Click on the number for more info

Le Prix Nobel de Littérature de Naguib Mahfouz

Son roman de 1959, Les Fils de la Médina, un récit allégorique des trois religions monothéistes, fut interdit. En 1994, il survécut à un attentat au couteau perpétré par un fanatique (AFP)
Son roman de 1959, Les Fils de la Médina, un récit allégorique des trois religions monothéistes, fut interdit. En 1994, il survécut à un attentat au couteau perpétré par un fanatique (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

Le Prix Nobel de Littérature de Naguib Mahfouz

  • Mahfouz, 76 ans à l’époque, avait déjà produit une œuvre riche et complexe, comprenant plus de 30 romans et 350 nouvelles
  • A la mort de Mahfouz en 2006, le président égyptien Hosni Moubarak salua les ‘valeurs d’éveil et de tolérance’ de l’écrivain

Ses œuvres les plus remarquables furent interdites par les autorités religieuses en Egypte.

Résumé

Le 13 octobre 1988, l’écrivain égyptien Naguib Mahfouz devint le premier Egyptien et le premier auteur de langue arabe à remporter le Prix Nobel de Littérature.

Mahfouz, 76 ans à l’époque, avait déjà produit une œuvre riche et complexe, comprenant plus de 30 romans et 350 nouvelles, dont bon nombre furent adaptés au cinéma. Durant de nombreuses années, il écrivit également une chronique hebdomadaire pour le principal journal égyptien, Al-Ahram.

Le Jury du Prix Nobel mentionna ‘qu’à travers des écrits riches en nuances – par moments lucides et réalistes et par moments évocateurs et ambigus – Mahfouz a créé ‘un art narratif arabe qui trouve une résonnance dans l’humanité entière’.

Ses écrits provoquèrent également des controverses. Son roman de 1959, ‘Les Fils de la Médina’ (Awlad Haratina), un récit allégorique des trois religions monothéistes, fut interdit. En 1994, il survécut à un attentat au couteau perpétré par un fanatique.

A la mort de Mahfouz en 2006, le président égyptien Hosni Moubarak salua les ‘valeurs d’éveil et de tolérance’ de l’écrivain et déclara que l’on se souviendrait de ce dernier comme ‘d’une lueur culturelle…qui révéla au monde la littérature arabe’.

 

LE CAIRE - En 1901, le premier Prix Nobel de Littérature fut décerné au poète français Sully Prudhomme. Plus de 80 ans plus tard, le 13 octobre 1988, l’académie suédoise attribua ce même prix à l’écrivain égyptien Naguib Mahfouz qui devint le premier Egyptien et le premier auteur de langue arabe à remporter le Prix Nobel de Littérature. Le communiqué de l’académie mentionna que ‘à la date d’aujourd’hui, cela fait 50 ans que Mahfouz écrit. Il est toujours infatigable’.

‘C’est en tant qu’écrivain de romans et de nouvelles que Mahfouz a réalisé ses œuvres majeures et décisives. Sa production littéraire a contribué au rebond du genre du roman et au développement du langage littéraire dans les cercles culturels arabes.  Sa portée est néanmoins encore plus grande. Son travail touche l’humanité entière’.

La vie de Mahfouz est en elle-même un roman. Il est né le 11 décembre 1911 dans le Vieux Caire, et doit son nom à l’obstétricien qui aida à son accouchement.

Sur le chemin qui mène au pont Qasr al-Nil, à proximité de la place Tahrir au Caire, se dressent quatre lions en bronze qui me captivent à chaque fois que je traverse ce pont. J’avais l’habitude de prendre ce chemin deux fois par semaine au début des années 1990, en compagnie de Mahfouz. A l’époque, il avait accepté d’écrire avec moi huit articles pour le magazine Al-Majalla. 

1

« Le discret homme de 76 ans, un habitué des cafés du Caire a été comparé à Charles Dickens pour ses représentations saisissantes de la pauvreté »

Extrait d’un article de AP à la une d’Arab News du 14 octobre 1988 

Je passais souvent par sa maison dans le quartier d’Al-Agouza les matins et nous marchions ensemble vers la Place Tahrir pour nous asseoir dans un petit café, le ‘Ali Baba’. Nous arrêtions le sujet de notre prochain article – il partageait son ressenti et son point de vue sur ce sujet pendant que je prenais des notes. Je rédigeais ensuite ses observations et idées et les lui présentais pour approbation lors de notre rencontre suivante.

