Click on the number for more info

Là où le Printemps arabe a commencé

Le traitement cruel de Bouazizi a touché une corde sensible chez des millions de Tunisiens, fatigués de vivre sous un régime autocratique corrompu (Photo, AFP).
Le traitement cruel de Bouazizi a touché une corde sensible chez des millions de Tunisiens, fatigués de vivre sous un régime autocratique corrompu (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 09 décembre 2020

Là où le Printemps arabe a commencé

  • Le traitement cruel de Bouazizi a touché une corde sensible chez des millions de Tunisiens, fatigués de vivre sous un régime autocratique corrompu
  • Il devient devenu le « héros de la Tunisie », un symbole de révolte qui déclencha des protestations violentes dans une douzaine de pays à travers la région

Le soulèvement de la Tunisie a commencé lorsqu’un marchand, Mohamed Bouazizi, s’est immolé par le feu en signe de protestation.

Résumé

Le 17 décembre 2010, le vendeur ambulant tunisien Mohamed Bouazizi, en signe de protestation contre le harcèlement et la corruption de la police, s’immole par le feu devant les bureaux du gouverneur, dans la ville de Sidi Bouzid, déclenchant involontairement le mouvement de protestation multinational qui sera par la suite connu sous le nom de Printemps arabe.

Le traitement cruel de Bouazizi a touché une corde sensible chez des millions de Tunisiens, fatigués de vivre sous un régime autocratique corrompu. Alors que les médecins se battaient encore pour tenter de sauver, en vain, la vie de Bouazizi, les protestations avaient déjà éclaté à Sidi Bouzid, pour se répandre rapidement dans le reste du pays.

18 jours plus tard, Bouazizi était mort. Mais il était déjà devenu le « héros de la Tunisie », un symbole de révolte qui déclencha des protestations violentes dans une douzaine de pays à travers la région, produisant des changements de régime en Tunisie, en Egypte, en Libye et une révolution sanglante qui se poursuit encore en Syrie à ce jour.

LONDRES: Selon des membres de sa famille, Mohamed Bouazizi avait subi durant des années la cruauté d’officiels enclin à l’excès de zèle. Le 17 décembre 2010, il a suffi de moins de deux heures pour qu’une séquence d’évènements change le monde.

Comme il avait l’habitude de faire, Bouazizi, un jeune vendeur de fruits et légumes de 26 ans, poussait son chariot de produits sur les rues non-asphaltés du centre de Sidi Bouzid.

Les dates clés :

  1. Le 17 décembre 2010

Le vendeur ambulant Mohamed Bouazizi, 26 ans, s’immole par le feu.

2. Le 28 décembre 2010

Le président Zine El-Abidine Ben Ali rend visite à Bouazizi à l’hôpital. 

  1. Le 4 janvier 2011

Bouazizi meurt, à l’âge de 26 ans.

  1. Le 5 janvier 2011

Des milliers assistent aux obsèques de Bouazizi. Beaucoup d’entre eux promettent de venger sa mort.

  1. Le 14 janvier 2011

Le président Ben Ali s’enfuit en exil en Arabie Saoudite.

  1. Le 12 décembre 2011

Mohamed Moncef Marzouki devient le premier président élu en Tunisie.

  1. Le 20 juin 2012

Une cour tunisienne condamne Ben Ali par contumace à la prison à perpétuité pour incitation à la violence et au meurtre. 

  1. Le 19 septembre 2019

Ben Ali meurt en exil à Djeddah, à l’âge de 83 ans.

L’indescriptible ville de province au centre de la Tunisie était typique de la région, avec un niveau de chômage élevé chez les jeunes et peu d’opportunités pour ses habitants de vivre décemment de leurs revenus.

Les détails exacts de ce qui s’est vraiment passé font débat. La famille de Bouazizi a témoigné qu’aux alentours de 10h30 du matin, des inspecteurs municipaux l’avaient interpellé, exigeant un pot-de-vin. Devant le refus du jeune homme, une inspectrice, Faida Hamdy, lui assena une gifle au visage et confisqua ses balances électroniques et sa marchandise.

