Click on the number for more info

Le massacre de Sabra et Chatila

Le massacre de Sabra et Chatila en 1982 a été l’une des étapes les plus importantes de la récente histoire politique mouvementée du Liban. (AFP)
Le massacre de Sabra et Chatila en 1982 a été l’une des étapes les plus importantes de la récente histoire politique mouvementée du Liban. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

Le massacre de Sabra et Chatila

  • L’atrocité vécue à Beyrouth a mis en lumière la complexité de la dimension régionale autour de la guerre civile libanaise

Résumé

Le 23 octobre 1983, un attentat au camion piégé sur le quartier général des Marines à Beyrouth causa la mort de 241 américains et fit des douzaines de blessés, dans ce qui a été décrit comme l’explosion non-nucléaire la plus forte depuis la Seconde Guerre mondiale. 

Cet attentat-suicide (suivi par un autre contre des militaires français) fut le second de cette nature à frapper la capitale libanaise, après un premier attentat-suicide à la bombe en avril de la même année, qui avait visé l’ambassade des Etats-Unis et tué 63 personnes, dont 17 Américains, dans l’ambassade et ses alentours.


Les attentats ont été attribués à l’Iran et plus particulièrement à un mouvement baptisé le Mouvement Amal islamique. Son leader, le Libanais Hussein Moussaoui, a confirmé les liens de son groupe avec la Révolution islamique iranienne, qu’il décrivait ‘comme les liens d’une nation avec son dirigeant’. 

Les deux explosions sont survenues dans un Liban meurtri par la guerre civile, suite à l’invasion des Israéliens qui sont parvenus jusqu’à Beyrouth et l’intervention des Forces multinationales de sécurité pour protéger la capitale libanaise. Le retrait des Américains suivi de celui des Français après la double attaque laissèrent Beyrouth en proie au chaos, entraînant plus de victimes et de destructions. 

BEYROUTH - Il était près de 6h25, le matin du 23 octobre 1983, lorsque les secousses se firent sentir à Beyrouth, dans sa banlieue et jusqu’aux régions montagneuses, suite à une explosion au bruit presque étouffé. 

Les gens crurent à un tremblement de terre. Mais sept minutes plus tard, la capitale et ses alentours subirent un deuxième choc à la suite d’une seconde explosion massive. 

Les dates clés

  1. Le 24 août 1982 :  Une Force multinationale américaine, française et italienne de sécurité est déployée à Beyrouth pour s’assurer de l’évacuation des combattants de l’Organisation pour la libération de la Palestine.
  2. Le 10 septembre 1982 : Les Marines américains se retirent.
  3. Le 14 septembre 1982 : Le président libanais Bachir Gemayel est assassiné. 
  4. Le 16 septembre 1982 : La milice chrétienne, assistée par les troupes israéliennes, massacre des centaines de musulmans dans les camps de Sabra et Chatila. 
  5. Le 29 septembre 1982 :  Les Marines américains sont de retour à Beyrouth. 
  6. Le 18 avril 1983 : 17 Américains font partie des victimes lors de l’attentat contre l’Ambassade des Etats-Unis à Beyrouth.
  7. Le 23 octobre 1983 : Un attentat au camion piégé au quartier général des Marines à Beyrouth cause la mort de 241 américains et fait 128 blessés. Quelques kilomètres plus loin, un second camion piégé cause la mort de 58 parachutistes français. 
  8. Une cour américaine jugera par la suite que l’Iran était l’ordonnateur de l’attentat et qu’il fut exécuté par le Hezbollah. 

A cette époque, je travaillais pour le journal libanais As-Safir en tant que correspondante de guerre. Beyrouth était entourée par plusieurs fronts d’accrochages, entre les axes de sa banlieue sud, la montagne et la région de l’Iqlim el-Kharroub. La ‘Guerre de la Montagne’ opposait le Parti socialiste progressiste (PSP) et ses alliés d’un côté aux Forces libanaises de l’autre.

