

Pour le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire, le projet de taxation minimale des plus grandes fortunes figure parmi les priorités du G7 à Stresa.

"Nous voulons continuer à porter cette idée d'un troisième pilier sur la fiscalité internationale portant sur les plus fortunés, de façon à garantir l'équité de la fiscalité internationale", a-t-il déclaré mercredi à la presse.

Près de 140 Etats se sont accordés à la fin 2021 sur une taxation minimale des multinationales sous l'égide de l'OCDE, consistant en deux piliers, le premier visant une meilleure répartition de la fiscalité des géants du numérique et le second une imposition minimale à 15% sur les sociétés.

Le deuxième pilier a été mis en place le 1er janvier dernier dans de nombreux Etats, dont l'Union européenne, mais un accord sur le pilier 1 peine encore à être avalisé par l'ensemble des pays.