Le temps passé avec lui avait une valeur particulière. C’était une opportunité unique de côtoyer l’une des figures les plus importantes de la littérature arabe et internationale. Cependant, je ne prétends pas l’avoir connu intimement. Il était de nature très réservée et je l’ai donc connu dans une certaine mesure. Je comprenais les raisons qui le poussaient à ne pas partager sa vie privée avec le public, préférant rester loin des projecteurs. Il se maria durant la période où il avait arrêté d’écrire à la suite de la révolution de 1952. Il réussit à préserver le secret de son mariage durant 10 années.

Mahfouz était le benjamin d’une fratrie de sept et comme la différence d’âge entre lui et le plus jeune de ses frères était de 10 années, il fut traité comme s’il était fils unique. Il avait à peine plus de sept ans au moment de la révolution de 1919. Celle-ci l’influença profondément et il la décrivit dans plusieurs romans, notamment dans la première partie de sa Trilogie du Caire, Bayn Al-Qasaryn (Impasse des Deux-Palais).

Les dates clés :

  1. Le 11 décembre 1911 : Naissance au Vieux Caire de Naguib Mahfouz, septième et plus jeune enfant de Abdul Aziz Ibrahim, un agent public. 
  2. 1939 : Il publie son premier roman, Abath Al-Aqdar (La Malédiction de Râ).
  3. 1956 : Il publie ‘Bayn Al-Qasaryn’ , la première partie de sa Trilogie du Caire, son œuvre la plus connue, relatant l’histoire d’une famille moderne du Caire à travers trois générations, durant la période de la révolution en 1919. Ce roman est suivi de Qasr Al-Chawq (Le Palais du Désir) et d’Al-Sukkariyya (Le Jardin du Passé) en 1957.
  4. 1959 : Les Fils de la Médina, un récit allégorique de l’histoire des trois grands monothéismes ; Judaïsme, Christianisme et Islam, qui choque les autorités religieuses, est interdit en Egypte.
  5. Le 13 octobre 1988 : Il remporte le Prix Nobel de littérature.
  6. Le 14 octobre 1994 : Un fanatique, offensé par ses écrits, lui assène un coup de poignard au cou, sectionnant un nerf et rendant l’écriture très difficile.
  7. 2005 : Il publie Le Septième Paradis, sa dernière œuvre majeure, et déclare l’avoir écrite ‘parce que la spiritualité est très importante pour moi et source d’inspiration et je veux croire que quelque chose de bien se produira après ma mort’.  
  8. Le 30 août 2006 : Mahfouz meurt au Caire, à l’âge de de 94 ans.

Après avoir obtenu une licence de Philosophie de l’Université du Caire en 1934, il devait préparer sa thèse de Magistère avec pour sujet ‘la Beauté dans la Philosophie Islamique’ mais il changea d’avis et décida de se concentrer sur la littérature. Néanmoins, comme il ne pouvait toucher un salaire mensuel à travers la littérature, qui était plutôt un passe-temps, il entra dans la fonction publique.

Mahfouz se mit à écrire au début des années 1930 et publia un recueil de nouvelles dans le magazine Al-Risala. Son premier roman, dans le style historique réaliste Abath Al-Aqdar (La Malédiction de Râ) est publié en 1939. Il est suivi de Radobis (L’Amante du Pharaon) et de Kifah Tiba (Le Combat de Thèbes) qui complètent une trilogie historique inspirée d’une veine pharaonique.

L’année 1945 marque le début de la ligne réaliste dans l’écriture de Mahfouz, qu’il suivra ensuite pratiquement tout le long de sa carrière, dans laquelle on retrouve des romans tels que Khan Al-Khalili (Le Cortège des vivants : Khan Al-Khalili), Zuqaq al-Midaqq (Passage des Miracles) et Bidaya Wa Nihaya (Vienne la nuit).

Durant cette phase d’écriture, son style varie de l’impressionnisme au surréalisme, l’usage d’allégories et de vocabulaire évocateur donnant un parfum de fable à ses romans. Son utilisation inédite de la technique du flux de conscience prédomine dans des romans tels que Le Mendiant et Les Fils de la Médina. Il excelle également dans l’écriture de romans dont la trame s’étend sur plusieurs générations, tels que La Chanson des Gueux et Les Mille et Une Nuits.