Au Sud, des combattants libanais qui étaient liés à des partis gauche et auparavant à des factions palestiniennes s’étaient engagés dans une résistance armée contre Israël. La Force multinationale, composée d’Américains, de Français et d’Italiens, était toujours stationnée à Beyrouth à la suite de l’évacuation des combattants et des dirigeants de l’OLP. La présence de cette force au Liban était la conséquence de l’agression d’Israël sur le Liban et de son occupation de Beyrouth en 1982. 

Il suffit de quelques minutes pour comprendre que le quartier général des Marines sur la route de l’aéroport de Beyrouth ainsi que celui des Parachutistes français dans le quartier de Jnah, avaient été touchés par deux explosions causées par deux commandos-suicides non identifiés. Ils avaient enfoncé les barricades des deux quartiers généraux à l’aide de deux camions bourrés d’explosifs. 

C’était le second attentat terroriste à la bombe après celui contre l’ambassade américaine dans le quartier d’Aïn el-Mreissé à Beyrouth six mois plus tôt, le 18 avril 1983. Une série sans précédent jusque-là. 

Au quartier général des Marines, les dégâts étaient considérables. Quatre couches de ciment s’étaient écroulées et n’étaient plus qu’un amas de gravats. Le feu brûlait encore et on entendait des cris. On voyait du sang et des morceaux de corps humains. La confusion était totale. C’est ce qui est resté gravé dans ma mémoire et ce que nous, journalistes, avons pu voir dans ce chaos. 

Les Marines étaient en fête la nuit précédente, un samedi. Un groupe de musique s’était déplacé des Etats-Unis pour les divertir. L’explosion survint alors qu’ils dormaient encore. 

Il n’y eut pas de revendications des attentats ce jour-là, mais le journal As-Safir publia quelques jours plus tard un communiqué qu’il reçut, dans lequel le « Mouvement de la Révolution islamique » revendiquait les attentats. 

48 heures après l’attentat, les Etats-Unis accusaient le Mouvement Amal et sa faction dissidente, le Mouvement Amal islamique mené par Hussein Moussaoui, d’être responsables des attaques-suicides. Selon les informations publiées par des journaux locaux à l’époque, « les préparatifs des attentats ont eu lieu à Baalbeck, et le camion utilisé lors de l’explosion a été vu parqué devant un bureau du mouvement Amal. 

Le vice-président américain, George H. W. Bush, se rendit au Liban le jour suivant l’attaque et déclara : « Nous ne permettrons pas au terrorisme de dicter ou d’altérer notre politique extérieure ». 

 

Extrait d’un éditorial d’Arab News du 24 octobre 1983.

« Malgré leur côté sanguinaire et révoltant, les actes de violence au Liban sont presque devenus une routine dans ce pays ». 

La Syrie, l’Iran et le Mouvement Amal nièrent ensuite toute implication dans les deux attaques. 

La France répondit à l’agression sur ses militaires en effectuant un raid de huit Super-Étendard de la Marine nationale pour larguer des bombes sur la caserne du cheikh Abdallah à Baalbek, où « des factions iraniennes étaient stationnées ». La France déclara à l’époque que les raids avaient fait 200 victimes. 

Un responsable du Mouvement Amal islamique nia dans un communiqué que « l’Iran avait une base dans la région de Baalbeck » mais insista sur le fait que le lien de son groupe avec « la Révolution Islamique en Iran est le lien d’une nation avec son dirigeant et nous nous défendrons ». 

Le 23 novembre, le gouvernement libanais décida de rompre ses relations avec l’Iran et la Libye. Le ministre des Affaires étrangères libanais à l’époque, Elie Salem, déclara que la décision « avait été prise après que l’Iran et la Libye ont admis qu’elles avaient des forces dans la Békaa ». 




Extrait des archives d’Arab News du 24 Octobre 1983. 


 

Le journal As-Safir cita une source diplomatique selon laquelle « les relations avec l’Iran ont empiré à cause des interventions, pratiques et activités illégales que l’Iran a menées sur le territoire libanais, malgré de nombreux avertissements ». 