Hamdy a nié par la suite qu’elle l’avait giflé, affirmant qu’elle avait simplement appliqué la loi qui stipulait que les marchands n’avaient pas le droit de vendre leurs produits sur un lieu public.

Extrait des archives de Arab News, le 11 janvier 2011.

Furieux et humilié, Bouazizi se dirigea en trombe au bureau municipal où ses collègues marchands affirment qu’il fut battu à nouveau. Sans se décourager, il prit le chemin du principal immeuble du gouvernement régional, demandant à parler au gouverneur.

Sa demande fut refusée mais une heure après cette première confrontation, il était de retour devant le bureau du gouverneur et s’était recouvert de diluant à peinture. Il demanda à nouveau à le rencontrer.

Il ne fallut qu’une étincelle provenant d’un briquet pour que Bouazizi  soit enveloppé d’une boule de feu et qu’il provoque involontairement une série de protestations et de rebellions à travers la région. On parla alors de Printemps arabe. Dans des pays comme la Syrie ou la Libye, les conflits dévastateurs qui s’ensuivirent font encore rage à ce jour.

Les actions de Bouazizi ont immédiatement eu l’effet d’un détonateur à Sidi Bouzid. Au moment de sa mort, 18 jours plus tard, le 4 janvier, les manifestations s’étaient déjà répandues dans l’ensemble du pays. 

Malgré la rapide escalade, il fallut un certain temps pour que les implications potentielles de ce qui venait de se passer soient assimilées par les médias. La première mention des protestations en Tunisie à la une d’Arab News était dans le contexte d’émeutes concernant le prix des denrées alimentaires en Algérie, le 7 janvier. Le 14 janvier, le journal titra en page principale : « Les émeutes atteignent la Tunisie ». C’était le jour où le président, Zine El-Abidine Ben Ali, prit la fuite après 23 ans au pouvoir.

« Dans la capitale, Tunis, la police a ouvert le feu sur les manifestants, tuant au moins une personne, alors que des protestations contre le gouvernement, amorcées depuis plusieurs semaines, s’intensifiaient »

Extrait d’un article AFP à la une d’Arab News, le 14 janvier 2011.

Au très affairé bureau international du journal pour lequel je travaillais à Abou Dhabi, nous étions incertains des effets potentiels de cette colère rampante sur les règnes des dirigeants autocratiques.

Malgré la rapidité de la chute de Ben Ali, et alors que les manifestations se propageaient à l’extérieur des frontières tunisiennes, nous nous demandions si cela pouvait vraiment avoir un effet domino, renversant les hommes qui avaient gouverné une majeure partie du Moyen-Orient durant des décennies.

La Tunisie n’a pas uniquement allumé la mèche. Elle a démontré à la jeunesse frustrée et désabusée de la région que non seulement le changement était réel, mais qu’il pouvait se faire rapidement.

Le fait que ce soit un jeune homme, apparemment bien éduqué, qui avait été poussé à commettre un tel acte de désespoir parce qu’il se trouvait dans une situation désespérée a servi à faire de la révolte tunisienne un modèle à suivre pour d’autres à travers le monde arabe.

En l’espace d’un an, les dirigeants d’Egypte et de la Libye ont été renversés et celui du Yémen allait bientôt être écarté. Mais les bains de sang accompagnant ces nouvelles révoltes et les réponses brutales aux manifestations ont minimisé l’importance de ce qui s’est déroulé en Tunisie. L’exemple le plus frappant est à chercher en Syrie où les forces de sécurité de Bachar el-Assad ont fait usage de leurs armes contre les protestataires et déclenché les horreurs de la guerre civile ainsi que l’émergence des forces extrémistes.

Cela dit, la Tunisie a eu sa part de violences, avec plus de 300 personnes mortes dans les révoltes. Le pays est considéré, en Occident, comme le seul ayant réalisé des avancées démocratiques. Deux élections présidentielles et parlementaires se sont déroulées depuis la révolte, malgré d’âpres querelles politiques qui ont, par moments, tourné à la violence.   

De nombreux Tunisiens se demandent s’ils sont aujourd’hui en meilleure posture qu’ils ne l’étaient en 2010. L’économie a eu du mal à se redresser et le peuple a supporté le fardeau des mesures économiques liées au prêt de $2,8 milliards du Fonds monétaire international (FMI). En 2018, de larges protestations contre le coût de la vie ont pris place à travers le pays.