« Il avait à peine plus de sept ans au moment de la révolution de 1919. Celle-ci l’influença profondément »

Abdellatif El-Menawy

Beaucoup ont placé Awlad Haratina (Les Enfants de notre Quartier, publié par la suite en français sous le titre ‘Les Fils de la Médina’) comme l’ouvrage majeur de Mahfouz. D'abord publié sous forme de feuilleton dans le quotidien Al-Ahram en septembre 1959, il fut interdit le 25 décembre de la même année, suite aux contestations des autorités religieuses égyptiennes. C’est ce roman qui amorça le conflit entre Mahfouz et ces dernières. Après le feuilleton dans Al-Ahram, les autorités religieuses d’Al-Azhar, l’Université islamique du Caire, exigèrent l'interdiction de l'ouvrage « blasphématoire ». Il fallut attendre huit années pour que le roman soit de nouveau publié à Beyrouth. Plusieurs années plus tard, en 1994, ce roman motiva le brutal attentat au couteau qui faillit lui coûter la vie. Il fut hospitalisé pour soigner une blessure au cou qui lui causa une paralysie partielle de la main droite.

Extrait d’un article des archives d’Arab News du 14 octobre 1988.
Extrait d’un article des archives d’Arab News du 14 octobre 1988

Dans les coulisses du Prix Nobel 1988, on se disait que c’est principalement Les fils de la Médina qui fit la différence au moment de choisir entre Mahfouz et les autres écrivains sélectionnés.

Ahlam Fatrat Al-Naqaha (Rêves de la phase de réhabilitation), publié en 2004, est un recueil de nouvelles dédiées à ses amis. Mahfouz est mort le 30 août 2006 non sans avoir reçu une myriade d’honneurs, de prix et de distinctions. Plusieurs places en Egypte portent son nom et Le Caire abrite désormais un nouveau musée entièrement dédié à sa mémoire, inauguré l’année dernière.  

 

Dr. Abdellatif El-Menawy, chroniqueur pour Arab News, est un écrivain et journaliste égyptien. Il a connu et fréquenté Naguib Mahfouz. Twitter : @ALMenawy


Comment la pluie artificielle peut améliorer l’approvisionnement en eau en Arabie saoudite

Avec des précipitations moyennes sur le long terme inférieures à 100 mm par an, une population en augmentation et un secteur agricole en croissance, il existe un immense besoin d'eau douce en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Avec des précipitations moyennes sur le long terme inférieures à 100 mm par an, une population en augmentation et un secteur agricole en croissance, il existe un immense besoin d'eau douce en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Short Url
  • Les pays touchés par la sécheresse se tournent vers l'ensemencement des nuages pour compléter leur approvisionnement en eau
  • L'Arabie saoudite est devenue le deuxième pays du Golfe à adopter cette technologie de pointe

DJEDDAH: Pour répondre à la demande croissante d'eau douce en Arabie saoudite, les autorités ont lancé un projet qui modifiera la structure des nuages pour augmenter les précipitations, technique connue sous le nom «d'ensemencement des nuages».

Avec des précipitations moyennes sur le long terme inférieures à 100 mm par an, une population en augmentation et un secteur agricole en croissance, il existe un immense besoin d'eau douce en Arabie saoudite. C'est pourquoi le Royaume a lancé début avril la première phase d'un programme d'ensemencement des nuages visant à modifier la quantité et le type de précipitations dans le pays. 

Après l'approbation de ce plan par le gouvernement saoudien, un avion a survolé le vaste plateau rocheux du Najd dans la région centrale du Royaume, où il a libéré des panaches d'iodure d'argent dans les nuages. Cela a provoqué la formation de cristaux de glace dans ces nuages, stimulant les précipitations sur les zones ciblées. Le processus a commencé dans la région de Riyad et s'étendra bientôt à d'autres zones, à Asir, Baha et Taïf.

«Le Royaume est considéré comme l'un des pays où les précipitations sont les plus faibles, avec une moyenne de 100 mm par an», avait affirmé Ayman Ghulam, directeur général du Centre national de météorologie, lors d'une conférence à Riyad en mars. «L'ensemencement des nuages est l'une des solutions les plus prometteuses pour l’Arabie saoudite.»

Le programme national de pluie artificielle devrait se poursuivre pendant cinq ans, afin d'augmenter les précipitations de 20 %. Il fait partie de I’Initiative verte saoudienne, lancée en mars 2021 par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, pour promouvoir le développement durable et la préservation de l'environnement, ainsi que pour sécuriser les sources d'eau naturelles dans le Royaume.

