Click on the number for more info

Le conflit au Kosovo

Le 5 Mars 1998, après des années de lutte pacifique vaine de la part des dirigeants du Kosovo pour obtenir plus d’autonomie, l’armée de libération du Kosovo lança une rébellion armée contre le régime serbe dans la province yougoslave à majorité musulmane (Getty Images).
Le 5 Mars 1998, après des années de lutte pacifique vaine de la part des dirigeants du Kosovo pour obtenir plus d’autonomie, l’armée de libération du Kosovo lança une rébellion armée contre le régime serbe dans la province yougoslave à majorité musulmane (Getty Images).
Short Url
Publié le Mardi 08 décembre 2020

Le conflit au Kosovo

  • La situation désespérée des Albanais, majoritairement musulmans, a poussé le monde musulman à organiser une aide humanitaire

 

Résumé

Le 5 Mars 1998, après des années de lutte pacifique vaine de la part des dirigeants du Kosovo pour obtenir plus d’autonomie, l’armée de libération du Kosovo lança une rébellion armée contre le régime serbe dans la province yougoslave à majorité musulmane. La réaction de Belgrade fut une répression violente qui ne fit aucune discrimination entre combattants et civils et déclencha un flux de réfugiés vers le pays voisin d’Albanie, causant une grave crise humanitaire. 

Le 24 mars 1999, L’OTAN réagit à l’agression du président yougoslave Slobodan Milosevic contre les Albanais du Kosovo, en lançant des frappes aériennes contre des cibles militaires serbes. La campagne militaire de l’OTAN dura 11 semaines, causant des pertes civiles et des destructions matérielles lourdes.  

La Yougoslavie accepta un accord de paix en juin 1999, à la suite duquel le secrétaire général de l’ONU ordonna l’arrêt des bombardements menés par l’OTAN. Suivit alors l’adoption de la Résolution 1244 par le Conseil de sécurité, autorisant la présence internationale de sécurité au Kosovo. La région du Kosovo déclara unilatéralement son indépendance en 2008, une décision encore contestée à ce jour.

 

DUBAI : Comparée à la durée moyenne des conflits les plus récents, la guerre au Kosovo de 1998 à 1999 fut brève. Elle débuta avec l’insurrection armée de l’Armée de libération du Kosovo (UCK), contre le régime serbe, autour de l’autonomie de la région du Kosovo, qui faisait partie de ce qui restait de la Yougoslavie. Le régime du président Slobodan Milosevic à Belgrade réagit avec une force démesurée, déclenchant une grave crise de réfugiés et ramenant à notre mémoire le spectre du massacre de musulmans en Bosnie.

L’intervention de l’OTAN, une longue campagne de bombardements aériens, permit de mettre un terme au conflit et de négocier un accord de paix. En février 2008, le Kosovo déclara son indépendance de la Serbie, une annonce accueillie par des scènes inédites de joie et de jubilation. 

Les Etats-Unis et plusieurs membres de l’Union européenne ont reconnu le Kosovo comme un état indépendant, au contraire de la Serbie, soutenue par la Russie. Depuis lors, le Kosovo, une démocratie parlementaire avec une économie à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, fait du surplace. 

Ayant grandi à Sarajevo durant la guerre de Bosnie dans les années 1990, les événements dans le Kosovo voisin resteront gravés à jamais dans ma mémoire. Je sais malheureusement la haine et les antagonismes accumulés au fil du temps. Historiquement, le Kosovo est situé au cœur de l’empire serbe. C’est là que plusieurs rois serbes furent couronnés au Moyen-Âge. 

Bien qu’ayant obtenu un certain degré d’autonomie sous l’ex-Yougoslavie en 1974, les habitants de la province, essentiellement des Musulmans albanais ethniques, étaient fatigués de subir la domination des Serbes ethniques. A la fin des années 1980, le chef kosovar Ibrahim Rugova initia une stratégie de résistance non-violente face à la suspension de l’autonomie constitutionnelle de la province, décrétée par Milosevic. 

Le président et les membres de la minorité serbe du Kosovo s’étaient plaints depuis longtemps de la dominance démographique et politique des Albanais ethniques dans une région qui portait une signification historique pour les chrétiens orthodoxes serbes. Durant la guerre en Bosnie, entre 1992 et 1995, et même après l’éclatement de la Yougoslavie, les Serbes nationalistes jetaient un regard suspect sur les Kosovars. 