La Tunisie a également souffert d’une série d’attaques terroristes, notamment celle de mars, près de l’Ambassade américaine, et une autre en 2015 dans un complexe touristique, qui a tué 38 personnes et porté un coup dur à l’industrie du tourisme, cruciale pour la Tunisie.

La plupart des conditions socio-économiques, qui sont souvent mentionnées comme les raisons du Printemps arabe, demeurent inchangées en Tunisie. Le chômage est même plus élevé (15% contre 12% avant la révolte, atteignant 30% dans les régions les plus pauvres).

Les premiers rapports sur l’immolation de Bouazizi l’avaient décrit comme un diplômé d’université, une information souvent répétée, qui correspondait bien au récit que l’on voulait faire du Printemps arabe : l’élan d’une jeunesse surqualifiée et sous-employée.

La vérité est qu’il avait dû abandonner l’école lorsqu’il était devenu le principal pourvoyeur d’une famille nombreuse, à la mort de son père. Son aspiration, d’après sa famille, était d’acquérir une camionnette pour développer son commerce.

Cette aspiration a disparu dans les flammes qui ont mis fin à sa vie mais qui ont permis à la colère ressentie contre le régime corrompu et oppressif de Ben Ali de se propager.

Pour le monde Arabe, l’action individuelle extrême de Bouazizi restera à jamais dans les mémoires comme le moment qui a libéré la colère de tout un peuple. 

 

Jonathan Lessware est rédacteur en chef numérique au bureau de Londres d’Arab News et un ancien correspondant international au quotidien The National. Il a travaillé au Moyen-Orient durant 10 ans, notamment durant la période du Printemps arabe.


Cisjordanie: la disparition d'un adolescent israélien déclenche des violences

Les forces israéliennes conduisent lors d'un raid contre le camp d'al-Faraa pour réfugiés palestiniens en Cisjordanie occupée le 12 avril 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas à Gaza. (Photo de Zain JAAFAR / AFP)
Les forces israéliennes conduisent lors d'un raid contre le camp d'al-Faraa pour réfugiés palestiniens en Cisjordanie occupée le 12 avril 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas à Gaza. (Photo de Zain JAAFAR / AFP)
Short Url
  • Le jeune berger âgé de 14 ans, Benjamin Achimeir, a quitté sa ferme tôt vendredi pour aller faire paître son troupeau et n'a pas donné signe de vie depuis
  • Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne a fait état d'au moins un Palestinien tué par balles et 18 autres blessés, dont huit par des tirs selon le Croissant-Rouge

AL MUGHAYYIR: Israël a lancé vendredi une vaste opération de recherche en Cisjordanie occupée après la disparition d'un jeune berger israélien, provoquant des violences ayant fait, selon le ministère palestinien de la Santé, un mort et plusieurs blessés.

L'armée israélienne a annoncé les opérations de recherche pour retrouver le jeune berger âgé de 14 ans, Benjamin Achimeir, qui a quitté sa ferme tôt vendredi pour aller faire paître son troupeau et n'a pas donné signe de vie depuis.

Elle a indiqué avoir déployé ses forces spéciales, des moyens aériens et des équipes cynophiles pour ratisser les environs de Malachei HaShalom, au nord-est de Ramallah.

Des barrages routiers ont été dressés et des centaines de soldats et de civils ont parcouru à pied collines et champs.

Dans l'après-midi, des colons armés ont investi le village palestinien d'al-Mughayyir, à quelque 500 mètres des fermes de Malachei HaShalom, et ont attaqué les résidents, selon un correspondant de l'AFP.

L'armée est intervenue et a encerclé la localité.

"Les colons ont envahi le village au motif qu'ils recherchaient le garçon israélien disparu", a expliqué à l'AFP le maire du village, Amin Abu-Alyah, joint au téléphone, affirmant que l'armée est venue "en soutien" des colons.

"Ils ont bloqué l'entrée ouest de la ville et dressé des points de contrôle et des barrages. Les colons ont tiré sur au moins une dizaine de maisons et ont mis le feu aux champs", a-t-il ajouté.

Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne a fait état d'au moins un Palestinien tué par balles et 18 autres blessés, dont huit par des tirs selon le Croissant-Rouge.

Les services de secours israéliens ont de leur côté indiqué avoir pris en charge deux hommes blessés par des jets de pierres.

Le site de Malachei HaShalom est une colonie illégale évacuée à plusieurs reprises par l'armée et régulièrement réinvestie par des colons.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre, la violence s'est intensifiée en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967.

Au moins 462 Palestiniens y ont été tués par des militaires ou colons israéliens, selon l'Autorité palestinienne, qui exerce un contrôle administratif partiel sur la Cisjordanie.

La guerre dans la bande de Gaza a été déclenchée par une attaque sans précédent du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, qui a entraîné la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Israël a lancé en représailles une opération militaire dans Gaza qui a fait plus de 33 600 morts, en majorité des civils, d'après le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien.


A Gaza, des dizaines de membres d'une même famille tués dans deux frappes

Des Palestiniens rassemblent leurs affaires alors que les personnes fuyant le conflit quittent leurs maisons, dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de Gaza, le 12 avril 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (AFP)
Des Palestiniens rassemblent leurs affaires alors que les personnes fuyant le conflit quittent leurs maisons, dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de Gaza, le 12 avril 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (AFP)
Short Url
  • Le 15 mars, les Tabatibi s'étaient réunis à Nuseirat, dans le centre du petit territoire palestinien, pour manger ensemble à l'occasion du premier vendredi du ramadan.
  • Une frappe aérienne avait touché l'immeuble où ils se trouvaient alors que les femmes préparaient le repas, tuant 36 membres de la famille

Les Tabatibi se sont jetés sur les routes de Gaza pour fuir la guerre: en moins d'un mois, les bombes de l'armée israélienne sont tombées par deux fois à l'endroit où ils avaient trouvé refuge, tuant une soixantaine de membres de la famille.

La dernière frappe s'est produite dans la nuit de jeudi à vendredi dans le quartier densément peuplé de al-Daraj, dans la ville de Gaza (nord), tuant au moins 25 membres de la famille Tabatibi, a déclaré un parent à l'AFP.

Dans une rue étroite, l'immeuble de six étages où ils logeaient était toujours debout, tant bien que mal, les balcons tout juste retenus à la façade, le rez-de-chaussée carbonisé, l'intérieur jonché de gravats, selon des images tournées par l'AFP.

"Nous n'avons pas entendu de missile tomber ou quoi que ce soit, nous étions tous endormis", a raconté Khaled al-Tabatibi, un membre survivant de la famille, en larmes. "Notre maison, mes sœurs, leurs enfants, leurs filles, tous sont martyrisés, tous sont en morceaux".

Ziyad Dardas, un voisin, est sous le choc. Son frère a été blessé dans la frappe.

"C'est de la folie", a-t-il dit à l'AFP en accusant dirigeants palestiniens et israéliens de porter la responsabilité de la tragédie. "Je demande à l'Autorité (palestinienne), aux dirigeants du Hamas: Ca ne suffit pas comme ça?"

Les morts et les blessés ont été transportés à l'hôpital al-Chifa de Gaza, selon des médias. Hôpital en grande partie détruit lors d'une récente opération militaire israélienne.

La mort avant le jeûne 

La famille est endeuillée pour la deuxième fois en moins d'un mois.

Le 15 mars, les Tabatibi s'étaient réunis à Nuseirat, dans le centre du petit territoire palestinien, pour manger ensemble à l'occasion du premier vendredi du ramadan.

Une frappe aérienne avait touché l'immeuble où ils se trouvaient alors que les femmes préparaient le repas, tuant 36 membres de la famille, avaient indiqué des témoins à l'AFP à l'époque.

Le ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigée par le Hamas, a fourni le même bilan, attribuant à Israël la responsabilité de la frappe.

L'armée israélienne avait alors indiqué avoir ciblé deux "agents terroristes", sans donner plus de détails.

