Click on the number for more info

L’explosion des tours de Khobar

Tard dans la nuit du 25 Juin 1996, 19 membres du personnel militaire américain et un civil saoudien périssent dans un attentat, lorsqu’un un camion bourré de deux tonnes d'explosifs pulvérise l'entrée d’un immeuble de huit étages dans la ville de la province Est saoudienne de Khobar (Getty Images).
Tard dans la nuit du 25 Juin 1996, 19 membres du personnel militaire américain et un civil saoudien périssent dans un attentat, lorsqu’un un camion bourré de deux tonnes d'explosifs pulvérise l'entrée d’un immeuble de huit étages dans la ville de la province Est saoudienne de Khobar (Getty Images).
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

L’explosion des tours de Khobar

  • La seconde attaque terroriste majeure en Arabie Saoudite était aussi une confirmation de l’influence iranienne grandissante dans la région

Résumé

Tard dans la nuit du 25 juin 1996, 19 membres du personnel américain et un civil saoudien périssent lorsqu’un camion bourré d'explosifs pulvérise l'entrée d’un immeuble de huit étages dans la ville de la Province Est saoudienne de Khobar. Plus de 370 Américains sont blessés. 

L’immeuble numéro 131 dans le complexe immobilier des Tours d’Al Khobar servait à héberger des forces de la coalition en charge du contrôle de la zone d’exclusion aérienne au Sud de l’Irak, à la suite de la fin de la première Guerre du Golfe. Très rapidement, les faits indiquent que la responsabilité de l’attaque est à chercher du côté des membres de la branche saoudienne du Hezbollah, soutenue par l’Iran. Les attaques prouvent aussi que l’Iran appuie le terrorisme et représente donc une menace pour la région entière. 

Cinq ans après l’attaque, pratiquement jour pour jour, un grand jury fédéral américain met en examen 14 individus pour meurtre et autres charges. Mais comme le procureur général américain John Ashcroft l’a clairement souligné, il ne fait aucun doute que des « éléments rattachés au gouvernement iranien ont motivé, soutenu et supervisé » les terroristes.

 

RIYAD - Le 25 juin 1996 est le jour de la confiance perdue et de l’écroulement d’un édifice. C’est le jour de l’apparition d’une fissure dans une relation en plein changement. C’est le jour où une bombe a explosé dans une tour résidentielle d’Al Khobar, hébergeant des soldats de la coalition, qui contrôlaient la zone d’exclusion aérienne au Sud de l’Irak à la suite de la libération du Koweït en 1991. C’est le jour où beaucoup de choses ont changé. 

La nouvelle de l’explosion – qui tua 19 Américains et 1 Saoudien et blessa 498 personnes de différentes nationalités – a été un choc pour bien des personnes. C’était la seconde attaque terroriste de grande ampleur en Arabie Saoudite après celle de la Grande Mosquée de La Mecque en 1979. Les victimes directes de l’attentat furent marquées à vie. Les personnes qui ont été affectées indirectement par l’attaque ont ressenti une kyrielle d’émotions qui, pour certains, ont changé à jamais leur vision du monde. 

 

Vingt-quatre années plus tard, je garde encore en mémoire des images de cette journée tristement spéciale, et je me souviens de la manière dont j’ai vécu l’horreur à distance. La nouvelle en elle-même m’avait plongé dans la peur à cause de l’ampleur de l’attaque et parce que cette dernière avait été dirigée contre des Américains alors que je poursuivais mes études aux Etats-Unis. Ma première réaction fut de penser qu’il pourrait y avoir des réactions adverses. L’explosion d’Oklahoma le 19 avril 1995 était encore présente à mon esprit. 

Je me trouvais à Boston, poursuivant des études d’anglais, au moment de l’explosion d’Oklahoma. A cette époque, la première nouvelle avait été l’arrestation d’un Jordano-Américain qui avait pris l’avion d’Oklahoma le jour de l’explosion. J’ai encore en mémoire les regards suspects des gens dans le métro que je prenais pour aller à l’école. 

 

Les dates clés

 

  1. Le 25 juin 1996 : Un camion bourré d'explosifs pulvérise l'entrée d’un immeuble à Al Khobar abritant du personnel militaire américain, tuant 19 Américains et 1 Saoudien. 
  2. 21 juin 2001 : 13 Saoudiens et 1 Libanais sont mis en examen pour actes de terrorisme par un Grand Jury fédéral américain dans l’Etat de Virginie. 
  3. Le 2 juin 2001 : L’Arabie Saoudite annonce l’arrestation de 11 des 13 suspects saoudiens, qui seront jugés dans le Royaume. 
  4. Le 23 décembre 2006 : Un juge fédéral statue que l’Iran est responsable de l’attaque et ordonne son gouvernement à payer des compensations de $254 millions aux familles des victimes.  
  5. Le 26 août 2015 : Ahmed al-Mughassil, l’homme accusé d’être le fomenteur de l’attentat, est arrêté à Beyrouth et livré aux autorités saoudiennes. 
  6.  Le 10 septembre 2018 : Une autre cour américaine condamne l’Iran à payer $104.7 millions de compensations à quinze victimes blessées lors de l’attentat. 