Les attentats d’octobre représentaient l’indication la plus forte de l’inversion des rapports régionaux et internationaux au Liban et de l’émergence d’un rôle iranien prépondérant dans le conflit sur le territoire libanais. 

Comme le rapportait à Arab News l’analyste en stratégie Walid Noueihed « avant 1982, Beyrouth accueillait toutes formes d’opposition : les élites instruites dites ‘opposition de velours’ ainsi que l’opposition armée dont les membres étaient formés dans les camps palestiniens ou dans des camps d’entraînement dans la Békaa et au Sud. »

« L’opposition iranienne au Chah faisait partie de ces oppositions tolérées. Beyrouth était, dans le consensus régional et international, une oasis pour toute opposition jusqu’en 1982, lorsqu’Israël envahit le Liban, assiégea Beyrouth et poussa au retrait des membres de l’OLP. Cela se fit dans le cadre d’un accord international qui consistait en un retrait israélien de Beyrouth en échange de l’évacuation des palestiniens du Liban. »

 

Noueihed expliqua que même si les factions palestiniennes s’étaient retirées du Liban, ce n’était pas le cas des combattants libanais qui faisait partie de l’OLP au Liban. La plupart d’entre eux étaient des chiites qui constituaient le réservoir des partis de gauche libanais. 

Il ajouta que « les attentats contre le Quartier Général des Marines et contre les Parachutistes français menèrent au retrait des forces multinationales du Liban et Beyrouth se retrouva, pour la deuxième fois, sans protection. De nouvelles opérations de résistance virent le jour, inspirées par des idéologies qui n’avaient aucun lien avec les idéologies de gauche. Le Mouvement Amal islamique et ses slogans condamnant Israël apparurent au grand jour. ». 

En 1985, le Hezbollah fut créé, se définissant comme une ‘organisation jihadiste menant une révolution pour une république islamique’. Ce nouveau parti reçut le soutien de partis libanais et palestiniens de gauche, surtout après l’effondrement de l’Union soviétique.  

« Nous commencions à constater la disparition des symboles nationaux de la résistance et nous pensions que le but était d’en exclure toutes les forces afin de la réduire à un seul parti, le Hezbollah » observa Noueihed. 

« L’influence iranienne se cristallisa lorsque des combats violents éclatèrent entre le Hezbollah et Amal, coûtant la vie à des dizaines de personnes et se terminant par une prise de contrôle du Hezbollah, au moment de l’occupation militaire syrienne du Liban », ajouta Noueihed. 

« Beyrouth se transforma pratiquement en ville fantôme, abandonnée par des centaines d’écrivains, intellectuels, chercheurs et professionnels des médias, fuyant en Europe de peur d’être persécutés ». 

 

Najia Houssari, notre journaliste basée à Beyrouth, était correspondante de guerre pour le journal As-Safir lorsque le Quartier Général des Marines américains fut attaqué. 

 

 


Abderrahmane al-Sudais dévoile le plan le plus important jamais établi par la présidence des Affaires religieuses pour la saison du Hajj

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Short Url
  • Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence
  • Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj

LA MECQUE: La présidence des Affaires religieuses de la Grande Mosquée et de la mosquée du Prophète a dévoilé jeudi son plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. 

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence. Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj. 

Dans son discours d’ouverture lors de l’inauguration du plan, qui s’est déroulée au siège de la présidence à La Mecque, le cheikh Al-Sudais a affirmé que «le plan de cette année était le plus important depuis la création de la présidence avec ses spécialisations purement religieuses». 

Il explique que ce plan est le fruit des efforts des équipes de la présidence en matière de préparation, de planification et d’étude, ainsi que des réalisations des saisons précédentes. Le plan est conçu en harmonie et en intégration avec les différentes agences opérant dans les deux Saintes Mosquées, qui collaborent et coopèrent avec la présidence pour servir les pèlerins. 