"Ils ont bombardé la maison alors que nous nous y trouvions. Ma mère et ma tante préparaient le repas de sahur" pris à l'aube avant le jeûne. "Elles sont toutes tombées en martyrs", avait témoigné Mohammed al-Tabatibi à l'hôpital des Martyrs d'Al-Aqsa où reposaient les corps de ses proches.

Le ministère de la Santé du Hamas estime à 33.634 le nombre de morts jusqu'à présent dans la bande de Gaza, en majorité des civils, dus à l'offensive aérienne et terrestre lancée par Israël en représailles à l'attaque sanglante du Hamas sur son sol le 7 octobre.

Ce jour-là, des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, entraînant la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir des données officielles israéliennes.

str-lba/jd/gab/smk/ila

© Agence France-Presse


Des milliers de Libanais rendent hommage à un responsable d'un parti chrétien assassiné

Des partisans des Forces libanaises (FL) assistent aux funérailles de Pascal Sleiman, coordinateur des FL dans la région de Byblos (Jbeil), au nord de Beyrouth, dans la ville de Byblos, au nord du pays, le 12 avril 2024. (AFP)
Des partisans des Forces libanaises (FL) assistent aux funérailles de Pascal Sleiman, coordinateur des FL dans la région de Byblos (Jbeil), au nord de Beyrouth, dans la ville de Byblos, au nord du pays, le 12 avril 2024. (AFP)
Short Url
  • Sept Syriens accusés d'être impliqués dans ce crime ont été arrêtés, dont trois remis par les autorités syriennes au Liban, d'après une source judiciaire
  • Le parti chrétien, dirigé par Samir Geagea et opposant notoire au puissant Hezbollah, a qualifié cet acte d'"assassinat politique jusqu'à preuve du contraire"

BYBLOS: Des milliers de partisans du parti chrétien Forces libanaises (FL) ont assisté vendredi près de Beyrouth aux funérailles d'un responsable de ce parti récemment assassiné, réclamant que justice soit rendue et pointant du doigt le Hezbollah chiite.

Pascal Sleiman, un responsable local de cette influente formation, a été enlevé dimanche dernier à Jbeil (Byblos), au nord de Beyrouth, et son corps a été retrouvé en Syrie, selon les autorités libanaises.

Sept Syriens accusés d'être impliqués dans ce crime ont été arrêtés, dont trois remis par les autorités syriennes au Liban, d'après une source judiciaire.

Le parti chrétien, dirigé par Samir Geagea et opposant notoire au puissant Hezbollah, a qualifié cet acte d'"assassinat politique jusqu'à preuve du contraire". Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a nié toute implication de son parti.

S'exprimant après les funérailles, Samir Geagea a appelé à un changement des autorités "défaillantes et corrompues", attribuant leur échec, entre autres, aux "armes illégales", en référence au Hezbollah.

Ce mouvement soutenu et financé par l'Iran est le seul parti ayant conservé son arsenal après la fin de la guerre civile (1975-1990), et exerce une grande influence sur la vie politique du pays.

Par ailleurs, depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien en octobre, le Hezbollah échange quotidiennement des tirs transfrontaliers avec Israël, suscitant l'opposition des FL et d'autres partis.

"Nous ne voulons pas nous réveiller un jour, comme nous l'avons fait maintenant, et nous retrouver impliqués dans une guerre sans fin", a dit M. Geagea.

Des centaines de sympathisants et partisans des FL étaient rassemblés devant l'église saint-Georges de Jbeil pour accueillir le cercueil de Pascal Sleiman avant les funérailles.

La cérémonie était dirigée par le patriarche maronite Béchara Raï, chef spirituel de la plus grande confession chrétienne du Liban.

La majorité des participants remettaient en cause la version officielle de l'armée libanaise, selon laquelle Pascal Sleiman a été tué par des personnes qui voulaient "voler sa voiture".

"La version officielle (...) n'est pas cohérente", a déclaré à l'AFP Jean Habchi, 50 ans, assurant être venu pour "défendre la liberté au Liban".

La plupart des assassinats politiques au Liban sont restés impunis, et des années de crise économique ont encore affaibli un système judiciaire accusé d'être soumis à l'ingérence du pouvoir politique.