Roelof Bruintjes, qui dirige le groupe de modification du climat au National Center for Atmospheric Research des États-Unis, a affirmé que le Royaume utilisait une méthode bien établie d'ensemencement des nuages sans danger pour l'environnement.

Les deux agents d'ensemencement utilisés dans l'opération saoudienne sont des matériaux hygroscopiques (c'est-à-dire des substances qui ont tendance à absorber l'humidité de l'air) tels que les sels et l'iodure d'argent. Ils sont employés dans des concentrations si faibles qu'ils sont en grande partie indétectables et sont utilisés depuis près de quarante ans dans des projets d'ensemencement de nuages dans l'ouest des États-Unis, où les sécheresses sont fréquentes.

Le succès des opérations d'ensemencement des nuages, a précisé Bruintjes, dépend dans une certaine mesure des caractéristiques des nuages eux-mêmes. «Aucun nuage n'est identique à un autre», explique-t-il à Arab News.

«En Arabie saoudite, la plupart des nuages qui se forment dans la région centrale et le sud-ouest sont des types de nuages plus convectifs. De cette façon, nous utilisons principalement des cellules hygroscopiques pour créer des gouttelettes plus grosses afin qu'elles puissent plus facilement entrer en collision les unes avec les autres et retenir la pluie, afin que l’on puisse obtenir plus d'eau, qui est traitée dans le nuage jusqu'à la surface», précise-t-il. «Il s’agit principalement d’essayer d'obtenir plus d'eau des nuages pour augmenter le pourcentage d'eau que les nuages traitent descendant à la surface.»

L'eau couvre environ 71% de la surface de la Terre, mais la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord(Mena) ne possède que très peu de ces ressources nécessaires à la vie. Selon l'ONU, c'est la région la plus pauvre en eau au monde, avec 17 pays considérés en dessous du seuil de pauvreté en eau.

La situation est aggravée par une croissance démographique rapide, des infrastructures insuffisantes et la surexploitation de ressources limitées. L'agriculture représente à elle seule 80 % environ de la consommation d'eau dans la région Mena, selon la Banque mondiale.


Les États-Unis imposent des sanctions à la Force iranienne Al-Qods et au Hezbollah

Selon un communiqué publié mercredi par le département du Trésor américain, des responsables ont facilité la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique et le Hezbollah. (Photo, AP)
Selon un communiqué publié mercredi par le département du Trésor américain, des responsables ont facilité la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique et le Hezbollah. (Photo, AP)
Short Url
  • Les États-Unis continueront à appliquer strictement les sanctions contre le commerce illicite du pétrole iranien
  • Ruwan al-Rejoleh, experte et consultante de la région MENA basée à Washington, estime que ces sanctions constituent une «étape importante»

DUBAÏ: Les États-Unis ont qualifié un réseau dirigé par la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de «réseau international de contrebande de pétrole et de blanchiment d’argent».

Selon un communiqué publié mercredi par le département du Trésor américain, des responsables ont facilité la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la Force Al-Qods et le Hezbollah.

Ce réseau constituait un élément essentiel des recettes pétrolières de l’Iran et soutenait ses groupes armés par procuration qui continuent de «perpétuer les conflits et les souffrances dans toute la région.»

Le sous-secrétaire du département du Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, a assuré que les États-Unis continueraient à appliquer strictement les sanctions contre le commerce illicite du pétrole iranien. 

Il a ajouté que des sanctions similaires seraient imposées à toute personne achetant du pétrole à l’Iran.

Ruwan al-Rejoleh, experte et consultante de la région MENA basée à Washington, estime que ces sanctions constituent une «étape importante».

«Soutenu par le Hezbollah, ce réseau pétrolier a été autorisé à fonctionner librement pendant trop longtemps. C’est une étape importante, mais l’administration doit continuer à écarter le Hezbollah et ses alliés», déclare-t-elle. «Le Hezbollah, qui contrôle le ministère libanais de l’Énergie, a récemment profité des problèmes énergétiques du Liban pour garantir l’accès préférentiel au marché libanais de leurs maîtres à Téhéran.» 

Elle a rappelé que le départ de Sonatrach, une entreprise publique algérienne qui était responsable de l’envoi de fioul au Liban, avait «exacerbé les problèmes énergétiques déjà accablants» du pays.