Selon lui, le plan pour la saison 2024 du Hajj se focalise sur divers moyens d’enrichissement religieux, notamment de nombreux événements et des centaines de programmes religieux englobant des leçons scientifiques et d’orientation. 

Le cheikh Al-Sudais indique que le plan de la présidence pour cette année est consacré à la promotion du bénévolat et du travail humanitaire, reconnaissant les deux Saintes Mosquées comme des environnements attrayants pour de tels efforts. Cet objectif repose sur les valeurs religieuses et saoudiennes, qui accordent une grande importance à la générosité et l’hospitalité. 

Ce plan comprend également un axe numérique qui a pour but d’améliorer l’expérience numérique religieuse présentée par les deux Saintes Mosquées, notamment en intégrant les services numériques religieux, en investissant dans la technologie et l’intelligence artificielle, et en utilisant des applications et des médias numériques. Des initiatives religieuses spécifiques seront mises en œuvre afin de parvenir à un leadership numérique et d’éliminer les barrières de l’espace et du temps grâce à ces applications. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La CIJ ordonne à Israël de stopper «immédiatement» son offensive militaire à Rafah

Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Short Url
  • La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah
  • La CIJ a demandé la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus à Gaza

LA HAYE: La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre.

Israël doit "arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d'infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d'existence capables d'entraîner sa destruction physique ou partielle", a déclaré la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye.

La cour a aussi ordonné à Israël de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès "sans restriction" à l'aide humanitaire.

La juridiction a également appelé à la libération immédiate des personnes prises en otages par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre contre Israël.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre États, sont juridiquement contraignantes mais elle n'a aucun moyen de les faire respecter.

Israël avait affirmé devant la cour qu'un cessez-le-feu imposé permettrait aux combattants du Hamas de se regrouper, et rendrait impossible la libération des otages pris lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande historique du procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Karim Khan a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas, pour des crimes présumés commis dans la bande de Gaza et en Israël.

L'Afrique du Sud a porté l'affaire devant la CIJ en décembre, affirmant que l'offensive d'Israël à Gaza violait la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.

La cour a ordonné en janvier à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mais Pretoria s'est de nouveau tournée à plusieurs reprises vers la CIJ, arguant que la situation humanitaire désastreuse à Gaza obligeait la cour à prendre de nouvelles mesures d'urgence.

«Niveau horrible»

Pretoria a déclaré la semaine dernière devant la CIJ que "le génocide" commis par Israël avait atteint un "niveau horrible", évoquant notamment des fosses communes, des actes de torture et un blocage de l'aide humanitaire.

Il faudra des mois, voire des années, à la cour pour statuer sur l'affaire sur le fond portée par Pretoria - qui accuse Israël de "génocide" à Gaza - mais elle peut entretemps ordonner des mesures urgentes.

Cette affaire est "complètement déconnectée" de la réalité et est une "caricature" de la Convention des Nations unies sur le génocide qu'Israël est accusé d'avoir violée, a rétorqué Israël.

"Qualifier quelque chose de génocide, encore et encore, n'en fait pas un génocide. Répéter un mensonge ne le rend pas vrai", a déclaré devant la cour Gilad Noam, procureur général adjoint chargé des affaires internationales pour Israël.

Israël a également déclaré qu'il était "extrêmement conscient" des souffrances des civils dans la bande de Gaza et qu'il avait déployé "des efforts considérables" pour accroître l'aide humanitaire.

Le président américain Joe Biden a déclaré cette semaine que "ce qui se passe n’est pas un génocide".

La guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par des commandos du mouvement islamiste palestinien infiltrés de la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes, selon l'armée.

La vaste offensive lancée en riposte par Israël a ravagé la bande de Gaza, où au moins 35.800 personnes ont été tuées, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement du territoire palestinien dirigé par le Hamas.