Les dates clés

 

  1. Le 5 mars 1998 : Le conflit débute au Kosovo suite à la rébellion armée de l’UCK 
  2. 24 mars 1999 : L’OTAN lance des raids aériens contre la Serbie. 
  3. Le 10 juin 1999 : Arrêt des bombardements de l’OTAN, 11 semaines après leur commencement. 
  4. Le 4 février 2003 : La Yougoslavie cesse d’exister. Elle est rebaptisée Communauté étatique de Serbie-et-Monténégro (Le Monténégro deviendra plus tard indépendant, le 21 Mai 2006). 
  5. Le 17 février 2008 : Le Kosovo déclare son indépendance de la Serbie, une décision controversée. 

 

Le soutien populaire bascula du côté des Albanais ethniques radicaux qui étaient convaincus que leur volonté d’autonomie ne pourrait être satisfaite en suivant l’approche pacifique de Rugova. En 1996, l’UCK fit son entrée sur la scène kosovare à travers des attaques sporadiques sur la police serbe et les hommes politiques, une campagne qui s’intensifia durant les deux années qui suivirent. 

La brutalité de la police serbe, des groupes paramilitaires et de l’armée mena à une crise grave de réfugiés, qui attira l’attention des médias et de la communauté internationale. Une coalition informelle regroupant les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France, l’Italie et la Russie, nommé « le Groupe de contact », soumit ses conditions, incluant un cessez-le-feu immédiat


« Les Etats du Golfe, menés par l’Arabie Saoudite, se sont concentrés sur l’organisation de l’assistance humanitaire et la recherche d’une issue au conflit par la voie pacifique ».

Emina Osmandzikovic



 

Le Conseil de sécurité des Nations unies condamna ce qu’il qualifia d’usage excessif de la force, et imposa un embargo militaire. Mais cela ne suffit pas à mettre un terme aux violences. Le 24 mars, l’OTAN lança une série de raids aériens sur des cibles militaires serbes. La réaction des forces serbes ne se fit pas attendre, et poussa des centaines de milliers de Kosovars à fuir en Albanie, en Macédoine (maintenant la Macédoine du Nord) et au Monténégro. 

Si les souffrances de la guerre des Kosovars ont suscité une certaine sympathie du monde musulman et un soutien pour leur cause, plusieurs dirigeants ont critiqué l’OTAN pour avoir contourné l’ONU et qualifié la campagne de ‘guerre humanitaire’.

La légitimité de la décision unilatérale de lancer des raids aériens était contestable, si l’on se réfère au droit international. Mais le secrétaire général de l’ONU de l’époque, Kofi Annan, a soutenu le principe de l’intervention, et déclaré : « Il y a des temps où l’usage de la force pour atteindre la paix peut être légitime ». 

Des pays arabes tels que la Libye ou l’Irak, qui entretenaient alors des relations fortes avec la Yougoslavie, ont insisté pour trouver une solution politique. Les Etats du Golfe, menés par l’Arabie Saoudite, se sont concentrés sur l’organisation de l’assistance humanitaire et la recherche d’une issue au conflit par la voie pacifique. L’Arabie Saoudite a affrété deux avions pour transporter plus de 120 tonnes d’aide humanitaire sous la forme de tentes, dattes, couvertures et tapis, selon des communiqués officiels. 


Extrait des archives de Arab News, le 6 Mars 1998.



Un avion humanitaire saoudien ‘C-130 Hercules’ transporta quotidiennement de l’aide humanitaire, de Djeddah ou Riyad vers la capitale albanaise Tirana, où le personnel de l’ambassade saoudienne et celui des forces aériennes déchargeaient le contenu. En plus d’un hôpital de campagne à Tirana, opérationnel dès le 24 mai 1999, l’Arabie Saoudite mit en place plus de 10 centres médicaux à travers l’Albanie et la Macédoine.  

Un téléthon saoudien recueillit près de $19 millions le 16 avril 1999. L’Organisation de la coopération islamique, basée à Djeddah, qui contribua à l’organisation de ce téléthon, déclara qu’elle avait affrété une aide humanitaire d’une valeur de $12 millions. Une autre initiative lancée par une télévision koweitienne recueillit $7 millions en un seul jour, dont $1 million provenant du don personnel de l’émir, Cheikh Jaber Al-Ahmed Al-Sabah.

Des organisations des Emirats arabes unis installèrent l’un des camps de secours les plus larges, où près de 10 000 réfugiés kosovars eurent accès à de la nourriture, des services de première nécessité et un hôpital de campagne entièrement équipé. Le Croissant-Rouge mit en place des camps de réfugiés en Macédoine et en Albanie. 

La campagne de bombardements de l’OTAN dura onze semaines et finit par atteindre Belgrade, causant de lourds dégâts aux infrastructures et la mort accidentelle de beaucoup de civils. En juin 1999, le gouvernement yougoslave accepta un accord de paix, sous la médiation conjointe de la Russie et la Finlande. 