La procureure générale du Mont-Liban, Ghada Aoun, avait lancé des procédures à motivation politique contre Sonatrach, provoquant ainsi le départ des Algériens, a-t-elle ajouté.

"Le Hezbollah a profité de ce chaos pour permettre à l’Iran d’accéder au marché énergétique de Beyrouth.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L'Iran saisit deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe, Athènes proteste

Le pétrolier Pegas est entouré d'autres navires au large du port de Karystos sur l'île d'Eubée, en Grèce, le 27 mai 2022. (Photo, AP)
Le pétrolier Pegas est entouré d'autres navires au large du port de Karystos sur l'île d'Eubée, en Grèce, le 27 mai 2022. (Photo, AP)
Short Url
  • Le ministère grec des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué des actes « assimilables à de la piraterie» et appelé les citoyens grecs à éviter de se rendre en Iran
  • Plus tôt vendredi, l'Iran avait de nouveau appelé à « lever immédiatement» la saisie d'un navire transportant du pétrole iranien retenu depuis mi-avril par la Grèce sur demande des Etats-Unis

TÉHÉRAN : Les Gardiens de la Révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, ont annoncé vendredi s'être emparés de deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe, peu après avoir protesté contre la saisie par la Grèce d'un navire transportant du pétrole iranien.

Le ministère grec des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué des actes "assimilables à de la piraterie" et appelé les citoyens grecs à éviter de se rendre en Iran.

Les Gardiens de la Révolution ont indiqué que leurs forces navales avaient "saisi aujourd'hui deux pétroliers grecs dans le Golfe persique en raison de violations qu'ils ont commises", selon un communiqué publié sur leur site, sans donner d'autres détails. 

Le ministère grec a affirmé que des hélicoptères de la marine iranienne avaient hélitreuillé des hommes armés à bord des deux pétroliers.

L'un d'eux, le Delta Poseidon, naviguait alors dans les eaux internationales, a-t-il précisé. Le second, qui n'a pas été nommé, se trouvait près des côtes iraniennes, selon la même source.

Le ministère grec a indiqué que neuf Grecs font partie des équipages des deux navires, mais a refusé de donner le nombre total des marins à bord. 

Athènes a informé l'Union européenne et l'Organisation maritime internationale de l'incident, a-t-il ajouté.

Pétrole iranien

Plus tôt vendredi, l'Iran avait de nouveau appelé à "lever immédiatement" la saisie d'un navire transportant du pétrole iranien retenu depuis mi-avril par la Grèce sur demande des Etats-Unis.

En vertu des sanctions européennes liées à la guerre en Ukraine, les autorités grecques ont saisi le 19 avril au large de l'île d'Eubée le pétrolier russe Pegas, rebaptisé quelques jours plus tard Lana. 

Selon des informations à l'époque, le tanker transportait 115 000 tonnes de pétrole iranien.

Mercredi, une porte-parole de la police portuaire grecque a dit à l'AFP que ce pétrole serait "transféré aux Etats-Unis (...) à la suite d'une demande de la justice américaine".

Le ministère des Affaires étrangères iranien a convoqué vendredi le chargé d'affaires suisse, qui représente les intérêts américains en raison de la rupture des relations diplomatiques entre Washington et Téhéran après la Révolution islamique de 1979.

Téhéran accuse Washington de "violation claire du droit maritime et des conventions internationales" et appelle à "lever immédiatement la saisie du navire et de son chargement", d'après un communiqué publié sur le site du ministère des Affaires étrangères.

L'Iran a rappelé son opposition à "la pression et à l'intervention du gouvernement américain" qui ont mené à la saisie du navire, que Téhéran estime être sous la "souveraineté de la République islamique".

Mais selon les documents aux mains des garde-côtes grecs, le pétrolier est toujours sous pavillon russe.

Une source au sein des garde-côtes grecs a indiqué à l'AFP que le transfert du pétrole vers un navire battant pavillon du Libéria avait débuté jeudi et allait "durer quelques jours".

Ces incidents surviennent alors que les négociations entre l'Iran et les puissances mondiales pour rétablir l'accord nucléaire sont au point mort depuis mars. 

L'un des principaux points de friction est la demande de Téhéran de retirer les Gardiens de la liste noire américaine des "organisations terroristes", une demande rejetée par Washington.