L'armée israélienne annonce avoir récupéré les corps de trois otages dans la bande de Gaza

Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Short Url
  • «Sur la base des renseignements recoupés en notre possession», tous trois «ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre», a dit l'armée
  • Les trois corps ont été ramenés en Israël

JERUSALEM: L'armée israélienne a annoncé vendredi avoir récupéré les corps de trois otages retenus dans la bande de Gaza depuis l'attaque du mouvement islamiste Hamas sur le sol israélien le 7 octobre qui a déclenché la guerre dans le territoire palestinien.

"Les corps des otages (Chanan) Yablonka (Israélien, NDLR), Michel Nisenbaum (Israélo-Brésilien, NDLR), et Orion Hernandez (Radoux, Franco-Mexicain, NDLR) ont été récupérés dans la nuit lors d'une opération conjointe" de l'armée et de services de renseignements israéliens à Jabalia, dans le nord du territoire, a indiqué l'armée dans un communiqué.

"Sur la base des renseignements recoupés en notre possession", tous trois "ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre" et leurs corps ont ensuite été pris par des hommes du Hamas et emmenés jusqu'à Gaza, ajoute l'armée. Les trois corps ont été ramenés en Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé son "profond chagrin" après cette annonce. Le gouvernement a "l’obligation nationale et morale de faire tout (son) possible pour ramener (les) otages – ceux qui sont vivants et ceux qui sont décédés", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Quarante-troisième victime française du 7 octobre, Orion Hernandez Radoux, 32 ans, assistait au festival de musique Nova, dans le sud d'Israël, lorsque les combattants du Hamas ont attaqué.

Il était avec son amie Shani Louk, une Germano-Israélienne de 22 ans qui était ensuite apparue dans une vidéo sur les réseaux sociaux, allongée sur le ventre, apparemment inconsciente et à moitié dénudée, à l'arrière d'un pick-up dans la bande de Gaza. L'armée israélienne a annoncé le 17 mai avoir rapatrié son corps.

Le président français Emmanuel Macron a exprimé son "immense tristesse" après l'annonce du décès d'Orion Hernandez Radoux. "La France reste plus que jamais engagée pour la libération de tous les otages", a-t-il écrit sur X alors que deux otages français restent captifs à Gaza.

Fan de sport et de musique, Chanan Yablonka avait également été enlevé lors du festival. Divorcé et père de deux enfants, selon sa soeur Avivit, il avait décidé à la dernière minute de se rendre au festival avec quatre amis.

«Immense tristesse»

Sa soeur Avivit Yablonka a déclaré à l'AFP que lui et ses amis avaient tenté de s'enfuir en voiture. Les corps de ses quatre amis, dont celui de l'ancien footballeur international israélien Lior Assouline, ont été retrouvés et identifiés près du véhicule.

Mardi, Mme Yablonka avait confié à l'AFP "craindre une mauvaise nouvelle" à propos de son frère après l'annonce du rapatriement de plusieurs corps d'autres otages la semaine précédente.

Le matin du 7 octobre, Michel Nisenbaum (59 ans), habitant de Sderot, ville à la lisière de la bande de Gaza, était parti en voiture chercher sa petite-fille – dont le père est militaire – à la base militaire de Réïm. Il n'avait plus donné de nouvelles depuis. Il était au téléphone avec des membres de sa famille quand la ligne a été coupée. Par la suite, une voix parlant arabe avait répondu à un appel de l'une de ses filles.

De nationalité israélienne et brésilienne, Michel Nisenbaum est né à Niteroi, près de Rio de Janeiro, avant d'émigrer en Israël à l'âge de 12 ans. Il est divorcé et père de deux filles mariées.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a fait part sur X de "son immense tristesse". "Nous resterons engagés dans les efforts pour libérer tous les otages, et pour parvenir à un cessez-le-feu et à la paix pour les peuples d'Israël et de Palestine", écrit-il encore.

L'attaque du Hamas a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens. Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l’armée israélienne.

En représailles à l'attaque du 7 octobre, Israël a lancé une opération militaire qui a fait jusqu'ici 35.800 morts à Gaza, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.