 

Je n’avais pas été agressé physiquement ou verbalement mais les regards portés sur moi m’avaient fait du mal et les attitudes de méfiance à mon égard étaient évidentes. La double arrestation de Timothy McVeigh et Terry Nichols fut reçue comme un soulagement par beaucoup d’entre nous, étudiants aux Etats-Unis, originaires du Moyen-Orient. J’ai par la suite éprouvé le même sentiment lors de l’explosion de Khobar, sentiment décuplé lors des attentats du 11 septembre 2011. 

Le choc de l’explosion de Khobar était tel que j’avais le sentiment que c’était irréel, qu’une telle chose ne s’était pas vraiment produite. La plupart d’entre nous avait dû faire face aux questions de ceux qui ne parvenaient pas à en comprendre les raisons. Et il était impossible d’échapper aux reproches. Les Américains avaient été pris pour cible. Ce n’était pas la première fois, mais la différence était que cette fois-ci, cela s’était produit en Arabie Saoudite. 

 

Extrait d’un article de Saeed Haider dans Arab News, le 27 juin 1996.   

« Les habitants ont confirmé qu’un éclair avait suivi l’explosion, aperçu jusqu’au district de Petromin, à près de 25 kilomètres du complexe résidentiel Iskan, et accompagné d’un lourd tremblement ».

A cette époque, j’avais emménagé dans la ville de Detroit. Twitter et les réseaux sociaux n’existaient pas pour pouvoir suivre rapidement les actualités de l’attentat. L’internet était encore une notion nouvelle. Les chaines de télévision en arabe n’étaient pas retransmises aux Etats-Unis. Nos uniques sources d’informations provenaient d’articles dans les journaux américains et de reportages diffusés sur les télévisions américaines. Des échos nous parvenaient d’amis qui étaient en contact avec leurs familles en Arabie Saoudite. 

Durant cette période d’incertitude, je me souviens d’avoir eu à répondre à de nombreuses questions posées par des amis de l’université, dont bon nombre n’étaient pas capables de situer l’Iran ou l’Arabie Saoudite sur une carte. La plupart du temps, mes explications ne suffisaient pas. Je garde en mémoire cette remarque de mon professeur d’histoire, qui me dit en souriant : « Lorsque nous vous défendons, vous nous tuez ». 

La période que nous avons traversée, après la guerre du golfe en 1991, a été marquée par de nombreux changements. La présence des forces américaines en Arabie Saoudite n’était pas bien perçue par une partie de la société qui considérait cette présence sur la terre des deux Mosquées sacrées comme une invasion camouflée. Cette pensée était largement diffusée à travers les messages enregistrés sur cassettes par de nombreux responsables religieux qui n’eurent de cesse d’exiger le retrait des troupes américaines et la fermeture de leurs bases militaires. 

Ma première réaction, partagée avec beaucoup de mes amis américains, était que l’attentat de Khobar avaient été perpétré par des terroristes influencés par des discours de haine. Mais nous avons appris par la suite que l’Iran y était indirectement lié. Les enquêtes révélèrent petit à petit une conspiration dans le but de déstabiliser l’Arabie Saoudite.

En ce qui me concerne, ce ne fut pas une surprise, sachant que le régime iranien est engagé dans une mission sans fin de déstabilisation de l’Arabie Saoudite, et ce depuis l’accession au pouvoir du Guide suprême Khomeini en 1979. 

La mission principale du régime est d’exporter son idéologie par procuration à travers des forces locales basées dans les pays voisins. A l’époque, ma plus grande crainte était liée au fait que Téhéran était parvenu à ses fins à travers son bras armé en Arabie Saoudite, Hezbollah Al-Hejaz, qui revendiqua l’attaque. 

L’Iran n’est pas étranger aux actes de sabotages et il est coutumier de mauvaise conduite dans la région. Il s’efforce en permanence de recruter des jeunes dans les pays voisins, de les former à son idéologie, afin de les retourner contre leurs propres gouvernements. 

 

Nous avons observé la façon dont Téhéran a réussi à étendre sa présence à des pays au cœur du continent africain et jusqu’à l’Asie du Sud. 

Les manifestations de pèlerins iraniens à la Mecque en 1987 me viennent à l’esprit. J’ai suivi avec horreur, à la télévision, comment des pèlerinages religieux pour le Hajj ont tourné au chaos, avec des pèlerins innocents attaqués, blessés et tués. J’ai vu ces pèlerins iraniens brûler des voitures et frapper à mort des officiers de la police dans les rues. Des événements similaires ont eu lieu à Médine, lorsqu’ils provoquèrent des émeutes et agressèrent d’autres pèlerins. 