L’OTAN et la Yougoslavie ont signé un accord de paix comprenant un retrait des troupes et le retour de près d’un million de réfugiés et un demi-million de déplacés kosovars. La majorité des Serbes ethniques ont quitté la région. L’intervention militaire humanitaire de l’OTAN a permis de sauver des milliers de vies de kosovars innocents.

 

Emina Osmandzikovic, qui couvre les sujets liés aux réfugiés pour Arab News, a grandi à Sarajevo dans les années 1990 durant la guerre en Bosnie. Twitter : @eminaosmandzik 

 


Abderrahmane al-Sudais dévoile le plan le plus important jamais établi par la présidence des Affaires religieuses pour la saison du Hajj

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Short Url
  • Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence
  • Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj

LA MECQUE: La présidence des Affaires religieuses de la Grande Mosquée et de la mosquée du Prophète a dévoilé jeudi son plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. 

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence. Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj. 

Dans son discours d’ouverture lors de l’inauguration du plan, qui s’est déroulée au siège de la présidence à La Mecque, le cheikh Al-Sudais a affirmé que «le plan de cette année était le plus important depuis la création de la présidence avec ses spécialisations purement religieuses». 

Il explique que ce plan est le fruit des efforts des équipes de la présidence en matière de préparation, de planification et d’étude, ainsi que des réalisations des saisons précédentes. Le plan est conçu en harmonie et en intégration avec les différentes agences opérant dans les deux Saintes Mosquées, qui collaborent et coopèrent avec la présidence pour servir les pèlerins. 

Selon lui, le plan pour la saison 2024 du Hajj se focalise sur divers moyens d’enrichissement religieux, notamment de nombreux événements et des centaines de programmes religieux englobant des leçons scientifiques et d’orientation. 

Le cheikh Al-Sudais indique que le plan de la présidence pour cette année est consacré à la promotion du bénévolat et du travail humanitaire, reconnaissant les deux Saintes Mosquées comme des environnements attrayants pour de tels efforts. Cet objectif repose sur les valeurs religieuses et saoudiennes, qui accordent une grande importance à la générosité et l’hospitalité. 

Ce plan comprend également un axe numérique qui a pour but d’améliorer l’expérience numérique religieuse présentée par les deux Saintes Mosquées, notamment en intégrant les services numériques religieux, en investissant dans la technologie et l’intelligence artificielle, et en utilisant des applications et des médias numériques. Des initiatives religieuses spécifiques seront mises en œuvre afin de parvenir à un leadership numérique et d’éliminer les barrières de l’espace et du temps grâce à ces applications. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La CIJ ordonne à Israël de stopper «immédiatement» son offensive militaire à Rafah

Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Short Url
  • La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah
  • La CIJ a demandé la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus à Gaza

LA HAYE: La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre.

Israël doit "arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d'infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d'existence capables d'entraîner sa destruction physique ou partielle", a déclaré la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye.

La cour a aussi ordonné à Israël de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès "sans restriction" à l'aide humanitaire.

La juridiction a également appelé à la libération immédiate des personnes prises en otages par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre contre Israël.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre États, sont juridiquement contraignantes mais elle n'a aucun moyen de les faire respecter.

Israël avait affirmé devant la cour qu'un cessez-le-feu imposé permettrait aux combattants du Hamas de se regrouper, et rendrait impossible la libération des otages pris lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande historique du procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Karim Khan a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas, pour des crimes présumés commis dans la bande de Gaza et en Israël.

L'Afrique du Sud a porté l'affaire devant la CIJ en décembre, affirmant que l'offensive d'Israël à Gaza violait la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.

La cour a ordonné en janvier à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mais Pretoria s'est de nouveau tournée à plusieurs reprises vers la CIJ, arguant que la situation humanitaire désastreuse à Gaza obligeait la cour à prendre de nouvelles mesures d'urgence.

«Niveau horrible»

Pretoria a déclaré la semaine dernière devant la CIJ que "le génocide" commis par Israël avait atteint un "niveau horrible", évoquant notamment des fosses communes, des actes de torture et un blocage de l'aide humanitaire.

Il faudra des mois, voire des années, à la cour pour statuer sur l'affaire sur le fond portée par Pretoria - qui accuse Israël de "génocide" à Gaza - mais elle peut entretemps ordonner des mesures urgentes.

Cette affaire est "complètement déconnectée" de la réalité et est une "caricature" de la Convention des Nations unies sur le génocide qu'Israël est accusé d'avoir violée, a rétorqué Israël.

"Qualifier quelque chose de génocide, encore et encore, n'en fait pas un génocide. Répéter un mensonge ne le rend pas vrai", a déclaré devant la cour Gilad Noam, procureur général adjoint chargé des affaires internationales pour Israël.