Un gouvernement avec une idéologie qui fait fi des lieux sacrés et des vies d’innocents n’éprouvera jamais aucun remord à inciter ses sbires à commettre des délits et attaques dans la région. L’Iran ne cessera pas d’être actif et ne déviera pas de son objectif principal, la déstabilisation de la région. Il récolte encore les fruits des violences semées à Al Khobar et lors d’autres attaques. On est en droit de se poser cette question : Qu’a récolté l’Iran depuis 1979 si ce n’est le chaos, la guerre et des sanctions économiques ?

 

Mahmoud Ahmad est un ancien cadre chez Arab News. Il suivait des études de Marketing à l’Université de Detroit Mercy lors de l’explosion des Tours d’Al Khobar. 

 


La militante iranienne Narges Mohammadi condamnée à 8 ans de prison, selon son mari

La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
Short Url
  • Son mari, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes
  • On reproche à Narges Mohammadi d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention

PARIS: La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi, arrêtée le 16 novembre, a été condamnée par un tribunal iranien à 8 ans de prison et 70 coups de fouet, a annoncé dimanche son mari.

Taghi Rahmani, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes.

On ignore les détails des accusations et du verdict.

Mme Mohammadi, porte-parole du Centre des défenseurs des droits de l'Homme fondé par la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, a été arrêtée à plusieurs reprises ces dernières années.

Libérée en octobre 2020 après cinq ans de prison, elle a de nouveau été condamnée en mai 2021 à 80 coups de fouet et 30 mois de détention, pour "propagande contre le système" politique iranien, diffamation et "rébellion" contre l'autorité pénitentiaire.

Il lui est reproché d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention à la prison d'Evine à Téhéran.  

Mi-janvier, une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, retenue depuis 2019 en Iran, a été réincarcérée à Téhéran pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence.

Et quelques jours plus tôt, le poète et dissident iranien Baktash Abtin est décédé en prison après y avoir contracté la Covid-19, d'après les révélations de plusieurs organisations de défense des droits humains. Celles-ci accusent Téhéran d'être responsable de ce décès.


Israël: 1ère rencontre du chef de la diplomatie Yaïr Lapid avec un dirigeant palestinien

Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre
  • Après la visite en décembre de Mahmoud Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de «mesures de confiance» avec l'Autorité palestinienne

JÉRUSALEM : Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid s'est entretenu dimanche soir avec le ministre palestinien des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, a indiqué ce dernier sur Twitter, marquant la première rencontre officielle connue de M. Lapid avec un dirigeant palestinien.

"J'ai rencontré ce soir le ministre israélien des Affaires étrangères et nous avons discuté de différentes questions politiques et des relations bilatérales", a affirmé Hussein al-Sheikh, sans préciser où la rencontre avait eu lieu.

Interrogé par l'AFP, le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre.

Fin décembre, le président palestinien Mahmoud Abbas avait rencontré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz lors d'une visite en Israël. Il s'agissait de la première fois depuis 2010 que M. Abbas se rendait dans l'Etat hébreu pour une rencontre officielle avec un membre du gouvernement israélien.

Dans la foulée de l'arrivée au pouvoir en juin dernier du gouvernement de coalition mené par Naftali Bennett, des ministres israéliens - dont M. Gantz - avaient cependant rendu visite à Mahmoud Abbas à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée. 

Dans son tweet dimanche, Hussein al-Sheikh a ajouté avoir "mis en avant le besoin d'un horizon politique entre les deux parties, basé sur le droit international", en référence notamment aux résolutions de l'ONU sur le conflit israélo-palestinien.

Après la visite en décembre de M. Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de "mesures de confiance" avec l'Autorité palestinienne comme l'octroi de 600 permis supplémentaires permettant à des hommes d'affaires palestiniens de se rendre en Israël, et la régularisation de 6 000 Palestiniens vivant dans un secteur de Cisjordanie sous contrôle israélien.


Les défenses aériennes émiraties détruisent des missiles Houthis visant le pays

Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Short Url
  • Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été interceptés
  • Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré «prêt à répondre à toutes les menaces» et qu’il prendrait «toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques» qui la visent

RIYAD: Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été intercepté, une information rapportée par l’agence WAM ce lundi.

Les débris qui sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi n’ont pas fait de blessés.

Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré « prêt à répondre à toutes les menaces » et qu’il prendrait « toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques » qui la visent.

Trois personnes ont été tuées la semaine dernière à Abu Dhabi dans une attaque similaire de la milice soutenue par l'Iran. Cette agression commise sur des civils a été condamnée par la communauté internationale.
Lundi matin, l'Arabie saoudite a également intercepté un missile balistique visant la province d'Asir, dans le sud du Yémen. En riposte, la coalition de soutien au gouvernement yéménite a frappé des cibles Houthies à Al-Jouf.
Deux personnes avaient été blessées à Jazan la veille, à la suite d'une attaque similaire.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Plus d’informations à suivre…