Israël a également déclaré qu'il était "extrêmement conscient" des souffrances des civils dans la bande de Gaza et qu'il avait déployé "des efforts considérables" pour accroître l'aide humanitaire.

Le président américain Joe Biden a déclaré cette semaine que "ce qui se passe n’est pas un génocide".

La guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par des commandos du mouvement islamiste palestinien infiltrés de la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes, selon l'armée.

La vaste offensive lancée en riposte par Israël a ravagé la bande de Gaza, où au moins 35.800 personnes ont été tuées, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement du territoire palestinien dirigé par le Hamas.


L'armée israélienne annonce avoir récupéré les corps de trois otages dans la bande de Gaza

Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Short Url
  • «Sur la base des renseignements recoupés en notre possession», tous trois «ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre», a dit l'armée
  • Les trois corps ont été ramenés en Israël

JERUSALEM: L'armée israélienne a annoncé vendredi avoir récupéré les corps de trois otages retenus dans la bande de Gaza depuis l'attaque du mouvement islamiste Hamas sur le sol israélien le 7 octobre qui a déclenché la guerre dans le territoire palestinien.

"Les corps des otages (Chanan) Yablonka (Israélien, NDLR), Michel Nisenbaum (Israélo-Brésilien, NDLR), et Orion Hernandez (Radoux, Franco-Mexicain, NDLR) ont été récupérés dans la nuit lors d'une opération conjointe" de l'armée et de services de renseignements israéliens à Jabalia, dans le nord du territoire, a indiqué l'armée dans un communiqué.

"Sur la base des renseignements recoupés en notre possession", tous trois "ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre" et leurs corps ont ensuite été pris par des hommes du Hamas et emmenés jusqu'à Gaza, ajoute l'armée. Les trois corps ont été ramenés en Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé son "profond chagrin" après cette annonce. Le gouvernement a "l’obligation nationale et morale de faire tout (son) possible pour ramener (les) otages – ceux qui sont vivants et ceux qui sont décédés", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Quarante-troisième victime française du 7 octobre, Orion Hernandez Radoux, 32 ans, assistait au festival de musique Nova, dans le sud d'Israël, lorsque les combattants du Hamas ont attaqué.

Il était avec son amie Shani Louk, une Germano-Israélienne de 22 ans qui était ensuite apparue dans une vidéo sur les réseaux sociaux, allongée sur le ventre, apparemment inconsciente et à moitié dénudée, à l'arrière d'un pick-up dans la bande de Gaza. L'armée israélienne a annoncé le 17 mai avoir rapatrié son corps.

Le président français Emmanuel Macron a exprimé son "immense tristesse" après l'annonce du décès d'Orion Hernandez Radoux. "La France reste plus que jamais engagée pour la libération de tous les otages", a-t-il écrit sur X alors que deux otages français restent captifs à Gaza.

Fan de sport et de musique, Chanan Yablonka avait également été enlevé lors du festival. Divorcé et père de deux enfants, selon sa soeur Avivit, il avait décidé à la dernière minute de se rendre au festival avec quatre amis.

«Immense tristesse»

Sa soeur Avivit Yablonka a déclaré à l'AFP que lui et ses amis avaient tenté de s'enfuir en voiture. Les corps de ses quatre amis, dont celui de l'ancien footballeur international israélien Lior Assouline, ont été retrouvés et identifiés près du véhicule.

Mardi, Mme Yablonka avait confié à l'AFP "craindre une mauvaise nouvelle" à propos de son frère après l'annonce du rapatriement de plusieurs corps d'autres otages la semaine précédente.

Le matin du 7 octobre, Michel Nisenbaum (59 ans), habitant de Sderot, ville à la lisière de la bande de Gaza, était parti en voiture chercher sa petite-fille – dont le père est militaire – à la base militaire de Réïm. Il n'avait plus donné de nouvelles depuis. Il était au téléphone avec des membres de sa famille quand la ligne a été coupée. Par la suite, une voix parlant arabe avait répondu à un appel de l'une de ses filles.

De nationalité israélienne et brésilienne, Michel Nisenbaum est né à Niteroi, près de Rio de Janeiro, avant d'émigrer en Israël à l'âge de 12 ans. Il est divorcé et père de deux filles mariées.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a fait part sur X de "son immense tristesse". "Nous resterons engagés dans les efforts pour libérer tous les otages, et pour parvenir à un cessez-le-feu et à la paix pour les peuples d'Israël et de Palestine", écrit-il encore.

L'attaque du Hamas a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens. Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l’armée israélienne.

En représailles à l'attaque du 7 octobre, Israël a lancé une opération militaire qui a fait jusqu'ici 35.800 morts à Gaza, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.